AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2930607629
Éditeur : Les Carnets du Dessert de Lune (13/10/2017)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Une suite d'aphorismes sur et autour de la musique et des compositeurs par l'auteur de « Prova d'orchestra (divertimento) » paru en 2014 dans la même collection, à nouveau illustré par Pascaline Boura et cette fois-ci préfacé par Francesco Pittau «où présence et absence s'intriquent, forment une sorte tresse tout le long du livre, à peine masqués par la malice des jeux de mots.»

Lire des extraits sur :
https://www.dessertdelune.be/uploads/5/0/3... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Dessert
  11 novembre 2017
Michaël Glück nuova prova d'orchestra. Couverture Pascaline Boura. Préface de Francesco Pittau. Collection Pousse-Café. Editions Les Carnets du Dessert de Lune. 2017. ISBN 9782930607627. 9 €
C'est avec un accordéoniste que Thierry Radière ouvrait son livre, et c'est maintenant tout un orchestre que convoque Michaël Glück. de petit format, facilement glissé dans une poche, le livre est en fait un recueil d'aphorismes, une forme où la concision va de pair avec le triturage du langage. On y trouve donc force doubles sens, homophonies approximatives ou jeux de mots divers. Par exemple, saviez-vous que « Nul n'est autorisé à jouer du triangle en bermuda » ou que « Les Rolling Stones ont beaucoup joué la musique de Satie » ? Les petites phrases dégagent cette connivence avec un lecteur que Michaël ne prend pas pour un idiot, et à qui il reconnaît la culture générale nécessaire pour comprendre à demi-mot ses bons mots.
Pour qui connaît la poésie « sérieuse » de l'auteur (parce qu'on peut clairement dire que cet ouvrage se situe dans une veine humoristique, même si, on le verra, il ne s'interdit pas les piques qui siéent à un écrivain regardant son époque avec lucidité), rien d'étonnant : cette dernière est toujours sur le bord des mots, glissant dans ses vers ciselés de nombreuses figures de style que ne renierait pas un aphoriste virtuose. Les instruments de musique les plus divers défilent, créant une unité de thème qui permet de donner un véritable liant au recueil, et cela jusqu'aux plus insolites, comme ce tocsin dont joue… Quasimodo. Lequel s'est « longtemps couché en sonneur » — culture, quand tu nous tiens… Mais au fil des pages, le poète distille aussi quelques sentences plus politiques : « Ces temps derniers on joue, partout, trop de canons et ce n'est pas vraiment drone. Les seules batteries qu'on entend sont meurtrières. » Voire de critique littéraire : « Salieri est à Mozart ce que Salgari est à Jules Verne. » Pas très sympathique ni pour Salieri ni pour Salgari, que j'avoue avoir beaucoup aimé lors d'explorations de la littérature populaire italienne en version originale. Mais diablement efficace !
Nuova prova d'orchestra est un livre à garder à portée de main, qu'on feuillette régulièrement pour picorer quelques aphorismes bien troussés. Et pas seulement pendant la pause syndicale d'un orchestre symphonique, foi de chef d'orchestre. Pas besoin de lire la musique pour en apprécier l'humour polyphonique.
© Florent Toniello in http://accrocstich.es/category/Notes-de-lecture
Aphorismes en musique
Je ne sais si le célèbre Chevalier von Gluck, auteur de nombreux opéras comme Orphée et Eurydice, figure dans l'arbre généalogique de Michaël Glück (la question a dû lui être posée de nombreuses fois mais j'avais besoin de cette interrogation pour introduire ma chronique), le cas échéant cela pourrait peut-être expliquer le penchant de l'auteur de ce recueil pour la musique. Il compose des aphorismes comme le Chevalier composait des partitions musicales pour les divers morceaux qu'il a créés. Alors, même si ces deux personnages n'ont aucuns liens familiaux en commun, ils ont un point commun : la musique. Et même si « Sept notes de musique ne font pas un arc-en-ciel » elles peuvent inspirer un compositeur comme un auteur d'aphorismes. Et, notre Glück à nous celui qui nous fait rire « Scarlatti n'avait pas été vacciné, mais il fut pourtant la coqueluche de ces dames. », sourire « Elle astiquait les cuivres pour de l'argent » ou parfois même rire un peu jaune « Une chanson douce… murmurent les enfants dans les villes bombardées. La musique adoucit-elle les morts ? » Même s'il prend plaisir à nous dérider, Michaël Glück prend la musique très au sérieux et constate que comme de nombreuses composantes de notre monde, elle souffre un peu de la sottise des hommes qui ne la respecte pas toujours comme elle le mérite « Histoire de la musique : on est passé du concert public à l'enregistrement live, sans public ». Ce recueil publié dans la jolie collection Pousse-Café de Les Carnets du Dessert de Lune est donc pour l'auteur l'occasion de rendre un hommage à la fois drolatique et très sérieux à cet art qu'il semble si bien connaître au point de demander en ultime requête : « S'il vous plait, laissez-moi donner mon dernier soupir ».
© Denis Billamboz in http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/52075
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
coco4649coco4649   15 octobre 2018
 
 
Les instruments à vent auraient été inventés pour
 chanter l’avenir, excepté le trombone à coulisse
 qui est aussi un instrument arrière.

Erratum : lire changer au lieu de chanter

Variante : J’ai d’abord créé le trombone à coulisse.
 Bien plus tard, Adam & Eve, l’un dans l’autre.
 (Pseudo Dieu-l’Ancien)
Commenter  J’apprécie          00
coco4649coco4649   15 octobre 2018
 
 
Aucun chef d’orchestre homme ne saurait diriger
 une symphonie en fée majeure.
Commenter  J’apprécie          10
coco4649coco4649   15 octobre 2018
 
 
Ces temps derniers on joue, partout, trop de canons
 et ce n’est vraiment pas drone. Les seules batteries
 qu’on entend, sont meurtrières.
Commenter  J’apprécie          00
coco4649coco4649   15 octobre 2018
 
 
Quel est le nom du premier joueur de tuba à avoir
 obtenu les palmes académiques ?

Commenter  J’apprécie          00
coco4649coco4649   15 octobre 2018
 
 
La musique répétitive n’a pas besoin de répétitions.
Cymbales, criez pour nous !
Commenter  J’apprécie          00
Video de Michaël Glück (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michaël Glück
Vidéo de Michaël Glück
autres livres classés : aphorismesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Couples célèbres de la litterature

Julien Sorel

Louise de Renal
Maguerite Gautier
Ariane
Camille
Celimene

10 questions
489 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , théâtreCréer un quiz sur ce livre