AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782070445578
288 pages
Gallimard (09/02/2012)
3.7/5   59 notes
Résumé :

L'introuvable, c'est Clyde Wynant, un richissime inventeur un peu fou qui a disparu du jour au lendemain après le meurtre d'une femme. Tout le monde le cherche. Son épouse divorcée à la rage contenue, sa fille hystérique qui brode des histoires à dormir dehors, son fils pédant, pénible et pourtant si malin...

Jusqu'à la police tenace qui le soupçonne de meurtre ! Le seul à s'en moquer se prénomme Nick Charles.

Lui qui croy... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
3,7

sur 59 notes
5
6 avis
4
5 avis
3
3 avis
2
2 avis
1
0 avis

AAAAAHHHHH ! Ça c'est du polar comme je les aime ! le genre de livres qu'on ouvre un soir avant d'aller dormir et qu'on ne referme plus avant d'avoir tourné la dernière page au petit matin et qui vous aura coûté une nuit blanche et énormément de plaisir. D'ailleurs l'appellation roman noir conviendrait peut-être mieux, quoiqu'il s'agisse, au sens le plus noble et le plus strict de l'expression, d'un roman policier.

Aiguisons votre fibre d'enquêteur... voyons, voyons. Si je vous dis qu'il s'agit d'un p'tit gars né exactement le 27 mai 1894, mort en 1961, qui a fait la guerre, qui a eu des démêlés avec les autorités de son pays, hum ?... qu'est-ce que vous me dites ?... Louis-Ferdinand Céline. Ouais, pas mal, tout colle, les indices semblent révélateurs, mais je vous dis non, vous faites fausse route.

Le 27 mai 1894, aux deux antipodes de l'Atlantique sont nés deux monstres de la littérature. L'un s'appelle Céline et l'autre c'est évidemment Dashiell Hammett. Leurs lignes de vie sont incroyablement ressemblantes, si ce n'est qu'on a reproché à l'un d'être un peu trop à gauche et à l'autre un peu trop à droite.

Effectivement, hormis ces quelques points communs, on n'a évidemment pas tout à fait affaire au même bonhomme. Celui qui nous intéresse aujourd'hui avait une paire de couilles absolument énormes et a fait mille trucs dangereux dans sa vie, au premier rang desquels on peut citer le fait de se déclarer communiste en pleine chasse aux sorcières et de refuser systématiquement de balancer des gens et de se trouver des alibis, alors même qu'il n'avait absolument rien à se reprocher, juste par principe, parce qu'il n'aimait pas qu'on l'oblige à dire ce qu'il n'avait pas envie de dire.

Ça lui a coûté à peu près tout ce qu'il possédait, ça lui a flingué sa carrière littéraire, mais, rien à faire, il ne plia pas. Bref, j'ai beaucoup d'admiration pour l'homme, (sauf peut-être son côté alcoolique très prononcé) et peut-être plus encore pour l'écrivain.

J'ai souvent exprimé ici mes regrets de voir des romans policiers au scénario impeccable, avec tous les ferments d'un sublime morceau de littérature, malheureusement gâchés, ou partiellement gâchés, par une écriture trop faible ou des facilités de style.

Ici, rien de tout ça, et c'est ce qui en fait le prix à mes yeux. Vous êtes menés de main de maître tambour battant sur la piste d'un criminel, ça, c'est tout à fait ordinaire de nos jours, mais rien n'est lâché quant au style, nerveux, incisif et pourtant littérairement solide, ce qui est déjà nettement plus rare. Selon moi, la très, très grande classe en matière d'écriture policière.

Le livre a été écrit en 1934. Non, vous ne rêvez pas, 1934, quatre-vingts piges et ça sent encore le frais comme si vous veniez de le déballer. La traduction française de 1950 est elle un peu moins fraîche mais encore très convenable et Gallimard a malgré tout eu l'excellente idée de le faire retraduire récemment pour en restaurer tous les sucs intimes, délicats et inestimables qui avaient passé au soleil. Donc, pourquoi se priver ?

L'Introuvable qui est-ce ? Clyde Wynant. Un original, un inventeur, un fou disent certains. Peut-être un brin timbré, certes, mais suffisamment génial pour gagner grassement sa vie de ses inventions. Son ex-femme, Mimi, et sa fille, Dorothy aimerait bien lui remettre la main dessus, mais depuis que sa secrétaire particulière Julia Wolf a été retrouvée abattue de plusieurs balles de révolver, l'oiseau s'est envolé.

Il ne communique plus que par lettres ou par télégrammes, qu'il fait transiter soit par son avocat Macaulay, soit par son fils Gilbert, soit par quelque autre procédé qui interdit toujours de le localiser.

Heureusement, par hasard, se trouve à New-York un ancien détective, Nick Charles, qui connaissait bien la famille avant le divorce et même l'avocat. L'inspecteur Guild, chargé de l'affaire, aimerait bien que Nick Charles reprenne du service pour l'aider à voir un peu clair dans cet imbroglio.

Or lui aussi paraît louche, car il semble bien avoir fricoté naguère avec Mimi, l'ex-femme, qui s'est remariée avec un certain Jorgensen. Et qui est ce Jorgensen ? Que cherche Dorothy à vouloir allumer Nick ? Quelle relation unissait la victime Julia Wolf et l'introuvable Clyde Wynant ? Nunheim, un trois-quarts malfrat de troisième zone semble avoir accidentellement appris quelque chose sur l'affaire. Pourra-t-il monnayer ces informations ? En aura-t-il le temps et le loisir ? Qui d'autre avait intérêt au meurtre ? Pour quel mobile ? C'est ce qu'évidemment, je ne veux à aucun prix vous révéler.

Du grand Dashiell Hammett, du grand polar, avec des dialogues excellents, une peinture sociologique et psychologique des plus raffinées mais ce n'est bien évidemment que mon avis, et j'ai bien conscience qu'il vaut mieux parfois qu'il soit introuvable car il ne signifie pas grand-chose.

Commenter  J’apprécie          993

Qui a tué Julia Wolf ? Ben, on s'en moque, non par manque de compassion pour nos congénères mais parce que ce qui fait tourner les pages de cette oeuvre mineure de Dashiell Hammett, ce sont ses dialogues au cynisme pétillant, son rythme de vaudeville et des personnages qui ne désaoulent vraiment jamais. Ils ne se prennent pas au sérieux et je soupçonne le père du Hard Boiled, le créateur du roman noir américain d'avoir fait ici sonner la cloche de la récré.

Moisson au rouge, clé de verre de scotch, faux con pur malt et… peu de sang sur les mots dits par l'irrésistible Nick Charles, cousin éloigné de Sam Spade, la griffe du pardessus d'Humphrey Bogart. Voilà pour les références, manière de faire l'intéressant.

L'introuvable, c'est un inventeur aussi fou que riche, dont la secrétaire et maîtresse (c'est pas du tout cliché, il ne manque que la stagiaire) est retrouvée un peu morte et beaucoup assassinée. Quand on fait connaissance de son entourage, avec une ex-femme plus menteuse qu'un président américain, son gigolo aussi bô que sournois, une fille perturbée et un fils perturbant, on comprend que le bonhomme se soit carapaté.

Nick Charles, ancien détective, reprend à l'insu de son plein gré du service à New York alors qu'il est en vacances pour Noel avec sa femme Nora. Cette dernière trouve cette aventure excitante, la police le harcèle, il a fricoté avec l'ex épouse, connaissait l'introuvable et son avocat. Des motifs valables pour s'épargner les réveillons en famille sans avoir à prétexter un virus mutant. le couple profite de sa vie mondaine entre deux verres et souvent plus pour enquêter dans la bonne humeur en fréquentant tout ce petit monde et quelques crapules de passage.

L'atmosphère est si légère que ce best-seller va être adapté sous forme de comédie policière par W.S van Dyke avec William Powell et Myrna Loy. Et là, je vous le dis tout de suite, si le livre est dispensable, le film de 1934 et ses cinq suites sont des pépites d'humour qui marquèrent ma mémoire pelliculaire. Head et shoulders qui se gondolent. Je ne vais pas vous la jouer « Cinéma de minuit » avec les yeux en couilles d'hirondelles du lundi, mais Patrick Brion aurait apprécié. Moi, je les ai vu en VHS quand j'étais à la fac… enfin, plutôt quand je n'y étais pas, c'est-à-dire les trois-quart du temps. Période étudiant arrogant en noir et blanc.

Hammett pour Noël, Raymond pour la Chandler. Désolé…

Commenter  J’apprécie          794

Polar au style cinématographique truffé de bon mots, d'humour et pas mal imprégné d'alcools.

Commenter  J’apprécie          510

Nick Charles est un privé retiré des affaires. Son leitmotiv, se la couler douce en compagnie de Nora et profiter.

Oui...mais non. Un ancien client va se rappeler à son bon souvenir.

Clyde Wynant a désormais tout de l'arlésienne et sa maîtresse d'un macchabée.

A son corps défendant, Nick va devoir remettre le couvert une fois de plus et faire preuve d'une rare psychologie pour gérer l'ingérable famille Wynant...

Premiers pas dans l'univers Hammett, sans doute pas les derniers.

Le bonhomme possède un ton et un style qui séduisent d'emblée.

Sorti en 1934, L'introuvable (The Thin Man) fascine tant il diffère des polars et de leur codes actuels.

Le maître-mot, de vifs débats rafraîchissants et légers bannissant presque toute action, cliffhanger de folie, voire délocalisations géographiques.

Le dialogue est roi et se suffit à lui-même.

S'appuyant sur des personnages forts, Hammett tisse une trame aboutie.

L'introuvable fait preuve d'une construction que je me suis régulièrement imaginé transposée au théatre.

Alors si l'envie vous prenait de découvrir un enquêteur flegmatique flanqué de sa pince-sans-rire de moitié, je gage que L'introuvable ne devrait pas l'être dans toutes les bonnes crémeries...

3.5/5

Commenter  J’apprécie          353

Débutée en 1929, la carrière romanesque de Dashiell Hammett s'achève cinq ans plus tard avec un dernier opus : « L'introuvable ». Il incombe à ce dernier roman la lourde tâche de succéder aux merveilleux « Faucon maltais » et « la clé de verre ». Mais Hammett aime surprendre. Il n'y a dans ce livre ni ville aux mains de gangsters et de politiciens corrompus, ni détective « dur à cuire ». Nous quittons les bas-fonds pour la suite luxueuse d'un hôtel new yorkais. C'est un couple fortuné qui va mener le jeu dans un récit léger plein de mystère et d'humour.

Nick et Nora Charles sont un peu à l'image des Jonathan et Jennifer Hart de la série « Pour l'amour du risque » : un couple riche et glamour entraîné dans une aventures rocambolesque. Nick, le narrateur, est un ancien détective privé qui gère désormais la fortune de son épouse Nora. Il est doué d'un humour mordant et d'un goût prononcé pour les cocktails. le couple est installé à San Francisco et séjourne à New York pour la période des fêtes. Nick croise la fille d'un ancien client dans la salle d'un restaurant. Elle lui demande de retrouver son père Clyde Winant qui est introuvable depuis quelques temps. le lendemain, Julia Wolf, l'assistante de Winant est retrouvée à son bureau criblée de quatre balles de calibre 32. C'en est fini de la tranquillité de Nick Charles. le voilà enrôlé contre son gré dans une nouvelle enquête. Nora sera à ses côtés pour démêler un mystère pétri de mensonges et de folies.

Une intrigue chargée de mystère, un homme introuvable et un meurtrier à identifier… Ce roman est plus classique et attendu que les précédents. Ce couple mondain riche et cultivé fait penser à celui formé à la ville par Hammett et Hellmann. le papa du « hard boiled » se fait plus conventionnel et plus hollywoodien. Certaines scènes semblent avoir été écrites pour le cinéma. Les dialogues sont drôles, vifs et percutants.

Je ne conseillerais pas à un lecteur qui souhaiterait découvrir l'oeuvre de Hammett de commencer par "l'introuvable". Et pourtant…. Des personnages attachants (entre le savant fou, l'avocat véreux et l'escroc à la petite semaine, etc), de nombreux traits d'humour et une histoire bien ficelée en font un roman très agréable à lire, tout à la fois léger et brillant. Un digestif savoureux pour évacuer la noirceur des titres précédents.

Commenter  J’apprécie          160

Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation

I just tell you what happens: I don't explain it.

Je ne fais que vous raconter ce qui se passe, je ne l'explique pas.

Commenter  J’apprécie          10

On frappa à la porte du couloir, trois fois sèchement. Morelli avait tiré son automatique de sa poche avant même que le bruit eût cessé. Son regard fit rapidement le tour de la pièce.

- Alors ? fit-il d'une voix blanche.

- Aucune idée ! répondis-je en me redressant dans mon lit. C'est à toi qu'ils en veulent, continuai-je en désignant son arme dangereusement braquée sur moi.

Le sang me battait aux tempes et j'avais les lèvres sèches.

- Il n'y a pas d'échelle d'incendie, dis-je, en glissant un bras vers Nora, assis au bout du lit.

On tambourina de nouveau à la porte.

- Ouvrez. Police ! fit une voix forte.

Morelli se mordit la lèvre et ses yeux s'agrandirent.

- Salaud, dit-il doucement avec une sorte de commisération en faisant encore un pas vers moi.

Une clé tourna dans la serrure. J'envoyai Nora rouler à terre en la frappant de la main gauche ; l'oreiller que je lançai en même temps de la main droite sur le pétard de Morelli me parut sans poids ; aussi inefficace qu'une boulette de papier. La détonation fut assourdissante. Je sentis un choc au côté gauche, plongeai à bas du lit et empoignai Morelli par la cheville en l'entraînant dans ma chute. Nous roulâmes l'un sur l'autre. Il se mit à me marteler le dos avec son pistolet, puis je me libérai une main et cognai aussi bas que je pouvais.

Des hommes entrèrent et nous séparèrent.

Nora mit cinq bonnes minutes pour revenir à elle. Elle s'assit sur le lit, en se tenant la joue et regarda autour d'elle. Puis elle vit Morelli, menottes aux poings, debout entre deux inspecteurs. Il avait la gueule en compote. Les types l'avaient un peu travaillé, histoire de rigoler.

Chapitre VIII.

Commenter  J’apprécie          250

J'ouvris les yeux et m'assis dans mon lit. Nora me secouait violemment. Un bonhomme se tenait dans l'encadrement de la porte, un automatique à la main.

D'aspect jeune, basané, il avait la mâchoire large et les yeux rapprochés. Il portait un feutre et un pardessus noirs, un complet bien coupé, et des chaussures noires ; le tout semblait avoir été acheté dans le quart d'heure précédent. L'automatique un 38 noir, ne menaçait personne.

- Il m'a forcée à lui ouvrir, disait Nora. Il prétend qu'il a...

- Je voudrais vous dire un mot, dit l'homme au pistolet. C'est tout.

[...]

- Vas-y, dis-je, mais inutile de garder ton joujou à la main. Ma femme s'en fout mais, moi, j'attends un bébé et je ne voudrais pas le voir naître avec...

Il fit un mince sourire.

- Je sais que tu es un dur, dit-il, en empochant son pétard. On m'a parlé de toi.

Chapitre VIII.

Commenter  J’apprécie          270

- Bref, il faut bien le dire, je ne comprends rien à cette femme.

- L'essentiel avec elle, dis-je, c'est de ne pas se lasser. Quand vous l'avez convaincue de mensonge, elle avoue et vous sort un nouveau bobard destiné à succéder au précédent, et ainsi de suite. La plupart des gens — même des femmes — se découragent quand vous les avez pris trois ou quatre fois de suite en flagrant délit et finissent par cracher le morceau... ou par se taire. Pas Mimi, elle n'arrête jamais et si vous n'y faites pas attention vous finissez par la croire, non pas parce que ça sonne moins faux que le reste, mais parce que vous en avez plein le dos de vous méfier.

- Peut-être ! dit Guild pensif.

Chapitre XXV.

Commenter  J’apprécie          260

- Alors vous n'êtes pas sûrs. [...] Tout cela n'est qu'une théorie, non ?

- Appelle ça comme tu voudras ; ça me suffit.

- Mais je croyais qu'on était présumé innocent jusqu'à ce qu'il n'y ait plus aucun doute ?

- Ça c'est l'affaire du jury, pas celle des détectives. On arrête le gars qu'on croit coupable, on le coffre, on le met en première page dans les canards et le district attorney échafaude une bonne petite accusation pendant qu'on recherche de nouveaux indices : les gens qui ont reconnu sa photo viennent nous voir et ça y est ; le type est bon pour la chaise électrique.

Chapitre XXXI.

Commenter  J’apprécie          200

Videos de Dashiell Hammett (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dashiell Hammett
Lecture de "Un trône pour le ver de terre" / "Le chasseur et autres histoires" de Dashiell Hammet (éditions Gallimard, 2016) Par Michel Olivier, libraire à la librairie La Boîte à Livres
Traducteur : Natalie Beunat
Jusqu'ici le nom de Dashiell Hammett restait associé au roman noir américain, dont il a posé les bases au milieu des années 1920 à travers une soixantaine de nouvelles policières et cinq romans fondateurs, dont le faucon maltais, symbole s'il en est de la mythologie du privé coriace et taciturne. Le chasseur et autres histoires réunit ses nouvelles littéraires inédites et trois scénarios. Plus qu'une curiosité, ce recueil donne pour la première fois l'étendue de son talent d'écrivain. Une occasion rare, par ailleurs, de revenir sur la vie de Dashiell Hammett. Si, par leur qualité, ces fictions attestent ses ambitions littéraires, elles expriment également ses préoccupations sur la place de l'homme et de la femme dans une société en mutation. le courage et l'altruisme, la cupidité et le cynisme traversent ces textes non dénués de légèreté, grâce à l'humour caustique de leur auteur.
+ Lire la suite
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2508 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre