AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782800168616
48 pages
Dupuis (06/10/2017)
3.66/5   81 notes
Résumé :
New-York. Les valeurs du Dow Jones sont en chute libre, provoquant une perte de plus de 1000 milliards de dollars, avant de subir une remontée tout aussi spectaculaire. Tous les regards se tournent aussitôt vers Mary Striker, tradeuse pour le Groupe Winch, considérée responsable de ce qui apparaît comme une manipulation de cours sans précédent sur lequel le FBI et la SEC s’empressent d’enquêter.

Yucatan. Cet incident n’est pas fait pour arranger les ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (35) Voir plus Ajouter une critique
3,66

sur 81 notes

lyoko
  04 octobre 2017
Largo Winch a une fois de plus des ennuis. Cette fois-ci c'est directement les sociétés de Largo qui sont impactées. Un tome très technique , avec des traders et beaucoup d'explications liées aux bourses.
Un épisode assez rythmé, qui donne une lecture fluide et agréable de cette BD. Les graphismes sont très travaillés. mais j'ai apprécié tout particulièrement la colorisation qui est éclatante et très punchy. Ce qui donne un certain équilibre a mon sens , avec un Largo un peu moins actif physiquement que dans d'autres épisodes.
Je trouve cet opus très réussi, et la suite de Jean van Hamme est assurée , d'autant que juste refermé ce tome 21 j'ai déjà envie d'avoir le 22 entre les mains.
Commenter  J’apprécie          4210
Davalian
  08 octobre 2017
L'album tant redouté est arrivé, celui qui voit le départ de Jean van Hamme, le père de Largo Winch. le flambeau a été confié à Éric Giacometti, rendu célèbre par le duo formé avec Jacques Ravenne. La série, aux millions d'exemplaires, se retrouve donc maintenant à la croisée des chemins.

Je tiens ici à remercier Babelio et les éditions Dupuis qui m'ont offert cet exemplaire de L'Étoile du matin dans le cadre de l'opération privilégiée de masse critique de septembre. Découvrir cet album en avant-première est une attention sympathique.

Que les adeptes se rassurent : le changement paraît ici à première vue incolore dans le sens où Philippe Francq reste aux manettes. le style graphique n'est pas donc impacté par ce changement. Nos retrouvons ici des dessins que nous connaissons avec une plongée dans différents univers. Ainsi l'on va nous proposer de visiter de nombreux pays : alors que les Etats-Unis et l'Europe (notamment la Suisse) sont sous la neige, Largo doit participer à un colloque, et régler quelques comptes au passage, au Mexique.

Ces séquences-là sont franchement impressionnantes. Une tout particulièrement qui amènera notre milliardaire à rejoindre en catastrophe son fameux Colibri dont nous avons déjà entendu parler, et ce depuis un lieu chargé d'histoire. le travail de Philippe Francq donnera donc tout naturellement envie de découvrir les sites en question. Il aurait été difficile de faire autrement, mais il est dommage que ce point d'orgue soit situé en introduction. La suite, bien que de très haut niveau avec des dessins réalistes, ne parviendra pas à se hisser à ce sommet.

Le scénario est riche et dense en faisant la part belle à la technique financière. Les révélations sont vulgarisées et tout à fait compréhensibles. Elles font froid dans le dos et méritent que l'on s'y attarde. L'homme est bien peu de choses. La démarche philosophique est laissées de côté, mais il y a ici de quoi réfléchir et s'inquiéter.

Le texte tient une place importante. Fort heureusement des scènes d'action viennent apporter un peu de la variété. Il va être question de spéculation boursière (alors que le groupe W n'est justement pas coté en bourse) et d'un mystérieux ennemi qui reste dans l'ombre. Certains indices sont dévoilés et des conjonctures peuvent être faites… mais il faudra attendre l'album suivant pour voir si elles seront confirmées. D'ailleurs, il semble même y avoir de nombreux comploteurs qui restent dans l'ombre. Voici autant de promesses pour l'avenir…

En elle-même, l'histoire fait le lien avec les deux tomes précédents. Il est assez curieux de constater que les pistes laissées en suspens ne sont – pour l'instant – pas vraiment exploitées. Dommage, car cela renforce leur côté vaudeville. Ici Largo semble avoir remis les pieds sur terre. Quelques références sont faites au cycle Mer noire et Colère rouge mais elles restent secondaires.

Eric Giacometti tente ici de se rapprocher des premiers albums. Ainsi il récupère des personnages bien connus. : Simon et Freddy sont de retour. Marilyn fait une brève apparition, tout comme Penny. L'impression d'assister à un retour aux sources pour aller vers de nouveaux horizons est renforcée par l'intermède consacré au Liechtenstein. D‘autant qu'un autre personnage refait ici son apparition à grand coup de flashback ! La surprise st de taille !

L'Étoile du matin est donc de bonne augure pour la suite des aventures de Largo : ennemis implacables et mystérieux, traîtrises potentielles, final nous laissant dans l'expectative (quoiqu'il ne soit pas vraiment surprenant), une alliée charmante : tous les ingrédients sont réunis pour rassurer le public et lui rappeler de bons souvenirs !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          173
Dionysos89
  07 novembre 2017
Reprendre une série au long cours au numéro 21 peut sembler une gageure. Toutefois, le cas de Largo Winch n'est pas concerné du fait d'un héros charismatique qui tient la série depuis le début et d'un format d'aventures qui fonctionnent par diptyque (où donc tous les numéros impairs peuvent être l'occasion de revenir dans la série).
Dans l'Étoile du matin, deux événements déclenchent l'affaire. D'un côté, un assassinat est perpétué alors que Largo Winch cherchait à se renseigner sur des concurrents. de l'autre, un montage financier amène le héros au bord de la faillite. Je prends volontairement des termes génériques pour ne pas tout dévoiler, mais aussi (et surtout) car un constat peut se faire très vite : le scénario d'Éric Giacometti reprend les éléments ultra classiques des premiers tomes. Vu que c'est le premier qu'il réalise, le lecteur peut y voir un hommage ou l'amusement d'un souvenir nostalgique (on retrouve Simon, on retrouve Freddie, etc.) ; toutefois, il est un peu décevant de voir un tel auteur de thriller en reste au héros cabotin qui se fait poursuivre toujours de la même manière et qui risque (encore) de perdre toute sa belle fortune qu'il ne sait pas entretenir ? Heureusement, sur ce dernier aspect, un certain nombre d'explications financières (dont une qui donne son titre à cet opus) agrémente l'intrigue d'un fond un peu plus solide qu'une simple course-poursuite trop classique.
Du point de vue graphique, là aussi du positif et du négatif s'affrontent, suivant avec quelle attente vous abordez ce tome. Malgré le témoin passé au scénario de Jean van Hamme à Éric Giacometti, les dessins sont toujours dévolus à Philippe Francq. Cela permet une cohérence avec les autres tomes, forcément, et une transition en douceur, si un jour, comme Jean van Hamme, il devait passer la main. Pour autant, les défauts de son trait réaliste sont aussi présents que dans le tout premier tome de la série : des visages parfois lisses et des paysages absents de la plupart des cases. Tristement, on aurait pu découvrir ce tome dans les années 1980 que ça n'aurait pas été choquant, or avec vingt tomes et tant d'années d'expérience, le lecteur pouvait s'attendre à mieux.
En somme, L'Étoile du matin n'est pas une bande dessinée déplaisante, mais ne peut honnêtement pas bénéficier de la bienveillance inhérente au premier tome d'une série, quand bien même elle serait culte comme Largo Winch.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          172
EDU2017
  05 octobre 2017
LARGO WINCH réinvente son horizon
L'Étoile du matin du nouveau tandem Philippe Francq et Éric Giacometti , 21ème opus de la série Largo Winch à paraître le 06 octobre 2017 aux éditions DUPUIS , sonne le renouveau particulièrement réussi de la série et annonce une mue profonde de l'univers où évolue le plus célèbre héritier du 9ème Art.

« le destin n'est pas une question de chance. C'est une question de choix. ». Cette citation de Nério Winch, Philippe Francq pourrait la faire sienne quand Jean van Hamme lui annonce brutalement en 2014 son souhait de mettre fin à leur collaboration de 24 ans sur ce best-seller. Très rapidement le père graphique de la série opère des choix déterminants : nouveau scénariste, retour aux fondamentaux : l'économie et la finance révélées à la lueur de notre époque. Résultat : les deux compères signent l'un des meilleurs albums de la série et Largo Winch reprend son destin en main.
Profitant du passage de témoin entre le créateur du personnage, Jean van Hamme et le nouveau scénariste Éric Giacometti, l'histoire concentre différentes thématiques fortes : finance de l'ombre, trading haute fréquence, Anonymous, e-réputation. La fin inaboutie du précédent diptyque (Chassé-Croisé, 20 Secondes) sert de « rampe de lancement » à ce nouveau cycle. Dans cet album, le Groupe Winch se trouve pris au coeur de la tourmente. Ce dernier est accusé d'être à l'origine d'une grave crise financière internationale. Un flash crash. L'intrigue économique aborde l'univers boursier.
Philippe Francq précise : « Pour l'instant, nous parons au plus pressé en terminant l'histoire que Jean van Hamme a commencé à raconter. Ensuite nous aurons du travail ! ».
Nouvelle ère

Le nouvel album s'ouvre par une séquence illustrée d'un feu d'artifice en Russie. Cette scène inaugurale et spectaculaire donne le ton d'un récit enlevé et moderne, servi par l'efficacité des cadrages et le talent de mise en images du méticuleux Philippe Francq. Avec ce nouvel exercice ce dernier atteint un sommet graphique sur l'ensemble de la série. Les nuances et la variété de la mise en lumière servent l'esthétique globale des planches et leur lisibilité. le tout dans un souci de constant équilibre de chaque composante. Les deux auteurs sont au diapason. A la richesse visuelle (les architectures), la diversité des lieux visités, parfois familiers au lecteur, font écho des séquences alternant flash-backs et nouvelles pistes densifiant l'intrigue et brouillant à dessein les intuitions du lecteur. Éric Giacometti prend rapidement ses marques. le scénariste et romancier n'est jamais loin pour agrémenter son thriller économique d'indices techniques.
Soucieux du rythme, les nombreuses touches d'humour apportent les plages de respiration nécessaires qui permettent au lecteur de varier le rythme de sa lecture et d'assimiler, le récit très documenté et construit. L'action emboîte le pas comme au plus belles heures de la série.
L'histoire fait également la part belle aux rebondissements et à l'apparition de nombreux personnages inquiétants très charismatiques.
La synergie de leur collaboration offre au lecteur le plaisir d'une lecture jubilatoire. le texte nourrit l'image et l'image répond au texte, comme portés par l'ambition du projet que les deux auteurs s'assignent à délivrer aux amateurs de ce blockbuster dans les prochains albums. le successeur de Jean van Hamme réussit le tour de force de dresser à la fois un inventaire géographique et initiatique du personnage (la séquence de « la méditation sur la beauté chaotique de la bourse » clin d'oeil au cycle du Tao, Lucerne, Chicago…) qui n'est jamais gratuit, et dans le même temps d'ouvrir des pistes multiples (Mexique, Russie, la fiscalisation de Largo…) qui sont autant de lignes directrices envisageables pour l'avenir de la série. Comme le souligne le milliardaire : « les temps changent… »
L'objectif avoué étant une restructuration du Groupe Winch à terme. Pour P.Francq et E. Giacometti, l'époque actuelle offre de nouveaux schémas et modèles économiques que le Group Winch doit assimiler et intégrer. La vision est partagée par les deux hommes. Si Éric Giacometti souligne que « la grande question est de savoir comment positionner Largo dans la société d'aujourd'hui ». L'ex-journaliste économique et romancier à succès ajoute : « Je souhaite l'entraîner dans des univers économiques où il n'est jamais allé. » Philippe Francq ajoute parlant de son héros : « Il est temps de le mettre à niveau avec le monde qui l'entoure… »
Récemment revenu de Russie pour des repérages, le dessinateur devrait rapidement s'atteler au destin de son héros dans un tome 22 intitulé Les voiles écarlates qui est d'ores et déjà très attendu.

Album charnière

Tiré à 360.000 exemplaires, cet album représente un nouveau départ pour la série. A la lecture, de cette première partie, il apparait qu'une fois de plus la réussite est au rendez-vous.
E. Dumont
Éric Giacometti, ex-journaliste économique et romancier à succès. Il est l'auteur des enquêtes du commissaire Marcas.
Les éditions Dupuis proposeront le même jour une édition documentée (cahier supplémentaire de documents inédits).
Pour les fans, le 01 décembre 2017, les éditions Dupuis publieront : une édition commentée (les crayonnés de l'album commentés par Philippe Francq) et une édition prestige (grand format, tirage limité, numéroté et signé.)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
umezzu
  03 novembre 2017
Van Hamme passe la main et confie la suite des aventures de Largo à Eric Giacometti. Allait-il s'inscrire dans la lignée des derniers Van Hamme ou explorer d'autres domaines ?
La réponse est un peu des deux.
Côté immuable : une histoire en deux parties, où immanquablement Largo se fourre dans les ennuis dans la première partie (ici, il est un peu aidé par un potentat russe). Autre classique : ses fameuses actions nominatives de sa Anstalt au Liechtenstein. On a déjà du essayer de les lui piquer bon nombre de fois. Autre constante : la naïveté du bon Largo, qui veut tout bien faire, même quand le bon sens lui dirait de prendre la poudre d'escampette.
La nouveauté vient d'un scénario plus lié à l'actualité et aux derniers soubresauts de l'économie. On va donc trouver notre milliardaire (qui pourtant n'est pas sensé aimer les réceptions) à un mini Davos au Mexique. Il y rencontrera des opposants vindicatifs et des oligarques russes (pour faire plus simple et moins dangereux pour lui, il aurait pu aller voir un match de foot en tribune présidentielle...). Et notre vedette de l'économie pour les nuls va se faire expliquer ce qu'est le Trading Haute Fréquence, où comment des ordinateurs interviennent en des micro-secondes sur des marchés financiers pour profiter des moindres mouvements de hausse ou de baisse.
Plus besoin d'humains, une structure financière peut s'enrichir à laisser tourner ses serveurs informatiques.
Le hasard fait que j'ai juste fini la semaine dernière the Fear Index de Robert Harris, un roman qui raconte dans le détail ce que font ces systèmes informatiques, et pire ce que cela pourrait donner si on y appliquait l'Intelligence Artificielle.
Giacometti se sort pas mal de la comparaison, il reste accessible au grand public et resserre l'intrigue autour d'un phénomène économique peu connu. Les dessins sont toujours réalistes et les lieux visités rendent le voyage sympathique. Tout cela semble donc bien parti. Attendons le tome suivant pour finir cette analyse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130


critiques presse (4)
Bedeo   18 octobre 2017
Nouveau cycle mais pas de révolution pour le plus célèbre des milliardaires, qui pourrait très vite avoir quelques cheveux blancs, soit par déclin, soit pour encore plus le faire entrer dans une nouvelle ère.
Lire la critique sur le site : Bedeo
Sceneario   10 octobre 2017
Une bonne surprise qui nous redonne gout aux aventures du célèbre millairdaire-aventurier !
Lire la critique sur le site : Sceneario
Culturebox   09 octobre 2017
Dans "L'Etoile du Matin", un nouvel auteur, Eric Giacometti, succède au scénariste génial Jean Van Hamme. Pari tenu : avec le dessinateur Francq, il donne un nouveau souffle au récit. Une immersion réussie dans le monde impitoyable de la finance à New-York.
Lire la critique sur le site : Culturebox
BDZoom   02 octobre 2017
Pour Largo Winch, milliardaire romantique à la tête du groupe W, les temps changent. Dans « L’Étoile du matin », son nouvel album à paraître le 6 octobre, le gentil se retrouve malgré lui dans la peau du méchant et le capitalisme sans morale le rattrape.
Lire la critique sur le site : BDZoom
Citations et extraits (28) Voir plus Ajouter une citation
DavalianDavalian   08 octobre 2017
- Leçon n°1 : un vrai patron ne cherche pas l'amour de ses employés. Pour ces gens, tu seras toujours l'exploiteur et eux les victimes.
- Aviez-vous besoin de prendre la Bentley pour les humilier ?
- Leçon n°2 : assumer son statut. La carrosserie de cette voiture marque une frontière infranchissable entre eux et toi.
Commenter  J’apprécie          60
DavalianDavalian   08 octobre 2017
- "Qu'importe qu'on me haïsse, pourvu qu'on me craigne." Tu devrais lire Suétone, c'est très instructif.
Commenter  J’apprécie          190
tchouk-tchouk-nougattchouk-tchouk-nougat   20 février 2018
Palnine et Sokoliev claquent chacun en un soir ce que je gagne en trois ans. Ces riches n'ont aucune morale.
Commenter  J’apprécie          90
AxelinouAxelinou   11 mai 2018
- Ah, Ksenia ! C’est la plus belle bataille de champagne de l’année. Je te parie qu’il va surenchérir.
- Je ne parie jamais sur la bêtise des hommes. L’impossible est toujours certain…
Commenter  J’apprécie          40
DavalianDavalian   08 octobre 2017
- Mon petit Freddy, direction la banque.
- Et conduisez avec prudence.
- Monsieur voudrait-il mon poing dans sa gueule ?
Commenter  J’apprécie          60

Lire un extrait
Videos de Philippe Francq (20) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Philippe Francq
Vidéo de Philippe Francq
autres livres classés : bourseVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Largo Winch L'héritier

Dans quelle ville Nerio Winch est-il assassiné?

Hong Kong
Paris
Londres
New York

6 questions
6 lecteurs ont répondu
Thème : Largo Winch, Tome 1 : L'héritier de Philippe FrancqCréer un quiz sur ce livre