AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Odile Demange (Traducteur)
EAN : 9782378910457
400 pages
Editions Nil (21/01/2021)
3.06/5   9 notes
Résumé :
Il était une fois, dans l’Angleterre du XXIe siècle, un homme qui, rendu fou de douleur par la mort de son épouse, tomba éperdument amoureux de leur fille.
Il était une fois une jeune fille qui rêvait du prince charmant qui viendrait l’arracher à l’emprise délétère de son père.
Il était une fois un jeune homme obligé de fuir pour échapper à la fureur meurtrière du père incestueux.
C’est alors que les époques se télescopent, que le présent bascu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Strega
  03 mars 2021
Quand j'ai lu le résumé de l'éditeur, j'ai été intéressée par la mention de Périclès, Prince de Tyr, pièce de Shakespeare que j'ai lue durant mes années universitaires quand je préparais un exposé sur le roman médiéval Apollonius de Tyr. J'avais apprécié ce roman, davantage que la pièce, et je vous encourage vivement à le lire, ne serait-ce que pour découvrir un peu de littérature médiévale si vous n'en avez jamais eu l'occasion. Riche de motifs, largement héritière de l'antiquité mais néanmoins porteuse de sa propre originalité, cette oeuvre gagne à être connue.
Enfin bref, revenons à L'Odyssée du Marsouin, cet étrange roman tissé de plusieurs brins de fils qui ne semblent pas voués à se rejoindre mais à coexister et qui, je dois l'avouer, m'a laissée perplexe.
Une première partie se déroule à notre époque. Elle nous conte l'histoire de Maja, actrice Suédoise, et de son accident d'avion, puis de sa fille Angelica, grandissant sous la coupe d'un père incestueux. Je ne vous dévoile rien que ne raconte le résumé de l'éditeur, bien qu'il présente cette histoire comme un conte, une sorte de Peau d'Âne moderne, alors qu'elle en est bien loin.
Rassurez-vous, si vous craignez les détails glauques que peut receler ce genre de récit, l'auteur n'insiste pas au sujet de l'inceste. Il est plus prolixe sur l'accident d'avion, qui est très pénible à lire dans ses détails et la froideur avec laquelle il décrit le sort des passagers, dont un enfant. Pour être honnête, la mort de Maja m'a laissée froide. La jeune femme est aussi profonde qu'un verre à liqueur, le pilote présente aussi peu d'intérêt. le seul méritant ma compassion est Rudy, l'enfant qui se trouve à bord et qui est bien loin des bassesses et autres mesquineries des adultes. Sinon, ce passage était surtout horrible dans ses descriptions et cela augurait du reste du roman. On en oublierait presque le sort de la pauvre Angelica, toute entière à la merci de son horrible père qui n'a vraiment rien d'un être humain et qui, ça me semble clair, n'aurait pas été moins immoral si sa femme avait vécu.
L'écriture est froide et chirurgicale. L'auteur découpe des morceaux de narration et les étale devant le lecteur comme autant de pièces de chair morte. Je pense qu'il l'a fait sciemment, mais cela a freiné mon intérêt pour son récit. J'avais l'impression de lire un rapport et cela a rendu d'autant plus pénible ma progression.
La première partie s'efface vite, à la suite d'un événement traumatisant, et l'histoire d'Angelica n'apparaît plus qu'en pointillés. Elle nous entraîne dans une fantasmagorie antique et l'auteur nous offre alors une écriture plus élégante mais toujours désincarnée, descriptive, coupée des sentiments de ses protagonistes. le fait que la grande majorité des personnages soient détestables, ou à tout le moins pas attachants du tout (même Angelica), n'aide pas. Ce sont des figures sans relief, pas des humains, pas même des archétypes.
Ce n'est pas une lecture agréable et la plupart du temps j'avais juste envie que ça se termine, même si certains passages, plus dans l'action, parviennent à réveiller l'intérêt. Je pense notamment à ceux réservés à Chloé ou aux pointillés d'Angelica.
Au début, je pensais que l'auteur, en transposant ces deux histoires, souhaitait nous démontrer quelque chose ou je ne sais, je croyais qu'il y avait une autre finalité que de simplement les mettre en regard. Mais non, ou alors je n'ai rien compris. J'y ai juste vu des fils tressés ensemble, les dernières pensées d'une fille en grande souffrance qui a supporté plus qu'elle ne pouvait, et un auteur qui s'écoute parler sans avoir rien à dire de substantiel.
Il y avait tant à faire et à montrer, pourtant, en puisant dans ce récit si riche de symboles. Il a juste emprunté ce petit côté empesé, très classique, pour des descriptions imagées vides de tout autre chose que du souci de l'esthétique. D'Angelica on passe à Périclès, dans le récit duquel elle se laisse absorber. Puis l'histoire de Périclès elle-même se scinde, on fait un détour par Londres, on laisse Chloé dériver, Angelica n'apparaît qu'en échos de plus en plus sourds… Les liens se distendent et chaque histoire existe par elle-même. de mon point de vue, Mark Haddon avait juste envie de raconter le blanc d'entre les lignes de ces illustres versions d'un périple qui a su traverser les époques. Il le fait bien, je dois le reconnaître, c'est cohérent, cependant il manque quelque chose d'essentiel. Il n'y a pas d'âme dans son roman.
Les personnages se laissent ballotter par la vie, même quand ils semblent tisser leur destin, ils sont en fait à la merci de celui-ci, ou peut-être de celle qui se cache derrière. Peu importe, on ne les aime pas. On les regarde juste s'agiter en vain et c'est un peu déprimant.
Souvent le récit prend la consistance d'un songe sans logique dont les symboles seraient muets car coupés de leur correspondant. Un symbole, à l'origine, est un signe de reconnaissance, une poterie brisée en deux dont les morceaux sont séparés pour mieux se retrouver plus tard et attester de l'identité de leur porteur ou des droits de celui-ci relatifs à un contrat passé. Ici c'est comme si le symbole correspondant n'existait pas, n'avait jamais existé, ne sert à donc à rien. Pourtant les mythes et histoires antiques sont composés de symboles. On en a souvent oublié le sens, néanmoins ils racontent une histoire dans l'histoire, l'autre morceau du symbole que l'on devine en reflet, c'est là tout leur intérêt. Périclès, aussi divertissante que soit la pièce, est symboliquement plus pauvre qu'Apollonius, qui peut-être était plus pauvre — ou pas, car nous n‘en savons rien — que des récits précédents. Compléter les blancs de l'histoire est une bonne idée, mais encore faut-il y apporter quelque chose de consistant et Mark Haddon avait la possibilité d'étoffer un personnage qui y aurait gagné. Il a choisi de ne pas le faire.
À la fin de L'Odyssée du Marsouin, l'auteur évoque dans une note la personne oubliée de cette histoire : la fille du roi, celle qui subit l'inceste et qui n'est au final qu'un personnage très secondaire dans toutes ces versions. Dans Périclès elle n'a même pas de nom et si elle en a un dans Apollonius, je dois avouer que je ne m'en souviens pas. Elle n'est qu'une ombre, éternelle oubliée, parfois même diabolisée car considérée coupable. Sachant cela, le constatant même dans ses notes, je me serais attendue à ce qu'il lui offre plus d'espace au lieu de l'effacer derrière des chimères. Je n'ai vraiment pas compris l'idée… Et j'ai du mal à lui pardonner ce énième manque de respect au personnage. Cela est, je crois, ma plus grande déception. J'aurais pu pardonner tout le reste s'il avait laissé à Angelica la possibilité d'être, tout simplement.
S'il y avait un sens caché à tout cela, il m'a échappé, et je me suis surtout beaucoup ennuyée au cours de cette lecture. Si je n'avais pas reçu ce roman via Masse Critique, je ne l'aurais sans doute pas terminé et je n'aurais rien perdu. Lisez plutôt Périclès si vous avez deux heures ou, mieux encore, le Roman d'Apollonius de Tyr.
Lien : http://livropathe.blogspot.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
sweetie
  05 décembre 2021
Angelica n'a pas connu sa mère, morte à sa naissance. Son père reporte cet amour perdu sur sa fille. Il la chérit. Trop et mal. À l'adolescence, isolée depuis son tout jeune âge au sein d'une relation toxique, Angelica s'évade dans son imaginaire peuplé de récits antiques, de légendes et d'espoirs vains. « Enfoncée dans cet étrange pays » qu'elle se façonne, elle s'enferme dans un mutisme têtu, ne souhaitant plus se nourrir ni communiquer avec autrui. C'est son héros de conte, Périclès, prince de Tyr, qui vivra sa vie rêvée. Au gré de ses navigations sur le pourtour de la Méditerranée, il aura maintes fois l'occasion de tester son endurance et ses capacités, côtoyant de près la mort et la folie dans des aventures dignes de celles d'Ulysse dans son odyssée.
Mark Haddon, dont j'avais lu précédemment le bizarre incident du chien pendant la nuit, s'est approprié avec génie une pièce de théâtre écrite conjointement par George Wilkins et William Shakespeare pour concocter un roman riche sur le plan narratif et historique. Empreint d'onirisme, de mythologie et de superstitions anciennes, le roman oscille entre deux mondes, celui de l'Antiquité finissant par prendre toute la place au profit du moderne, dans lequel est ensevelie une jeune Angelica éperdue de souffrance innommée.
Cinq étoiles pour ce brillant exercice de style auquel mon mari n'a malheureusement pas adhéré, s'étant arrêté à mi-parcours. Je crois bien qu'il s'est privé d'une belle échappée de ce monde parfois trop rude.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
JonathanHerbrecht
  25 mars 2021
Relecture de Shakespeare réellement très impressionnante, et qui fait souvent froid ans le dos. Plusieurs des sujets abordés sont plutôt difficiles à écrire, en règle général, et encore plus à écrire sans voyeurisme et autres aspects profondément glauques, aussi c'est surprenant avec quelle aisance Mark Haddon emprunte les chemins les plus sombres de l'inceste tout en présentant un sans faute.
C'est aussi, à sa manière, un texte emprunt d'une beauté froide et parois irréelle, presque fantastique, qui convient à merveille à ce genre de récit mais pourra laisser certains lecteurs de côté. Et pourtant. C'est dans la finesse, le ciselage des mots, la profonde violence au coeur même d'une phrase qu'on est frappé par la puissance d'évocation qui se dégage de l'ensemble.
Commenter  J’apprécie          110
Cassiopee42
  10 février 2021
Ce roman commence de façon assez classique. Un accident d'avion, une femme meurt. Les secouristes ont juste le temps de procéder à une césarienne et de sauver Angelica, la petite fille qu'elle portait. Son mari, fou de douleur, va reporter son amour, son attention sur le bébé, puis l'enfant, l'adolescente qu'il a avec lui. Mais il l'aime mal et tombe rapidement dans des extrêmes. Comme il est très riche, le personnel de maison qui reçoit de belles sommes, ne « voit » rien. Rapidement, il utilise l'école à domicile, et coupe son enfant de l'extérieur (pas de télévision, pas d'internet, pas de visite…). Angelica s'évade dans des lectures, des contes qui agissent sur elle en la reposant, en l'isolant lorsque l'inacceptable se produit. de toute façon, elle ne connaît rien d'autre que ce quotidien et même si elle sent que ce n'est pas la normalité, elle le subit en silence. Elle est « sous cloche » et fait preuve de candeur.
Une visite impromptue, qui dérange beaucoup le paternel, ouvre des perspectives à la jeune femme (Pourquoi ne pas fuir et échapper à son père ?) mais rien ne se passe comme prévu. A partir de là, le récit bascule dans plusieurs dimensions, espaces temps, revisitant la pièce de théâtre : Périclès, prince de Tyr (de Shakespeare), inspirée du poème : Histoire d'Apollonius de Tyr. Pourquoi ? parce qu'un parallèle peut être fait entre les deux écrits. Des femmes qui souffrent, qui essaient d'échapper à l'emprise des hommes, qui ne veulent plus de la carapace à l'intérieur de laquelle elles passent leur vie. Et les éléments, l'eau, le vent, le feu, les tempêtes qui font bifurquer ce qu'on croyait établi.
On aime ou on n'aime pas ce mélange de style, cette écriture qui mêle parfois d'un paragraphe à l'autre le présent et le passé. Je pense qu'il faut se laisser porter par les mots, car l'auteur excelle à les manier, les faire vivre, les emmener plus loin pour qu'ils donnent le maximum. Il y a également quelques illustrations en tête des différentes parties, une magnifique couverture, sans doute pour mettre l'art dans toutes ses dimensions au service de cette histoire.
Mark Haddon a fait de nombreuses recherches documentaires pour adapter son texte à ce qu'il souhaitait partager. Les sources ont été multiples et variées, même si ensuite, son inspiration a joué pour laisser parler l'imaginaire.
Je pense que certains lecteurs auraient préféré n'avoir que l'époque d'Angelica à suivre. Il me semble, au contraire, mais cela ne reste que mon avis, que le contenu serait vite devenu classique (une énième histoire de relations humaines mal gérées) alors qu'avec les deux intervalles-temps, habilement enchevêtrés, l'auteur nous offre un autre regard temporel. Il le fait de façon adroite, subtile, transformant une observation qui devient autre sous les yeux surpris d'un protagoniste et permettant alors au lecteur de basculer ailleurs.
L'écriture de Mark Haddon a beaucoup de charme (merci à la traductrice). Ses phrases sont souvent courtes, donnant du rythme. Il décortique et analyse finement ce qu'il évoque. Il y a de la fantaisie, un brin de folie, et cela repousse la chappe de plomb provoquée par l'attitude néfaste du père, permettant ainsi de ne penser qu'à ses femmes qui luttent pour un mieux, avec leurs armes, en se trompant quelques fois mais en osant…


Lien : https://wcassiopee.blogspot...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Ghiblitotoro
  25 février 2021
Que dire d'un tel roman ?
Il est bien écrit, quoique son style, majoritairement narratif, puisse sembler lourd par moments, tant on aimerait entendre les personnages avoir voix au chapitre.
Il est original : l'histoire glisse d'une époque à l'autre, comme si toutes les histoires étaient les palimpsestes les unes des autres.
Il est profondément humain : on croise des êtres humains en proie à un destin qui se joue d'eux et les brise, et ils doivent faire avec les vilaines cartes qu'on leur donne soudain.
Mais ce roman m'a plombé le moral. Les mécanismes de la tragédie antique s'appliquent avec une telle cruauté à toutes les époques : on est violé, battu, laissé pour mort, abandonné. Bien loin de courir l'aventure, comme dans les romans d'aventures classiques, les héros y sont plongés malgré eux, subissant les actions des autres et prenant eux-mêmes de mauvaises décisions sous le coup du sort.
Pas de véritable perversité humaine mais la conviction qu'un être brisé en brise un autre et que la chaîne est infinie. C'est une vision bien sombre que j'y ai trouvée. La beauté de la langue, la reconstitution vivante d'une scène antique, n'ont pas réussi à alléger cette fatalité qui hante les pages du roman.
Je suis soulagée d'en avoir terminé. La représentation de la vie m'a semblé trop juste pour ne pas m'avoir fait souffrir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (1)
LaCroix   26 janvier 2021
Le romancier anglais Mark Haddon imagine une fresque fascinante et hors norme, mêlant à l’envi les époques, les espaces et les dimensions. Comme seul l’art en a le pouvoir.
Lire la critique sur le site : LaCroix
Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
sweetiesweetie   05 décembre 2021
Il ne comprend pas encore que l'aventure est le plus accessible de tous les défis quand le monstre possède un visage et un nom, quand on peut poser sa botte sur son torse, en retirer cette longue lame trempée et savoir qu'il ne se relèvera plus. Il ne comprend pas encore qu'il y a des choses plus terrifiantes que les pirates et les écueils, qu'on ne peut éviter en couvrant les lumières au crépuscule ni en se munissant d'une bonne carte. Il ne comprend pas encore que le monstre peut être les autres, que le monstre peut se tapir, invisible, dans votre propre coeur et qu'il peut être la réalité brutale du temps lui-même.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
sweetiesweetie   05 décembre 2021
Il n'a jamais cru aux Parques. C'est vous qui décidez de votre propre vie, vous qui voyez les avenirs possibles exposés devant vous et choisissez le plus avantageux. Il se rend compte à présent que c'est une illusion dont on est victime tant que le chemin que d'autres ont choisi pour vous est avantageux. Quand ce chemin dévie vers un terrain plus sombre, plus difficile, on comprend que ce qu'on a pris pour de la faiblesse chez autrui n'en est pas du tout; c'est simplement la structure du monde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
sweetiesweetie   05 décembre 2021
Maintenant, il veut mourir. Il y a toujours vu une preuve de lâcheté. Pourquoi choisir le vide éternel de l'autre monde alors qu'on peut lancer les dés encore une fois? Il comprend à présent. C'est une décision qui ne se prend ni dans la tête ni dans le coeur, mais dans les tripes.
Commenter  J’apprécie          10
sweetiesweetie   05 décembre 2021
Leur différence d'âge pourrait les faire père et fille, pourtant, aux yeux d'Émilia, ils sont plutôt deux oiseaux assis sur un mur, deux chevaux devant une barrière, avec ce don qu'ont les animaux de se tenir paisiblement compagnie, sans bruit, sans histoires, sans explications.
Commenter  J’apprécie          10
sweetiesweetie   05 décembre 2021
Le soleil impitoyable qui, hier encore, burinait toutes les lignes, s'adoucit et le lointain disparaît dans un flou brumeux, derrière les barreaux de la pluie.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Mark Haddon (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mark Haddon
Il était une fois, dans l'Angleterre du XXIe siècle, un homme qui, rendu fou de douleur par la mort de son épouse, tomba éperdument amoureux de leur fille. Il était une fois une jeune fille qui rêvait du prince charmant qui viendrait l'arracher à l'emprise délétère de son père. Il était une fois un jeune homme obligé de fuir pour échapper à la fureur meurtrière du père incestueux. C'est alors que les époques se télescopent, que le présent bascule dans le passé, que l'Angleterre actuelle s'efface devant la Grèce antique et que la réalité rejoint le mythe. En s'inspirant très librement de la pièce Périclès, prince de Tyr de Shakespeare, Mark Haddon nous offre un roman d'aventures ambitieux porté par des personnages inoubliables et déchirants.
+ Lire la suite
autres livres classés : incesteVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Quiz sur le bizarre incident du chien pendant la nuit

Quel objet transperce le chien de Mme Shears

Un couteau
Une pelle
Une fourche
Une hache

10 questions
130 lecteurs ont répondu
Thème : Le bizarre incident du chien pendant la nuit de Mark HaddonCréer un quiz sur ce livre