AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782359660968
128 pages
Éditeur : Editions Fei (01/05/2014)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 27 notes)
Résumé :
Ma fille, tu as bientôt vingt ans
et tu maîtrise tous les aspects
de la politique chinoise et britannique.
Il est temps que tu accomplisses ta première mission.
Tu vas entrer au service de la famille Elron
en tant que domestique.
Sir Elron organise le commerce clandestin de l'opium à Canton.

Tu dois tout savoir de ce qu'il fait !!
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
ninosairosse
  29 janvier 2019
♫L'opium endort les malheureux
Et les emporte jusqu'aux cieux
Dans un nuage merveilleux
De fumée bleue...
Dans le soir qui s'enfuit,
Loin des chants, loin du bruit,
Sur la natte, endormi,
Le Beau Rêve a repris...
Nuits de Chine,
Nuits câlines,
Nuits d'amour !
Nuits d'ivresses,
De tendresses,
Où l'on croit rêver jusqu'au lever du jour.♫
Marc Lavoine en duo avec Bambou- 2007-
reprise de la chanson de 1922 - signée Ernest Dumont et Ferdinand Louis Bénech.

"Saisis la pierre le plus vite que tu pourras
Le jour où tu arriveras à la prendre
tu pourras quitter le temple..."
Kung fu intensif
On mouille son calcif
on retire les mains de son slip
on fait la révolte des Boxers (1898-1900)
Révolte des Taiping (1851-1864)
Deuxième Guerre de l'Opium (1856-1860)
L'heure de nous quitter
est arrivée
Il tape sur les bambous
il joue pas les mandarins
Parfaite harmonie au pays des jonques-ondes
ma bonzesse c'est pas une blonde
mais quand elle sourit
toute sa bouche rit...
Conflit le plus meurtrier de toute L Histoire
Les français en faisaient partie, j'ai de la peine à croire...
Merci à Laure Garancher de nous ressortir cette fresque aux couleurs mandarine
voyager sur son lit c'est admirer un paysage peint
Plusieurs point de vue dans un même dessin
on ne tire jamais de gloire à s'emparer d'une vie, signé David Carradine (1936-2007)


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          743
jamiK
  23 juillet 2019
Le graphisme est assez raide, jouant sur l'aspect vieillot, et se pare parfois d'un exotisme oriental plus libre, plus léger, le tout rappelle les quelques souvenirs coloniaux qui peuvent encore traîner chez les antiquaires. Souvent je reproche l'aspect artificiellement vieilli, les effets de surface, papier avec des taches brunes, couleurs naturelles passées, éraflures, et pourtant, ici, je dois avouer que cela fonctionne particulièrement bien, tout y est traité avec soin et justesse, jusqu'au choix du papier, des motifs de pages de gardes et des ornementations diverses. Sans doute que le contexte n'y est pas pour rien, ce style s'accorde parfaitement au récit.
C'est une bande dessinée historique, l'histoire se passe en Chine, au XIXe siècle, pendant l'occupation britannique, appuyée par la plupart des pays riches. Deux soeurs jumelles Mei Ju et Mei Yun, filles d'un général de l'armée chinoise, sont éduquées dans le but de devenir des espionnes au service de la Chine. Seule Mei Ju suivra ce destin. Cette bande dessinée est l'occasion de découvrir le système colonial britannique de l'époque, leurs méthodes qui font passer les cartels de la drogue en Colombie pour de simples enfants de coeur, c'est l'occasion de découvrir l'Histoire de la Chine et de comprendre comment et pourquoi cet Empire c'est à ce point écroulé, une manière différente d'interpréter le film “La canonnière du Yang-Tsé” ou même “Tintin et le Lotus Bleu”. Mais cette bande dessinée ne se contente pas d'être un document de grande qualité, c'est aussi une belle histoire d'amour, une grande romance, un beau récit d'aventures empli d'un souffle épique et romanesque. On ne peut être que touché.
Découvert grâce à yanndallex que je remercie au passage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
dancingbrave
  22 janvier 2017
Roman graphique instructif.
Fin du XIXè siècle. Nous sommes en Chine. Une Chine surprenante, attachante et terriblement malmenée.
Les puissances occidentales, principalement la Grande-Bretagne, profite ignominieusement de ce pays féodal sous l'influence acceptante du Bouddhisme. L'enjeu est simple pour la Grande-Bretagne : Contrebalancer le déséquilibre commercial dans lequel elle s'est plongée elle-même en achetant à la Chine Thé, soieries et porcelaines sans rien lui vendre en échange.
La solution : faire produire de l'opium aux Indes et l'exporter vers la Chine, de force, quitte à rendre la population totalement dépendante de cette drogue.
Ainsi équilibre-t-elle sa balance commerciale tout en tirant enfin profit de ses colonies d'Inde.
L'empire chinois tentera de se révolter mais les représailles armées furent terribles, jusqu'à la révolte des Boxers en 1900 réprimée par l'alliance de la Grande-Bretagne, l'Allemagne, l'Autriche-Hongrie, le Japon, les États-Unis, l'Italie, la Russie et…la France. En 1850 la seconde guerre de l'opium causa la mort de 20 millions de personnes en Chine, constituant ainsi un des conflits les plus meurtrier de l'histoire.
C'est dans ce contexte que des fidèles à l'empereur de Chine mirent en place un système d'espionnage afin de miner l'action des forces liguées contre leur pays.
Ainsi donc, Laure Garancher va nous conter la vie de deux soeurs jumelles embarquées par leur père, général, dans l'infiltration des forces britanniques.
Le récit est pimenté d'une aventure sentimentale qui nous fait voyager dans cette Chine surprenante. Abordant la vie quotidienne, les moeurs, l'art, la vie religieuse.
Si j'ai été emballé par le contexte historique sur lequel s'appui l'ouvrage et, somme toute, contenu dans la préface et la postface, je reprocherais le peu de profondeur des thèmes abordés dans la BD elle-même, le point étant plus appuyé sur les affres sentimentales des héros que sur les missions de Mei Ju.
De plus l'ouvrage est, à mon sens, desservi par un dessin grossier et enfantin peu conventionnel. C'est dommage, d'autant que l'édition est d'une excellente facture la mise en couleur superbe dans une grande uniformité de ton.
Mais visiblement cela est un choix de l'auteur car ses dessins pleine page servant de séparation aux différents chapitres sont, eux, nettement plus fins.
Voici tout de même un très bel ouvrage, peu conventionnel et fort instructif.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          212
isabelleisapure
  01 janvier 2017
Avec un fond historique basé sur la première guerre de l'opium qui sévit entre 1856 et 1860 entre la Chine et le Royaume Uni, Claire Garancher nous propose une histoire d'amour, sorte de « bluette » made in China.
Nous découvrons deux soeurs jumelles Mei Ju et Mei Yun, filles d'un général de l'armée chinoise, contrainte à l'âge de 15 ans de choisir leur destin.
Mey Yun décide de vivre dans un monastère. Sa jumelle pour ne pas décevoir son père devient espionne au service de l'empire Chinois.
La jeune fille a pour mission de s'engager dans une famille Britannique comme domestique et d'obtenir des renseignements à l'insu son patron responsable du commerce de l'opium à Canton.
Je craignais en abordant cette BD me retrouver submergée par trop de détails politico-historiques concernant une période qui ne m'intéresse que très modérément, pour ne pas dire pas du tout.
Mais il n'en est rien Claire Garancher prend le parti de mêler la petite histoire à la grande en nous contant une histoire d'amour à l'eau de rose, à la fois désuette et attendrissante.
L'autre atout de cet album est la qualité du graphisme. Les dessins sont élégants dans des tonalités de rouges et bruns presque estompés.
Dès que j'ai eu ce livre en main, j'ai été conquise par la couverture toilée, par la qualité du papier légèrement jauni comme du parchemin.
Je remercie très vivement Babelio et les Editions Fei pour ce cadeau magnifique et dépaysant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
FamilleTalens
  12 avril 2015
Cette histoire semble être intéressante pour vous aider à comprendre implicitement : l'importance du rôle d'un membre de la famille ainsi que son devoir envers sa société.
Présentation du livre
Le livre se nomme Opium, une bande dessinée dont l'auteur est Laure Garancher paru en 2014 chez Fei Editions. Ce roman graphique traite d'espionnage et d'aventure tout en gardant le contexte historique. L'histoire présente la Chine sous la domination de l'Empire britannique au XIXe siècle, plus précisément la guerre de l'opium.
Mei Ju est l'un des personnages principaux de l'histoire avec sa soeur jumelle Mei Yun. Toutes deux très complices vont devoir rapidement accomplir leurs devoirs envers leur famille et leur pays à la suite de la volonté du chef de la famille, le père. Il proposera un dilemme aux deux soeurs : un choix décisif qui entraînera leur séparation et changera leur destin. Mei Ju choisira de rester sur la volonté de son père car elle le respecte en sauvant ainsi indirectement sa soeur ; tandis que Mei Yun restera une moine bouddhiste pour le restant de sa vie. Mei Ju devra surmonter des épreuves et dilemmes tels que son devoir pour l'Empire de la Chine, son amour pour le peintre anglais William Mac Leon ainsi que l'abandon avec sa soeur jumelle et son petit garçon.
Le style du dessin est coloré et aux couleurs pastel. L'histoire influe sur les effets du style du dessin de l'auteur (flash-back : marron, noir et blanc). Les vêtements et le physique des personnages sont mis en valeur (la robe rouge de Mei Yu, le nez des personnages qui diffère entre un chinois et un anglais). L'auteur n'hésite pas à appuyer sur son crayon pour renforcer le caractère de son histoire qui reflète le devoir envers son pays. Son dessin n'est pas très appliqué, cela justifie son caractère vif et fort.
Le style de texte est plutôt minoritaire par rapport au dessin qui domine davantage la bande dessinée. le texte est présenté dans des bulles et des cartouches pour indiquer le temps, la date et le contexte historique.
La famille et le message de la bande dessinée
Cette bande dessinée permet de voir la famille dans un continent oriental au XIXe. le devoir pour le pays passe avant tout, même avant sa vie (dont Mei Ju). La religion aussi reste importante et ancrée dans la morale des habitants. La figure paternelle ou le père est le maître de la maison et doit être respecté. Généralement, l'homme dirige la maison et les femmes en Chine au XIXe siècle. Mei Ju aimait l'art mais s'est vue abandonner ses rêves pour son père et son pays. Mei Ju doit aussi cacher qu'elle a eu un enfant avec un étranger anglais, l'ennemi des Chinois. Cela la laisse seule ou plutôt la laisse vivre une fausse vie parce qu'elle respecte énormément ses parents.
Cette bande dessinée est intéressante pour l'étude de la famille orientale. Cette histoire montrent que les enfants ne sont pas libres de leur choix et doivent suivre la voie imposée par leur parents. Aussi, la hiérarchie qui domine la société et l'intérieur d'une famille.
Cette bande dessinée suppose que Mei Ju ne se rebelle pas contre les règles imposées par son père et veut d'elle-même se battre pour son pays. Pourquoi suit-elle sa voie imposée alors qu'elle a le droit de choisir sa voie (rejoindre son enfant et son ancien compagnon)? Son père lui a même proposé de changer de vie.
Mon point de vue :
Le passage qui me fait mal est le fait que Mei Ju ne pourra jamais vivre la vie qu'elle a voulue car elle s'est voilée la face en se mentant à elle-même à plusieurs reprises . Je me sens triste pour elle et énervée ainsi que pour toutes les personnes qui veulent vivre une fausse vie. Cela me rappelle un manga se nommant Bride Stories qui se passe en Asie-Centrale au XIXe siècle. Ces histoires racontent aussi la famille dans ces sociétés (coutumes, nomades, alliances,...). Et aussi le drama coréen Empress Ki.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (1)
BoDoi   18 juin 2014
L’occasion d’aborder des faits peu connus chez nous, les guerres de l’opium, confrontant alors un pays resté à l’âge préindustriel et une puissance mondiale de premier plan, l’Empire britannique.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
ninosairosseninosairosse   30 janvier 2019
Afin de contrecarrer l'influence des puissances étrangères, Cixi soutient en 1900 la révolte des Boxers, menée par une société secrète chinoise, les Poings de la justice et de la concorde.
Mais l'alliance des huit nations (Empire austro-hongrois, France, Empire allemand, royaume d'Italie, empire du Japon, empire de Russie, Royaume-Uni et Etats-Unis) anéantit la révolte.
L'aura de la Cité interdite est à jamais détruite.
(dernière page)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
dancingbravedancingbrave   19 janvier 2017
Mais, pour penser comme un peintre chinois il va falloir oublier beaucoup de choses, la perspective par exemple.
Un peintre chinois peut mettre plusieurs points de vue dans un même dessin, imaginer avec son esprit de voir la même scène sous différents angles.
Un proverbe chinois dit qu’admirer un paysage peint revient à faire un voyage en restant allongé sur son lit.
Commenter  J’apprécie          170
FuyatingFuyating   16 janvier 2020
Père, l'amertume et les regrets sont des poisons.

Je dois vous remercier de m'avoir fait croire en des idéaux nobles.
Commenter  J’apprécie          10
FuyatingFuyating   16 janvier 2020
Un jour la Chine se relèvera, et lavera tous ces affronts. Nous pouvons être fiers de notre combat.
Commenter  J’apprécie          10
FuyatingFuyating   16 janvier 2020
Quelle humiliation... les trésors de l'Empire dans les mains des barbares cupides.
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : chineVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Classiques en Chine

Hymne aux femmes de toute condition dans une société féodale, ce chef d'oeuvre de la littérature classique chinoise fait évoluer plus de 400 personnages. De quel roman s'agit-il ?

L'histoire des trois Royaumes
La Cité des femmes
Epouses et Concubines
Le rêve dans le pavillon rouge

10 questions
73 lecteurs ont répondu
Thèmes : chine , littérature chinoise , culture chinoiseCréer un quiz sur ce livre