AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782010031939
251 pages
Éditeur : Hachette (30/11/-1)

Note moyenne : 3.87/5 (sur 19 notes)
Résumé :
1720. La Bretagne, française depuis deux siècles, a gardé ses privilèges, ses franchises, son Parlement. Mais certains gentilshommes, tel le vieux marquis de la Tremlays, savent qu'en fait le pouvoir est entre les mains du Gouverneur de la province et de l'Intendant, représentants du pouvoir royal, et supportent mal de voir la Bretagne mise en coupe réglée.
Le marquis a avec lui tous les pauvres gens qui habitent la forêt de la Tremlays. Car l'Intendant a déc... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Tatooa
  10 novembre 2016
Aahahaaaaa ! Où l'on retrouve le Féval des grands jours, et du "Bossu" (L'humour en moins, dommage) ! Un roman de capes et d'épées pur jus ! Ultra-classique, certes, mais ô combien agréable à lire, d'autant plus agréable qu'il ne se perd pas en digressions, ni en descriptions lassantes !
De l'action, des grands sentiments, des sentiments fort bas aussi, des personnages géniaux (les méchants presque plus que les bons, encore que Jean Blanc soit un bon tout à fait exotique !) et un style plutôt moderne, du ferraillage et des bagarres, que demande le peuple ? UN AUTRE !!!
Car oui, j'en redemande, du Féval comme celui-là, c'est exactement ce que j'aime.
On oubliera donc les petites incohérences et les grandiloquences agaçantes, on oubliera que les filles sont un brin mièvres, encore que plutôt actives, comme chez Dumas (modernité à ce niveau-là aussi !), pour n'en retenir que le fait que ça se lit comme un charme, que dis-je, ça se déguste comme un bonbon !
Il doit bien y avoir d'autres perles dans le genre dans les très nombreuses - trop nombreuses il y a des ratés, forcément- oeuvres du Sieur Féval. Il me faudra les trouver !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          453
MagEv
  24 mars 2017
Donc me voilà plongée dans la Bretagne du 18e siècle où une animosité subsiste entre Bretons et Français. Je découvre le vieux marquis de le Tremlays, un homme bon, un breton qui éprouve pour la Bretagne un amour inconditionnel et ne supporte plus que ses terres se retrouvent sous le jonc royal français ce qui le pousse à vouloir provoquer le régent, le Duc d'Orléans en duel.
Il prend ses dispositions auprès de son cousin éloigné, Hervé de Vaunoy son plus proche parent, pour ses biens et l'éducation de son seul héritier, son petit-fils Georges et s'en va, galopant, avec son fidèle écuyer Jude Leker. Mal lui en a pris, lui et son écuyer se retrouvent à la Bastille, son petit-fils disparait et tous ses biens se retrouvent aux mains de son perfide cousin.
Vingt ans passent, la colère gronde dans la forêt de la Tremlays où les paysans subissent l'oppression de Vaunoy et de l'intendant royal de l'impôt. Un groupe de révoltés, qui se font nommer les Loups à cause de la peau de loup qu'ils portent, reprend en volant ce qu'il leur revient de droit. le jeune capitaine Didier est venu rétablir l'ordre.
Il souffle un bon vent de liberté et d'indépendance dans ce livre roman d'aventure, de capes et d'épées. Cela faisait longtemps que je n'avais pas lu ce genre. Et celui-ci n'est pas tout jeune, il a été publié en 1843 ! Un style un peu suranné mais pas plus que ça je trouve.
En tout cas, j'ai pris plaisir à découvrir cette histoire située bien loin de notre époque actuelle où l'auteur nous interpelle, nous prend à témoin de temps en temps. L'histoire est écrite par un Breton, cela ne m'étonne guère car j'aime bien ressenti qu'il aimait cette région, la décrire elle et ses gens.
Une histoire donc faite de complots, de trahisons, de rebondissements à la pelle mais aussi il y flotte un parfum de romance dans l'air. Bref quelques bons ingrédients pour passer un moment sans ennui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Mondaye
  05 mars 2016
Puisque me voilà seule à commenter ce livre tachons de le faire bien.
Tout d'abord l'intrigue... dire qu'on la doit à Féval c'est déjà tout dire. Quel amateur de ce genre plein de panache qu'est le roman de cape et d'épée n'a jamais entendu ou lu cette phrase qui nous laisse frémissant: Si tu ne viens pas à Lagardère, Lagardère ira à toi!
Tout comme Dumas, Féval fait partie de ces figures de proue dont les romans, sans cesse réadaptés, ont bercés des générations d'adolescents.
Cette fois-ci c'est en Bretagne, sa terre chérie qu'il nous emmène, à l'époque où celle-ci presque résignée à laisser derrière elle ses conspirations pour se libérer du joug royal.
Mais est-ce là vrai pour tout Le Breton? Loin s'en faut et le brave Nicolas Trelm de la Trelmay est bien décidé à le défier... et le voilà qui quitte le pays, laissant derrière lui son petit-fils qu'il confie à un lointain parent, qui n'a bien sûr que d'autre désir que de prendre de lui... du moins n'est-ce pas ce qu'il assure?
Traîtrise, complot, surprise, révélations s'enchainent en un tourbillons grandiose propre au genre et à la plume qui nous trace l'histoire de Jean Blanc, courageux et loyal albinos, de Jude le brave et fidèle écuyer, de Didier, enfant sans passé, de Marie la douce et Alix la pure, et de Hervé le terrible tuteur sans scrupule.
A lire absolument pour tout digne lecteur du genre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
TatooaTatooa   08 novembre 2016
Le pouvoir de M. de Béchameil avait une portée terrible. Pauvre d'esprit, avide et étroit de coeur, rompu aux façons mondaines, n'ayant d'autre bienveillance que cette courtoisie toute extérieure qui vaut à ses adeptes le nom sans signification d'excellent homme, l'intendant de l'impôt était juste assez sot pour faire un impitoyable tyran.
Une seule chose pouvait le fléchir : l'argent.
Commenter  J’apprécie          120
TatooaTatooa   07 novembre 2016
La Bretagne se faisait France en définitive : il n'y avait plus de frontière.

Mais une chose était de consentir une mesure en assemblée parlementaire, autre chose de faire passer cette mesure dans les mœurs d'un peuple dont l'entêtement est devenu proverbial. M. de Pontchartain, le nouvel intendant royal de l'impôt, avait l'investiture légale de ses fonctions ; il lui restait à exécuter son mandat, ce qui n'était point chose facile.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
TatooaTatooa   09 novembre 2016
Un jour, au temps où Jean Blanc était faible, il dit : "le mouton se fait loup pour défendre ou venger ceux qu'il aime". Jean Blanc avait vu mourir tous ceux qu'il aimait : il ne pouvait plus protéger ; ce fut pour se venger sur le mouton se fit loup.
Commenter  J’apprécie          110
TatooaTatooa   06 novembre 2016
Le lendemain matin, le paysage avait changé : c'était Vitré, la gothique momie, qui penche ses maisons noires et les ruines chevelues de son château sur la pente raide de sa colline ; c'était l'échiquier de prairies plantées ça et là de saules et d'oseraies où la Vilaine plie et replie en mille détours son étroit ruban d'azur.
Commenter  J’apprécie          60
TatooaTatooa   10 novembre 2016
- Et maintenant, dit-il (Jean Blanc), Georges Treml, vous êtes breton et noble ; il vous faut regagner l'héritage de votre père tout entier : noblesse et fortune !
Commenter  J’apprécie          30

Video de Paul Féval (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Paul Féval
"Il y a quelques années, « on » murmurait que Claude Mesplède pourrait bien recevoir la médaille des arts et des lettres. Et puisque qu' « on » m'avait demandé mon avis sur la question avant d'entamer les démarches afférentes à ce genre de circonstances, j'avais indiqué que Claude ne voulait de médaille d'aucune sorte. Il avait déjà refusé celle du travail malgré ses 40 années de labeur à Air France !
Ce que Claude aurait aimé, c'est le prix Paul Féval de littérature populaire. Mais ce prix n'est attribué qu'à des auteurs qui écrivent des romans populaires. Lui, écrivait À PROPOS des romans populaires et donc, n'entrait pas dans cette catégorie.
Aussi voir naître, grâce à Quais du Polar que je remercie très sincèrement, un prix portant le nom de Claude Mesplède qui récompensera au choix : essai, ouvrage historique, correspondance, document, enquête, traduction, édition originale d'oeuvres complètes ou inédites, traductions nouvelles ou encore travaux académiques et universitaires… c'est énorme !
Et c'est finalement, en honorant sa mémoire, un joli retournement du sort. Claude aurait très fier qu'un prix porte son nom et sûrement un peu ébahi devant tant d'honneur.
Et que celles ou ceux qui comptent écrire sur l'oeuvre de Paul Féval se mettent au travail très vite. On ne sait jamais..." - Ida Mesplède
+ Lire la suite
autres livres classés : bretagneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Paul Féval me prend la tête

Ce matin je me suis levé avec un sacré mal de tête, trop de vin, la veille peut-être, ou pas assez. Je décidais d'aller consulter mon docteur, celui qui habite rue de .................?................

Babylone
Jérusalem

10 questions
15 lecteurs ont répondu
Thème : Paul FévalCréer un quiz sur ce livre