AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2749929407
Éditeur : Michel Lafon (09/02/2017)

Note moyenne : 4.17/5 (sur 29 notes)
Résumé :
Sydney, années 1990.
Hadès règne sur une décharge, un univers de sculptures étranges, où des hommes viennent solliciter son aide pour faire disparaître des corps. Un soir, on lui amène deux jeunes enfants rescapés d'un cambriolage qui a mal tourné. Il s'apprête à les tuer mais leur regard froid le pousse à les adopter. Il les baptise Eden et Eric. Au fil des années, il va tout leur apprendre, dont son savoir-faire si particulier.

Sydney, de... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (25) Voir plus Ajouter une critique
DoVerdorie
  18 avril 2018
Heinrich « Hadès » Archer dirige une décharge a Sydney. En réalité il est un roi « souterrain » de la pègre, spécialisé dans la dissimulation de cadavres encombrants. le jour ou un criminel en herbe lui apporte deux mômes à faire disparaître et que Hadès remarque qu'ils ne sont pas encore morts, il décide de les élever en employant une éducation pour le moins « spéciale ».
... Aujourd'hui, ces enfants, Eden et Eric, sont devenus flics dans la section Homicides. Après la mort violente de son partenaire, Éden s'en voit adjoindre un nouveau, Frankie. C'est lui le narrateur de leur première enquête.
Deux histoires, dans le passé et dans le présent, très sombres et abyssales, qui s'entrelacent dans une Australie habituellement bien ensoleillée. Un polar/thriller assez rapide à lire qui sait ménager suffisamment de moments-choc pour préserver l'intérêt du lecteur. Mais, bien que les scènes sanglantes ne manquent pas, ces ébranlements sont plutôt de nature psychologique.
C'est là où le bât blesse, en ce qui me concerne... si l'enquête autour de l'intrigue m'a bien captivée, les personnages principaux me sont restées étrangers, incompréhensibles et surtout antipathiques.
Si je suis arrivée à comprendre Hadès (le seul pour lequel j'ai éprouvé un peu de sympathie), il n'en va pas de même pour Eden et Eric que j'ai ressenti comme arrogants, froids, égoïstes et distants.
Même Frankie n'a pas réussi à m'émouvoir après un retournement de situation. Je n'ai pas su fermer les yeux sur son attitude minable initiale envers les femmes en général.
Au final, un bon thriller par son intrigue policière mais qui souffre d'un excès de sociopathes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
Gaoulette
  23 novembre 2018
Voilà un polar particulièrement déconcertant. Je me suis demandée où voulait en venir l'auteure. J'ai acheté toute la trilogie sans lire 4ème de couverture parce la phrase d'accroche m'a titillée. "On ne nait pas tueur, on le devient". Et me voilà à la découverte de l'auteure….
Un début un peu chaotique, mais je me suis laissée embarquée par le tandem Franck/Eden et le troisième larron Eric, énigmatique et le frère d'Eden et le fantôme Hadès.
Ce premier tome met en scène Hadès, personnage imposant et qui sera la figure paternelle d'Eric et Eden. Je ne spoile pas trop car c'est vite révélé. L'histoire commence comme telle sur la première rencontre des frangins et Hadès et l'on sait dés le départ qu'Eric et Eden ne sont pas des flics comme les autres. La tierce personne Franck qui sera la voix principale du roman débarque dans ce foutoir et va être très vite intrigué par sa partenaire de boulot, essayer de fouiller dans son passé et recueillir le moindre de ses secrets.
Je m'attendais à une dualité entre Franck/Eden, que le polar tournerait qu'autour d'eux. Mais Candice Fox réussit avec brio à intégrer une troisième histoire qui se superpose à merveille parfaitement avec le passé et le présent. Pendant la lecture, je n'ai fait que garder en tête la phrase d'accroche pour comprendre à qui était destinée cette phrase. Candice Fox sait jouer avec le suspense. Eden/Eric donnent des frayeurs, sont des personnages silencieux et énigmatiques et leur passé permet de comprendre leur parcours atypique. On se demande dés le départ qui ils sont vraiment : justiciers ou bourreaux ou meurtriers sanguinaires, psychopathes…. Candice Fox ne lâche rien jusqu'à la dernière confrontation. le voile sera livré qu'à ce moment là.
Alors pourquoi un début déconcertant? le personnage de Franck m'a laissée perplexe. A l'heure actuelle je suis incapable de lui trouver des qualités que j'aime chez un héros d'une saga policière. Il est flic mais l'on demande pourquoi. Candice Fox insiste sur les défauts et les mésaventures de Franck qui est loin de le rendre attrayant. Et même son rapprochement avec Eden laisse à désirer on dirait un lourdaud en manque de sexe. Je n'ai pas compris dés le départ son intérêt pour le duo de frangin. J'ai eu du mal à cerner Franck. Par contre j'adhère complétement sur le rôle que va jouer Franck pour les prochaines aventures. Ce final lance complètement la saga. Un premier tome réussit avec 3 énigmes en une. Un pari gagnant pour Candice Fox!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          161
Walkyrie29
  04 mars 2017
Hadès, thriller intelligent et plutôt rondement mené par une plume vive et équilibrée, entre le présent et le passé qui viennent s'intercaler pour entretenir un rythme de lecture dynamique et haletant.
Franck Bennet a décidé de rejoindre la brigade criminelle, souhaitant travailler sur des affaires plus variées et intéressantes. Il se retrouve à faire équipe avec Eden, qui vient de perdre son partenaire assassiné lors d'une mission. L'accueil est laborieux et Franck ne semble pas le bienvenu dans l'ombre de cet ancien collègue. Rapidement, il se retrouve sur une macabre affaire: des corps démembrés, mutilés, des organes volés, et un tueur fantôme solitaire et méticuleux à arrêter.
« – Mais le désir de cet homme le pousse à prendre des vies pour en sauver d'autres.
– Oui. Une dualité savoureuse pour un esprit déséquilibré. » p.150
A côté de cela, Franck tente de se lier avec sa partenaire, chose difficile quand le frère de cette dernière rôde menaçant dans les parages. le duo fraternel va rapidement intriguer le flic, qui va tomber sur des éléments déconcertants. Qui sont réellement Eden et Eric ? Quels sont leur lien avec Hadès, ce grand nom du crime ? Pourquoi semble t-il toujours fureter comme s'ils manigançaient quelque chose ?
« – Je t'avais dit qu'il faudrait être plus rapide, Frankie, puis il baissa la voix et prit un ton glacial que je ne lui avais encore jamais entendu. Je t'avais dit que tu courais avec les loups. » p.223
Le roman est mené de front par un personnage fort sympathique, Franck est un quadragénaire, flic depuis des années, et qui n'attend plus vraiment grand chose de la vie depuis ses deux mariages ratés, et ses erreurs passées. C'est surtout un personnage curieux qui fourre son nez partout dès qu'il s'interroge sur une situation ce qui lui jouera des tours. Franck ne manque pas d'humour, ni de motivation, sa relation avec Eden en est le parfait exemple ! Il va vite se retrouver sur une enquête difficile et mettre les pieds dans quelque chose de profondément sombre.
Dans ce roman, il y a aussi une grande part de psychologie notamment à travers l'évolution de deux personnages entre leur enfance et ceux qu'ils deviennent adulte. C'est certainement l'une des facettes de ce thriller qui se révèle la plus intéressante. On apprend rapidement que les deux personnages, que sont Eden et son frère Eric, sont loin d'être clairs et on a très envie d'en connaître les secrets. Si Eric est un personnage assez mesquin, imbu de sa personne, une espèce de bellâtre menaçant qui aime se moquer des autres ouvertement et entretenir cette pseudo aura de « respect » qu'il véhicule sans cesse, sa soeur Eden paraît plus imposante. J'avoue, je n'ai pas aimé Eric dès le départ. Eden par contre, le personnage est assez froid, elle ne parle pas beaucoup et ouvre la bouche seulement dans le cadre de l'enquête ou éventuellement quand Franck l'entraîne dans ses conversations puériles et amusantes (de quoi momentanément la dérider), le personnage garde ses distances et paraît finalement plus sombre et taciturne que son frère, j'ai bien aimé cet aspect du personnage, on sent qu'elle se méfie de lui, de ses réactions et en même temps, elle parait forte et tenace, souhaitant parfois protéger les autres des réactions de son frère.
« – Pourquoi cherches-tu à protéger une ordure pareille ?
– L'entrepreneur des pompes funèbres te dirait comme moi que notre ami commun Doyle est au delà de ma protection. » p. 223
Ensuite, il y a le personnage d'Hadès. L'auteure structure son roman de façon à ce que le lecteur se balade entre l'enquête présente, à savoir des meurtres horribles et des cadavres appauvris de leur organes, et le passé d'Hadès et des deux enfants qu'il a recueilli. On apprend peu à peu à comprendre le personnage, à connaître ses secrets, ses activités illicites, tout cela dans une atmosphère lugubre, inquiétante et dérangeante. Il y a un côté un peu malsain dans ce personnage mais aussi dans l'attitude des deux enfants. Ce sont des parties sombres, qui jouent inévitablement sur le présent et les personnages qui se devraient être rassurants mais qui sont finalement tout le contraire.
Du côté de l'enquête, l'auteur ne joue pas vraiment la carte des mystères ou des intrigues, il n'y a pas de réel questionnement du lecteur face au tueur, mais plutôt une espèce d'ambiance particulière créée par l'auteure qui joue sur les nerfs du lecteur vis à vis du personnage de Franck, le lecteur s'inquiète, angoisse aussi pour ce personnage tant pour sa vie que pour ses émotions. Finalement, l'enquête est assez secondaire et apporte essentiellement un rythme et une ambiance.
En bref, un thriller plutôt sympa qui ne brille pas par l'enquête principale mais davantage par ses personnages psychologiquement fouillés et abîmés. La fin est à double tranchant, on aime, on déteste, mais surtout donne inévitablement envie d'en savoir plus dans le tome 2 !
Je remercie les éditions Michel Lafon et plus particulièrement Camille pour ce partenariat.
Lien : https://songesdunewalkyrie.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
BlackKat
  17 octobre 2017
"On ne naît pas tueur. On le devient."
Petite phrase accrocheuse sur la couv'. Vous êtes prévenus! Ressortez vos cours de philo et révisez les notions d'inné et d'acquis et zou, c'est parti! 
Hadès est le seigneur des Bas-Fonds, règne sur une immense décharge, est très discret tout comme son homonyme grec est le souverain des Enfers, gouverne sous la terre et ne se mêle que très peu des affaires des autres. Tous deux ont en commun les morts également, même si aucune preuve peut faire tomber notre personnage dans les mailles de la police et ce, depuis des décades entières!
Quand on sait que ses enfants, Eden et Eric, sont flics, il y a quand même de quoi se poser nombre de questions! Une aura de danger les enveloppe et ce n'est pas Frank Bennett, nouveau coéquipier d'Eden, qui dira le contraire alors qu'une enquête démarre avec la découverte de corps mutilés.
C'est un premier roman pour cet auteur australien et Candice Fox est ambitieuse car c'est aussi le premier tome d'une trilogie!
Une réussite à mon sens car elle dépoussière les poncifs du polar avec une nouvelle définition du flic potentiellement pourri et trouble davantage encore la frontière entre les bons et les méchants. 
L'histoire d'Eden et Eric est atypique et passionnante. Leur parcours interpelle et suscite la curiosité au fil des pages. La relation entre le frère et la soeur, entre la fratrie et Hadès, est particulière, brute, bourrue et sensible à la fois, tout en non-dit. Si la personnalité de l'un ne laisse place à aucun mystère et augure par avance de son destin, il n'en est pas de même pour les autres pour lesquels un attachement naît, malgré leur nature et leur froideur.
Cette famille originale pose LA grande question de l'inné et de l'acquit suggérée en tête d'article. La naissance s'annonce-t-elle avec un bagage de mal et de bien ou est-ce en avançant dans la vie que le mal survient au détriment du bien? Je ramasse les copies à la fin de votre lecture! 
Si l'analyse psychologique de l'être humain qui deviendra celui qui donne la mort est fortement orientée dans ce roman, l'auteur pose également une autre grande question philosophique: qui a le droit de vivre et de mourir? Qui peut décider de qui a le droit de vivre ou de mourir? Quel costume revêt le mal?
L'intrigue policière met à jour un trafic d'organes effroyable orchestré par un individu qui a un sens moral des plus particuliers, alimenté par d'autres qui veulent absolument vivre, même si cela signifie la mort d'autres personnes qui n'ont rien demandé ou quand l'argent est là pour acheter la vie. 
Sauver sa vie, c'est aussi les efforts désespérés que Martina, victime de ce trafic, va déployer pour survivre. Un portrait magistral d'une femme de tête, bien plus seule que sa vie sociale ne le laisse présager, et qui ébranlera bien des murs dans ce roman.
J'ai adoré ce roman. Pas pour l'intrigue policière qui n'est guère complexe mais pour toutes ces questions existentielles que nous sommes tous posées au moins une fois dans notre existence! de quoi serions-nous capables pour nous venger d'un lourd et profond traumatisme, jusqu'où serions-nous capables d'aller pour sauver notre peau?
J'ai adoré ce roman pour la psychologie et la personnalité de chacun: pour le jeu auquel chacun se livre, pour les joutes verbales entre des coqs dressés sur leurs ergots ou les regards froids et inexpressifs de tueurs, ou pour l'ambiance anxiogène d'un commissariat où les rivalités se tissent.
Avec une mention spéciale pour Hadès, cet homme mystérieux, bourru, froid et rigide. Avec lui, c'est la parentalité que l'auteur aborde avec justesse. La difficulté d'éduquer un enfant, l'incapacité à le modeler comme on le souhaiterait, le devoir d'accepter sa nature même cruelle, la nécessité de le conformer au monde extérieur.
Un seul bémol toutefois: un manque de subtilité et de nuances qui provoque un enchaînement un peu trop rapide et un certain manque de profondeur dans l'évolution des sentiments et des émotions de Frank, qui apparaît comme un feu follet au milieu de personnages davantage maîtrisés et constants comme peut l'être Eden. Une Eden qui garde encore tout son mystère! 
Quelques petites maladresses qui, j'espère, seront corrigées avec le prochain tome que je m'empresse de poser sur ma table de chevet car je suis très curieuse d'en connaître davantage sur Hadès et Eden!
Lien : http://livrenvieblackkatsblo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
PapillonVoyageur
  25 avril 2017
Hadès, de la saga Archer & Bennett, une lecture sombre et psychologique... que j'ai vraiment dévorée ! Quand les éditions Michel Lafon ont proposé de le lire en Service-Presse, je me suis sentie obligée de le demander. Il me rappelait vraiment Surtensions de Olivier Norek. On peut dire que son côté sombre était mordant à souhaits. Une très bonne lecture, même si ce n'est pas un coup de coeur. Merci à Camille des éditions Michel Lafon pour cette fabuleuse opportunité !
Le résumé :
Frank Benett rejoint la brigade criminelle et fait la connaissance d'Eden, sa nouvelle coéquipière, sous l'oeil malveillant de son frère et collègue Eric. Leur première enquête débute immédiatement : des corps démembrés auxquels il manque des organes ont été découverts dans une marina. Frank et Eden mettent au jour un trafic, grâce à une liste officieuse de demandeurs.
Quand une jeune femme réussit à échapper au tueur et que d'autres corps sont retrouvés dans la maison où elle était séquestrée, la traque commence.
Mais Frank a de sérieux doutes sur Eden et Eric. À quoi correspond la liste de noms d'hommes disparus qu'il a trouvée chez Eden ? Pourquoi a-t-elle une photo d'Hadès, la légende du crime ?
Frank a mis le doigt dans un engrenage malsain et dangereux dont il va bientôt comprendre toute l'ampleur...
Candice Fox nous plonge dans un scénario cabalistique tissé avec subtilité et maîtrise. Si au départ on se sent un peu perdu, suite aux flash-backs en italique et à la narration de Frank marquée d'un « je » pour la dissocier de celle du tueur, ça roule ensuite comme sur des roulettes. L'intrigue prend son sens au fur et à mesure de la lecture. C'est comme un emboîtement de légo ; il faut trouver le bon pour que ça aille. Ici, plusieurs intrigues étaient mélangées ; la complexité est à son comble. Durant la lecture, un certain malaise nous noue les tripes et nous accompagne jusqu'à la fin. L'histoire est tellement réaliste qu'elle en vient à choquer. C'est le genre de roman qui demande à ce qu'on se pose deux minutes avant de débuter le prochain chapitre, afin de souffler un bon coup. Âmes sensibles s'abstenir ; c'est un livre troublant par sa psychologie vraie et déconcertante.
Comme je le disais plus haut, la narration est divisée en trois. Une seule est la première personne, les deux autres sont à la troisième, l'une d'elle étant écrite en italique. Cela paraît être un détail vu ainsi mais cela a une importance capitale dans le récit. En effet, l'italique nous exprime le passé où nous faisons la connaissance d'Hadès, la troisième personne « normale » nous plonge radicalement dans la tête du psychopathe et la première nous fait voir les choses par les yeux de Frank. du coup, on peut dire que la façon d'écrire de l'auteure rend hommage à l'intrication du roman. de plus, sa plume reste simple, sans pour autant être trop jeune. Elle parvient à garder un juste milieu, sans trop forcer sur les euphémismes et privilégier les hyperboles, tout ça en lui laissant sa fluidité. Pour moi, c'est une belle histoire très bien écrite.
Par ailleurs, les personnages demeurent bien construits. Candice Fox met les qualités comme les défauts en évidence égale chez chacun d'eux. Au final, ils sont tous très profonds et énigmatiques à leur façon. Frank, qui paraît très gentil, cache en fait un passé cruel et douloureux qui ne le rend pas spécialement fier. Eric et Eden n'ont connu que la souffrance, une affliction sans nom qui les ont énormément rapproché et bâti leur avenir de policiers. Jason, le tueur, n'avait pas une vie très facile non plus. Il me semble même qu'on dit souvent que les psychopathes naissent le plus souvent à cause de mères castratrices... Je ne me rappelle plus si cela avait été montré dans ce livre. Quoiqu'il en soit, son « évolution » en tant que fou est ficelée à la perfection. L'auteure sait de quoi elle parle ! Hadès, quant à lui, est un personnage très autoritaire, qui nous paraît dans le récit vraiment paternel, alors qu'il peut se montrer très sombre. Je n'ai pas vraiment de personnage préféré car, comme je disais, ils ont tous une double facette, cela les rend tous attachants et complexes.
Clairement, cette histoire vibre par ses protagonistes, leurs secrets, leur mystère, des meurtres et sa psychologie.
Selon moi, la fin est le léger point négatif de ce récit. Elle n'est pas nulle mais je m'attendais totalement à autre chose. C'était trop rapide, moins cohérent que le reste, alors que tout le reste était creusé dans le réalisme pur. Pour moi, la fin tombait un peu comme un cheveu dans la soupe. Mais elle n'en reste pas moins terrible. Ce final renversant m'a fait ressentir un tas d'émotions malgré tout. Et puis, cet avis n'engage que moi, d'autres personnes ne seront peut-être pas d'accord ! Quoiqu'il en soit, mon premier avis sur le roman en voyant la couverture et en lisant le résumé a été confirmé : je savais que ça me plairait ! La suite, maintenant, s'il vous plaît !
Grosso modo, fans de thrillers et de psychopathes, ce roman à l'intrigue complexe et profonde s'emparera de votre être sans lui laisser de répit. Les personnages et leurs secrets termineront de vous rendre dingue. Laissez-vous embarquer dans les tréfonds des enquêtes, des meurtres et de la décharge !
Lien : http://papillonvoyageurblogl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
GaouletteGaoulette   20 novembre 2018
Il faut toujours faire ça, s’éloigner des femmes pour pouvoir réfléchir à la relation qu’on a avec elles. De près, on est toujours l’esclave de leur peau fraîche et douce, de leur voix de miel, de la sécurité envoûtante que procure leur compagnie.
Commenter  J’apprécie          80
BlackKatBlackKat   16 octobre 2017
Les gens se soucient des autres tant que c'est socialement approprié (...). Ils aiment, ils haïssent, ils partagent et ils culpabilisent aussi longtemps qu'ils sont censés le faire, et pas une seconde de plus. Vous pouvez appuyer sur l'interrupteur quand vous voulez.
Commenter  J’apprécie          50
BlackKatBlackKat   14 octobre 2017
Sans lui, elle paraissait plus fragile. Plus petite. Pourtant quelque chose de nouveau, quelque chose qui vacillait encore dans la lumière du jour osait se frayer un chemin hors d’elle. Il me suffisait de voir ses yeux pour comprendre qu’une partie d’elle détestait son frère. Mais elle ne savait pas vivre sans lui.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   08 janvier 2018
Ça aurait dû être le boulot le plus facile du monde, mec. On entre, on sort, on attend deux ou trois jours puis on organise la remise de la rançon. On ne voulait pas leur faire de mal. J’avais même emprunté des jeux pour qu’ils ne s’ennuient pas pendant qu’ils resteraient avec nous.
Commenter  J’apprécie          20
GaouletteGaoulette   20 novembre 2018
Il existe deux moyens de connaître le cœur et l’âme d’une femme : coucher avec elle ou fouiller dans ses affaires. Dans les deux cas, vous risquez de finir avec un talon aiguille planté dans le cou.
Commenter  J’apprécie          30
Video de Candice Fox (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Candice Fox
Australian thriller crime novel HADES read by author, Candice Fox
autres livres classés : thrillerVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1732 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
.. ..