AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782354881931
231 pages
Gulf Stream Editeur (29/08/2013)
3.29/5   7 notes
Résumé :
Tu bâilles en écoutant le prof d’histoire ; tu te traînes jusqu’au stade pour l’heure d’athlétisme, si tu ne t’en es pas autodispensé(e)?; tu sors du cours de physique et tu sais maintenant quel métier tu veux faire. Tu as l’impression que le redoublant te jette des regards appuyés ? Que tu croises souvent la nouvelle de la classe d’à côté ? Que la prof d’espagnol et la C.P.E. se sont liguées pour que tu éteignes ton portable en cours ? Ta vie scolaire est intense, ... >Voir plus
Que lire après La vie secrète des profsVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Dès la couverture, le ton est donné : "Ceci n'est pas un ABÉCÉDAIRE" ! Un slogan à la Magritte qui n'est pas pour déplaire à la Belge que je suis ! Et c'est vrai ! Cette collection Et Toc !, qui compte de nombreux autres titres, propose bien plus que des abécédaires.

Outre les infos fouillées classées alphabétiquement de A comme Absentéisme à Z comme Zeugma (mais qu'est-ce donc que cela ?), ce documentaire propose une série d'encadrés avec des infos décalées, des anecdotes, de petites phrases à replacer ici ou là ; quelques quizz sympas ; les liens systématiques de bas de page vers d'autres articles connexes ; des livres, films, sites à découvrir pour aller plus loin...

Côté mise en page, là aussi, il y a de nombreux plus. Clair, coloré, richement illustré, cet "abécédaire" est agréable à parcourir. Il offre en prime un marque-page détachable (fallait y penser !) ainsi qu'une animation "flip book" humoristique qui revisite ici la célèbre fable du Corbeau et du renard !

Côté interactions, la collection propose une page Facebook, un site ainsi qu'un forum. de plus, pour être au plus près des questionnements des jeunes, les éditeurs enjoignent les lecteurs à leur envoyer par mail leurs idées de thèmes à traiter...

Et le contenu de ce numéro-ci me demanderez-vous ? Assez étonnant ! On n'est pas du tout dans un texte léger qui caricaturerait de manière humoristique les petits et gros soucis et travers des profs. Non ! il s'agit d'un texte de fond où l'auteure passe en revue tout ce qui touche, entend-on dire parfois, au plus beau métier du monde.

Elle ne tait rien des difficultés, des doutes, des défis que recouvre cette profession qui, au fil du temps, a perdu de son aura.
"Le professeur est devenu un "prof". Son titre, en perdant deux syllabes, a réduit son prestige. Les élèvent parlent du "prof d'anglais", les parents se plaignent des "profs", et les professeurs eux-mêmes disent : "Je suis prof.""

Côté analyse, j'ai trouvé de nombreux points communs entre sa réflexion et celle menée par Daniel Pennac dans son Chagrin d'école. Leurs parcours sont d'ailleurs assez similaires: élèves "récalcitrants", ils sont devenus tous deux professeurs et écrivains. L'un comme l'autre ont été sauvés par les livres. Tous deux sont également persuadés que leur expérience d'élèves en difficulté peut leur permettre d'être des profs efficaces.

Tous les sujets sont traités, des plus légers avec par exemple l'évocation de la fébrilité qui gagne les élèves à l'approche des fêtes de fin d'année - ce qu'elle appelle "le syndrome du Père Noël"- aux sujets qui fâchent davantage comme l'absentéisme des profs, les problèmes de discipline ou l'enseignement de la grammaire.

Bien sûr, certains sujets sont propres au système scolaire français : le bac, la laïcité (en Belgique, à côté du réseau officiel, nous avons également un réseau libre, en grande partie confessionnel), la présence des délégués d'élèves aux conseils de classe, la désignation des profs, les C.D.I., les C.P.E., les personnages qui ont marqué l'enseignement français, etc. Peu importe ces différences : les questions fondamentales et les problèmes structurels restent les mêmes ! Comment concilier besoins et moyens alloués ? Comment gérer l'hétérogénéité des classes ? Comment inscrire l'école dans ce 3e millénaire voué aux nouvelles technologies ? ...

Comme le thème m'intéressait tout particulièrement, j'ai parcouru l'abécédaire de manière linéaire, de A à Z. On peut également y entrer par la table des matières qui reprend les divers items qui constituent cet alphabet, même si, parfois, certains termes peuvent paraitre un peu hermétiques. Un index vient compléter la recherche le cas échéant. Les liens de bas de page permettent quant à eux de rester dans une thématique choisie. Bref, un ouvrage qu'on peut lire de multiples façons !

Pour ce qui est de la cible, je conseillerais ce titre aux enseignants (ils s'y reconnaitront) ; à ceux qui envisagent d'embrasser cette belle profession en connaissance de cause ; aux élèves des classes supérieures, histoire d'ouvrir un sain débat sur les relations enseignant-enseignés, aux parents qui jugent parfois un peu vite ; bref, à tous ceux qui de près ou de loin - et ils sont nombreux - se posent des questions sur cette profession et son devenir !

Lien : http://lacoupeetleslevres.bl..
Commenter  J’apprécie          60
Ceci est un abécédaire plutôt sympathique où l'auteur nous raconte sa vie de prof à partir de grands thèmes. Nous allons donc la suivre, du A comme absentéisme au S comme sommeil, en passant par le J comme jacasser.

Elle raconte par là son quotidien mais aussi l'évolution de cette profession. Elle parle aussi du professeur qui est devenu " le prof " et qui a, au passage, perdu beaucoup d'estime de la part de la société en général.

Mais elle s'intéresse aussi aux évolutions technologiques qui ont quelque peu bouleversé la vie des élèves, et du coup celles des profs. Elle évoque notamment l'hyperprésence du téléphone portable et les conséquences de l'apprentissage sur tablette.

C'est donc un panorama global de cette profession à la fois enviée et détestée que l'auteure nous propose ici.

Mon avis:
Je ne m'attendais pas tout à fait à cela.
Je pensais lire quelque chose d'intéressant mais plutôt drôle. Là, les touches d'humour sont assez légères et sont plus adressées à d'autres profs ou profs en devenir qu'à des personnes extérieures.

J'ai quand même appris des choses et c'est assez intéressant d'entendre la voix des profs sur l'évolution des élèves, reflet de l'évolution de notre société.

Très sympa aussi d'entendre la voix de l'ancienne élève qu'elle était et de la prof qu'elle est devenue. Elle essaie de se remettre dans la peau d'une collégienne pour comprendre les difficultés et les mécontentements de ses élèves.

Elle évoque enfin, de manière assez pudique, le rôle social que l'enseignant a dû prendre depuis quelques années. Car les profs ont dû endosser de plus en plus de casquettes et de responsabilités et leurs épaules doivent leur paraître bien lourdes quand ils rentrent chez eux le soir.

Passons à la partie pour moi très désagréable, celle qui m'a beaucoup énervée.

Il y a en effet dans certains chapitres une espèce d'auto apitoiement qui m'a profondément agaçée.

Le chapitre sur l'emploi du temps est pour moi le summum.
Car si j'ai tout bien compris, les profs formulent des souhaits d'emploi du temps. Souhaits qui sont plus ou moins respectés, ce qui fait forcément grincer des dents...
Alors là, je vous avoue que je suis sur le c...
Y-a-il beaucoup d'employés qui émettent des souhaits d'emploi du temps à leur employeur ??? et qui en auraient une petite partie de respectée ??? Perso, jamais vu.

Point trop de Calimero svp !!!

Et puis, bien sûr, il y a le chapitre sur les copies et les préparations de cours.
Alors, loin de moi l'idée de dire que ce n'est pas du travail et que ce n'est pas pénible.
Mais la plupart des professions ont désormais la joie de travailler chez eux le soir, le week-end, les vacances ...!!! Très peu de gens rentrent chez eux les mains vides et l'esprit tranquille et si c'est la cas, c'est en général des emplois bien peu attrayants.

Donc, là encore, pas de mouchoir !!!

Ne jamais oublier que ceux qui ont fait des études et qui exercent la profession qu'ils souhaitaient, sont de grands privilégiés. Alors, mieux vaut parler du verre à moitié plein plutôt que du verre à moitié vide !

Bon, bref... revenons en aux aspects sympathiques.

On sent qu'elle aime ce métier, qui parfois ne le lui rend pas, mais elle continue de s'investir et reste à l'écoute de ses élèves pour essayer de leur transmettre un petit peu de son savoir et beaucoup de son envie.

Si, au départ, il me semblait que ce livre était plutôt à destination des jeunes, je pense en le refermant qu'il s'adresse bien plus à des enseignants ou à des futurs enseignants.
Lien : http://www.livr-esse.com/art..
Commenter  J’apprécie          30
Qu'est-ce qui a poussé une prof, qui, enfant, détestait l'école, à écrire ce livre ? On retrouve à travers plus de 200 pages les sujets, classés par ordre alphabétique, qui font la vie des profs. Rien de vraiment nouveau ! Un peu d'humour dans les dessins et une mise en page intéressante font qu'on a envie d'entrer dans ce livre, mais on en ressort plutôt déçu. Quelques pages sur la salle des professeurs sont plus intéressantes et nous font vivre de l'intérieur les moments souvent difficiles de cette profession. G.
Commenter  J’apprécie          30
Cet ouvrage m'a beaucoup intéressée. L'auteur fait le tour de la vie des profs. Qu'est-ce qui les a amenés à faire ce métier, quelles difficultés ils rencontrent, quelles sont leurs préoccupations, quelles ont été les évolutions du métier… Mais elle s'attarde aussi sur les élèves et leurs spécificités, leurs envies, leurs passe-temps. Elle s'interroge, cherche des réponses sans pour autant prétendre avoir la solution. Ce livre pousse surtout à la réflexion.

Après, ce que j'ai trouvé dommage c'est que ce livre n'aborde que le secondaire – ce qui en un sens est normal, puisque Françoise Grard est professeur de Lettres. Il aurait pourtant été intéressant d'étendre la réflexion au primaire. Ou alors je pense cela parce que je suis en plein dedans et qu'il y aurait beaucoup de choses à dire ?!

En tous cas, c'est un livre intéressant, qui interpelle sur la situation de l'enseignement et de l'éducation en France. Ce que j'ai beaucoup aimé c'est que l'auteur y ajoute des « anecdotes » en puisant dans sa propre expérience du métier.
Lien : http://antredeslivres.blogsp..
Commenter  J’apprécie          10
Bon documentaire qui permet d'expliquer aux enfants comme aux plus grands le fonctionnement et le travail de nos professeurs !
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
p.46-9.
DÉTRESSE

Combien de fois, après avoir déploré la conduite d'un élève et avoir été après coup informée de sa situation familiale, ne me suis-je pas maudite de mon manque de jugement ?

En regard de ce qu'ils vivent chez eux et malgré leurs insuffisances de conduite ou de travail, certains élèves mériteraient la médaille de la résistance. Car se lever tous les jours pour aller au « bahut » et s'acquitter plus ou moins de son travail en restant vissé sur une chaise pendant de longues heures, quand on manque cruellement de sommeil, que les parents s'entredéchirent ou que la pauvreté menace la décence minimum des conditions de vie, relèvent parfois de l'héroïsme. Encore faut-il noter que les plus malheureux ne sont pas ceux qui se font le plus remarquer.

Un souvenir atroce me poursuit à travers les années. Une source de culpabilité et de compassion que le temps ne tarit pas : celui d'une jeune fille silencieuse, timide mais souriante quand on s'adressait à elle, à laquelle je reprochais régulièrement, sous le mode de la plaisanterie, son air absent, sa passivité somnolente. À mes piques enjouées, elle répondait d'un sourire, se redressait sur sa chaise et tentait de se concentrer sur les beautés d'un vers de Victor Hugo ou sur l'ironie de Voltaire. J'avais bien remarqué sur son visage certaines traces, un air bouffi que j'avais mis sur le compte du manque de sommeil ou d'une mauvaise digestion. Ce n'est qu'à la fin de l'année que j'ai appris par l'intermédiaire du professeur principal l'aveu qu'il avait fini par lui arracher. Cette jeune fille était régulièrement battue par un père alcoolique qui passait sur elle son exaspération de chômeur.

Oui, les élèves ont parfois du mérite. Il y a une dignité exemplaire de la jeunesse. Là où les adultes se répandent complaisamment sur leurs malheurs, l'adolescent se tait et fait bonne figure. Il protège le parent déficient, se barricade dans le silence et, si on croise parfois un regard lourd de secrets, ce regard reste indéchiffrable. À partir de là, on peut comprendre que pour les professeurs le poids du malheur puisse à l'occasion être écrasant. « nous ne sommes ni des psychologues ni des assistantes sociales », protestent-ils parfois, confrontés à la détresse de leurs élèves. C'est pourquoi il est urgent de renforcer les services sociaux dans les établissements scolaires, les C.P.E. de leur côté étant débordés.
Commenter  J’apprécie          10
p.144.
Mais un professeur, par sa trop facile supériorité d'adulte, peut aussi « détruire » un élève. Remarques ironiques, jugements de valeur ou même d'abus ont marqué toutes les mémoires. Un exemple : « Faire des études supérieures, toi ? Tu n'y penses pas, avec ta mère qui est concierge ! » C'est la déclaration encourageante que j'ai entendu adresser à une camarade quand j'étais moi-même élève. Le même professeur, du fait de ma forte myopie, ne s'adressait à moi que par l'appellatif flatteur de « mes pauvres yeux » et m'imposait, malgré mes protestations, des m'asseoir à une table rapprochée du bureau, loin de mes camarades. Une véritable quarantaine qui me donnait le sentiment d'avoir la peste bubonique. Il y a là une lacune éthique dans la formation des enseignements. Qu'il faudrait rappeler plus souvent ?
Commenter  J’apprécie          20
(...) l'école ne doit pas réduire son rôle à l'utilitaire comme on tendrait à le penser aujourd'hui. Elle doit aussi fournir des outils de réflexion qui permettront à nos élèves de "penser leur vie".
Commenter  J’apprécie          50
p.68.
Pas d'enseignement sans dialogue. Pas de dialogue qui ne vise à accoucher l'élève tantôt de son ignorance, tantôt de sa pensée, parfois de sa vérité. Transmettre, c'est mettre sa marque sur l'objet que l'on veut transmettre : la marque de l'humour, de la gravité ou seulement l'inflexion d'une voix. C'est pourquoi l'enseignement glacé du meilleur programme informatique ne remplacera jamais un enseignement qui part de ce que sait l'élève pour l'emmener plus loin.
Commenter  J’apprécie          10
Le professeur ne sait pas l'avenir de ce qu'il a semé, l'élève ignore tout de la personne derrière le professeur.
C'est pourquoi évoquer les coulisses du métier, le quotidien d'un enseignant, ses doutes, ses espoirs, son parcours, pourrait peut-être apporter sa modeste contribution à une meilleure compréhension mutuelle.
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : enseignantsVoir plus
Les plus populaires : Jeunesse Voir plus


Lecteurs (14) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
864 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre

{* *}