AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Klaas Antonius Donato Smelik (Éditeur scientifique)Gideon Lodders (Éditeur scientifique)Rob Tempelaars (Éditeur scientifique)Philippe Noble (Traducteur)
EAN : 9782020568333
1080 pages
Seuil (20/11/2008)
4.64/5   22 notes
Résumé :

Ce volume donne une image riche, nuancée et authentique d'une jeune femme d'exception: non pas une sainte étrangère au monde, mais une personnalité audacieuse et libertine. amoureuse de la vie, qui tente de dompter des dons intellectuels et artistiques dont le foisonnement anarchique l'entrave. C'est aussi un merveilleux journal intime. la chronique minutieuse et inlassable d'une passion, avec ses moments exaltants et ses crises de jal... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Mline1
  15 janvier 2022
Ce livre est toujours sur ma table de nuit, tant Etty Hillesum est mon inspiratrice.
J'ai déjà écris une critique sur son livre "une vie bouleversée", son journal retrouvé et publié dans les années 1980.
Là il s'agit de l'intégralité du journal avec toutes les annotations permettant de pénétrer dans son entourage, rencontrer tous les personnages et les courants d'idées de cette époque d'Europe de l'Est juste avant la guerre. C'est passionnant; On perçoit le foisonnement intellectuel, les échanges, les recherches notamment sur la psychanalyse que ce soit au Pays Bas, en Allemagne, à Londres... Ce livre nous ouvre sur tout ce tissu d'échanges en plus des réflexions de l'auteur. Ca c'est pour la première partie, avant qu'elle ne soit déportée au camp de Wintersbrok.
Après ce sont les échanges et les réflexions à l'intérieur même du camp.
Ce livre donne un espoir incroyable sur l'humanité, la solidarité, la profondeur de l'être quelle que soient les événements extérieurs et aussi difficiles soient ils. Les mots ne reflètent pas complètement ce que je ressens comme ressource dans la lecture de cet opus, Etty ouvre un chemin, une voie de sagesse. Elle n'avait que 29 ans, quelle profondeur et quelle humanité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
cilma
  16 novembre 2014
De parution relativement récente (les années 80), donc peu connus, les écrits de cette jeune femme juive pendant la guerre sont à ranger aux côtés des grands initiateurs spirituels. Avec un plus : sa spiritualité, pratique, progressive, est testé dans les conditions extrêmes de son époque, et directement applicables dans le quotidien. Un livre qui m'accompagne depuis mes 14 ans, et m'a aidée à me sortir des passes difficiles
Commenter  J’apprécie          80
flapybird
  15 décembre 2021
Chef d'oeuvre ! Etty est une femme exceptionnelle ; je ne suis qu'au début de ma lecture mais c'est très rafraîchissant de lire autant de sincérité bouleversante.
C'est fou de se dire que des femmes comme Etty , Simone weil , Irène nemirovsky ont été prise malgré elles dans le tourbillon de l'histoire simplement en raison de leur origines juives.
Oui Alain Fournier et Péguy furent de grands hommes pris dans le feu des deux guerres mais ne pas oublier que les grandes femmes ne sont pas en reste dans l'histoire de la littérature.
Une femme d'une incroyable générosité d'avoir laissé une telle oeuvre véritable leçon de vie pour beaucoup de lecteurs dont moi 🤗
Commenter  J’apprécie          50
Joannama
  11 juin 2022
Le livre de ma vie. Une richesse d'analyse, de finesse, de justesse alliée à une grande beauté du style. Je ne cesse de relire ce livre profondément spirituel et (parce que) profondément incarné, qui m'éclaire et me fait avancer à chaque lecture d'une façon nouvelle.

Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (1)
Liberation   27 décembre 2012
De ce destin, émerge une voix qu’on ne peut confondre avec celle de personne
Lire la critique sur le site : Liberation
Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
DanieljeanDanieljean   04 octobre 2015
Relâcher son emprise crispée sur la journée. Je crois que jusque dans leurs nuits, beaucoup de gens gardent serré dans leurs griffes avides/affamées un morceau de la journée. Ce devrait être chaque soir un geste d'abandon et de détente: laisser aller la journée, avec tout ce qu'elle a comporté. Et se résigner à tout ce qu'on n'a pas pu mener à bien dans la journée, en sachant qu'une nouvelle journée va venir. Il faut aborder la nuit avec pour ainsi dire les mains vides, ouvertes, dont on a laissé la journée glisser. Alors seulement on peut vraiment se reposer. Et dans ces mains vides et reposées, qui n'ont rien souhaité retenir et où il n'y a plus un seul désir, on reçoit en se réveillant, une nouvelle journée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
DanieljeanDanieljean   12 septembre 2020
Beaucoup, ici, sentent dépérir leur amour du prochain parce qu'il n'est pas nourri de l'extérieur. Les gens, ici, ne vous donnent pas tellement l'occasion de les aimer, dit-on. " La masse est un monstre hideux, les individus sont pitoyables", a dit quelqu'un. Mais , pour ma part, je ne cesse de faire cette expérience intérieure : il n'existe aucun lien de causalité entre le comportement des gens et l'amour que l'on éprouve pour eux. Cet amour du prochain est comme une prière élémentaire qui vous aide à vivre. La personne même de ce "prochain" ne fait pas grand-chose à l'affaire. Ah ! Maria, il règne ici une certaine pénurie d'amour et, moi, je m'en sens si étonnamment riche ; je serais bien en peine de l'expliquer aux autres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
DanieljeanDanieljean   22 mai 2018
Christine, j'ouvre la Bible au hasard et trouve ceci : "Le Seigneur est ma chambre haute." Je suis assise sur mon sac à dos, au milieu d'un wagon de marchandises bondé. Papa, maman et Mischa sont quelques wagons plus loin. Ce départ est tout de même venu à l'improviste.
Ordre subit de La Haye, spécialement pour nous. Nous avons quitté ce camp en chantant, père et mère très calmes et courageux, Mischa également. Nous allons voyager trois jours. Merci de tous vos bons soins. Les amis restés au camp vont écrire à Amsterdam, peut-être te fera-t-on suivre ? Peut-être aussi ma dernière lettre ?
Un au revoir de nous quatre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
armand7000armand7000   14 septembre 2020
En tout lieu de cette terre on est chez soi, lorsqu’on porte tout en soi. Je me suis souvent sentie -et je me sens encore- comme un navire qui vient d’embarquer une précieuse cargaison ; on largue les amarres et le navire prend la mer, libre de toute entrave; il relâche dans tous les pays et prend partout à son bord ce qu’il y a de plus précieux. On doit être sa propre patrie.
Commenter  J’apprécie          50
DanieljeanDanieljean   20 mars 2018
Ne pas parler, ne pas écouter le monde extérieur, mais observer un silence total et laisser résonner en soi ce que l'on a de plus personnel et privé, et cela l'écouter
Commenter  J’apprécie          90

Videos de Etty Hillesum (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Etty Hillesum
Claire de Saint Lager, auteur du livre "Comme des colonnes sculptées" donne donne son conseil confinement, à la suite d'Etty Hillesum
autres livres classés : journauxVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il vraiment Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1585 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre