AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9791025201381
180 pages
François Bourin (05/06/2015)
2.92/5   12 notes
Résumé :
« Et puis, un jour, j'ai joui. Tout mon corps, toute mon âme. Enfin ! Je n'ai pas honte de le clamer : j'ai joui pour la première fois à trente-cinq ans. La jouissance féminine est une grande fête. Elle est puissante, belle, c'est une joie qui transporte, dans laquelle on lâche prise, on lâche tout, on laisse échapper. » Adeline Fleury, consacre ce « Petit éloge » à la jouissance des femmes ? ce grand mystère. Au travers de ses lectures,de son expérience personnelle... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique

« Cette nuit j'ai joui, j'ai joui pour la première fois de ma vie. J'ai senti cette chaleur intense m'emplir de l'intérieur, du vagin au cerveau, partout dans le ventre, la poitrine gonflée de plaisir, la bouche et les papilles pleines de saveurs inconnues. Mon corps a tressauté, j'en ai perdu le contrôle. Je suis émerveillée par ce que mon corps est capable de faire, de l'avoir confronté à ses limites. »

Adèle a 35 ans lorsqu'elle jouit pour la première fois. Cette journaliste, mariée et mère d'un petit garçon avait jusqu'alors aimé tendrement mais d'un amour où le sexe n'était pas primordial. Il a suffi d'une rencontre, avec celui qui allait devenir son amant, celui qu'elle qualifie « d'homme-électrochoc », pour que sa vie bascule, qu'elle s'éveille au désir et accède au plaisir.

Le désir est le point central de ce texte 100% autobiographique. Adèle est le double littéraire d'Adeline. Elle raconte sa transformation, ce que cette naissance du désir à impliqué comme changement, dans sa sexualité bien sûr, mais aussi dans ses relations sociales, son regard sur son statut de femme et sur un corps qu'elle n'avait jusque là jamais mis en valeur, qu'elle n'était jamais parvenue à habiter pleinement. du désir naît l'accomplissement, du désir naît l'épanouissement : « Dans la jouissance, la distinction entre le corps et le sexe est gommée, la jouissance l'emporte sur tout, la jouissance est le grand Tout ».

Au coeur de cette métamorphose, « l'homme-électrochoc ». Une espèce rare, sans doute en voie de disparition, et que beaucoup de femmes ne croiseront jamais au cours de leur existence : « Mon amant fait partie de cette caste rare d'hommes qui font l'amour avec héroïsme, qui aiment faire jouir les femmes avant d'envisager de jouir eux-mêmes. […] Auprès de l'homme électrochoc, « je suis » à fond, pour la première fois, je n'intellectualise pas une relation, je la vis. Je suis en pleine catharsis inversée. Pour une fois, je ne transforme pas mes émotions en pensées, mais je ne suis qu'émotions et j'arrête de penser. »

J'ai beaucoup aimé cette réflexion sur la jouissance féminine, parfois crue, toujours profonde (la réflexion), n'idéalisant jamais totalement cette métamorphose qui suscita aussi de nombreuses souffrances. Et puis adoré les nombreuses références cinématographiques et les extraits littéraires cités tout au long du récit (Simone de Beauvoir, Flaubert, Henry Miller, Despentes, Louise Labé, Anaïs Nin, Sappho, Yourcener, etc.). Seul bémol, une vision « universelle » dans l'avant propos qui m'a quelque peu gêné, affirmant qu'une vie sans désir sexuel est une vie « sans envie, sans élan, une existence statique, immobile. » Dans son cas particulier, certes. Mais de là à généraliser à l'ensemble des femmes, il me semble que c'est loin d'être aussi simple, et heureusement d'ailleurs.

Je recommande chaudement cette lecture à tous les hommes. Pas parce que l'on donne ici dans le guide pratique, mais au contraire parce que ce livre est tout sauf un guide pratique. Et aussi parce que ce parcours individuel, ce témoignage sans fard, en toute franchise et en toute liberté, ne peut pas nous faire de mal.Un beau portrait de femme en tout cas. Entière, qui assume et s'assume. Vibre, souffre, aime, s'interroge.Et s'épanouit.


Lien : http://litterature-a-blog.bl..
Commenter  J’apprécie          140

Version poche d'une première parue en 2015 aux Éditions François Bourin, ce Petit Éloge de la jouissance féminine est une belle occasion de découvrir la plume d'Adeline Fleury dans un livre très personnel, qui m'a beaucoup plu !

À 35 ans, Adeline réalise qu'elle n'est pas pleinement épanouie et qu'il lui manque quelque chose d'essentiel à son équilibre : le désir. Sa vie n'avait pas été ratée jusqu'à ce jour, loin de là : un mari depuis treize ans et un enfant, un métier… mais du plaisir sans désir et donc sans jouissance. Ce livre décrit " de manière personnelle puisque puisée dans [son] expérience, et éclairée par [ses] lectures, le passage d'une vie sans désir à une vie où désir et plaisir s'accordent à l'unisson ".

Forte de cette prise de conscience, Adeline décide de partir en quête d'elle-même, sur le fil du désir… Il aura suffit de la main d'un homme posée sur son jean lors d'une soirée pour que ce désir si fort s'éveille, l'" homme-électrochoc " comme elle le nomme, celui qui d'un geste, d'un regard, ou d'une parole est capable de créer en elle des étincelles ! Faisant du désir son moteur, Adèle n'aspire plus qu'à jouir et écrire, et inversement. Elle était enfin prête à cette métamorphose.

Adeline Fleury use de mots simples, souvent crus, sur la jouissance enfin trouvée, qui n'est pas juste un moment de plaisir intense mais l'adéquation pleine et entière entre le corps et l'esprit, une féminité revendiquée, affirmée et assumée. L'auteur use ainsi d'une double narration. Elle utilise le " je " pour confronter son expérience à de grandes plumes, plus ou moins classiques et cite notamment Simone de Beauvoir, Anaïs Nin, Stendhal, mais encore Delphine de Malherbe ou Belinda Canonne qui se sont tous exprimés sur le sujet. Quant aux descriptions explicites qu'elle vit, c'est son double littéraire, Adèle, l'Adeline désirante qui parle alors.

Une écriture sensible, qui sonne juste, loin de toute vulgarité. Et un livre qui apparaît nécessaire, particulièrement dans un temps où la parole des femmes se libère enfin pour dire les abus dont elles sont parfois l'objet. Non seulement les femmes ont le droit de dire non, de refuser, et de dénoncer toute agression, mais dans le même temps, elles sont aussi légitimes à exprimer leur désir et plus encore à le vivre pour être femmes à 100 %. Cet éloge dresse un joli portrait de femme libre dont la lecture pourrait enrichir tout lecteur, homme ou femme !


Lien : https://www.facebook.com/jul..
Commenter  J’apprécie          10

Au début, pour tout vous dire, je ne pensais pas que j'allais autant apprécier cette lecture ! J'ai été élégamment surprise par la puissance des mots de l'auteur, de sa façon de nous retranscrire ce récit.

C'est court, c'est bon mais c'est intense ! Alors attention, j'attire votre attention sur le fait que ce livre est pour un public averti.

A trente-cinq ans, Adeline réalise qu'elle n'est pas encore totalement accomplie sexuellement parlant. En effet, elle ne se sent pas épanouie, il lui manque cette petite chose essentielle pour qu'elle se sente mieux, le désir. Elle est mariée depuis treize ans à un homme qu'elle aime. de cet amour est né un enfant, elle a un job mais il lui manque un petit quelque chose pour que tout aille pour le mieux.

Ce livre personnel nous raconte comment Adeline a fait pour trouver le désir du plaisir. Parce que cela peut vous sembler bizarre mais en fait, l'un ne va pas sans l'autre. Elle va puiser dans ses lectures, dans son expérience pour se livrer à nous, lecteurs/lectrices.

A la suite de cette déplorable constatation, elle décide de partir en quête d'elle-même, de trouver le chemin qui la mènera au désir parce que le problème, il est bien là. Alors lorsqu'elle va comprendre d'où vient le désir, cela m'a fait un peu peur pour tout vous dire. Elle ne s'attendait pas (et moi non plus) que pour rallumer l'étincelle de vie du désir qui était en elle, il viendrait d'un inconnu. Lors d'une soirée, un homme va éveiller ses sens rien qu'en posant une main sur son corps. Elle a reçu comme un électrochoc, comme si son corps était sans vie avant sa rencontre avec ce dernier...

La plume d'Adeline est très addictive. Elle a un vocabulaire simple mais efficace ! Parfois cru surtout quand elle nous parle de la jouissance qu'elle a enfin trouvé.

Le corps et l'esprit ne font qu'un. L'un ne va pas sans l'autre.

Adeline revendique, Adeline affirme, Adeline assume. Elle n'a pas peur de crier (enfin d'écrire dans notre cas !) que la jouissance est un état d'esprit. le corps peut y être mais si la tête ne suit pas, ça ne va pas le faire...

Au début, j'ai été perturbé par la double narration que propose l'auteur : Adeline donc elle et son alter ego Adèle à qui elle fait vivre des sensations formidables.

Tout ça pour vous dire que "Petite éloge de la jouissance féminine" est une belle découverte où la femme affirme son besoin de liberté, de désir. N'ayons pas peur des mots.

Il ne faut pas sous-estimer la puissance des mots qui peut guérir les maux...


Lien : http://leslecturesdeladiablo..
Commenter  J’apprécie          00

Intime. Personnel. Argumenté. Voilà quelques-uns des premiers adjectifs auxquels je pense en refermant ce livre.

Adeline Fleury nous livre ainsi un moment très personnel de sa vie qui a marqué une étape, un tournant et c'est au final cette période de bouleversement qu'elle nous raconte sous un prisme particulier.

Son expérience personnelle trouve un écho dans la littérature, la sociologie ou la psychanalyse et elle étaye cet essai de nombreux extraits, autant pour les appuyer que pour les contredire. C'est un des attraits de ce livre.

Sans pudeur excessive mais avec un brin de retenue, elle nous livre son expérience, son chemin du plaisir à l'épanouissement personnel.

Un livre différent et intéressant, à ne pas mettre, cependant, entre toutes les mains.

Commenter  J’apprécie          00

Cet essai qui est une mise à nue de son auteure, qui nous décrit son expérience personnelle , sa découverte du désir sexuel. Lors des premières pages, j'ai tout de suite trouvé le style d'écriture lourd et cette impression m'est restée tout au long de ma lecture.

Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (5) Ajouter une citation

Une femme dénuée de plaisir n'a pas pour autant jamais ressenti du plaisir ,du plaisir sans désirer, du plaisir mécanique, mais pas le plaisir ultime :l'orgasme de tous les orgasmes , le ravissement ,qui fait sortir de son être et à la fois se reconnaître.

Commenter  J’apprécie          10

Qu'est-ce que je gagne à donner mon corps à des hommes qui ne se préoccupent pas de mon plaisir, qui n'écoutent pas mes désirs ? Rien ou pas grand-chose sinon de me rassurer sur ma capacité de séduction. À passer de bras en bras, de l'amoureux transi à l'esthète, de l'esthète au photographe, et d'autres encore qui ne suscitent aucune émotion, aucune réflexion, qui ne donnent aucune direction à mon parcours, je me perds un peu plus à chaque fois. Tout ceci me semble feint et vain.

Commenter  J’apprécie          00

J'admire autant les pudiques, les timides, celles qui versent des larmes quand elles reçoivent des bouquets de roses, blanches, chastes comme leur cœur, celles qui croient au prince charmant, au bel amour, à l'élégie, l'amour unique que celles, impétueuses, violentes, masculines, féroces, véloces, voraces qui écartent faciles les jambes parce que c'est leur choix. Aucune d'entre elles n'est une fille facile, non ce sont des femmes libres. Moi, je suis les deux.

Commenter  J’apprécie          00

J'ai décide de séduire , de me laisser séduire . J'ai rencontré un homme ,un corps ,son âme , un homme qui m'a fait jouir,un homme qui m'a fait revivre. Dans ses bras , j'ai saisi pleinement indescriptible ce que la psychanalyse a eu tant de mal à penser:la jouissance féminine .

Commenter  J’apprécie          00

Une femme sans désir est une femme a sensuelle . Une vie sans désir sexuel est une vie sans envie ,sans élan,une existence statique,immobile. Une vie sans désir, c' est une vie atone,sans souffle .

Commenter  J’apprécie          00

Videos de Adeline Fleury (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Adeline Fleury
Adeline Fleury, écrivaine : "Mon écriture est très liée au corps" 1 avr. 2022
autres livres classés : sexeVoir plus




Quiz Voir plus

L'érotisme en littérature

Lequel de ces romans de Diderot, publié anonymement, est un roman libertin ?

Le Neveu de Rameau
Les Bijoux indiscrets
Le Rêve de D'Alembert
La Religieuse

6 questions
332 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature libertine , érotisme , érotiqueCréer un quiz sur ce livre