AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Constantin Jelenski (Éditeur scientifique)Geneviève Serreau (Traducteur)
EAN : 9782070382972
224 pages
Éditeur : Gallimard (22/11/1990)

Note moyenne : 3.8/5 (sur 30 notes)
Résumé :
" Dans une prose archaïque, parlée plus qu'écrite, je raconte comment, à la veille de la guerre, j'atterris en Argentine, comment l'explosion de la guerre m'y surprit.
Moi, Gombrowicz, je fais la connaissance d'un " puto " (pédé) amoureux d'un jeune Polonais, et les circonstances me font l'arbitre de la situation : je peux précipiter le jeune homme dans les bras du pédéraste, ou faire en sorte qu'il reste auprès de son père, un commandant polonais vieux jeu, ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Sachenka
  19 juin 2017
Witold Gombrowicz est considéré comme un des plus grands auteurs du XXe siècle, j'ai lu quelques uns de ses ouvrages les plus connus et encensés, comme Ferdyduke, Pornographie et bakakaï, et je viens de terminer ce roman, Trans-Atlantique. Hélas, l'ensemble de son oeuvre m'échappe, me déroute un peu. Il en va de même pour ce dernier roman à saveur autobiographique. Je suis capable d'en apprécier certaines qualités littéraires mais ce n'est pas le genre d'oeuvre qui m'intéresse particulière. L'histoire ? En septembre 1939, après quelques semaines en mer, Gombrowicz débarque à Buenos Aires. Presque aussitôt, il apprend que son pays natal, la Pologne, doit se défendre contre l'agresseur allemand. On ne le sait pas encore, mais il s'agit de la Seconde Guerre mondiale. Plusieurs Polonais expatriés se demandent s'ils ne devraient pas porter secours à leurs compatriotes. Gombrowicz se moque d'eux. À quoi bon ! le temps de rebrousser chemin, ils seront pris derrière les lignes ennemis à l'effort de guerre des Français ou des Anglais. Et l'histoire lui donnera raison, malheureusement !
Pendant le mois qui suit, Gombrowicz et plusieurs expatriés se la coulent douce à Buenos Aires, dans cette Argentine qui leur propose tous les divertissements possibles, et l'ennui aussi. Dîners, rencontres dans les salons, dans les bars, échanges oisifs, disputes entre amis, etc. Les péripéties de Gonzalo, entre autres, sont assez drôles. L'auteur raconte quelques unes de leurs mésaventures, mais aussi ses échanges avec d'autres personnages, des vieux, qui lui reprochent son inaction, sa débauche, sa moralité discutable son abandon de la patrie. En même temps il veut profiter de sa jeunesse. Sans doute Gombrowicz était lui-même tiraillé par ces choses.
La petite communauté polonaise forme une société de bien-nantis sclérosée, refermée sur elle-même, dont le regard (ou du moins les pensées) sont constamment tournées vers la Pologne même s'ils n'osent pas l'admettre. D'où la signification du titre : Trans-Atlantique. Tout a un lien avec ce qui se passe à travers l'Atlantique. Les personnages (et peut-être l'auteur lui-même) ne ressent que de l'indifférence à l'endroit de sa patrie mais, en même temps, ce vide devient difficile à combler selon moi.
Je dois au moins reconnaître que l'auteur a su dépeindre des personnages uniques, faciles à comprendre, ridicules à leur manière mais en même temps attendrissants. Pareillement pour l'atmosphère, à la fois lourde (ils refusent la guerre, tournent le dos à la patrie, certains se retrouvent sans moyens) et légère, du fait des nombreuses péripéties risibles que les exilés subissent et font subir. Il est clair que, du fait que je n'aie pas embarqué totalement dans le délire de Gombrowicz, je sois passé à côté de plusieurs éléments fort intéressants. Un critique plus objectif pourra sans doute décrire beaucoup mieux le style de l'auteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          337
stcyr04
  23 mai 2019
Gombrowicz se met en scène à plaisir dans Trans-Atlantique. Cela débute alors que l'auteur est surpris en Argentine par le déclenchement des hostilités du second conflit mondial et le récit qui couvre un mois à peine s'achève pas une fiesta de tous les diables alors que la Pologne capitule sous les coups de butoirs des troupes du pacte germano-soviétique.
Les aventures et mésaventures de l'écrivain en exil tentant de subvenir à ses besoins sont contées sur un ton épique et drolatique. Gombrowicz fait la rencontre d'un rastaquouère pédéraste qui poursuit de ses assiduités le fils d'un ex-commandant à la retraite, ne manquant pas d'offenser ce dernier qui, en bon polonais chatouilleux de son honneur le provoque en duel. La rencontre sur le pré ne va pas totalement de dérouler comme prévu.
Satire antichauviniste , divertissement iconoclaste, Trans-Atlantique s'attira les foudres de l'intelligentsia polonaise qui y voyait une trahison, un intolérable blasphème envers la chère patrie martyre. La prose baroque, hautement sympathique, fait feu de tout bois. le roman n'évite malgré tout pas l'écueil de verser dans le grandiloquent et la farce, pour s'achever en onomatopée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
PascalMalosse
  26 juillet 2019
La forme, toujours la tyrannie de la forme ! Même dans un petit groupe d'expatriés risibles alors que la guerre éclate au pays. Un récit rythmé, un humouu toujours mordant, lu rapidement et avec plaisir
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
hupomnematahupomnemata   07 décembre 2009
dérisoires sont les projets, vains les arrangements, futiles les résolutions quand l'homme est acculé par les hommes, perdu au milieu des hommes comme en une sombre forêt. Alors, tu marches mais en réalité tu erres; tu prends des décisions et batis des plans mais tu erres; tu crois agencer les choses selon ta volonté propre mais tu erres; tu parles, tu agis mais, au coeur de la forêt, dans la nuit, tu erres, tu erres...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
lilianelafondlilianelafond   19 février 2017
Ciumkala, plus mort que vif, cramoisi, tire de sa poche non seulement la grosse main, mais un bouchon de Bouteille, des bouts de papier froissés, une petite cuillère, des lacets, enfin deux ou trois petits poissons fumés. À leur vue les deux autres demeurent cois. C’est comme si ces Poissons soulevaient entre eux un nuage de rogne.
Me reviennent alors en mémoire les propos de Ciecisz relatifs à ces vieilles Rancunes, Biles, Aigreurs qui fermenteraient entre les Trois - comme il arrive entre associés - et dont la cause censément résiderait en quelque Moulin, quelque Écluse. Ce pourquoi Pyckal, d’abord pantois à la vue de ces Poissons, se met tout à coup à hurler :
― Mes goujons ! Les goujons ! Tu me le payeras ! Je te ferai faire la culbute !
Le Baron, quant à lui, imprime un va-et-vient ondulatoire à sa pomme d’Adam, déglutit, desserre le col de sa chemise, et finit par articuler :
― Le Registre.
― Si la grange a brûlé c’est à cause de ce sarrasin, réplique Ciumkala.
Pyckal le considère d’un œil torve et bougonne :
― Il y avait de l’eau.
Et les voici plantés debout tous trois, immobiles, jusqu’au moment où Ciumkala se met à se gratter l’oreille, et le Baron à se gratter la cheville, et Pyckal à se gratter la cuisse droite.
― Ne te gratte pas, dit le Baron.
― Je ne me gratte pas, répond Pyckal.
― C’est moi qui me grattais, remarque Ciumkala. Et Pyckal :
― Je vais te faire voir, moi, comment on se gratte !
― Gratte. gratte donc, dit le Baron, tu es là pour ça.
― Je ne te gratterai pas, réplique Pyckal, fais-toi gratter par le Secrétaire.
― Mon Secrétaire, dit le Baron, me grattera quand je lui en aurai donné l’ordre.
― Je l’engagerai pour moi, ton Secrétaire, dit Pyckal, je te me le prendrai et il me grattera quand ça me plaira. Tout Vrai Seigneur que tu sois, tout Vrai Manant que je sois, il te me grattera suivant mon humeur, là.
― Il Grattera, dis-je.
― Qui est le Vrai Manant, qui le Vrai Seigneur, dit le Baron, là n’est pas la question, mais ce secrétaire, tu ne l’engageras pas, toi, c’est moi qui te me l’engagerai, et c’est moi et pas toi qu’il Grattera.
Alors Ciumkala éclate en sanglots geignards, tumultueux :
― Au secours ! clame-t-il, à moi ! C’est pour votre avantage, profit et bénéfice que vous voulez Gratter tout ça, et pour ma Damnation, Perdition et Désolation. Eh bien, dans ces conditions, c’est moi qui me vous l’engagerai, oui je l’Engagerai !

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
SachenkaSachenka   24 juin 2017
La louange me revient de droit, c'est mon hermine et ma couronne!
Commenter  J’apprécie          200
stekasteka   20 novembre 2014
Du milieu de ce cortège se dégagea un homme tout de Noir habillé, haut personnage sans nul doute car dès son apparition on n'entendit bruire que : "Gran escritor, maestro ...Maestro, maestro ..." et tous pour un peu seraient tombés à genoux, n'était leur faible pour les petits fours.
Commenter  J’apprécie          37
dahudahu   23 septembre 2012
Sans doute l'être le plus bizarre que j'aie jamais rencontré: Maigre, débilité, tout chétif d'une Anémie d'enfance qui l'enchétive encore, affable et de bon ton, et pareil au Lièvre traqué qui se motte sous un buisson, l'oreille dressée hume le vent, et tout soudain part à Crier et puis se tient tout clos et Coi.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Witold Gombrowicz (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Witold Gombrowicz
http://le-semaphore.blogspot.fr/2014/.... Émission "Une vie une oeuvre" consacrée à l'écrivain polonais Witold Gombrowicz. Diffusion sur France Culture le 20 septembre 2007. Par Christine Lecerf. Réalisation Christine Robert. "Personne ne saurait même deviner l'infini de ma désertion." Witold Gombrowicz. Witold Gombrowicz est né le 4 août 1904 dans le domaine de Maloszyce, propriété de son père. Tiraillé entre la haute aristocratie et le milieu des petits hobereaux déclassés, Gombrowicz choisira l'entre-deux, la lutte du haut avec le bas, de la forme avec l'anti-forme. Diplômé de droit, il abandonne assez vite toute idée de carrière juridique pour se consacrer exclusivement à l'écriture. En août 1939, il s'embarque pour l'Argentine avec un ami journaliste pour un voyage d'inauguration de la nouvelle ligne trans-atlantique qui relie le port de Gdynia à Buenos Aires. Quatre jours après son arrivée, Hitler envahit la Pologne. S'ensuit un exil de plus de vingt ans dans le « pays des vaches », à distance de l'histoire, de l'Europe et de la littérature. De retour en Europe en 1963, il s'établit d'abord à Berlin, puis en France. Il finit sa vie à Vence, où il meurt, en 1969, sans jamais être revenu en Pologne. « Gombrowicz revient » titrait le 20 juillet dernier un quotidien polonais. On le croyait pourtant bel et bien disparu : après des années d'exil et d'interdiction, l'homme qui avait voulu « sortir le polonais de la Pologne pour en faire un homme tout court » n'était-il pas entré au panthéon des grands écrivains nationaux ? Et bien non, voilà Gombrowicz qui revient, plus jeune que jamais, semant une joyeuse pagaille à la cour. Car la bataille fait rage depuis qu'au printemps dernier, le Ministre de l'éducation nationale, Mr. Roman Giertych, a décidé de rayer l'anti-patriotique Gombrowicz de la liste des auteurs obligatoires pour les lycéens polonais. Depuis, le Ministre a perdu son portefeuille mais les programmes scolaires sont déjà publiés. Seuls des extraits du roman "Ferdydurke" ont été réintroduits in extremis. Comme l'a déclaré un vice chef de parti, il s'agit bien là d'une grave crise gouvernementale : « la première au monde qui serait due à un différend littéraire ». Mais pourquoi interdire Gombrowicz ? De quoi avoir peur ? Contre quoi chercher à se protéger ? « Je ne suis rien, je peux tout me permettre », semble à nouveau prévenir le grand humoriste et sublime provocateur, dont l'oeuvre demeure plus que jamais un véritable « baromètre de la liberté d'expression » (Rita Gombrowicz) Car l'affaire n'est pas aussi nationale qu'elle le paraît : « A la place du mot Pologne, mettez Argentine, Canada, Roumanie, et vous verrez mes souffrances s'élargir jusqu'à une bonne partie du globe », avait confié Gombrowicz au cours de ses entretiens avec Dominique de Roux. Et si nous étions tous des Polonais ? Une occasion pour France Culture de revenir sur le destin marginal et l'oeuvre énigmatique d'un homme qui aura toujours lutté avec les seuls moyens de la littérature contre tout ce qui déforme le visage changeant de l'homme et lui impose une forme finie : une « gueule » comme il l'écrira dans "Ferdydurke". Plus particulièrement centrée sur le versant romanesque de son oeuvre, ainsi que sur les milliers de pages à la fois frivoles et profondes du "Journal", cette émission tentera également de restituer l'inépuisable drôlerie philosophique de l'écriture gombrowiczienne dont le tout premier but était « d'opposer un laisser-aller campagnard aux tensions de nos centres intellectuels ». Witold Gombrowicz a essentiellement écrit des romans "Ferdydurke" (1937), "Les Envoûtés" (1939), "Trans-Atlantique" (1953), "La Pornographie" (1960), "Cosmos" (1965) et des pièces de théâtre "Yvonne, Princesse de Bourgogne" (1935), "Le Mariage" (1953) et "Opérette" (1966) ainsi que quelques nouvelles. Il a publié un "Journal (1953-69)" sous forme de feuilleton dans Kultura, revue de l'émigration polonaise éditée en France. Il a résumé l'essentiel de sa pensée dans un Cours de philosophie en six heures et quart publié après sa mort (1969).
Invités :
Rita Gombrowicz Kristian Lupa Pierre Pachet, écrivain et essayiste Michel Polac Jean-Pierre Salgas Malgorzata Smorag-Goldberg Krystof Mrowcewicz
Thèmes : Arts & Spectacles| Littérature Etrangère| Pologne| Witold Gombrowicz
Source : France Culture
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Littérature polonaiseVoir plus
>Littératures indo-européennes>Balto-slaves : Bulgare, macédonienne, serbo-croate>Littérature polonaise (69)
autres livres classés : littérature polonaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1032 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre