AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Éditeur : Marabout (01/01/1980)

Note moyenne : 4.03/5 (sur 16 notes)
Résumé :
Selon une légende médiévale, la mandragore est une plante qui pousse au pied des gibets, née de la terre fécondée par la semence des pendus. Dans une ville des bords du Rhin, au début du siècle, le conseiller Jacob Ten Brinken, aidé de son neveu Frank, décide de créer une mandragore humaine. Il pratique sur une prostituée une insémination artificielle avec la semence d'un condamné à mort prise au moment où celui-ci vient d'être guillotiné. Ainsi naît une enfant de s... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Joualvert
  11 septembre 2017
Cela débute avec une réunion mondaine au cours de laquelle un jeune homme entend raconter le mythe de la mandragore. Ce jeune homme avide d'aller au fond des choses et de tout ressentir n'est autre que Frank Braun, également présent dans ''L'apprenti sorcier''. Exalté par ce qu'il vient d'entendre, il imagine un moyen pour incarner l'esprit de ces légendes dans un être de chair et de sang, et de la sorte faire basculer le mythe dans la réalité. Après quelque temps, l'expérience sera tentée ; que ressortira de tout cela ?
Une histoire sombre et captivante comme H. H. Ewers sait en concocter. Il excelle dans la peinture de la décadence humaine. Toute cette société de personnages gangrenés de défauts et de vices qu'il met en scène est peu recommandable, mais la palme revient à cette jeune fille, enfant adoptive du notable Ten Brinken, avec son irrésistible aura magnétique et sa vénéneuse influence...
Jusqu'à maintenant, toutes mes incursions chez M. Ewers valaient amplement le coup. Un attrait quasi-hypnotique m'a soutenu tout le long de ce roman qui ne date quand même pas d'hier (1911). Ce fut un plaisir de retrouver Frank Braun, personnage équivoque à la moralité plutôt fluide. Heureusement, quoique pas facile à dénicher, il reste encore quelques titres de cet auteur devant moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Emnia
  12 août 2019
Cette note n'est pas une critique du texte, que j'ai trouvé excellent et sur lequel je ne m'étendrai pas, mais de l'édition catastrophique de Terre de Brume parue en 2018.
J'imagine que le texte a été scanné à partir d'une précédente édition. le problème est que les logiciels de reconnaissance de texte sont loin d'être infaillibles et que, de toute évidence, personne n'a effectué de relecture avant l'impression. le texte est cousu de coquilles. Mots mal reconnus, ponctuation manquante ou fantaisiste, c'est un vrai festival de la première à la dernière page. Je peux tolérer ce genre de problèmes dans un ebook gratuit téléchargé sur le Net, dans un ouvrage à 20€, ça me reste un peu en travers de la gorge. Je ne peux pas m'empêcher de voir ce manque de soin pour la correction comme une marque de mépris flagrante de l'éditeur pour son lecteur. Je regrette amèrement de ne pas avoir opté pour une des éditions précédentes d'occasion.
Commenter  J’apprécie          52
Moulinaie
  01 septembre 2015
C'est un monde décadent que nous décrit Ewers. L'Allemagne de 1911 n'est plus qu'une poutre vermoulue faite de bourgeois corrompus qui grignotent le cadavre de leur civilisation.
Corrompus et malsains, trichant, abusant, n'hésitant pas à chercher le frisson dans des désirs coupables. ( La description de la famille Gontram, qui correspond au chapitre premier, est un bijou littéraire à elle seule.) Mais, qu'est-ce qui pourrait encore exciter ces âmes perdues? Vers quelle nouvelle noirceur plonger?
Alors tombe la Mandragore, racine fille du condamné le plus vil et de la Terre nourricière, celle qui peut amener bonheur et mort à la fois. Oncle et Neveu décident alors de créer une Mandragore humaine par une fécondation artificielle: fille d'un assassin décapité et de la putain la plus convaincue de la ville.
La petite Mandragore naît, celle qui amène bonheur et mort sur son sillage d'enfant...
Un livre à l'ambiance remarquablement dépeinte, on a le sentiment qu'il y fait tout le temps nuit, les décors défraichis témoignent d'une magnificence passée, mais tout tombe en ruines, les maisons comme les coeurs et les âmes. Si une visite dans les méandres toxiques de l'âme humaine vous tente...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Catherine3
  14 juin 2015
"Soeur de mon péché, c'est pour toi que j'écris ce livre".
Poète, dramaturge, écrivain, fantastiqueur macabre proche de lExpressionnisme, Hanns Heinz Ewers demeure certainement l'un des esprits les plus curieux de l'Allemagne de la charnière XIXème-XXème siècles.
Encore et toujours, sa "Mandragore" fascine... Encore et toujours, ce chef d'oeuvre de la littérature fantastique allemande envoûte et transporte à la façon, quelquefois, d'un poème de Baudelaire ou bien encore d'un dessin de Beardsley...
"Prends ce livre, petite soeur, reçois-le d'un homme qui courut à côté du chemin de la vie..."
Commenter  J’apprécie          41
Mikofsky
  07 septembre 2018
De nombreuses légendes ont fleuries autour de cette Mandragore au Moyen-Âge, plante de sorcière, plante de souffrances et de folies. le mythe veut que la mandragore pousse sous les pieds d'un pendu qui aurait laissé tomber sa dernière semence dans la terre, qui serait alors à son tour fécondée par la terre pour donner vie à une mandragore. Après Machiavel, Hans Heinz Ewers réécrit en 1911 le mythe de la mandragore. Humanisant le mythe, le pendu est un assassin promit à une mort certaine, la terre fécondatrice sera une prostitué aux moeurs les plus légère, faisant son travail par plaisir et non par nécessité. le fruit de cette insémination devrait donner la créature la plus maléfique, la plus pervertie.
(Suite sur le blog)
Lien : https://lesbergerselectrique..
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
stekasteka   19 janvier 2015
Froids comme le nord, petite sœur, sont nos jours paisibles.
Mais quand les ombres sont tombés, ma blonde sœur, ta peau frémit et devient brûlante. Les brouillards arrivent, venant du sud, et ton âme, avidement les respire. Et tes lèvres, dans leurs baisers sanglants, demandent le poison brulant de tous les déserts ...
Commenter  J’apprécie          70
Catherine3Catherine3   14 juin 2015
Tous les péchés, ma chère amie, viennent du désert, c'est le vent brûlant du sud qui nous les apporte. Là où le soleil brille depuis des siècles infinis, un léger brouillard blanc flotte au-dessus des sables dormants. Ce brouillard se divise en nuées légères. Le vent les roule dans son tourbillon, et en fait d'étranges oeufs , qui contiennent la chaleur brûlante de tous les soleils.
Commenter  J’apprécie          20
stekasteka   19 janvier 2015
Alors, le vent du sud court à midi. Il rampe sur les marais, danse au-dessus des déserts de sable. Il prend les voiles de braise des œufs du soleil et les emporte au loin, au-dessus des mers bleus, fins brouillards, draperies transparentes de prêtresses nocturnes.
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : amour toxiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz: l'Allemagne et la Littérature

Les deux frères Jacob et Whilhelm sont les auteurs de contes célèbres, quel est leur nom ?

Hoffmann
Gordon
Grimm
Marx

10 questions
262 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature allemande , guerre mondiale , allemagneCréer un quiz sur ce livre