AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782492006050
160 pages
Editions du plenitre (10/06/2021)
3.95/5   10 notes
Résumé :
Dans son cinquième numéro, Front Populaire fait le point sur une question profondément souverainiste : la protection de l'environnement. Car défendre le droit des peuples, c’est aussi défendre la maîtrise de l'énergie, le localisme et la politique du temps long.
Que lire après Front Populaire, n°5 : Ecologies, les leurs et la nôtreVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Dans ce volume 5 de la revue Front populaire de Michel Onfray, est abordée la délicate question de l'écologie. Si la protection de l'environnement, un mode de vie plus sain, le bien-être animal et humain, le respect de la nature, sont des idéaux largement partagés, ils ne sont pas sans véhiculer beaucoup d'idéologies et de discours contre-productifs voire dangereux. Certains problèmes comme celui de l'explosion démographique ou l'abattage rituel des animaux dans la majorité des abattoirs sont passé sous silence alors que de fausses solutions, comme l'énergie éolienne qui engendre plus de problèmes qu'elle n'en résout, sont défendues au nom d'une transition écologique présentée comme incontournable…

A travers différentes plumes qui ne vont pas forcément dans le sens de l'écologie officielle mais qui se révèlent souvent pleines de bon sens, on est amené à s'interroger et à mieux comprendre les véritables enjeux d'une défense de l'environnement pas du tout politiquement correcte : contre la viande cellulaire mais pas forcément contre les OGM ; pour un retour au local donc à la souveraineté contre une mondialisation destructrice ; pour une croissance non polluante plutôt que la décroissance ; bref pour un changement profond de nos modes de vie plutôt que la chimère d'une transition énergétique aberrante et les sirènes du transhumanisme… de quoi reprendre ses esprits et éviter les discours catastrophistes, moralistes ou trop septiques…
Commenter  J’apprécie          285
« Ecologies » : tel est le sujet traité par ce volume 5 de « Front Populaire ». Ecologies, parce qu'il y a de nombreuses façons d'appréhender ce sujet, contrairement à la doxa reconnue par la gauche bien pensante qui affirme que l'écologie est de gauche…
En fait, rien de plus souverainiste que l'écologie dans la mesure où elle touche de nombreux sujets comme l'indépendance énergétique, l'autosuffisance alimentaire, l'aménagement du territoire, j'en passe…
A nouveau, dans ce numéro, l'équipe de Michel Onfray apporte un éclairage « hors pensée unique » sur un thème d'actualité, et qui le sera de plus en plus à mesure que la date des élections présidentielles s'approchera. Tout le monde va y aller de sa théorie fumeuse accompagnée de ses fausses solutions ; et je ne parle pas que des éoliennes…
La sphère écolobobo se mobilise, showbiz compris, et avec Michel Onfray, « j'aimerais demander à Léonardo di Caprio et Marion Cotillard s'ils savent distinguer la luzerne du sainfoin … » le rat des villes et le rat des champs…
Une fois de plus, « Front Populaire », même s'il ne propose pas de solutions apporte de nombreuses pistes de réflexion sur un courant de pensée très en vogue actuellement coté idéologique, mais qui pourrait bien modifier notre avenir de façon dramatique si nous n'y prenons garde.
Commenter  J’apprécie          271
L'article écrit par Michel Onfray est vraiment très très intéressant. le développement est long et travaillé. L'article questionne le capitalisme vert, autant que l'avancée vers une nouvelle civilisation globalisée, capitaliste et transhumaniste. Il vaut vraiment le coup.

L'article d'Antoine Buéno sur la démographie est très éclairant, et a fait renaître en moi mes pulsions Malthusiennes.

À noter également l'article d'Anne-Sophie Nogaret sur la "pastequisation" d'EELV, qui vaut le détour. Celui de Barbara Lefebvre est très très bien écrit et tout aussi intéressant (étant végétarien j'y ai été assez sensible) !

Sur les défauts que je peux retenir de ce numéro : peut-être la courte interview de Brigitte Bardot, qui n'a pas vraiment d'intérêt et ne prend pas le temps de développer son propos.

Pour le reste, ce numéro a le mérite d'explorer largement les points de vues sur l'écologie au sens large. Il vaut le coup.
Commenter  J’apprécie          21
Un nouveau numéro de la revue souverainiste de Michel Onfray qui traite de l'écologie sans chercher une bonne fois pour toute à trancher sur certaines questions brûlantes, comme par exemple celle du réchauffement climatique, qui divise le plus.

On y trouvera toutes sortes de critiques aussi bien celles d'un climatosceptique, appelé ici climatoréaliste, que celles d'un défenseur de l'antispécisme, celles d'un partisan des OGM puis celles d'un animaliste.
Beaucoup de remise en cause en tout cas des projets a priori favorables à l'environnement avec la critique des éoliennes, de la viande cellulaire, des partisans de l'écologie politique, nos partis "Verts", bien souvent davantage des défenseurs des nouveaux sujets sociétaux qui font désormais fureur sous le nom de "culture woke".

Le seul lien commun entre tout cela? Celui de la nécessité d'un retour à notre souveraineté politique, c'est-à-dire l'urgence d'un Frexit afin de faire réellement basculer nos existences dans un mode de vie durable et plus local, le régime "Vert" que l'on voudrait nous imposer pouvant être considéré comme le cheval de Troie du transhumanisme, du post-humanisme et du mondialisme.

A conseiller donc pour considérer la diversité des points de vue sur l'écologie et les solutions qui peuvent être apportées.
Commenter  J’apprécie          00
Drôle de magazine, c'est le premier que je le lis de la série. Intéressant d'étudier les sujets de l'écologie par d'autres prismes ce qui m'a fait lire ce bouquin. La forme m'a mis mal à l'aise avec une construction en systématique opposition et démontage méthodique...Tout article est l'occasion de caser de l'idéologie, même des articles bien intéressants comme celui d'Olivier Rey sont obligés d'aller utiliser leur démonstration pour en casser d'autres comme le prétendu wokisme.
Et inviter un spécialiste du climat qui se réclame de Claude Allègre...
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
Les objectifs climatiques auront un coût de 6900 milliards de dollars par an durant les dix prochains années. On comprend que cela aiguise les appétits et que la vérité première du climat ne soit plus scientifique mais financière. Le climat sert de paravent à quantité de grosses industries, qui se garantissent de confortables revenus tout en restant sous les radars de la critique. Prenez le secteur éolien, ce grand sauveur de la planète devant l'éternel. Il s'agit d'un oligopole dans lequel une dizaine de très grosses industries, notamment chinoises, se partagent plus des deux-tiers d'un marché dont l'ordre de grandeur annuel est la centaine de milliards de dollars.
Commenter  J’apprécie          120
Plutôt que d'enseigner les gestes du tri sélectif et autres gadgets écologiques aux jeunes générations, cultivons leurs sens, chacun de leurs sens, l’œil, l'ouïe, le toucher (dont procède le tact, disait Henri Bergson), l'odorat, le goût (la plus puissante arme contre l'industrie alimentaire) et le sens de la beauté. Ce sont là les plus sûres vigies.
Commenter  J’apprécie          100
Depuis la fin de l'Empire romain d'Occident, l'Europe a périodiquement été le foyer de "renaissances", où la fréquentation des Anciens était un recours pour se sortir des impasses et servait d'aliment à de nouveaux départs. La malédiction qui nous frappe ne tient pas au tarissement de cette ressource, mais au fait que pour la première fois dans l'histoire de l'Europe, nous en avons perdu l'accès ou refusons d'en faire usage.
Les intellectuels chinois n'en reviennent pas : eux qui se sont mis à l'école des Occidentaux, pour apprendre d'eux les moyens de sortir de l'état de sujétion qui, un siècle durant, des années 1840 aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale, a été imposé à la Chine, sont stupéfiés de voir l'Occident liquider, de sa propre initiative, l'héritage qui jusque-là avait nourri sa permanente fécondité. Peut-être est-ce parce qu'il a mal pensé la vie que l'Occident en vient aujourd'hui à se donner la mort ; tandis que c'est, inspiré par les Anciens, en pensant correctement la vie qu'il parviendrait, éventuellement, à renaître encore une fois.
Olivier Rey
Commenter  J’apprécie          20
D'une manière générale, les scientifiques sont mal équipés pour naviguer dans les eaux troubles de la politique. Ils se croient protégés par leurs connaissances et leur intégrité alors qu'ils sont démunis devant des mouvements qui les dépassent.
(Benoît Rittaud)
Commenter  J’apprécie          110
Les hommes se sont offert, avec force génie scientifique, les moyens de se suicider collectivement et se sont comportés comme des enfants jouant avec des allumettes dans un magasin à poudre.
Commenter  J’apprécie          140

autres livres classés : écologieVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (21) Voir plus



Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
432 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre

{* *}