AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2290019089
Éditeur : J'ai Lu (16/09/2009)

Note moyenne : 3.89/5 (sur 46 notes)
Résumé :
Mariée de force au cruel baron Raulf qui la bat et la torture, Johanna accueillerait sans doute la mort comme une délivrance.
Or Raulf tombe d'une falaise et voilà Johanna rendue à la liberté. Pas pour long-temps. Afin d'échapper aux assiduités du roi, Johanna doit absolument se remarier, et son frère lui conseille d'épouser Gabriel MacBain, chef de clan écossais. Mais Gabriel, guerrier assoiffé de combats, n'a que faire d'une femme ! Il accepte le mariage ca... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
Luna05
  26 février 2013
Mon premier titre de Julie Garwood fut « le secret de Judith » dont je garde encore un très bon souvenir de son héroïne m'ayant plus d'une fois faite éclater de rires au vu de sa malice, intelligence et de ses réparties subtiles et hilarantes. J'avais avec le temps pu également m'attacher au Laird Ian qui avait su nous dévoiler une personnalité complexe et attachante derrière un côté machiste assez appuyé. C'est donc avec ce même genre d'optique et de ressentis que je sortais enfin « Un mari féroce » de ma PàL. Au vu des critiques et notes élogieuses le concernant je me plongeais donc dans ce titre sans craintes ni appréhensions. Qu'en-a-t-il été en fin de compte ? Réussite ou malheureuse déconvenue ?
Réaction immédiate et sans appel, je validerai malheureusement la deuxième réponse et pourtant les premiers chapitres promettaient beaucoup.
Je ne sais pas si cela vient de moi, me serais-je lassée malgré moi de cette époque, de ces Highlands à perte de vue ou de ces grands guerriers machistes mais néanmoins attachants ? Je ne pense pas étant donné le peu de titres de ce genre que j'ai à mon actif. Ma seconde hypothèse se porterait donc sur les oeuvres de Julie Garwood, il est fort probable que je sois imperméable et insensible au charme émanant des titres de cette grande dame s'épanouissant en majeur partie dans la Romance Historique.
Nous suivons donc la jeune Johanna récemment veuve du baron Raulf arrivée au sein du clan Écossais dirigé par le très craint et ténébreux Gabriel MacBain. Détenant un secret capital pouvant faire vaciller la couronne d'Angleterre, Johanna n'a qu'une solution très vite quitter le pays et trouver protection auprès de ce guerrier redouté. Un compromis qu'elle signera néanmoins à contre coeur perdant par la même occasion sa liberté tout juste retrouvée après la mort accidentel de son tortionnaire de mari. Gabriel quant à lui ne sera absolument pas motivé quant à prendre femme mais se ravisera cependant en apprenant ce que ce mariage lui rapporterait, des terres. Un mariage conclu où chacun y gagnera sans se douter un seul instant de ce qui émergera de ce petit arrangement initial.
Comme à son habitude le ton sera donné dès le premier chapitre lorsque Johanna apprendra la mort de son mari et pleurera…de joie en remerciant le ciel. Julie Garwood est décidément toujours aussi douée pour nous plonger dans des situations censées être dramatiques mais devenant au contraire sous sa plume hilarantes sans jamais être mal venu. Ce titre recèle de passages du même acabit ne cessant de nous faire sourire et même parfois pouffer de rire, une qualité que l'on ne peut réfuter et que possède bel et bien l'auteur, un grand sens de l'humour léger et spirituel. Madame Garwood possède également une plume toujours aussi agile et délicieuse rendant notre lecture agréable et fluide, néanmoins, là où le bât blesse c'est qu'elle peine à se renouveler et nous offre hélas toujours les mêmes schémas et personnalités clonées d'une histoire à l'autre.
Ayant lu « le secret de Judith » que j'avais beaucoup aimé, j'ai trouvé « Un mari féroce » très inférieur et fade par rapport à sa « grande soeur ». Là où Judith m'avait totalement charmé de par sa personnalité attachante et insoumise, Johanna quant à elle, bien qu'également drôle par moment m'a laissé cependant de glace. Cette jeune héroïne m'a également plus d'une fois agacée rendant ma lecture fatigante. Au départ insoumise bien que redoutant le retour de bâton de son nouvel époux, Johanna cèdera néanmoins trop vite à mon goût la rendant du coup inintéressante. J'ai également trouvé que son passif en tant que femme battue a hélas été trop survolé rendant du coup cet aspect assez dérisoire alors que très important dans cette histoire. Que dire de Gabriel, ce géant très impressionnant craint de tous et plus particulièrement par son propre clan ne m'a malheureusement pas une fois émue ou même charmé contrairement à Ian du « Secret de Judith ». J'ai attendu jusqu'à la fin que ce Laird s'adoucisse un tant soit peu ou devienne ne serait-ce qu'un peu attachant, hélas ce fut peine perdu. Concernant sa relation avec Johanna, je n'ai ressenti aucune tension, une fois leur nuit de noce consommée, l'auteur a décidé de nous plonger dans une routine de couple nous offrant des scènes tièdes et fades.
Comme à son habitude, Julie Garwood excellera quant à nous exposer des intrigues de clans complexes mais passionnantes à découvrir. Des guerres intestines ou extérieures captant notre intérêt malgré des problèmes de rythme flagrant oscillant entre action et introspection rendant notre lecture soporifique.
Dernier point à citer, les personnages secondaires, Julie Garwood prend beaucoup de plaisir à toujours créer des personnalités hautes en couleur et charismatiques parvenant de temps à autre à faire de l'ombre au duo principal. Pour exemple je citerai Nicholas le frère ainé très protecteur de Johanna, je dois dire que chacune de ses apparitions ont eu tendance à me faire esquisser des sourires à tout va. Calum et Keith les deux lieutenants de Gabriel ne cessant de se tirer dans les pattes mais perdant leur moyen devant l'ignorance et la désinvolture de Johanna quant au port du bon tartan. Des passages souvent amusants et surtout mémorables, ainsi que le petit Alex fils de Gabriel. Un petit garçon très touchant qui se liera très vite d'affection pour sa nouvelle Maman, nous gratifiant de scènes dont les émotions sont restituées avec justesse sans tomber dans l'extrême.
Julie Garwood aura choisi ici la facilité quant à conclure son oeuvre ce qui m'a quelque peu déçu, sans parler de la découverte encore une fois décevante concernant la personnalité caricaturale de Raulf.
Malgré une écriture toujours aussi délicieuse, un humour omniprésent et des répliques amusantes, croustillantes, subtiles et pleines d'esprit je ne suis pas parvenue à être transportée cette fois-ci. La faute à imputer en partie au couple s'étant révélé bien fade et pas vraiment attachant, ainsi qu'aux intrigues dont le rythme a peiné à trouver un certain équilibre rendant ma lecture fastidieuse et fatigante.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          82
Hamisoitil
  14 mars 2012
La plume de Julie Garwood m'a conquise.
Ce livre est tout simplement remarquable, pas trop de blabla pour rien et tout y est pour passer un très moment de lecture.
L'auteure nous ramène sur les hautes terres en Écosse (Highlands). le décor est bien installé, on y voit les montagnes, la foret, les combats, la dureté de l'homme, les châteaux en ruine. On y ressent le froid comme la chaleur.
L'héroïne qui se nomme Johanna, un petit bout de femme que j'ai trouvé splendide, avec un caractère qui s'affirme tout au long du livre et d'une gentillesse à en couper le souffle. Elle est anglaise et est mariée au baron Raulf qui l'a maltraite. Mais quand on lui apprend que son cher mari est mort en tombant d'une falaise, Dieu exauce ses prières en quelque sorte. Munie d'une intelligence digne d'une femme réfléchie (et pourtant, je me suis posée des questions dès les premières pages) elle va vite nous montrer à qui nous avons à faire, bluffée dans sa façon d'être. Elle pourrait vivre sans problème dans notre société actuelle.
Quant à notre cher Gabriel, l' highlander, je suis tombée littéralement sous le charme. Un homme, un vrai, un colosse, un géant d'une dureté fracassante, très imbu de sa personne mais d'une beauté et d'une bonté renversante. Et, il ne se doute même pas de ce qu'il dégage car c'est un guerrier et il le revendique haut et fort.
Il est le chef de son clan, et dès qu'il hausse un peu la voix, tout le monde en tremble. Alors, pas vraiment le temps à perdre avec les femmes. Lui, c'est le combat, un point c'est tout.
Et pourtant, quand le frère de Johanna lui propose d'épouser sa soeur pour la protéger du Roi, il acceptera malgré lui, surtout par intérêt, pensant bien évidemment, retrouver une femme quelconque qu'il pourra maitriser sans trop de difficultés. Hélas, il va s'en mordre les doigts, car mademoiselle va lui en faire voir de toutes les couleurs.
Alors, je me répète encore une fois, cette histoire est magnifique. Non, mieux encore, c'est une réussite.
Ce livre met en avant le combat d'une femme ou des femmes face à la violence des hommes sur elles.
Et, si vous êtes comme moi, adeptes des romans historiques et bien je vous le conseille vivement.
C'est un livre passionnant, drôle, avec une jolie romance, des combats, du répondant. Des bons ingrédients pour en faire une jolie mixture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
LauraDarcy
  15 octobre 2014
Pour changer un peu de registre et après ma déception sur Beautiful Bastard, je me suis retranchée sur une valeur sûre. Julie Garwood fait partie, pour ma part, des auteurs que je connais et que j'aime lire. de plus, j'avais besoin de me retrouver avec une bonne romance historique – mon repose neurone naturel – alors que je passais ma soutenance.
Vous pouvez déjà voir avec la note que j'ai mise à cette romance que ce n'est pas une de mes meilleures lectures de Julie Garwood. J'apprécie toujours autant son style très fluide d'écriture mais malheureusement, l'histoire ne m'a pas transporté. Et pourtant c'est pas faute d'avoir choisie une romance sur les Highlanders.
Johanna est une jeune femme qui a été marié très jeune à un homme violent qui a réussi, au fil du temps, à saper sa confiance en soi. Elle accueille l'annonce de la mort de son mari comme un miracle et le signe que Dieu la protège.
C'est un personnage que j'ai beaucoup apprécié. C'est une femme forte et très courageuse qui arrive à se relever, reprendre confiance en soi et retrouver une vie normal avec son nouveau mari malgré tout ce qu'elle a vécu.
Gabriel est un nouveau Laird qui a du mal à réunir sous sa gouvernance les deux clans dont il a la charge. C'est un homme fort et viril mais malheureusement, je l'ai trouvé assez insipide.
Je souhaitais voir un highlander avec beaucoup de caractère mais la mayonnaise n'a pas pris de mon coté. La seule chose qu'il permet à Johanna est de tricoter au coin du feu car il la pense beaucoup trop fragile pour résister à la dureté de l'hiver dans les Highlands. Et ce coté homme des cavernes, très arriéré ne m'a pas plu mais en même temps, il est tout à fait raccord avec la période historique.
L'intrigue développée avait beaucoup de potentielle pour être passionnante, et elle m'a entrainé une bonne partie de ma lecture. Cependant, je voulais que tout soit révélé, que tout explose à la figure du roi et que nenni… L'intrigue est sous exploitée et c'est vraiment dommage.
Une romance historique sympathique mais loin d'être passionnante, je regrette notamment qu'on ne connaisse pas vraiment la fin de l'histoire comme on en a l'habitude avec ce genre de romance. En conséquence, on a un sentiment de frustration qui nait à la fin du livre. J'ai eu l'impression que l'intrigue n'avait pas été bouclé totalement…
Lien : http://darcybooks.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Otsuki
  06 août 2015
Ayant bien aimé La splendeur de l'honneur de la même auteur, je me suis mise en tête d'obtenir d'autres de ses ouvrages. J'ai donc lu Un mari féroce, qui est la seconde réédition d'un titre de 1999 (rien que ça). Que dire, sinon que c'est une petit perle et je suis étonnée qu'elle m'ait si longtemps filé entre les doigts.
Nous suivons les mésaventures de Johanna, mariée à un cruel baron qui a l'aval du roi. Celui la frappe et l'humilie de telle sorte que, lorsqu'on lui apprend sa mort (stupide il faut bien l'admettre) elle n'en croit pas un mot, et quand enfin elle accepte la vérité les premiers mots qui lui sortent de la bouche sont "merci mon Dieu". de fait, par sa mort la moitié des terre de son défunt époux lui reviennent, le reste à son frère Nicholas qu'elle adore. Et c'est sur les terres qu'elle récupère que vit un clan, les MacLaurie, qu'un vassal de son époux a tenté d'exterminer. Ceux-ci ont fait appel à un redoutable guerrier, fils illégitime du précédent Laird, puis l'ont nommé Laird. Gabriel se retrouve donc à la tête de deux clans, dont un vivant sur les terres de Johanna. Nicholas, ayant combattu aux côtés de Gabriel, connaît la valeur de cet homme et décide donc d'arranger le mariage entre Johanna et Gabriel. Ce dernier récupère ainsi les terres du clan et celle-ci se retrouve à l'abri du roi et de ses sbires, en écosse.
Gabriel est très amusant à regarder évoluer, et très lucide quant à ce qu'il ressent. Il est obtus et entêté, mais l'avis de sa femme lui est tout de même très important, sauf vis à vis de la santé de Johanna. Il l'a considère comme une petite chose fragile, et comme il tient à elle, il s'inquiète en permanence. le décès de sa mère aussi explique certaines choses, le reste est probablement dû à son manque d'éducation n'ayant pas eu de père et sa mère étant morte jeune. Johanna est pour une fois une héroïne humaine. Pas de puérilité douteuse, de caractère étrange et contradictoire. C'est une jeune femme peureuse mais courageuse, car ayant peur elle agit tout de même, d'ailleurs on en viendrait presque à penser qu'elle n'est peureuse qu'à cause de ses mésaventures avec le baron Raulf puisqu'on apprend que même lorsqu'il la maltraitait, elle osait agir contre lui, pas ouvertement, mais elle l'a bien roulé dans la farine tout de même!
Il faut bien avouer que du côté de l'histoire, il ne se passe presque rien au niveau de l'aventure, quelques lignes au début, quelques lignes à la fin tout au plus. Il s'agit vraiment d'un roman d'amour, on suit l'évolution de ce couple peu commun (un anglaise et un écossais) tandis qu'ils se découvrent et s'apprivoisent. C'est très agréable à lire mais on pourrait être déçus pas le manque d'aventure (ce ne fut pas le cas pour moi) en raison de la catégorie d'édition. (J'ai cependant remarqué que "aventure et passion" chez J'ai Lu pour elle correspondait à "historique" chez Harlequin, et qu'il n'y avait pas toujours d'aventure).
Une histoire émouvante, bien plus portée sur la romance que sur l'aventure donc.



Lien : http://littlereeder.canalblo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
MxlleAnaB
  29 juillet 2012
Encore un roman que je voulais lire depuis un moment, ce fut mon premier Julie Garwood et je ne regrette pas du tout ! L'histoire est très captivante et j'ai adoré Gabriel, la séduisant Highlander. Bien qu'arrogant et parfois bourru, il ne demeure pas moins charmant et très viril. Quant à Johanna, c'est une jeune femme au passé douloureux, chez qui sommeille une force insoupçonnable. Autrefois maltraité par son mari Raulf, elle reprend gout à la vie et en particulier dans les bras de Gabriel MacBain.
Celui-ci s'attache peu à peu à ce petit bout de femme qu'il trouvait insignifiante au départ. Alors que Nicholas, le frère de Johanna lui avait demandé d'épouser sa soeur, il avait accepté par pur intérêt...Toutefois, il tombe bel et bien amoureux de sa ravissante épouse.
J'ai beaucoup aimé les personnages secondaires qui ont eux aussi leur importance, ainsi que l'union entre Nicholas et Clare. Quant au retour de Raulf et du père Hallwick, on attend qu'une seule chose...Que Gabriel nous débarrasse de ces deux individus qui nous dégoute depuis le début, en tant que lecteur.
J'ai été très heureuse de voir Johanna tomber enceinte alors qu'elle se croyait stérile. Cela renforce son amour pour Gabriel et la comble de bonheur. En tout cas, ce fut une très belle découverte, que je recommande vivement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
HamisoitilHamisoitil   14 mars 2012
Entre femmes, nous devons nous soutenir... comme des sœurs et quand nous sommes témoins d'une injustice, nous avons le devoir d'intervenir. Unies, ensemble... si nous sommes ensemble, nous parviendrons à faire changer les gens. Oui, c'est cela : ensemble.
- Et comment faire ? Par où commencer ?
- Commençons par nous aider les unes les autres, expliqua Johanna. Plus tard, quand nous aurons des filles et des fils, nous leur apprendrons à s'aimer et à se respecter. Dieu nous a tous faits à son image, hommes ou femmes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
viedefunviedefun   10 avril 2016
Je ne veux pas de lui, Nicholas. Tu dois avoir perdu la tête pour croire que j’épouserai ce monstre.
-Les apparences sont trompeuses, Johanna, répliqua son frère. Attends que nous soyons plus près. Tu verras la bonté dans ses yeux. Elle secoua la tête. Ses mains tremblaient si violemment qu’elle avait du mal à tenir les rênes de sa monture. Elle raffermit sa prise en essayant de ne pas rouler des yeux horrifiés à la vue du gigantesque guerrier….Et de l’animal effroyable affalé à ses pieds. Ils s’approchaient du site désolé. Le Laird se tenait sur les marches menant à un château en piteux état. Il ne semblait pas particulièrement ravi de la voir. Quant à elle, la vue du Laird MacBain la terrifiait. Elle respira profondément pour tenter de se calmer.
-De quelle couleur sont ses yeux, Nicholas ? Il n’en savait rien. –Ainsi, tu as remarqué la bonté dans ses yeux mais pas leur couleur ?
-Les hommes ne remarquent pas les détails aussi insignifiants, se défendit-il.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
FifrildiFifrildi   11 mai 2016
- J'ai un problème, commença Johanna.
- Je t'aiderai si je le peux, promit le prêtre.
Johanna fixa Gabriel droit dans les yeux pour répondre :
- J'ai deux maris.
Commenter  J’apprécie          100
FifrildiFifrildi   11 mai 2016
Les histoires de Johanna n'avaient qu'un seul défaut : en général, c'étaient les belles dames qui sauvaient les preux chevaliers.
Commenter  J’apprécie          100
viedefunviedefun   10 avril 2016
MacBain perçut vaguement la murmure d’approbation quand Johanna se débarrassa enfin de sa cape qu’elle tendit à son frère. Il n’aurait su dire si lui-même avait laissé échapper une exclamation. Elle était d’une beauté saisissante. Nicholas n’avait rien dit de son apparence et MacBain, que ce sujet laissait indifférent, ne lui avait rien demandé. Il jeta un coup d’œil au baron qui affichait un air rieur. Il sait que je suis épaté, se dit-il. MacBain masqua sa stupéfaction et concentra toute son attention vers la superbe jeune femme qui venait vers lui. Seigneur, elle était magnifique ! Ses longs cheveux blonds lui balayaient la taille à chaque pas. De minuscules taches de rousseur se serraient sur les ailes de son nez. Ses yeux étaient d’un bleu clair et limpide, son teint parfait et sa bouche…Bon sang, sa bouche aurait damné tous les saints du Paradis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : roman d'amourVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3408 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre