AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Claudia Ancelot (Traducteur)
EAN : 9782070124398
352 pages
Éditeur : Gallimard (05/03/2009)

Note moyenne : 4.31/5 (sur 18 notes)
Résumé :
Au début de ce dernier tome de ses aventures, le brave soldat Chvéik est en route pour la Galicie, où l'armée de l'empereur François-Joseph se bat contre celle du tsar. Un long chemin reste e à parcourir avant que la compagnie à laquelle il appartient au front, chemin d'autant plus long que la gabegie la plus complète règne dans les transports comme dans le ravitaillement, ce qui donne à Chvéik maintes occasions de se distinguer. Candide et débrouillard, frondeur et... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
samir_t7
  30 janvier 2020
C'est la suite directe de Nouvelles Aventures du Brave Soldat Chvéïk, deuxième volet de cette merveilleuse trilogie. En effet, si on sentait bien quelque chose d'inachevé dans le texte qui précède c'est que cela devait arriver dans celui-ci, c'est-à-dire toujours avec l'écriture soignée au plus haut point (sûrement bien traduite) et l'humour débridé de l'auteur dans ces autres aventures de Chvéïk, avec bien sûr ses anecdotes qui ne tarissent pas, quel que soit le moment ou la circonstance (« sa chronique des mésaventures humaines », pour reprendre les mots de l'auteur) ; on retrouve donc quelques-uns des mêmes personnages, mais aussi de nouveaux, plus originaux les uns que les autres, le point positif étant aussi que ces dernières aventures durent un peu plus longtemps dans un volume à peu près épais de 330 pages, où la Première Guerre mondiale et surtout l'empire d'Autriche-Hongrie en déclin sont tournés en dérision, mais aussi tout un pan de la bêtise humaine étalé sur un ton à la fois sarcastique et un moraliste. On aimerait ne pas voir finir tout ça, mais c'est bien dommage que l'exceptionnel Jaroslav Hašek soit décédé alors qu'il travaillait sur une suite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
JimmyCz
  19 février 2017

Je vais commenter les trois livres qui composent la trilogie du soldat Chvéïk car les trois ouvrages ne font pour moi qu'une seule oeuvre. Quand on parle de cet auteur, on parle de la République tchèque dans son ensemble. On évoque toute la souffrance des occupations successives, des guerres des conflits, et on y accole un humour désopilant, pince-sans-rire, absurde ou qui dénonce l'absurdité de la réalité. C'est ce que fait Hasek à travers ce le personnage de Chvéïk, sorte "cas social" comme on dirait désormais vivant de petites combines innocentes comme le trafic de chats errants et qui se voit convoqué pour rejoindre l'armée. A travers cette satire Hasek dresse une critique très intelligente du pouvoir politique, militaire, du changement progressif d'époque avec la révolution industrielle qui bouleverse les moeurs parfois ridicules parfois fortement utiles et dévoyées dans un humour mordant et tendre à la fois. Car on sent chez l'auteur un vrai amour pour son héros mais un vrai amour pour sa culture, pour les gens. Tout est absurde, tout est laconique derrière les fous rires procurés mais il existe une croyance humaniste en un mieux futur à chaque ligne, chaque gag, chaque émotion. Ces trois récits sont pour moi importants, parmi les plus drôles de la littérature, et ont une place éminente au sein du patrimoine tchèque. Je ne conseillerai jamais assez de se jeter sur cette trilogie pour la dévorer en une seule fois. Et comme moi, d'y revenir petit à petit et de savourer chaque passage pour y trouver de nouveaux détails, de nouvelles idées, de nouvelles émotions. Magistral.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
ASAI
  15 décembre 2019
J'ai lu cette pépite de drôlerie, de sarcasme, de loufoquerie, en 1978. Je l'ai offert à mon ami (un meilleur) en 2018. Quand il lisait, j'entendais ces éclats de rire. Mais un rire énorme et délivreur et bienfaiteur.
Aussi je le propose ici.
Ce livre n'a pas pris une ride, il est toujours aussi drôle, aussi désarmant dans la dénonciation de l'absurdité de la hiérarchie et de l'organisation faite par les plus riches, et notre brave soldat reste brave, c'est admirable, drôle et triste aussi. Lire et relire.
Commenter  J’apprécie          62

Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation
dahudahu   31 août 2012
- Vous l'avez bouffé, papier d'argent compris, dit le sergent-major en s'arrêtant devant Baloun. Ca l'arrangeait bien de ne plus avoir à défendre son point de vue, comme quoi ce n'était pas lui, la mule, ainsi que le lieutenant le lui avait faire dire, puisque l'inconnue X, ces effectifs fluctuants, avait des racines plus profondes dans d'autres mules. Heureusement pour lui, le sujet de conversation avait changé et tournait désormais autour de la nouvelle tragédie dont ce goinfre de Baloun était l'acteur. Vanek avait une forte envie d'être désagréable avec Baloun, de lui faire la morale, mais il fut pris de court par l'occultiste Jurajda qui posa son livre de chevet, la traduction des sutras indiens Pragmâ- Paramitâ, pour se tourner vers l'infortuné Baloun écrasé par le poids du destin:
- Vous Baloun, veillez sur vous et ne perdez pas confiance en vous-même et en votre destin. Evitez donc de mettre sur votre compte ce dont le mérite revient à autrui. Chaque fois que vous vous trouvez devant un problème analogue à celui que vous avez bouffé, posez-vous cette question: quel est le rapport entre le pâté de foie et moi-même ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
dahudahu   05 septembre 2012
Cela se passait dans l'entrepôt voisin, rempli de manteaux et de képis qu'elles rongeaient en parfaite sécurité,car il fallut un an pour que l'intendance se réveillât et installât dans des entrepôts des chats militaires sans droit à la pension, portés sur les registres de l'intendance sous la rubrique de " Chats des magasins militaires impériaux et royaux " . Ce grade pour chat n'était en fait que le rétablissement de cette vénérable institution supprimée après la guerre de 1866.
[...] mais dans maints cas ces chats impériaux et royaux négligeaient leur devoir et c'est ainsi qu'un jour, sous le règne de l'empereur Léopold, six chats affectés aux magasins furent pendus par le jugement du tribunal militaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
dahudahu   31 août 2012
Soudain, l'homme perdit l'équilibre et catapulté en dehors du wagon, il s'empala le ventre sur le levier de l'aiguillage où il resta fiché, alors que le train poursuivait sa course et dans les wagons de queue retentissait une autre chanson:

"Le Comte De Radetzky, vaillante épée
A juré de chasser l'ennemi de l'empereur
De la fourbe Lombardie
A Vérone, longtemps il attendit
une fois les renforts arrivés,
Notre héros en avant s'est lancé..."

Empalé sur cet aiguillage de malheur, le belliqueux caporal était déjà mort. En un rien de temps, un soldat de l'unité du commandement de la gare avait été posté pour monter la garde près du défunt.C'était un jeunot armé d'une baïonnette qui prenait sa mission fort au sérieux et qui se tenait droit comme un piquet près de l'aiguillage, l'air triomphal comme si l'embrochage du caporal était son oeuvre à lui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
samir_t7samir_t7   10 janvier 2020
— Cette migration des âmes, moi aussi j'en ai entendu parler, intervint Chvéik, y a des années, je m'étais mis en tête de devenir autodidacte, comme on dit sauf votre respect, et alors j'allais à la bibliothèque de l'Union Industrielle à Prague, mais comme j'avais les vêtements en loques et qu'on voyait à travers les trous au derrière de mon pantalon, j'ai pas pu m'instruire, vu qu'ils m'ont pas laissé entrer, ils m'ont fait sortir parce qu'ils croyaient que je venais pour faucher des pardessus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
dahudahu   03 septembre 2012
Quand on t'aura tiré dessus, fais-nous savoir, qu'on aie le temps de se coucher par terre. Tu es un drôle de soldat ! Ca a peur de se faire tirer dessus ! Au contraire, le soldat doit aimer ça, tout soldat doit savoir que plus l'ennemi lui tire dessus, plus il épuise ses munitions. Avec chaque balle qu'un soldat ennemi tire sur toi, il épuise sa capacité au combat. Et lui, de son côté, il est content de te tirer dessus parce qu'au moins il n'aura pas à charrier toutes ses cartouches et qu'il sera plus léger pour courir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Video de Jaroslav Hašek (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jaroslav Hašek
Blanche Cerquiglini présente Les aventures du brave soldat Švejk de J
autres livres classés : republique tchequeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
16112 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre