AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2735703983
Éditeur : Acropole (09/06/2016)

Note moyenne : 3.08/5 (sur 12 notes)
Résumé :
Issues des plus hauts comme des plus bas milieux, ces femmes avaient en commun, outre la beauté, du culot, du courage et souvent une grande intelligence qui leur a permis de séduire les plus grands, les plus ambitieux.

Grâce à leur emprise sur les hommes, elles se sont frayé un chemin dans les plus hautes sphères de la société où elles ont été, suivant leur tempérament, admirées, respectées, craintes, haïes. Dans tous les cas, elles n'ont laissé perso... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
tamara29
  24 mars 2018
Je remercie Babelio et les éditions Acropole pour « Les salopes de l'histoire » d'Agnès Grossmann.
Agnès Grossmann, journaliste et auteur de documentaires pour la télévision, explique en préface qu'elle voulait faire le portrait de femmes célèbres ayant eu une « sexualité débridée ». Des femmes qui ont assumé leur sexualité, leur plaisir, leur envie, peut-être au mépris des convenances de leur époque. Par leur intelligence et courage, leur effronterie ou encore leur alliance, certaines ont pu côtoyer (dans tous les sens du terme) les dirigeants les plus influents, quand elles n'ont pas été elles-mêmes au pouvoir. Elles s'étaient ainsi retrouvées dans les plus hautes sphères du pouvoir. Pourtant, encore aujourd'hui, leur comportement, malgré une plus grande liberté sexuelle et liberté des moeurs (Mai 68, aux armes, et cætera.), fait qu'on les désigne par le terme de « salopes ».
Dans cet ouvrage, huit portraits de femmes de diverses époques sont dressés : Cléopâtre, Messaline, Marguerite de Navarre dit la reine Margot, Catherine II de Russie, Jeanne de Barry, Joséphine de Beauharnais, Madame Tallien, Mata Hari.
Le titre de l'ouvrage m'avait interpelée et j'étais curieuse de voir comment serait traité un tel sujet. J'y voyais là comme une continuité à mes récentes lectures et réflexions actuelles, ou plus exactement, cela me semblait un nouvel angle de vue sur les femmes qui pouvait s'avérer intéressant. L'autre intérêt à cette lecture était d'en apprendre plus sur ces femmes, elles qui avaient toutes, d'une manière ou d'une autre, marquées l'Histoire.
L'ouvrage est simple d'accès (cela ne signifie pas qu'il est à mettre entre toutes les mains. Il reste interdit aux moins de 18 ans, j'imagine…). Malgré la multitude des personnages présents tout au long des différents portraits, l'auteur pose bien le contexte et les liens entre chacun pour qu'on suive aisément. le texte est facile à lire, même s'il l'est parfois trop, frisant un peu trop les caricatures, à mon goût. Il vaut cependant par la découverte plus approfondie et détaillée (et ce n'est pas peu dire) de grandes figures par un autre bout de la lorgnette.
De ce fait, si on se retrouve en manque de sujets de conversation, lors d'une soirée en société, on sera à présent en mesure de raconter quelques détails croustillants sur Catherine II, impératrice de Russie pendant plus de 30 ans. D'accord, on sera bien en peine de discourir sur ses décisions et actions politiques alors qu'elle a gouverné tant d'années mais nettement plus sur ses agissements et pirouettes d'ordre plus privé…
J'ai malheureusement été déçue par ce livre. Aucun orgasme littéraire ou intellectuel ne s'est pointé à l'horizon. Je me suis probablement trompée sur ce que je pouvais en attendre. Il n'était pas pour moi. Ça arrive, ces choses-là, et plus souvent qu'on ne le souhaite. On se fait toute une histoire romantique de la soirée qu'on va passer, on s'imagine des choses, on fantasme… Et... Rien ou si peu. « Wateloo ! Waterloo ! Waterloo ! Morne plaine », aurait pu susurrer Joséphine à l'oreille de Napoléon, entre les coucheries de l'une et les batailles de l'autre… (Mais, sauf erreur, Joséphine n'avait pas croisé Hugo).
Bref, j'espérais lire un essai historique, voire politique et social de ces femmes (et des femmes de l'époque). Quelque chose de « plus sérieux », si je puis me permettre. En apprendre peut-être plus sur ce qu'elles avaient pu apporter sur le plan politique, et ce par leur ambition, intelligence et force de caractère agrémentées, bien sûr, de leurs atouts plus physiques…
Mais, si je connais à présent mieux ces femmes (et j'ai été impressionnée par le courage d'une bonne majorité), pour moi, cela n'a été souvent justement qu'une suite de descriptions des traits physiques de ces femmes et de leurs multiples amants qu'elles voulaient mettre dans leur lit (ou ailleurs).
Au fur et à mesure des divers portraits, il me semblait que ce n'était qu'une énumération de toutes leurs liaisons en tout genre, de relations sexuelles sous presque toutes les coutures, pour ne pas dire parfois orgies, jusque dans des bouges les plus mal famés et peu ragoûtants, et ce, jusqu'à épuisement des corps et de ma curiosité… D'ailleurs, je n'ai pas toujours compris quel était l'intérêt de faire le portrait (ou biographie sexuelle) de certaines d'entre elles. Certes, par leur inépuisable libido et appétence plus que largement passées à l'acte, quelques-unes auraient sûrement pu prétendre à entrer dans le Guinness des Records. Mais, ne les présenter principalement que par leur frasque et pulsion sexuelles, au risque de minimiser leurs autres qualités ou capacités, finissait par me lasser et même réveiller les souvenirs de mon éducation plus portée sur la bienséance et la bonne morale. C'était presque le comble… Et je ne suis pas sûre que de telles histoires X servent à la cause des femmes et à la « liberté » sexuelle.
Shocking, moi ? Peut-être, n'en déplaise à mon sentiment d'être relativement ouverte (d'esprit s'entend), d'estimer que chacun fait ce qu'il veut du moment que cela ne nuit pas aux autres (tant qu'il n'y a pas de gêne…), ou encore de considérer qu'il y a trop de « normes » imposées par la société, j'ai trouvé certains de ces comportements quelque peu déplaisants, fatigants. Chacun sait que « trop est parfois l'ennemi du bien ». Ainsi, je n'ai pas éprouvé de réel « plaisir » à lire cette longue et longue succession de coïts ininterrompus dans tous les coins et recoins.
Irai-je jusqu'à traiter certaines de « nymphomanes » ou de xxx, moi qui justement milite pour l'égalité des sexes (juste à cris…, il s'entend toujours) et qui considère que l'appétit sexuel n'est pas forcément une caractéristique purement masculine ? Autre temps, autres moeurs. Mais, si elles avaient été de nos contemporaines, nul doute que quelques-unes auraient dû consulter pour une ‘'légère'' addiction au sexe. Ça se soigne, Mesdames… Et ce n'est pas une remarque sexiste, pudibonde ou je ne sais quoi d'autre, c'est juste qu'il y a des dépendances qui peuvent avoir de malheureuses conséquences physiques ou psychologiques (certaines y ont perdu leur tête. D'ailleurs, Jeanne du Barry, si elle avait pu, en aurait probablement témoigné. Enfin pas sûre, peut-être qu'elle aurait encore eu la tête à autre chose…).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          374
IreneAdler
  03 octobre 2018
Des salopes ou des femmes libres ?
Elles aiment l'amour, aiment faire l'amour. Elles en profitent comme elles profitent des hommes qui leur cèdent. Parce qu'elles sont entreprenantes aussi. Elles ont le sexe politique, financier, conquérant. Elles couchent, et savent pourquoi.
Des portraits de femmes libres, qui disposent de leur corps, c'est bien parce que tout cela manque cruellement dans notre paysage littéraire, culturel et historique. Mais quand même. J'ai quand même parfois l'impression que le trait est très grossi et que l'auteur ne prend pas beaucoup de précautions dans ce qu'elle énonce, surtout en ce qui concerne des époques lointaines, où les sources sont rares et pas toujours contradictoires (cependant, elle les cite, une bibliographie est disponible en fin d'ouvrage). Ca manque quand même de contexte, au moins sur la condition de la majorité des femmes de cette époque, dans les autres couches de la société.
Lecture plaisir, mais pas forcément pour un devoir universitaire ^^
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Gobelin_du_matin
  03 mai 2017
Je suis déçue, déçue, déçue par ce livre ! Malgré un titre racoleur, je m'attendais à un livre un peu historique sur un sujet passionnant : la liberté (sexuelle) des femmes à travers L Histoire, leur prise de pouvoir, le féminisme de Cléopâtre à nos jours, etc.
Hey bien non... je n'ai pas eu le courage de lire ce livre en entier, je n'y ai vu qu'un étalage de frasques sexuelles de femmes que je n'ai trouvé ni manipulatrices, ni calculatrices, ni intelligentes, ni spectaculaires, ni héroïques, mais plutôt esclaves de leur corps, de leurs besoins et de leurs désirs.
Pourtant, la trace qu'elles ont toutes laissée dans l'Histoire le prouve, ces femmes n'étaient pas banales. Pour se faire une place à leur époque comme encore à la notre, quand on est une femme, c'est plus dur, il faut prouver plus fort qu'on en vaut la peine. Alors elles devaient avoir autre chose que "ça" dans leur escarcelle pour être monté si haut...
En lisant (le début de) ce livre, j'ai l'impression qu'elles n'ont fait qu'enchaîner les amants de pouvoir (et encore, ça c'est pour les plus malines, certaines allaient carrément faire les putes dans les bordels les plus mal famés pour s'amuser... quelle belle image de la femme de pouvoir maîtresse de sa sexualité) pour finir par tomber de haut. C'est dommage, le sujet méritait beaucoup, beaucoup mieux à mon avis.
Pour couronner le tout, ça n'est pas très bien écrit...
Reste à voir les comptes qu'un homme aurait eu à rendre s'il avait l'idée d'écrire un livre pareil...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Ubikson
  16 octobre 2016
Avec un titre pareil, forcément, ça interpelle.
Qui sont donc les "Salopes de l'Histoire" selon Agnès Grossmann ?
Ainsi qu'elle le décrit dans son introduction, les personnages qu'elle nous conte sont avant tout des héroïnes pour qui la liberté sexuelle (féminine) a toujours été une force, une arme, un avantage.
Parce que sous Cléopâtre comme en 2016, on voit toujours d'un mauvais oeil l'émancipation des femmes, notamment dans le domaine du plaisir. Sous l'antiquité, on fustige les femmes qui visent le bonheur des sens, tout comme aujourd'hui, on insulte celles qui mettent un short. Comme quoi, les idées rassies ont encore de beaux jours devant eux.
Huit femmes, certaines plus connues que d'autres, Cléopâtre, Messaline, la Reine Margot, Catherine II de Russie, Jeanne du Barry, Joséphine de Beauharnais, Madame Tallien, Mata Hari, issues de milieux, d'époques, de mondes radicalement différents, mais qui ont toutes la même destinée, celle de femmes dont le chemin du pouvoir a croisé celui de leur recherche du bonheur, de leurs amours, de leurs plaisirs, pour le meilleur et souvent pour le pire.
Car même si on évoque ici des salopes, on ne fera pas dans le scabreux, le titre est juste un pied-de-nez à ceux qui cherchent encore à replacer la femme dans un carcan rétrograde.
Les Salopes de l'Histoire sont d'abord des femmes amoureuses, avec des destins extraordinaires, dont les aventures méritaient bien d'être contées ici.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Marieemmy
  15 mars 2018
Merci à Babelio pour ce cadeau.
J'ai bien aimé ce livre qui m'a permis de découvrir le portrait de plusieurs femmes ayant marqué L Histoire par leur engagement, leur manifestation de ne pas vouloir rester sous le joug masculin. En ce mois de mars avec le 8 mars (journée des droits de la femme), ce livre tombe à pic.
Il est simple d'accès et permet de découvrir plein de choses. Très instructif.
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   16 janvier 2018
Elles n’attendaient pas. Elles étaient parées comme des reines, sachant se mettre en scène et en valeur. Elles savaient susciter le désir.
Leurs partenaires devaient leur donner du plaisir sinon elles en changeaient. Pas question pour elles de subir les assauts des hommes en fermant les yeux et en attendant que cela passe.
Elles ne s’ennuyaient pas au lit, et leurs amants non plus. Le sexe était un moyen de jouissance et de réjouissance qui les régénérait.
 
Même quand leur corps a été abîmé par l’âge, elles ont continué à séduire et à avoir une vie sexuelle. Jusqu’au bout, elles ont eu des amants dans leur lit.
Jamais elles n’ont renoncé à l’amour physique et au plaisir. Jamais elles n’ont abdiqué leur sexualité sous les regards réprobateurs des hommes ou, parfois même, des autres femmes. Elles n’ont jamais fait profil bas.
On les a traitées de salopes, c’était le prix à payer pour leur liberté. Elles l’ont payé de bon cœur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   16 janvier 2018
Cléopâtre peut aussi se vêtir de simples robes de lin blanc ou pourpre ou de tuniques colorées en soie transparente qui laisse deviner son beau corps entretenu par les activités physiques qu’elle pratique intensivement. Elle sait parfaitement nager, monter à cheval et danser.
Elle a reçu une éducation très complète. Son père, Ptolémée XII, la jugeait la plus belle et la plus intelligente de ses enfants. Très jeune, elle a fait preuve d’un esprit très vif, curieux, ouvert. On lui a donné les meilleurs précepteurs pour lui enseigner les sciences, les mathématiques, la philosophie, la médecine, l’occultisme. Elle est férue d’astrologie, d’alchimie, de géographie et passe beaucoup de temps à la grande bibliothèque d’Alexandrie où sont entreposés les manuscrits les plus précieux de l’époque, tous traduits en grec, la langue du savoir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   16 janvier 2018
Toutes, à leur époque, ont été traitées de salopes, voire de putains. Elles s’en fichaient complètement. Aucune ne se souciait du qu’en-dira-t-on.
Leur liberté d’esprit précédait celle de leur corps. À une époque où l’Église, les convenances leur dictaient une sexualité corsetée, dédiée à la reproduction, elles ont fait voler en éclats tous ces diktats. Elles ont joui sans entraves, multipliant les amants. Sans culpabilité.
Cette liberté sexuelle leur a donné beaucoup de plaisir mais aussi de l’énergie à revendre et une grande force qui les a aidées à s’accomplir dans des destins souvent complexes.
Contrairement à toutes celles, encore nombreuses, qui vivent une sexualité atrophiée, elles étaient en pleine possession de leurs moyens. Elles déployaient leurs ailes. C’étaient de vraies femmes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   16 janvier 2018
Catherine est humiliée, et surtout frustrée car, contrairement à son mari, elle est très sensuelle. Elle n’aspire qu’à s’offrir. Son corps réclame les caresses. Enfant, elle sautait pendant des heures sur son lit, un oreiller entre les cuisses, jusqu’à épuisement des sens. Elle a le feu au corps. Pierre est incapable de l’éteindre, et ce n’est pas seulement un problème d’extincteur. Catherine a épousé un enfant qui se lève la nuit pour jouer avec ses soldats, qui fait venir ses chiens dans leur lit. Elle a besoin d’un homme et son mari est un gamin. Heureusement, très vite, il ne viendra plus. Au lendemain de ses noces, Catherine est toujours vierge. Elle va le rester pendant huit ans.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   16 janvier 2018
Jeanne a une qualité fort peu répandue à la cour de France : elle est simple. Ni servile, ni obséquieuse, elle parle et se conduit simplement. Elle est intelligente et très instruite. Curieuse, elle aime lire et a beaucoup appris en se frottant à tous les grands hommes qu’elle a rencontrés rue de la Jussienne. Et puis elle est gaie, toujours alerte et joyeuse. Pleine de gentillesse, elle sait aussi se montrer douce et câline. Elle le rassure, le divertit, l’écoute. Elle le console. Depuis que Jeanne du Barry est entrée dans sa vie, le roi ne s’ennuie plus. Et bientôt il ne peut plus se passer d’elle
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Video de Agnès Grossmann (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Agnès Grossmann
Agnès Grossmann - L'INVITE" de TV5MONDE présenté par Patrick SIMONIN le 28/02/11.
autres livres classés : féminismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1681 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre