AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Florent (Autre)Emile Daurand Forgues (Traducteur)
Éditeur : Des Livres à Lire et à Entendre (01/01/1900)

Note moyenne : 4/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Deux hommes discutent paisiblement dans un cimetière. Ils se demandent comment il serait possible de définir un héros. Un troisième homme, les écoutant, entre dans leur discussion et va raconter une histoire qui a bouleversé sa vie.

« La jument, sur ces entrefaites, ruisselait d’écume, et tremblante, haletante, donnait tous les signes d’un mortel effroi ; car, bien que nous fussions sur la dernière banquette en avant du second chenal, l’eau commençait... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
PiertyM
  28 mars 2014
Le fossoyeur trimbale la nostalgie de son héros. Il a son héros comme il a sa tristesse. Entendant les jeunes émettre quelques réflexions sur la nature véritable d'un héros, allergique à ce qui touche à sa nostalgie, le fossoyeur leur déballe l'histoire du héros de son coeur, celui-là qui occupe ses pensées, envoûte en quelque sorte ses esprits et perturbe la paix de son âme, ce héros n'est autre que Gilbert Dawson,. Un nom qui lui rappelle les souvenirs quelque peu controversés de l'époque mais un acte de bravoure qu'il garde en son coeur, un acte où le cher héros de son coeur, l'ayant sauvé d'une noyade avec Lety la fille qui a été source de leur pomme de discorde, y laisse sa vie alors que le fossoyeur à cette époque le haïssait à cause de cette histoire de femme.
Enfin le livre est bien écrit, on le lit parce qu'on aime bien lire mais comme on dit chaque temps a son héros à l'exemple de Nelson Mandela, le héros du 20e S, mais, avec ce livre, le Héros du fossoyeur est le héros de tout un chacun de nous car chacun doit avoir son héros quelque part. Un héros qui n'a pas eu la chance d'être conté quelque part, pourquoi pas soi-même être un héros quelque part.
Elizabeth Gaskell, à travers cette nouvelle, nous a rapproché du héros. le héros n'est pas seulement celui qui sort les esclaves de leur prison ou coupe le tête du dragon qui terrorise un peuple mais il peut simplement être ton voisin ou celui-là qui te serre la main et te regarde en face sans qu'on s'en apercevoir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          232
cmpf
  03 mai 2015

Des jeunes gens discutent dans un cimetière sur la nature du héros. Intervient le vieux fossoyeur, plein de déférence, qui leur propose de raconter un évènement dont il fut témoin et partiellement acteur et qui pourrait illustrer la définition donnée par l'un des jeunes hommes. « Un homme qui réalise, au prix de n'importe quel sacrifice, le plus haut idéal du devoir, tel qu'il le conçoit.»
Voici donc le récit enchâssé du sacrifice d'un jeune homme envers non seulement son ancienne amoureuse mais également l'homme qui l'a remplacé et qui l'avait déshonoré aux yeux des villageois, en le traitant de lâche. Quel est son plus grand acte d'héroisme ? Avoir donné sa vie ou avoir accepté le déshonneur en respectant fidèlement ce qu'il croit juste ?
Troisième texte d'Élisabeth Gaskell que je savoure, après Nord et Sud et Lady Ludlow. Et il y en aura d'autres.
A défaut peut être de le trouver en librairie ou en bibliothèque, vous pouvez soit l'écouter sur le site de littératureaudio.com ou le lire en ligne scanné, sur le site Gallica de la BNF.
Challenge 19ème siècle 2015
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
LiliGalipette
  03 avril 2016
Se reposant dans l'ombre apaisante d'un cimetière, deux amis discutent de la notion de héros. « Selon moi, le héros est un homme qui réalise, au prix de n'importe quel sacrifice, le plus haut idéal du devoir, tel qu'il le conçoit. » (p. 6) Intervient alors le fossoyeur qui raconte une histoire vieille de plus de quarante ans. Selon lui, la meilleure incarnation du héros est Gibert Dawson, un jeune homme dont il a causé le malheur, mais qui s'est sacrifié de la plus noble des manières. « Bien qu'il opposât un front tranquille à tous ces dédains, comme s'il n'en eût tenu aucun compte, il n'en souffrait et n'en dépérissait pas plus. » (p. 12)
J'ai retrouvé un peu du Gilliat de Victor Hugo dans la figure de Gilbert Dawson, dans sa façon de se résigner devant la bêtise humaine et dans sa capacité à sublimer sa maigre existence au profit d'autrui. Si j'ai chouiné ? Oh, si peu…
Commenter  J’apprécie          80
Sharon
  27 juin 2014
J'ai beaucoup aimé cette courte nouvelle, dont le thème est toujours d'actualité.
Des héros, nous en cherchons, nous en voulons, nous les apprécions. "Mon héros" est une exclamation convenu, dans les livres, dans les films. Mais comment définir un héros ?
L'homme qui est nommé ainsi n'en est pas un, selon les codes de la société dans laquelle il évolue. Il n'en serait pas un de nos jours non plus. Qui préférait voir ses amis, ses connaissances, sa petite amie même, se détourner de lui parce qu'il n'a pas cédé à la provocation et a refusé de se battre pour une question d'honneur ? Peu aurait le courage de placer leur code de conduite au-delà de ce qui est communément admis. Il suffit de regarder autour de nous pour voir qu'un geste, un regard pour que la violence soit là et qu'un nouveau fait divers fasse la une des journaux.
Le temps a passé, et le témoin belliqueux de l'époque est devenu un vieil homme à qui les épreuves de la vie ont permis de comprendre ce qu'est vraiment l'héroïsme - à croire qu'on ne peut l'être qu'à titre posthume.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
cmpfcmpf   03 mai 2015
Si je l’emportais (et dans ce temps-là j’étais un boxeur comme il y en a peu), il me semblait que sa défaite le rendrait plus indifférent à Letty. De sorte qu’un soir, pendant la partie de palets (comment, à propos de quoi, je l’ignore, mais de petites paroles il sort de grands faits), je trouvais le moyen de me fâcher contre lui, et je lui proposais le combat. A sa rougeur, à sa pâleur alternées, je voyais bien qu’il était fort en colère, et comme je vous l’ai déjà dit, c’était un vigoureux compagnon, un vigoureux athlète… Tout d’un coup pourtant, il recula, disant qu’il ne voulait pas se battre… […] Il me dit alors qu’il n’avait aucun motif de se quereller avec moi ; que peut-être avait-il tenu quelques propos de nature à m’offenser ; que c’était sans le savoir ; mais que, cela étant, il m’en demandait pardon… Quant à se battre, jamais il n’y pourrait consentir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
PiertyMPiertyM   06 février 2014
... ... ..le héros est un homme qui réalise, au prix de n’importe quel sacrifice, le plus haut idéal du devoir, tel qu’il le conçoit.
Commenter  J’apprécie          70
LiliGalipetteLiliGalipette   03 avril 2016
« Selon moi, le héros est un homme qui réalise, au prix de n’importe quel sacrifice, le plus haut idéal du devoir, tel qu’il le conçoit. » (p. 6)
Commenter  J’apprécie          40
PiertyMPiertyM   28 mars 2014
le héros est un homme qui réalise, au prix de n’importe quel sacrifice, le plus haut idéal du devoir, tel qu’il le conçoit.
Commenter  J’apprécie          30
LiliGalipetteLiliGalipette   03 avril 2016
« Bien qu’il opposât un front tranquille à tous ces dédains, comme s’il n’en eût tenu aucun compte, il n’en souffrait et n’en dépérissait pas plus. » (p. 12)
Commenter  J’apprécie          00

Video de Elizabeth Gaskell (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Elizabeth Gaskell
Nord et Sud - Bande Annonce
autres livres classés : héroïsmeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Nord et Sud

En quelle année le livre a-t-il été publié ?

1845
1855
1865
1875

26 questions
5 lecteurs ont répondu
Thème : Nord et Sud de Elizabeth GaskellCréer un quiz sur ce livre