AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070419835
Éditeur : Gallimard (31/10/2001)

Note moyenne : 3.25/5 (sur 6 notes)
Résumé :
4° de couverture :
(Edition source : Gallimard, Le débat - 10/1998 (1° DL : 09/1998)


Ce livre est d'abord une réflexion sur la singularité française. Il interroge la spécificité des voies que le processus général de sortie de la religion a empruntées dans l'histoire de ce pays, spécificité que concentre le terme de laïcité. Il replace sa consécration par l’État républicain dans une perspective de longue durée.

Nous sommes... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
lanardlanard   19 août 2010
P 122 : La représentation, au sens de la mise en scène publique de la diversité sociale, tend à devenir une fin en soi, dans ce nouvel idéal de la démocratie dont on essaie de reconstituer la logique. Qui participe, et pourquoi, à quel titre, voilà ce qui compte, plutôt que ce qu'il en advient. Nous vivions, avec le modèle classique de la démocratie majoritaire, sous le coup d'une certaine tyrannie du résultat à obtenir, l'essentiel étant de parvenir à dégager une volonté générale, au péril du froissement et de la méconnaissance des parties intéressées. Nous passons, avec le modèle pluraliste-identitaire-minoritaire en train de s'installer, sous le coup d'une certaine tyrannie du parcours à suivre et de la procédure à respecter, le spectacle de la discussion politique et l'habilitation de ses protagonistes prenant le pas sur son issue, au risque d'une dilution de la décision et de la possibilité effective de la contrôler. La priorité est que les problèmes soient représentés, avec ceux qui les posent, pas qu'ils soient traités. La considération de la collectivité dans son unité tendait à s'imposer au détriment de la multiplicité de ses composantes ; la considération des composantes tend à prévaloir au dépens de l'unité collective, qui n'en continue pas moins d'exister, mais qui passe dans la pénombre, en quelque sorte, et se soustrait la prise politique. C'est dire que nous échangeons une gamme de difficultés contre une autre et que la configuration nouvelle n'est pas moins problématique que la précédente. Elle n'apporte pas la formule magique de la démocratie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
lanardlanard   19 août 2010
La sortie de la religion :
p. 11
Sortie de la religion ne signifie pas sortie de la croyance religieuse, mais sortie d'un monde où la religion est structurante, où elle commande la forme politique des sociétés et où elle définit l'économie du lien social. Une thèse qui s'inscrit donc rigoureusement en faux contre la compréhension du phénomène religieux en termes de superstructure. C'est précisément dans des sociétés sorties de la religion que le religieux peut être pris pour une superstructure par rapport à une infrastructure qui fonctionne très bien sans lui - à tort, mais l'illusion d'optique est inhérente à la structure des sociétés contemporaines. Dans les sociétés antérieures à cet événement, en revanche, le religieux fait partie intégrante sur fonctionnement social. La sortie de la religion, c'est le passage dans un monde où les religions continuent d'exister, mais à l'intérieur d'une forme politique et d'un ordre collectif qu'elles ne déterminent plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
RaviRavi   08 août 2015
C'est à une véritable intériorisation du modèle du marché que nous sommes en train d'assister - un événement aux conséquences anthropologiques incalculables. ... Du devoir de désintéressement qui définissait l'homme public (...), à l'injonction tacite de s'aligner sur son intérêt propre, le pas est immense, et les suites promettent d'être lourdes. (p. 118-119)
Commenter  J’apprécie          70
Lire un extrait
Videos de Marcel Gauchet (24) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marcel Gauchet
Que faire de la mémoire de Robespierre ? Nous en débattons avec le philosophe et essayiste Marcel Gauchet qui signe un nouvel ouvrage, "Robespierre. L'homme qui nous divise le plus" aux éditions Gallimard. Il sera accompagné de l'essayiste Raphael Glucksmann qui a lancé ces jours-ci son « parti » de gauche Place publique fort du succès de son livre "Les Enfants du vide ; de l'impasse individualiste au réveil citoyen" (Allary édition). Avec : Raphaël GLUCKSMANN : Essayiste et fondateur du nouveau mouvement politique "Place Publique", Marcel GAUCHET : Historien. Présenté par Adèle VAN REETH.
Retrouvez toute l'actualité politique et parlementaire sur http://www.publicsenat.fr Suivez-nous sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/publicsenat Twitter : https://twitter.com/publicsenat Instagram : https://instagram.com/publicsenat
+ Lire la suite
>Science politique>Relations entre l'Etat et les groupes sociaux organisés>Groupes religieux (l'Etat et l'Eglise) (27)
autres livres classés : laiciteVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il Juif ?

Oui
Non
il était Zen
Catholique

10 questions
1120 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre