AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2702160859
Éditeur : Calmann-Lévy (25/10/2017)

Note moyenne : 3.64/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Comment feriez-vous si vous deviez résoudre un meurtre sans la moindre petite preuve exploitable ?

C’est la difficulté que rencontre le privé Nils Shapiro. Nils qui, par ailleurs, essaie d’oublier son ex et de ne pas avoir trop froid dans une Minneapolis en proie à un hiver aux températures proprement glaciaires. Son ancien collègue de la police d’Edina, Anders Ellegaard, vient en effet de l’appeler au sujet d’une affaire pour le moins étrange : Mag... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
BlackKat
  06 décembre 2017
Dans le catalogue NetGalley, c'est la couverture qui m'a attirée en premier, je l'avoue! Mais le résumé m'a vite convaincue de tenter cette lecture d'un auteur que je ne connais pas du tout. Et pour cause, c'est son premier roman!
Et pour un premier roman, c'est une réussite!
Titre bien trouvé pour une mort mystérieuse, a fortiori quand l'assassin n'a rien trouvé de mieux pour effacer ses traces que de recouvrir de poussière la scène de crime. Toute la scène de crime!
Mais à trop vouloir verser dans la maniaquerie et le souci du détail, notre homme a, par là-même, commis sa plus grosse erreur…
Et Nils Shapiro le retrouvera grâce à ces petits grains…
J'ai beaucoup aimé le personnage principal, Nils Shapiro. Un excellent portrait de personnage récurrent, mais je vais peut-être trop vite en besogne!
À défaut d'être entré dans la police, il est devenu privé. Il peut donc se permettre quelques libertés que son ami flic, Anders Ellegaard, ne peut pas.
Nils est affable, courtois, mais on ne la lui fait pas. Il est intelligent et futé, il met son nez dans la poussière sans sourciller! Il a un sens de l'humour un brin caustique et a une grande faiblesse, son ex-femme, dont il a beaucoup de mal à se défaire, même si cela ne l'empêche pas d'être sensible à d'autres charmes.
L'intrigue, si elle semble simple au départ, va très vite se corser car la victime est loin d'être lisse et parfaite.
La victime a ses mystères. Au sein des enquêteurs, une campagne de financement pour une élection sème le doute sur l'intégrité de l'équipe.
Et quand les soupçons ciblent un amant qui fait l'objet de toutes les attentions du FBI, l'auteur égrènent les fausses pistes.
C'est un très bon polar addictif, avec de l'action, des revirements de situations, des impasses, des soupçons et du suspens. Tous les éléments pour que le lecteur ait envie de savoir le fin mot de l'histoire!
Et le décor, très visuel, est de saison!
Non, je ne parle pas de la poussière, je vois bien que le chiffon est en vacances quand vous lisez!
Je parle de la neige et du froid polaire qui paralyse Minneapolis et ses paysages envoûtants.
L'auteur a su dépeindre (par amour du Minnesota, il l'avoue dans ses remerciements) une ville qu'on ne rencontre pas souvent dans les romans, avec ses quartiers bourgeois ou modestes, et nous l'arpentons en détail aux côtés de Nils, revêtue d'une épaisse couche d'un blanc virginal!
Si ce n'est pas un coup de coeur, je suis bien curieuse de connaître la suite des écrits de Matt Goldman. Je me suis attachée au personnage de Nils et à ses « collègues » flics et j'espère bien qu'il arrivera à remettre un peu d'ordre dans sa vie privée! Ou pas!
Lien : http://livrenvieblackkatsblo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Anaislectrice
  04 décembre 2017
J'ai reçu ce livre suite à une masse critique Babelio, et je dois dire que je ne connaissais pas du tout l'auteur, je partais donc neutre et sans aucun à priori dans ma lecture.
L'histoire démarre de manière plutôt originale en raison de la scène de crime qui l'est tout autant. Ici, point de boyaux à l'air, de litres de sang retrouvés autour du cadavre, ni d'état de putréfaction avancé… Non messieurs dames, ici, le macchabée est recouvert d'une épaisse couche de poussière, tout comme le reste de sa maison d'ailleurs, comme si le contenu de plusieurs dizaines d'aspirateurs avait littéralement été disséminé. Aucun indice, aucune piste, aucun suspect. L'auteur nous plonge donc en plein coeur des méandres d'une enquête difficile à mener pour les enquêteurs, et qui sera autant compliquée à traiter par l'auteur qui devra jouer d'ingéniosité pour ne pas perdre le lecteur en route; parce ce que le lecteur de polar déteste le plus, c'est s'ennuyer dans un livre. Pourtant, les fausses pistes et rebondissement se mêleront à des passages plus calmes, le tout donnant une sorte de crédibilité à ce thriller. La multiplicité des personnages en aurait fait un thriller éprouvant si cet élément n'avait pas été contrebalancé par le fait que l'auteur prend son temps pour dérouler l'intrigue. Pour autant, je ne me suis pas ennuyée, alors que j'ai tendance à lâcher rapidement lorsque l'action est relativement calme. Les dialogues sont très nombreux, et donnant une dynamique intéressante au récit.
J'ai apprécié me retrouver aux côtés du détective, Nils, parce qu'il est un personnage haut en couleurs et relativement travaillé sur le plan personnel. Sa vie amoureuse n'est pas au beau fixe, c'est le moins que l'on puisse dire, elle parasite un peu l'enquête mais sert à donner un côté plus humain, plus attachant aussi, à cet ancien flic reconverti dans le privé. Il est un esprit profondément libre, et j'ai vraiment aimé le fait qu'il soit un électron libre, sa pugnacité, il est quelqu'un à qui on n'impose rien, un peu casse cou il faut bien l'avouer et capable de désobéir au FBI lorsqu'il pense que sa cause est juste. Ce qui rend aussi son personnage sympathique, ce sont les traits d'humour qu'il utilise de manière régulière, sans en faire trop, dosés avec parcimonie car, ne l'oublions pas, nous sommes bien dans un thriller.
Là où j'ai vraiment accroché, c'est que l'intrigue de Retour à la poussière est ancrée dans la ville de Minneapolis, que l'auteur décrit de manière précise, personnifiant presque par moment cette ville du Minnesota, et qui prend une place importante dans l'intrigue. Vous le savez, mon âme de globe-trotteuse apprécie vraiment les thrillers qui sont développés autour d'une ville ou d'un pays, et que son secteur géographique prend une place importante dans le récit. C'est le cas ici, et j'ai l'impression de m'être baladée dans la ville aux côtés des personnages autant que j'ai le sentiment de m'y être perdue, d'y avoir erré, au même titre que Nils et les enquêteurs. Bref, ça m'a permis d'ajouter encore un endroit dans ma « whishlist des endroits à visiter avant de mourir !« .
Un bon thriller sans prétention, pas forcément un coup de coeur, mais un agréable moment de lecture. J'ai réussi, durant ma lecture, à couper de mon quotidien et de ma vie réelle et lorsqu'un de mes livres réussi à le faire, c'est que l'auteur a réussi à me convaincre.
J'espère pouvoir retrouver Nils dans de futurs titres, le personnage est intéressant, il mérite d'être encore développé. Il n'est ni un héros, ni un anti-héros, juste un mec ordinaire, qui vit et fait des choses ordinaires, et c'est grâce à ça qu'on arrive à tisser un lien avec lui.
Lien : https://anaisseriallectrice...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Malavita
  18 novembre 2017
A priori, personne n'en voulait à Maggie Somerville. Un train de vie agréable, des rapports de voisinages très cordiaux, c'était une femme plutôt discrète et sans histoires. Qui l'a négociée et pourquoi, questions classiques, mais qui a bien pu élaborer une telle mise en scène ? Il faut avoir l'esprit sacrément tordu pour ensevelir la victime et tout ce qui l'entoure sous des kilos de poussière.
Démunie, la police fait appel à Nils « Shap » Shapiro, privé de son état, dont la carrière de flic a été tuée dans l'oeuf. le personnage est excellent et porte l'intrigue à lui tout seul. C'est bien là le problème : on suit tellement sa vie amoureuse et ses déboires qu'on n'en oublie parfois pourquoi on est là. Entre l'ex qu'il refuse d'oublier et ses multiples rencontres (sous son cynisme affirmé, monsieur est un bon vivant), l'enquête passe au second plan. La fin à la Scoubidou (j'ai des références) m'a laissée perplexe. Vous savez, ce dénouement granguignolesque où Fred démasque littéralement le coupable grâce aux savantes théories de Vera-la-geek. Je force le trait, mais la chute m'a donné l'impression d'être un choix par dépit.
Retour à la poussière reste agréable à lire, surtout pour son héros. Son effronterie face au FBI qui marche sur ses plates-bandes est jubilatoire, et le contraste avec le très effacé Ellegaard, qui voudrait faire le job proprement, fait souvent sourire. Maintenant que les présentations sont faites, j'espère retrouver Shapiro dans une nouvelle enquête, plus consistante et sans trop de digressions.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Taylor
  27 novembre 2017
A force de lire des romans policiers et autres thrillers, j'en ai « vu » des scènes de crime mais comme celle présentée au premier chapitre de ce livre, c'est la première fois que le lis ça. le corps d'une femme est retrouvé chez elle noyé au beau milieu d'un véritable nid de poussière.
Le travail des enquêteurs s'en trouve grandement complexifié. Alors le chef décide d'engager un détective privé : Nils Shapiro. Celui-ci est bien connu puisqu'il a fait l'école de police avec l'inspecteur en charge du dossier.
A cas exceptionnel, mesures exceptionnelles !
J'ai beaucoup aimé le personnage de Nils Shapiro, excellent enqueteur, sa vie personnelle est un fiasco total.
Divorcé, il n'arrive pas totalement à oublier son ex-femme. J'avoue que son petit côté poil à gratter vis-à-vis des autorités m'a bien plu.
Les personnages secondaires sont également intéressants et servent parfaitement l'intrigue.
Les rebondissements ainsi que les suspects sont nombreux même si j'ai deviné le fin mot de l'histoire quasi en même que Nils.
Retour à la poussière est le premier roman de Matt Goldman traduit en France et j'espère que ce ne sera pas le dernier car j'ai très envie de continuer l'aventure avec le détective Shapiro.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
musemania
  27 novembre 2017
Je remercie les éditions Calmann-Levy et Netgalley pour la découverte de ce roman policier. le résumé me donnait envie et je n'ai pas été déçue. Même s'il ne s'agit pas forcément du livre de l'année, j'y ai passé un bon moment de lecture et d'évasion (ce que je demande aux livres que je lis pour le moment).
Tous les ingrédients du bon roman policier, selon moi, sont présents : un détective privé/policier doté de failles, un service de police dépassé par les événements, une bonne intrigue, un jeu de chat et de la souris entre coupable et autorité, une touche d'humour,...
L'auteur, Matt Goldman, présente la ville de Minneapolis et la décrit comme un personnage à part entière (un peu comme dans le livre « Les chiens de Détroit de Jérôme Loubry). L'auteur avoue lui-même, dans ses remerciements, qu'il espère que son bouquin sera considéré comme une lettre d'amour à sa ville. le lecteur a l'impression de s'y promener, d'en « découvrir » ses routes et paysages, de ressentir les affres du climat polaire hivernal qui y règne. Cela m'a, en tout cas, donné l'envie de m'intéresser plus à cette ville des Etats-Unis, beaucoup plus méconnue et parfois oubliée de la littérature américaine, comparativement à des villes comme New-York ou Los Angeles.
J'ai apprécié la façon dont l'auteur décrit ses personnages, de manière juste et sans ambages. Il est facile de s'y attacher (même aux personnage secondaires comme Beth ou Perry...) et surtout à Nils Shapiro, détective privé et personnage principal. Ce dernier pourrait être réutilisé dans une suite car il a tout ce que le public aime chez les « policiers » : du charme, de l'humour (parfois noir), de la perspicacité et une bonne dose d'effronterie.
Il ne s'agit pas à proprement parler d'un livre à suspens mais il est doté d'une bonne intrigue. La découverte du vrai coupable ne se fera qu'en fin de livre lorsque tous les éléments commenceront à s'emboîter et pas, de la manière qu'on aurait pu croire... le coupable idéal ne l'est pas forcément...
Premier roman de cet auteur, il m'a donné envie de le suivre et de lire ses prochains bouquins.
Lien : https://musemaniasbooks.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
BlackKatBlackKat   06 décembre 2017
Absorbé dans ses pensées, il disparut en lui-même. Sans doute là où vont les narcissiques, l’endroit qui leur permet de s’apitoyer sur leur sort même en apprenant la mort de quelqu’un d’autre.
Commenter  J’apprécie          53
BlackKatBlackKat   29 novembre 2017
Mon anesthésiant n’était ni l’alcool, ni la drogue, ni l’ego, ni même le sexe, non que je n’aurais pas eu recours à certains d’entre eux.
Il s’agissait plutôt d’une décoction composée à parts égales d’un mélange de ténacité et d’obstination rompues à toute épreuve, le tout accompagné d’un bon vieux bouquet garni d’allez-tous-vous-faire-foutre.
Commenter  J’apprécie          60
vero35vero35   26 novembre 2017
La légiste, Julie Swenson. En général, elle travaillait sur les cadavres de Minneapolis. Je l'avais rencontrée à plusieurs reprises à la morgue du comté de Hennepin. Elle avait de longs cheveux gris et un regard teinté d'un soupçon de bleu. Elle devait avoir plus de cinquante ans. D'habitude, je m'en tiens à des femmes de moins de quarante, comme moi, mais quelque chose dans l'honnêteté de sa chevelure m'incitait à tomber amoureux d'elle. Peut-être le lui avouerai-je un soir à la morgue, quand elle n'aurait pas la scie à os à la main.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
vero35vero35   26 novembre 2017
Micaela ( ...) était devenue ma femme, puis mon ex-femme, avant de s'éterniser dans ma vie telle une infection chronique des sinus. De temps à autre, elle réapparaissait pour me proposer de regarder un film, film suivi de quelques whiskies chez Tilla et d'environ une heure de batifolage dénudé dans sa grande chambre avec vue sur le lac Harriet. Après quoi, nous reprenions nos chemins séparés , mais la fièvre me mettait KO pour des semaines.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : thrillerVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1213 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre