AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Marie-Saskia Raynal (Traducteur)Naomiki Sato (Traducteur)
EAN : 9782203373327
176 pages
Éditeur : Casterman (26/08/2005)

Note moyenne : 3.15/5 (sur 37 notes)
Résumé :
Le 31 mai 2001, en gare de Shinjuku, 54 lycéennes, main dans la main, se jettent sous un train. Seule Saya en réchappe.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Mero
  07 juin 2013
Les lecteurs qui n'auront retenu que le côté trash de l'histoire seront passés à côté du message qu'a tenté de faire passer l'auteur sur l'enfer des suicides collectif au Japon.
Ce pays détient le record du taux de suicide le plus élevé en milieu scolaire, avec des écoliers de plus en plus jeunes qui se suicident dans l'indifférence la plus totale des médias.
C'est un mal de société que n'arrive pas à endiguer le Japon malgré les initiatives de l'Éducation Nationale. Il est dit avec beaucoup de justesse dans le manga que si ces filles n'avaient été que deux à se suicider personne ne s'en serait soucier. C'est bien là une triste réalité.
Une oeuvre noire très puissante, imprégnée par les légendes urbaines et l'influence d'internet chers aux nippons.
Commenter  J’apprécie          210
Sphilaptere
  16 septembre 2017
C'est sûr que c'est plus rigolo à plusieurs. Que nous a concocté Furuya, cette fois ? Une autre plongée dans le psychisme trouble des collégiennes et lycéennes kawaï ?
Ce manga one-shot est tiré d'un film de Sion Sono, Suicide Club. Je l'ai vu et je le préfère au manga, et pas seulement à cause des gerbes de sang cheap et des rouleaux de peau (mais ce n'est pas le sujet ici). Furuya a des liens dans les milieux artistiques underground, le théâtre notamment, et connaît Sion Sono de longue date. Il a même figuré dans plusieurs de ses films. Tout est sur IMDB.
Dans une interview pour Atom, Furuya raconte comment Sono lui a demandé de composer un manga pour accompagner la promotion du film, et qu'il a conservé uniquement la spectaculaire scène d'ouverture. le reste de l'oeuvre suit une histoire totalement différente, malgré certains petits éléments communs. Il faut dire que le film est particulier, plus dans les cordes d'un Kaneko (Soil), je dirais.
Le manga suit une trame plus classique, fantastique. Une construction un peu difficile à suivre avec plusieurs cercles, et des flash-backs. Mais si j'y suis arrivé, tout le monde peut suivre.
Cinq points, plutôt défavorables pour une fois.
1 – Le dessin, je n'aime pas énormément le dessin de Furuya, et là je crois qu'il est le moins inspirant de ce que j'ai pu voir de lui jusqu'à présent. Je trouve qu'il lorgne un peu du côté de Suehiro Maruo, sans y être, mais c'est peut-être mon imagination.
2 – Le lettrage est un des pires que j'ai jamais vus, une police style machine à écrire et des textes tassés dans le haut des cases en voix off. Mais stop sur les râleries de vieux con.
3 – Il y a quand même quelques belles scènes, des cases, et des éléments très furuyens, comme les cases de bouche (oui, j'ai conscience que seuls ceux qui ont lu le manga peuvent comprendre de quoi je parle ici).
4 – Le scénario présente en effet une plongée dans le psychisme trouble de jeunes filles, joue sur les jeux de fascination et d'ascendant. Des scènes assez crues alternent avec des dessins mignons sur les cahiers de classe des interchapitres (un autre truc furuyen).
5 – Mais le scénario de Furuya a pour effet de disculper et désamorcer un peu la réflexion, et atténue son effet très dérangeant. C'est la raison pour laquelle je préfère le film (nous y revoilà).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
PostTenebrasLire
  30 décembre 2012
Cassez votre image bucolique et cool des jeunes Japonaises avec une plongée dans l'enfer des collégiennes.
C'est dur et cru, mais le trait sait se faire léger pour suggérer.
Commenter  J’apprécie          100
Katiouchka
  06 décembre 2010
Livre sombre, histoire difficile, images trash, à ne pas mettre dans toutes les mains. Facile à lire.
A la découverte du monde des lycéennes japonaises.
Commenter  J’apprécie          60
kadeline
  19 janvier 2016
Le cercle du suicide aborde un thème très intéressant et dont le traitement est globalement réussi. C'est sombre, tragique et bien développé. Petit bémol envers les flashbacks : certains nous font vraiment perdre le fil. C'est une très bonne lecture passée cette petite gêne.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
MeroMero   02 décembre 2012
L'expression "Oku Yukashii" signifie qu'il faut toujours se soucier de ses réincarnations suivantes et suivre la voie du Bouddha. Dans le 5ème paragraphe " j'aimerais mieux devenir religieuse !", exprime le fatalisme de ceux qui sont dans le malheur.
Commenter  J’apprécie          100
MeroMero   02 décembre 2012
Mitsuko s'était mise à ma place. Elle représentait un moi avec lequel je pouvais avoir un lien. Mais maintenant, ce moi a disparu, et le lien aussi. Alors pourquoi me soucier de moi ?
Commenter  J’apprécie          110
MeroMero   02 décembre 2012
Les autres ne peuvent pas voir les blessures de notre cœur. C'est pour cela que nous gravons les traces de notre souffrance sur notre corps.
Commenter  J’apprécie          110
MeroMero   02 décembre 2012
Elle a dit "mourons ensemble". Elle souriait si gentiment en disant ça. Et moi j'ai été incapable de mourir alors que toutes les autres ont réussi.
Commenter  J’apprécie          100
KatiouchkaKatiouchka   06 décembre 2010
La fille qui est morte hier dans une ruelle à Shinjuku allait au même lycée que Saya Kôda, la survivante du cercle du suicide. Le jour de sa mort, elle s'est disputée avec Saya et l'a frappée.
Pourquoi est elle morte?...
Commenter  J’apprécie          60

Videos de Usamaru Furuya (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Usamaru Furuya
Tous les enseignants ont une raison d'avoir choisi ce métier...
Je voudrais être tué par une lycéenne, manga de Furuya Usamaru.
Résumé : Haruto Higashiyama n?est excité que par le risque de se faire tuer par une lycéenne. Cet autassassinophe est donc devenu professeur dans l?espoir de pouvoir être un jour mis à mort par une lycéenne. Il jette son dévolu sur une de ses élèves, rêvant d?être assassiné de ses douces mains de jeune fille. Il prépare alors son plan minutieusement, révélant petit à petit sa personnalité pour le moins grotesque?
En savoir plus : http://www.editions-delcourt.fr/serie/je-voudrais-etre-tue-par-une-lyceenne-01.html
Achetez la Bande Dessinée numérique directement via l'application Delcourt - Soleil : https://itunes.apple.com/fr/app/delcourt-soleil-bd-comics/id840127039
Retrouvez-nous sur le site internet et réseaux sociaux pour plus de BD : http://www.editions-delcourt.fr https://www.facebook.com/editionsdelcourt https://twitter.com/DelcourtBD
Achetez le tome : Amazon : http://www.amazon.fr/gp/search?ie=UTF8&keywords=9782756095691&tag=editidelco-21&index=blended&linkCode=ur2&camp=1638&creative=6742 Fnac : http://www3.fnac.com/advanced/book.do?isbn=9782756095691&Origin=EDITIONSDELCOURT&OriginClick=yes Cultura : http://www.cultura.com/catalogsearch/result/?q=9782756095691&classification=0
+ Lire la suite
autres livres classés : internetVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le manga en quelques mots (facile)

Quel est le pays d'origine du manga ?

La Chine
Le Laos
Le Vietnam
Le Japon

5 questions
908 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , mangakaCréer un quiz sur ce livre