AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Janine Hérisson (Traducteur)Henri Robillot (Traducteur)Lillian Hellman (Préfacier, etc.)
EAN : 9782070429127
237 pages
Éditeur : Gallimard (01/02/2004)

Note moyenne : 3.35/5 (sur 31 notes)
Résumé :

Les détectives de la célèbre Continental Detective Agency ont fort à faire : plus d'une centaine de truands se sont donné rendez-vous à San Francisco pour braquer deux grandes banques, truands que l'on a retrouvés assassinés quelques jours plus tard...

Voilà une enquête qui promet d'être riche en rebondissements ! Un grand classique du roman noir américain

Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Nastasia-B
  01 novembre 2015
Durant sa carrière d'écrivain, Dashiell Hammett n'a écrit que cinq romans, stricto sensu. Mais on peut considérer que par ce choix éditorial intéressant qui regroupe deux grosses nouvelles qui se font exactement suite et qui traitent des mêmes événements et avec les mêmes personnages, on a affaire, en quelque sorte au sixième roman de l'auteur qui, chronologiquement, serait en fait le premier puisqu'il a été écrit en 1927. (Les cinq romans furent écrits quant à eux entre 1929 et 1934.)
Voici du très bon Dashiell Hammett, peut-être pas de l'excellent comme dans Moisson Rouge, mais un avant goût très prometteur de son remarquable sens de l'action, de sa volonté d'être au contact de la pègre et de la violence qui l'accompagne.
Cela paraît moins extraordinaire de nos jours mais je vous demande un petit effort de replacement dans l'histoire littéraire. Nous sommes en 1927, on nage en plein dans les petits crimes bourgeois et spirituels d'Agatha Chistie et lui, BANG !, il vous transporte dans la crasse et les bas-fonds, dans les bagarres et les rendez-vous chez les bootleggers en pleine Prohibition. Et je peux vous dire que ça déménage sec par chez lui !
Ça n'a l'air de rien mais ce Monsieur a réalisé quasiment à lui tout seul une révolution stylistique littéraire. Après de tels pavés dans la mare, on n'écrira plus jamais des polars comme avant. On n'est plus là pour jouer au plus fin comme Sherlock Holmes. Non, ici, on risque sa peau à chaque coin de rue, on transpire, on prend des coups et les bandits qu'on traque ont tendance à utiliser plus leurs 38 semi automatiques que leurs cerveaux machiavéliques.
Les deux nouvelles qui constituent ce recueil s'intitulent : Le Grand Braquage (The Big Knockover) et Le Prix Du Sang ($106,000 Blood Money). La première nous raconte, devinez quoi ? un grand braquage ! Bon, fallait s'y attendre sans quoi l'auteur aurait peut-être choisi un autre titre.
Je vais être extrêmement attentive à ne rien révéler d'essentiel à cette intrigue. Disons seulement que Dashiell Hammett nous invite dans les coulisses d'un casse d'une ampleur inouïe jusqu'alors et qui réclame le concours de centaines de malfrats venus des quatre coins des États-Unis pour venir détrousser deux banques de San Francisco.
Si la première nouvelle nous instruit du déroulement et de l'issue de ce grand braquage, la seconde nous fait vivre quant à elle les suites et ce qu'il advient des protagonistes principaux.
Bien que la facture peut nous apparaître aujourd'hui très classique, je vous assure que pour 1927, c'est de la dynamite. Preuve en est que cela fonctionne toujours admirablement de nos jours et que la chute est difficilement prévisible, même pour des grands experts de la lecture de polars.
En somme, un roman (deux nouvelles accolées, c'est pareil) idéal pour découvrir la patte Dashiell Hammett. Un livre qui nous plonge directement dans son style caractéristique et qui, quand on sait qu'il va bientôt souffler ses quatre-vingt-dix bougies, a remarquablement bien vieilli et garde un punch étonnant, ce qui n'est pas toujours le cas de la littérature en général et des polars, en particulier. Ceci dit, cet avis n'avait pas pour but de faire un grand braquage de projecteurs sur une œuvre qui n'a pas besoin de ça pour briller, car, tout bien considéré, il ne représente que lui-même, c'est-à-dire, pas grand-chose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          971

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
Nastasia-BNastasia-B   07 novembre 2015
La boîte était à peu près vide à l'arrivée de la fille. Vers dix heures, elle s'était considérablement remplie, et dix heures, c'est bien tôt pour les clients de Larrouy. Je commençais à m'intéresser moins à la fille de Red — même si elle était jolie — et davantage à mes voisins. Ce qui me frappa, ce fut le petit nombre de femmes en vue. Vérifiant avec plus d'attention, je constatai qu'en effet la proportion des femmes par rapport aux hommes était fichtrement faible. Des hommes — des hommes au visage de rat, des hommes au visage en lame de couteau, des hommes à la mâchoire carrée, des hommes au menton veule, des hommes pâles, des hommes efflanqués, des hommes à l'air bizarre, à l'air coriace, des hommes à l'air ordinaire — assis à deux par table, quatre par table, et d'autres qui arrivaient, mais bougrement peu de femmes.

LE GRAND BRAQUAGE.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          511
Nastasia-BNastasia-B   06 novembre 2015
Il se tient en ce moment, là-bas, une réunion de businessmen étouffés d'indignation, des actionnaires qui roulent des yeux fous et se dressent sur leurs pattes de derrière pour réclamer à cor et à cris la peau du chef de la police. La police n'a pas fait de miracles, c'est évident, mais aucune police n'est équipée pour encaisser un coup de ce calibre, même si elle est persuadée du contraire. Toute l'affaire a duré moins de vingt minutes. Il y avait, disons, cent cinquante truands sur le coup, armés jusqu'aux dents, et dont chaque geste était minuté à la seconde près. Comment voulez-vous masser suffisamment de flics là-bas, évaluer l'importance du coup, dresser votre plan de bataille et le mettre à exécution en si peu de temps ? C'est facile de dire que la police devrait prendre ses précautions à l'avance et prévoir des effectifs suffisants pour tous les cas d'urgence, mais ces mêmes zèbres qui braillent « Pourriture ! » là-bas seraient les premiers à glapir « Au vol ! » si leurs impôts étaient augmentés de deux dollars pour payer plus de policiers et de matériel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
Nastasia-BNastasia-B   02 novembre 2013
Je fis chou blanc au premier étage, mais la troisième poignée que j'essayai avec circonspection au second tourna dans ma main et la porte pivota légèrement. Planté devant l'embrasure, j'attendis un moment, l'oreille aux aguets, mais je n'entendais qu'un ronflement saccadé quelque part au bout du couloir. Je posai la main à plat contre le battant et le poussai d'une trentaine de centimètres. Aucun bruit. La chambre était aussi sombre que les perspectives d’avenir d’un politicien honnête. Je glissai la main le long du chambranle, tâtonnai sur le papier peint, trouvai un commutateur et appuyai dessus. Deux globes au centre de la pièce projetèrent une lumière jaunâtre sur la pièce misérable et sur le jeune Arménien qui gisait, mort, en travers du lit.

LE GRAND BRAQUAGE.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          241
Nastasia-BNastasia-B   04 novembre 2015
« Les rapports ne sont pas encore arrivés, mais pour le moment la situation est en gros la suivante : le butin représente Dieu sait combien de millions ; probablement le plus riche moisson jamais récoltées par des civils armés. Seize flics ont été descendus et trois fois autant de blessés. Douze innocents spectateurs, employés de banque et autres, ont été tués et à peu près autant malmenés. Il y a deux bandits et cinq blessés qui pourraient être, soit des truands, soit des curieux qui se sont approchés d'un peu trop près. Les gangsters ont perdu neuf hommes identifiés et trente et un prisonniers qui sont, pour la plupart, amochés. »

LE GRAND BRAQUAGE.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
Nastasia-BNastasia-B   30 octobre 2015
Si le Vieux disait qu'une chose était ci ou ça, il avait sans doute raison, car c'était un des zèbres circonspects qui, regardant par la fenêtre tomber des trombes d'eau, déclarent : « Il me semble qu'il pleut », au cas où, par hasard, quelqu'un renverserait un seau d'eau depuis le toit.

LE GRAND BRAQUAGE.
Commenter  J’apprécie          470

Lire un extrait
Videos de Dashiell Hammett (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dashiell Hammett
Lecture de "Un trône pour le ver de terre" / "Le chasseur et autres histoires" de Dashiell Hammet (éditions Gallimard, 2016) Par Michel Olivier, libraire à la librairie La Boîte à Livres
Traducteur : Natalie Beunat
Jusqu'ici le nom de Dashiell Hammett restait associé au roman noir américain, dont il a posé les bases au milieu des années 1920 à travers une soixantaine de nouvelles policières et cinq romans fondateurs, dont le faucon maltais, symbole s'il en est de la mythologie du privé coriace et taciturne. Le chasseur et autres histoires réunit ses nouvelles littéraires inédites et trois scénarios. Plus qu'une curiosité, ce recueil donne pour la première fois l'étendue de son talent d'écrivain. Une occasion rare, par ailleurs, de revenir sur la vie de Dashiell Hammett. Si, par leur qualité, ces fictions attestent ses ambitions littéraires, elles expriment également ses préoccupations sur la place de l'homme et de la femme dans une société en mutation. le courage et l'altruisme, la cupidité et le cynisme traversent ces textes non dénués de légèreté, grâce à l'humour caustique de leur auteur.
+ Lire la suite
autres livres classés : san franciscoVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1982 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre