AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 225317890X
Éditeur : Le Livre de Poche (15/01/2014)

Note moyenne : 2.89/5 (sur 109 notes)
Résumé :
JUSQU’OÙ IRA-T-ELLE POUR ÊTRE LA SEULE FEMME DE SON HOMME ?

Elle c’est Jodi. Lui c’est Todd. Elle est une femme d’intérieur idéale et une psy de renom. Il a le charisme et la gloire de ceux qui réussissent. Elle l’aime aveuglément. Il la trompe allégrement. Elle et lui forment le couple parfait, en surface. Mais les apparences peuvent-elles longtemps rester trompeuses ?

Thriller psychologique à la Gillian Flynn (Les Apparences), La Femm... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (56) Voir plus Ajouter une critique
BooksnPics
04 février 2014
Lorsque nous découvrons un nouveau roman au détour d'une visite chez notre libraire, notre bibliothèque ou encore notre site littéraire préféré, nos sens sont en éveil...Chaque découverte provoque en nous une certaine curiosité. Que ce soit sur base d'un commentaire de l'éditeur, d'une couverture, d'un titre ou encore du nom de l'auteur, nous nous préparons à cette lecture avec une attente particulière...
Et, je pense que vous serez d'accord avec moi, il est des livres dont nous attendons beaucoup, parfois trop…Les thrillers font partie de cette catégorie. Telle une promesse nous attendons, impatients, cette dose de frisson, d'inattendu, de mystère…en espérant qu'elle réponde à nos exigences.
Lorsque j'ai entendu parler du roman d' A.S.A Harrison je ne pouvais passer à côté de cette opportunité de le découvrir mais comme vous l'aurez deviné ce rendez-vous fut manqué pour moi.
Revenons sur le contexte… Jodi Brett, 45 ans, est une femme casanière. En couple depuis 20 ans avec Todd Gilbert, un entrepreneur, elle pratique sa profession de psy à mi-temps et tâche de prendre soin de son compagnon du mieux qu'elle peut en veillant à lui préparer chaque jour un excellent repas.
Sa vie semble réglée comme du papier à musique. “Elle part du principe sans y avoir jamais vraiment réfléchi, que son monde va continuer de tourner ainsi, de façon imparfaite certes, quoique tout à fait convenable”. Même si elle sait que son mari la trompe allègrement, elle reste muette face à ces infidélités. Jusqu'au jour où tout bascule...
Ce roman se présente sous forme de récits alternés. Chacun de nos deux protagonistes nous présentant sa vie et sa vision des choses.
La femme d'un homme” n'est pas à proprement parlé un thriller psychologique, le suspense étant le grand absent de ce roman. A aucun moment, je n'ai ressenti ce frisson tant recherché.
Les profils psychologiques des intervenants sont quant à eux bien détaillés, l'auteur se perdant maintes fois dans de longues séances “psy”... Mais cela n'en fait pas pour autant des personnages attachants. J'ai même parfois eu envie de les “secouer” tellement leurs réactions étaient “plates”.
Vous l'aurez compris ce roman ne m'a pas convaincu… Un livre qui se lit aisément, qui recèle de nombreuses informations relatives aux personnages mais une vraie déception pour moi au vu de l'engouement apparent des lecteurs anglophones lors de sa sortie….
Je me permettrai également d'exprimer deux autres regrets… Tout d'abord le titre français à mon sens ne reflète pas le contexte du livre...son titre d'origine “The Silent wife” étant beaucoup plus parlant. Ensuite, la couverture qui nous fait la promesse d'un contenu beaucoup plus “sexy”....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Kittiwake
28 décembre 2013
En cuisine , la façon d'accommoder un mets, aussi simple soit-il, fait toute la différence. Que ce soit son accompagnement ou sa présentation. En littérature, la recette est la même : prenez un sujet banal, une intrigue simple, mais accompagnez-les d'une solide analyse des personnages, et présentez les au moyen d'une écriture travaillée, et vous aurez un best-seller. Il me semble que c'est là l'explication du succès outre-atlantique de ce thriller psychologique, déjà retenu pour une adaptation cinématographique (avec Mme Kidman, excusez du peu!).
Un couple se défait. Leurs récits se succèdent, créant un rythme soutenu qui maintient l'attention du lecteur
La trame de suspense est agrémentée de digressions psychanalytiques justifiées par la profession de la jeune femme, et par sa propre analyse. Elles contribuent à la cohérence du personnage dont le portrait est dressé avec minutie. La victime potentielle a le mauvais rôle, difficile de le prendre en pitié. Comment sauver la morale?……
C'est un roman qui se dévore rapidement, qu'on laisse difficilement tomber avant d'en avoir tourné la dernière page. Et pourtant avec le recul, il est probable qu'il n'en restera pas grand chose.
Volontiers comparé au thriller de Gillian Flynn, Les Apparences, ce roman là n'en a pas la noirceur.
L'auteur n'aura pas pu savourer son succès : elle est décédée peu de temps avant sa parution
Merci aux éditions du Livre de poche et à Babelio pour ce partenariat apprécié.
Lien : http://kittylamouette.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
myrtille81
30 décembre 2013
Jusqu'où peut-on aller lorsque ce que l'on pense nous être dû nous échappe ?
Jodi Brett, femme au foyer et psychologue à ses heures, juste assez pour se sentir utile et un brin supérieur. Avec Todd Gilbert, entrepreneur prospère, elle forme un couple que beaucoup pourraient envier. Tout parait parfait dans leur univers. Parait.
Car la femme d'un homme s'évertue à briser les apparences, chercher la faille, à l'instar du dernier roman de Gillian Flynn, auquel il ne cesse d'être comparé.
Qualifié de triller psychologique, la femme d'un homme annonce la couleur dès le début :
"En d'autres mots, elle n'est en rien consciente que sa vie atteint désormais osn apogée, que la résilience de sa jeunesse- lentement érodée par vingt années en couple avec Todd Gilbert- approche l'anéantissement, que ce qu'elle croit savoir d'elle-même et de la façon dont elle doit se comporter est beaucoup moins figée qu'elle ne le pense, si l'on considère qu'il suffira de quelques mois à peine pour faire d'elle une meurtrière." (p11. -12.)
Et le roman va nous plonger dans la psychologie de l'héroïne et tenter de mettre à jour les mécanismes qui vont la conduire au meurtre. L'écriture est froide, les personnages sont froids et tous affectivement instables.
Aucun d'eux n'est attachant ; une femme maniaque du contrôle et charnelle, un mari éternel insatisfait et volage, une (très jeune) maîtresse hystérique... seul le chien (dénommé Freud !) fait preuve de vie !
"Quand au juste sa vie conjugale est-elle devenue une pénitence ? Il est incapable de mettre le doigt sur ce moment où tout a basculé, où il s'est lassé de cette forme de confort que Jodi sait si bien offrir.
Mais une fois rentré chez lui, son humeur change. Il est accueilli avec un tel entrain et une affection si débordante qu'il éclate de rire. Comment a t-il pu oublier le chien ?"
Le malaise est là, maîtrisé par A.S.A. Harrison, et je me suis retrouvée à ne pas pouvoir lâcher ce roman. le suspens est pourtant très faible, voire inexistant. Mais je me suis retrouvée entraînée dans la têtes de ces personnages, à me demander jusqu'où ils pourront aller dans cette spirale autodestructrice. J'ai trouvé leur immaturité, leur égocentrisme très (trop) vraisemblables. On peut lire dans ce roman peut être pas une critique, mais néanmoins une analyse distante des travers d'une société immature et trop matérialiste.
Merci aux éditions le livre de poche et à Babelio pour la découverte de ce roman.
Lien : http://mumuzbooks.blogspot.f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
Bazart
28 septembre 2014
Sur quoi se base l'harmonie d'un couple ? Pour Tod et Jodi tout semble aller pour le mieux. Il la trompe mais elle ne veut rien voir, tout deux sont heureux dans le confort et la routine de leur couple. Il est infantile , désarmant d'immaturité, elle d'une indulgence sans limite.
Mais ce bel équilibre se grippe et tout dérape sans que l'un ou l'autre ne controle quoi que ce soit.
Thriller psychologique qui commence de façon intriguante puis qui monte en puissance au fil de cette intrigue et retorse à souhait, on pense forcément au thriller de Gillian Flynn Les Apparences ( dont l'adaptation par David Fincher sort en salles très prochainement. au thème très approchant. Comme dans le polar de Flynn, le lecteur est happé par la manière avec laquelle chaque personnage s'englue dans une situation qui les dépasse jusqu'au dénouement qui, lui encore, nous réserve une surprise. Malgré quelques grosses ficelles ( un peu plus voyantes que chez Flynn, la femme d'un homme est un thriller prenant qu'on dévore de bout en bout.
Il faut savoir que La Femme d'un homme a connu un succès phénoménal aux États-Unis, mais malheureusement son auteur a eu un destin à la ST Larson l'auteur de Millenium, En effet, . D'origine canadienne, A.S.A. Harrison n'aura malheureusement pas savouré son succès, décédée d'un cancer quelques semaines avant la parution de son premier roman aux USA .
'Et comme pour Millenium le livre devra être bientôt sur les écrans puisque Nicole Kidman produira l'adaptation sur nos écrans de la Femme d'un homme dans lequel elle jouera le rôle de Jodi.
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
LiliGalipette
15 janvier 2014
Jodi a 45 ans. Jodi a un métier qu'elle aime. Jodi a un bel appartement. Jodi a un compagnon qui l'aime. Jodi a un compagnon qui la trompe. Judi a la trempe d'une future meurtrière.
En surface, la psy et l'architecte forment le couple parfait. Mais la surface est fine, le vernis peut craquer à tout moment. « Elle n'avait jamais compris l'intérêt de se battre avec un homme qui n'allait pas changer. » (p. 301) Mais Jodi ferme les yeux et se contente de petites vengeances mesquines et de plus en plus vénéneuses. « Cela n'a pas tout simplement aucune importance qu'il cache aussi mal son jeu, encore et encore, parce qu'ils savent tous les deux qu'il est infidèle, et il sait qu'elle le sait, mais il faut absolument maintenir les apparences, ces apparences si capitales, l'illusion que tout va bien, qu'il n'existe aucune ombre au tableau. » (p. 30) Todd vit une passion avec Natasha, bien plus jeune que lui. Cette amante lui a redonné le goût de vivre pendant sa dépression. Voilà qu'un bébé et qu'un déménagement se précipitent. Jodi reste seule dans le grand appartement. Qui peut croire qu'elle fera profil bas ? Certainement pas elle et encore moins Todd !
Les chapitres alternent entre « elle » et « lui », ce qui crée un effet dilatoire dans certaines révélations. Rapidement, on comprend que l'esprit fort, c'est Jodi qui sait bien opposer l'indifférence ou le silence aux frasques de son compagnon. « À quoi bon regarder la réalité en face, s'il existe une voie plus douce, plus clémente. À quoi bon toute cette insistance macabre. » (p. 328) Je trouve le titre original, The silent wife, plus caractéristique du personnage féminin que le titre français.
Dans l'ensemble, ce roman est un thriller plutôt convaincant même si je déplore un style vraiment plat et un rebondissement final plutôt attendu. J'ai tout de même passé un bon moment de lecture, mais c'est le genre de textes que je réserve d'ordinaire à la plage. Pas de bol, il fait à peine 6°C en ces jours-ci.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          181

Les critiques presse (1)
Lexpress03 mars 2014
On se gardera de crier au chef-d'oeuvre, mais il faut l'avouer : ce thriller psychologique se lit d'une traite. Ecriture sans lourdeurs (bravo à la traductrice), alternance de focus efficace ("elle" et "il"), sens de la mise en scène.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations & extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
Bit-Lit-FantasyBit-Lit-Fantasy28 septembre 2014
Qui que l'on soit, d'où que l'on vienne, c'est dans le jardin de la petite enfance qu'a grandit la personne que l'on est à présent. Autrement dit, notre perception de la vie et du monde qui nous entoure était déjà en place avant que l'o ne soit assez grand pour quitter la maison sans supervision parentale. Nos préjugés et nos préférences, nos points faibles et nos points forts, la façon dont nous circonscrivons notre bonheur et la nature de nos douleurs, tout cela nous précède avant l'âge adulte. Tout jeune, dans notre moi naïf, impressionnable et en plein développement, nous évaluons nos expériences et prenons des décisions en conséquence qui sont liées à notre place dans le monde, et ces décisions prennent racine et engendrent de nouvelles décisions qui se solidifient en attitudes, états d'esprit, façon de s'exprimer pour devenir cette personne avec laquelle nous nous identifions profondément et résolument.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
canelcanel13 janvier 2014
Todd n'a jamais estimé qu'avoir toute une bardée de diplômes vous rend supérieur aux autres. Pour lui, recevoir une éducation, c'est avant tout se procurer du pouvoir - le danger, si on ne fait pas d'études, c'est de finir au McDo. En Amérique, le Saint-Graal, c'est l'argent, pas l'éducation.
(p. 48)
Commenter  J’apprécie          150
canelcanel22 janvier 2014
[chez un psy adlérien]
- Quelle est l'utilité, d'après vous, de votre inquiétude ?
- Est-ce que le fait de s'inquiéter doit obligatoirement avoir une utilité ?
- Pensez-vous que cela aide [votre frère] lorsque vous vous inquiétez pour lui ?
- OK. Touchée. Je comprends. Je vois ce que vous voulez dire. Bien sûr que ça ne l'aide pas "lui" ; c'est "moi" que ça aide. Tant que je m'inquiète pour lui, je peux avoir l'impression qu'au moins je fais un effort, que je ne l'ai pas abandonné.
(p. 209)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
diablotin0diablotin003 mai 2014
Elle a dû finalement accepter que même si vous oubliez, cela ne veut pas dire que la chose ne s'est pas passée. L'ardois n'est pas complètement effacée; vous ne pouvez pas redevenir la personne que vous étiez avant; votre innocence ne peut plus être retrouvée.Vous n'avez peut-être pas voulu de cette expérience, qui ne se résume peut-être à rien d'autre que du gâchis et des dégâts, mais l'expérience a de la matière, elle est factuelle, autoritaire, elle continue de vivre dans votre passé et affecte votre présent, peu importe vos efforts pour y remédier. Le vieux bocal de cornichons que vous avez jeté il y a tant d'années de cela a peut-être rejoint la décharge, mais il existe toujours, quelque part. Il est peut-être cassé, en mille morceaux même, mais il n'a pas disparu. On l'a peut-être oublié, mais l'oubli n'est qu'une habitude.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
canelcanel23 janvier 2014
Cela lui rappelle l'église qu'il fréquentait avec sa mère, qui l'a élevé dans la religion catholique, ou a essayé, en tout cas. Il ne s'était jamais fait à l'idée du vieux bonhomme dans le ciel, mais il avait été fasciné dès le début par le glamour et la mystique de l'ensemble : les processions solennelles, les robes colorées, l'encensoir et sa fumée, les psalmodies et les chants.
(p. 213)
Commenter  J’apprécie          70
autres livres classés : thriller psychologiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1072 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
. .