AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jeanne de Salzmann (Traducteur)
ISBN : 2290011398
Éditeur : J'ai Lu (01/12/2008)

Note moyenne : 3.76/5 (sur 29 notes)
Résumé :
Qui sont ces honnies remarquables qui ont façonné la personnalité de Georges Ivanovitch Gurdjieff, une des plus grandes figures de la spiritualité contemporaine Il y a tout d'abord son père, conteur et poète, puis Dean Borsh, son tuteur, le Père Bogachevsky, le capitaine Pogossian, Abram Yelov, libraire et polyglotte, Youri Lubovedsky, prince russe, Ekim Bey, passionné d'hypnotisme, Karpenko, géologue, et enfin Skridlov, professeur d'archéologie. Les points communs ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
enkidu_
  29 décembre 2014
Plus une "auto-hagiographie" qu'une "auto-biographie", l'intérêt majeur de cet ouvrage se trouve, bien évidemment, dans les voyages exotiques que nous propose, en toute "modestie" (...), l'auteur - un des supposés "grands mystiques" du siècle passé -, qui, même si il ne respecte probablement pas la vérité historique (pour dire le peu !), aura au moins l'amabilité de nous faire "goûter" à l'atmosphère du désert du Gobi ou du Kafiristan (aussi appelé Nouristan), ou encore nous initier dans l'intimité de la "confrérie des Sarmoung", dont les traces, pourtant, restent virtuelles, jusqu'aujourd'hui... ce qui ne serait pas un hasard.
Commenter  J’apprécie          70
Apoapo
  04 février 2016
Une étrange autobiographie de ce mystérieux personnage (qui tenait consciencieusement à entretenir le mystère qui l'entourait), qui révèle très très parcimonieusement les éléments spirituels de son parcours, qui laisse presque le doute qu'il utilisât une langage codé pour exprimer des messages incompréhensibles aux non initiés. En effet, certains détails relèvent d'un accablant manque de pertinence, pis que de l'anecdotique: une sorte de pensée elliptique qui prend pour modèle le héros de bons mots populaires Nasreddin Hodja, dont la paternité est revendiquée de l'Anatolie au fin fond de l'Asie centrale (j'ai vu une statue de lui à Boukhara!) et que Gurdjieff considère comme le summum de la réflexion philosophique de tous les temps...
Au-delà des inepties présentes et des éventuels messages à déchiffrer, j'ai trouvé dans cette autobiographie des notes très intéressantes et plutôt inconnues sur le cosmopolitisme qui caractérisait l'Anatolie orientale et le Caucase au moins jusqu'à 1918.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
yvelinegauthier
  22 mars 2014
Le style est prétentieux, les histoires improbables
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
enkidu_enkidu_   27 décembre 2014
J'étais plongé dans mon travail lorsque soudain retentit un cri effroyable. Je sautai sur mes pieds, convaincu qu'un accident était arrivé à l'un des enfants.
Je courus, et vis le tableau suivant :

Au milieu d'un cercle tracé sur le sol, un gamin sanglotait en faisant d'étranges mouvements, tandis que les autres, qui se tenaient à quelque distance, riaient et se moquaient de lui.

Je n'y comprenais rien. Je demandai ce qui se passait. On me dit que l'enfant appartenait à la secte des Yézides, que l'on avait tracé un cercle autour de lui, et qu'il ne pourrait pas en sortir tant qu'on ne l'aurait pas effacé.

L'enfant tentait vraiment de toutes ses forces de sortir du cercle enchanté, mais il avait beau se débattre, il ne pouvait y parvenir.

Courant à lui, j'effaçai vivement une partie du cercle. Aussitôt le gamin bondit et s'enfuit à toutes jambes.

J'étais si abasourdi que je restai figé sur place dans la même pose, comme ensorcelé, jusqu'à ce que ma capacité normale de penser fût enfin revenue.

J'avais déjà entendu parler des Yézides, mais ma pensée ne s'y était jamais arrêtée. L'événement qui venait de se dérouler sous mes yeux, et qui m'avait tant étonné, me forçait maintenant à y réfléchir sérieusement.

Je regardai autour de moi et vis que les gamins étaient retournés à leurs jeux. Je regagnai ma place, plein de mes pensées, et me remis au dessin des initiales. Le travail n'allait plus du tout, et pourtant il fallait le terminer coûte que coûte.

Les Yézides constituent une secte qui vit en Transcaucasie, principalement dans les environs de l'Ararat. On les appelle parfois Adorateurs du Diable.

De nombreuses années après l'incident dont j'avais été le témoin, je pus vérifier cette sorte de phénomène et constater qu'effectivement, si l'on trace un cercle autour d'un Yézide, il ne peut en sortir par sa propre volonté.

A l'intérieur, il peut se mouvoir librement. Plus le cercle est grand, plus grande est la surface où il lui est possible de se déplacer, mais quant à franchir la ligne, il n'en est pas capable : une étrange force, hors de proportion avec sa force normale, le retient prisonnier.

Moi-même, qui suis fort, je ne pouvais pas faire sortir du cercle une faible femme; il me fallait encore l'aide d'un autre homme aussi vigoureux que moi.

Si l'on oblige un Yézide à franchir cette ligne, il tombe aussitôt dans l'état que l'on nomme catalepsie, qui cesse à l'instant même où on le ramène à l'intérieur du cercle.

Une fois tombé en catalepsie, un Yézide que l'on a tiré hors du cercle ne revient à l'état normal qu'au bout de treize ou de vingt et une heures.

Il n'existe aucun autre moyen de le ramener à l'état normal; en tout cas, ni moi ni mes camarades ne le pouvions, et pourtant nous possédions alors à fond toutes les méthodes connues de la science hypnotique contemporaine pour faire sortir un homme de l'état de catalepsie. Seuls leurs prêtres pouvaient le faire, au moyen de brèves incantations. (pp. 93-94)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
enkidu_enkidu_   29 décembre 2014
Vivant depuis quinze ans déjà en Occident sans interruption, en relation constante avec des gens de toutes nationalités, j'en suis venu à la conclusion qu'ici on ne sait pas et on ne s'imagine même pas ce que c'est que l'Asie.

La plupart des gens, en Europe et en Amérique, se représentent l'Asie comme un continent de grandeur indéterminée, aux confins de l'Europe, habité par des peuplades vivant à l'état sauvage, ou dans le meilleur des cas demi-sauvage, qui ont échoué là par hasard.

L'idée qu'ils se font de son étendue est des plus vagues. Ils compareraient facilement ces territoires aux pays européens, et ne soupçonnent même pas que le continent d'Asie est si vaste qu'il pourrait contenir plusieurs Europes, et qu'il abrite d'importantes communautés dont non seulement les Européens mais les Asiatiques eux-mêmes n'ont jamais entendu parler.

En outre, ces « peuplades sauvages » ont atteint depuis longtemps déjà, en matière de médecine, d'astrologie et de sciences naturelles, sans sophistications ni explications hypothétiques, un degré de perfectionnement auquel la civilisation européenne ne parviendra peut-être que dans plusieurs centaines d'années. (p. 239)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
enkidu_enkidu_   29 décembre 2014
A mon tour, je lui racontai comment j'avais passé ces deux années, comment, peu après notre séparation, mon intérêt pour l'Islam s'était éveillé, et comment j'avais réussi, au prix de grandes difficultés, usant de toutes sortes de ruses, à m'introduire à La Mecque et à Médine, inaccessibles aux chrétiens, avec l'espoir d'accéder à ce qu'il y a de plus secret dans cette religion, et peut-être d'élucider certaines questions que je considérais comme essentielles.

Mais mes efforts avaient été vains : je n'y avais rien trouvé.

Je m'étais seulement rendu compte que, s'il y avait quelque chose à découvrir au cœur de cette religion, ce n'était pas là qu'il fallait le chercher, comme on le croit et l'affirme en général, mais à Boukhara, où avaient été concentrés dès le début tous les éléments de la doctrine secrète de cette religion ; Boukhara était donc bien le centre et la source même de l'Islam. (p. 270)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
enkidu_enkidu_   29 décembre 2014
Ces danses remplissent une fonction analogue à celle de nos livres. Comme nous le faisons aujourd'hui sur le papier, des hommes ont jadis noté dans ces poses des informations relatives à des événements passés depuis longtemps, afin de les transmettre de siècle en siècle aux hommes des générations futures ; et ils nommèrent ces danses des danses sacrées.

Celles qui deviennent prêtresses sont pour la plupart des jeunes filles consacrées dès le plus jeune âge, selon le vœu de leurs parents ou pour d'autres raisons, au service de Dieu ou d'un saint.

Ces futures prêtresses entrent au temple dès l'enfance pour y recevoir toute l'instruction et la préparation nécessaires, notamment en ce qui concerne les danses sacrées.

Peu après avoir vu pour la première fois cette classe, j'eus l'occasion de voir danser les véritables prêtresses, et je fus étonné non pas par le sens de ces danses, que je ne comprenais pas encore, mais par l'exactitude extérieure et la précision avec lesquelles elles étaient exécutées.

Ni en Europe ni en aucun des lieux où j'avais observé avec un intérêt conscient cette manifestation humaine automatisée, jamais je n'avais rien rencontré de comparable à cette pureté d'exécution. (pp. 199-200)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Video de Georges Gurdjieff (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Georges Gurdjieff
Gurdjieff - Difference between Awareness and Consciousness
>Histoire, géographie, sciences auxiliaires de l'histoire>Biographie générale et généalogie>Philosophes et psychologues : biographies (91)
autres livres classés : spiritualitéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1181 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre