AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Muriel Douru (Autre)
EAN : 9782815316057
Rustica (19/03/2021)
4.11/5   19 notes
Résumé :
"Au fil des reportages, derrière la beauté du monde, j'ai vu une autre réalité, et, chemin faisant, à travers tous ces territoires sur lesquels les menaces convergeaient. j'ai compris que dans cette destruction des écosystèmes, l'homme était en train de compromettre son propre avenir. Alors j'ai pris la mesure de la catastrophe." "Défendre la nature, c'est défendre l'être humain, ce n'est pas un combat secondaire, optionnel, à remettre à plus tard, c'est un combat p... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
irisrivaldi
  13 juin 2021
Commenter ce roman graphique, aimablement offert par les éditions Rustica dans le cadre de la masse critique Babelio « Regarder autrement », implique de ne pouvoir occulter la personnalité de son auteur : Nicolas Hulot, l'homme « aux plus beaux yeux du monde ». C'est en effet par ce tendre prologue que démarre cette histoire, quand, en 2012, l'ami Nicolas se fait aborder à un feu rouge de la capitale par un livreur de pizza, affable et basané, juché sur son vieux scooter thermique et polluant tandis que notre héros chevauche le même type de monture, mais celle-là électrique et dernier cri. Une entrée en matière qui n'est pas ce qu'on croit : de malhabiles travaux d'approche pour draguer une vedette adulée des foules, ou encore la rencontre de deux mondes – deux univers même – que tout oppose pour en souligner le décalage flagrant. Non, ceci témoigne d'une admiration sincère envers l'ancien animateur des émissions qui l'ont popularisé, Ushuaia, le magazine de l'extrême, puis Ushuaia nature, lequel a aussi créé sa propre Fondation pour la Nature et l'Homme. de fait, quand on a eu la chance de contempler tant de merveilles de par le vaste monde, on a les plus beaux yeux qui soient. CQFD. À condition aussi de savoir regarder.
Grâce à sa notoriété et à la sympathie qu'il inspire aux Français, Nicolas Hulot est donc un personnage charismatique sur qui la sphère politique a longtemps lorgné. Toutefois, il refusera à plusieurs reprises le ministère de l'Écologie, que lui ont successivement offert sur un plateau d'argent les présidents Jacques Chirac et François Hollande, même si, sous la présidence de ce dernier, il contribuera à la préparation de la COP 21 à Paris.
le célèbre Nicolas a ainsi côtoyé des chefs d'état et leurs aréopages ; tout un petit monde, chacun en conviendra, pas franchement réputé pour son train de vie d'ascète. On voit également, dans cet ouvrage, que notre protagoniste a en quelque sorte servi d'éminence grise à Jacques Chirac, à qui il a susurré à l'oreille, lors du sommet mondial du développement durable de Johannesburg, les grandes lignes de son discours, prononcé le 2 septembre 2002, dont la fameuse formule « Notre maison brûle et nous regardons ailleurs » marquera L Histoire ; tout du moins tant qu'il y aura encore des individus pensants sur terre pour s'en souvenir. Laïus également passé à la postérité pour le « lien nouveau à nouer avec la nature… » et le « moment pour l'Homme d'apprendre à maîtriser sa puissance et ses appétits... »
Ceci nous mène donc à ce constat accablant : la planète bleue et ses occupants font les frais du confort de vie permis par les avancées de l'ère industrielle. Mais, dans le fond, notre bonne vieille planète pâtit surtout des excès d'une minorité. Dorénavant personne n'ignore plus en effet qu'une société de surconsommation épuise les ressources naturelles et, qu'en dépit de tout, certains continuent de faire bien peu cas du vivant. le danger est donc imminent et il n'est que temps d'agir. Peut-être est-il même trop tard. Eh oui, le climat change : ça chauffe ! La pollution, omniprésente, est à présent aussi démentielle qu'incontrôlable. Les déchets pullulent tandis que les déserts avancent et, après avoir été menacés, de plus en plus d'animaux disparaissent. Une fuite en avant inexorable, quand on sait que la flore et la faune qui subsistent s'avèrent en réalité en sursis. Et à l'heure où j'écris ces lignes, l'humanité s'enlise dans une pandémie qu'on peut qualifier de sans précédent.
Ce livre, au demeurant très bien construit, au graphisme plaisant avec un propos didactique et un angle d'approche percutant, se voit étoffé de multiples références. En même temps qu'il dresse l'état des lieux calamiteux de la santé de la planète, nous est retracé en parallèle le parcours de celui qui aura fait un passage éclair au gouvernement, sous l'actuelle présidence Macron, en qualité de ministre de la Transition écologique et solidaire. Cet aspect hybride donne du rythme au récit en aiguisant la curiosité, impatients que nous sommes de connaître les intrigues de palais et autres coups fourrés. Nous piafferons d'impatience, dans l'attente de découvrir ce qui se trame sous les dorures de cette monarchie républicaine où courbettes et cirages de pompe sont de mise au détriment de la compétence et de la bonne volonté.
Quand Nicolas Hulot a rejoint le gouvernement, l'espoir était encore permis : Après tout qui mieux que quelqu'un qui sait vraiment de quoi il parle pour occuper un tel poste ? Après sa démission avec pertes et fracas, une autre réflexion peut légitimement nous échapper : « Si même lui n'arrive pas à endiguer le désastre écologique « en marche », alors, on n'a pas le cul sorti des ronces. »
Oui Nicolas, les politiques caressent les odieux lobbyistes dans le sens du poil pour ménager tant la chèvre (leurs intérêts économiques) que le chou (les retombées électorales). Cela ne date pas d'hier.
Oui Nicolas, les politiques se comportent également comme des pignoufs quand on parle de choses importantes aux enjeux cruciaux.
Oui Nicolas, la vie politique est une jungle peuplée d'individus sans scrupules qui vendraient père et mère pour arriver à leurs fins et où tous les coups sont permis. Il suffit de lire les journaux et de regarder un peu autour de soi… À aucun moment l'intérêt général n'est la priorité, contrairement à ce que croit l'électeur plein d'espoir à qui on demande juste de ne pas se tromper de bulletin le jour du vote et dont on se désintéresse jusqu'au prochain scrutin.
Ainsi, comme tous les idéalistes et malgré son expérience des hommes et du terrain Nicolas Hulot aurait-il fait preuve, lui aussi, d'une naïveté confondante ? Nous serions tentés, à notre tour, de lui susurrer à l'oreille : « Mais vous vous attendiez à quoi, cher Nicolas ? »
On peut pardonner votre manque de lucidité. Quiconque aura été tenté de retirer la chaise de son ennemi juré au moment où celui-ci s'assoit à son bureau n'aura jamais l'audace de vous jeter la première boîte de trombones en pleine figure. Mais là où le bât blesse, c'est votre manque de sang-froid. Cet exercice éphémère du pouvoir aura donc été une terrible épreuve de vérité prouvant votre incapacité à vous forger une carapace à l'épreuve des balles dum-dum.
Ainsi, on ne demande pas à tout le monde de faire partie d'un gouvernement pour essayer de faire de son mieux, alors Nicolas, quitte à vous retrouver seul contre tous, moqué et ridiculisé, il fallait dire : « J'y suis, j'y reste et même si ce que je fais n'est qu'une goutte d'eau dans l'océan, c'est toujours mieux que rien. » Je n'ai pas l'habitude de parler au nom des autres mais permettez-moi de créer pour vous cette réplique. Parce que la lâcheté peut faire plus mal que les ronces.
Après pareille lecture, chacun aura conscience que ses petits pas ne suffiront pas pour changer le monde et sauver la planète, même si la majorité d'entre nous pensera ne pas s'être comportée jusqu'ici comme l'éléphant dans un magasin de porcelaine quant au manque d'égards portés à la Terre.
On se dira plutôt que le combat est plutôt à mener du côté des insatiables et éternels insatisfaits, qui sont souvent les derniers à vouloir se restreindre et qui veulent tout posséder. Avec pour devise « Toujours plus et plus encore » et sa variante « Après nous, le déluge », tout en ne se privant pas de donner des leçons au passage sur le mode « Faites ce que je dis mais ne faites pas ce que je fais. » Autant de profanateurs qui se partagent et spolient le monde sans aucun remords, à l'image de ce touriste de l'extrême, fanfaronnant après avoir tiré sur un ours polaire isolé en pleine banquise, pour l'abandonner ensuite à une atroce agonie dans cet enfer blanc – qui pour cet ours était jusqu'alors un éden (page 142). Métaphore d'une Terre (pourtant sublime), arrivée aux dernières extrémités tant elle aura été avilie et bafouée.
Personne n'ignore non plus que certains jouissent pendant que d'autres s'éteignent après avoir souffert le martyre, le plus souvent dans l'indifférence, au pire, avec la complicité du reste du monde. Tout ceci m'inspire une réplique digne du théâtre de boulevard, qu'on pourrait mettre dans la bouche d'un.e représentant.e du menu peuple et qu'on pourra appeler madame Chombier ou monsieur Michu, autrement dit madame ou monsieur Tout-le-monde : « Si tous les autres faisaient comme nous, ça irait bien mieux dans le monde ! » Ceci, même si madame Chombier ou monsieur Michu sont contraints d'emprunter leur véhicule personnel (polluant) pour aller bosser. le plus souvent d'ailleurs ceux-ci prennent les transports en commun pour tirer les huit heures qui vont les laminer, cela dans l'hypothèse d'un travail peu épanouissant. Et à temps complet. Autrement, ils se débrouilleront comme ils pourront pour errer de galères en p'tits jobs payés au lance-pierre. En attendant des jours meilleurs, monsieur Michu et madame Chombier pourront toujours se consoler de leur vie de merde devant leur télé à crédit en rêvant par procuration aux voyages au bout du monde qu'ils ne pourront jamais s'offrir.
Donc vous l'aurez compris, l'ennemi n'est pas madame Chombier ou monsieur Michu qu'il faut bien sûr encourager et sensibiliser aux comportements écoresponsables, je ne dis pas le contraire, mais bien les (gros) bouffeurs de planète qui continuent de sévir en toute impunité. Et en toute tranquillité.
Oui, les petits pas ne suffisent pas quand tout un système est à repenser de fond en comble.
Lien : http://scambiculturali.over-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Didjmix
  10 avril 2021
Livre à mettre absolument entre toutes les mains. Parfait d'explications. le constat est franchement dramatique. Ce qui l'est davantage, c'est qu'un seul homme ne peut rien faire contre cette immensité de cynisme, de suicide collectif, d'irresponsabilités jeanfoutistes. Mais on y va, droit dans ce mur, et en appuyant sur l'accélérateur, à l'intérieur d'une Ferrari. Comme l'a dit son chauffeur. N.Hulot a eu "des couilles" de démissionner. Au moins, enfin un homme (provisoirement) politique qui a le courage et l'honnêteté de ses convictions. C'est assez rare dans un monde politico-financier gangrené par la corruption et les amitiés serviles. Les décisions sont malheureusement et purement personnelles immédiatement mais ça ne suffira pas ! Et toi, tu fais quoi pour la planète chaque jour ?!?!
Lien : https://www.facebook.com/liv..
Commenter  J’apprécie          200
LesDemoisellesdeChatillon
  03 mai 2021
❤️ Coup de coeur ❤️
Ce roman graphique n'est pas simplement un coup de coeur, c'est une magistrale tarte dans le museau, le (attention vulgarité) putain de coup de pied au cul dont nous avons tous besoin.
Un signal d'alarme. Urgent. Terrible.
Nicolas Hulot et Muriel Douru s'associent pour passer un message très clair : notre planète est en danger et, par la force des choses, parce qu'on n'a pas de plan B, nous également.
Pas de prédiction, juste des constats, qui font froid dans le dos. Vraiment.
Est-ce que ce roman graphique fait culpabiliser ? Oui ! Et il y a de quoi. Ce que l'on fait subir à la Nature par pur égoïsme, pour notre petit confort personnel, pour l'appât du gain ou la quête d'un bonheur artificiel véhiculé par la publicité, c'est franchement la honte.
J'avoue, j'ai versé quelques larmes en cours de lecture.
Les animaux disparus, le néocolonialisme, les politiques qui ne font rien, les grands groupes qui font passer le pognon avant la Vie...
Et la peur pour nos enfants...
Les petits pas ne suffisent pas !
Et il est temps que nous ouvrions tous les yeux.
Les illustrations sont très parlantes. J'ai adoré ce roman graphique et j'ai très envie de découvrir les autres titres de Muriel Douru, artiste engagée.
Les textes sont très clairs, précis, accessibles à tous.
Les droits d'auteur de Nicolas Hulot seront intégralement reversés au profit du programme « Génération Climat » de sa Fondation.
Un roman graphique à lire, à offrir, à partager en masse pour ouvrir les consciences.
Vraiment, lisez-le ! Choisissez la pilule rouge et suivez le lapin blanc au fond du gouffre.
J'avais besoin de cette piqûre de rappel pour relancer mon projet de petit jardin en permaculture.
En tout cas j'en suis encore secouée.
Une pépite !
Lien : https://demoisellesdechatill..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          103
Radwan74
  06 avril 2022
Je vais faire abstraction de « l'affaire Nicolas Hulot » car ce qui est important dans ce livre, ce n'est pas l'auteur mais le message.
Les atteintes à l'environnement sont de plus en plus visibles et de plus en plus terribles. Hors, rien ne se passe. Les politiques, quels qu'ils soient, sont gangrenés par les lobbyistes et la croissance infinie. le sujet de l'environnement n'est pas prit au sérieux alors que les plus éminents scientifiques tirent la sonnette d'alarme.
On ne peut qu'être touché par la lecture de cet ouvrage qui dénonce notre inaction face au changement climatique et notre propension à détruire la nature.
Malgré de nombreuses personnes qui s'élèvent contre cet état de fait (et malheureusement certaines sont assassinées pour avoir fait ce choix), l'humanité avance vers son déclin.
Un livre certes très sombre mais dont le but n'est pas de nous résigner à notre sort mais à nous montrer que les solutions existent mais qu'elles doivent prendre sur une conscience que chacun peut agir.
Même si ce genre de livre n'est lu que par des gens qui ont déjà cette conscience écologique, elle apporte de nombreux arguments pour convaincre son entourage. Moi qui travaille dans le domaine de l'environnement, c'est un formidable outil pour sensibiliser à la protection de l'environnement et au changement social.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Noctenbule
  16 mai 2021
Prendre conscience du réchauffement climatique, la disparition des animaux, l'essor de la pollution en tout genre... est une noble cause. D'ailleurs, la thématique est de plus fréquente dans le 9ème art. Alors cela demande d'aborder la chose sous un angle originale si on veut toucher le public. Rustica éditions mise tout sur la réputation de l'ancien ministre. La côte de popularité de Nicolas Hulot n'a pas trop perdu de sa superbe malgré son passage aux côtés du président. Malgré quelques annonces sur la relance du nucléaire ou autres, il est perçu plutôt comme une victime. Par facile de faire des choses quand il faut flatter les lobbyistes qui financent des campagnes et qui aident à se faire élire. Parer à l'urgence, prévoir à court terme et faire plaisir à certaines personnes n'est pas pratique pour mettre en place des actions sur le long terme. Rien de nouveau sous les tropiques, la politique a toujours fonctionné ainsi. Pourquoi cela changerait en modifiant la tête pensante? Il faut être naïf pour croire cela. Cet épisode est assez bref. Tout le livre tourne autour de Nicolas Hulot. Même s'il a écrit le scénario, tout ne devait pas forcément autour de lui? Heureusement que l'on a à côté des données scientifiques, des sources, des citations.... pour le côté véridique. Faut-il comprendre qu'il est l'homme de la providence? celui qui peut vraiment changer les choses? celui qui a compris vraiment les choses et qui fait de grands pas? Côté graphique, heureusement que le nom des personnages sont données car impossible de reconnaître Nicolas Hulot, Emmanuel Macron ou les autres sinon. le duo semble complice dans la création qui ne m'a pas convaincue. Parler d'impliquer les gens dans un combat ne nécessite pas forcément de parler de soi comme un produit miracle. Aucun doute que cette bd flatte l'égo toutefois cela ne nuit-il pas au message?
Lien : https://22h05ruedesdames.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
irisrivaldiirisrivaldi   13 juin 2021
Être une poussière dans le temps devrait nous obliger à un peu plus d’humilité. Pourtant, notre inclination à la domination et à l’exploitation de la nature a déréglé, en un siècle, un système écologique stable depuis 800 000 ans.
Commenter  J’apprécie          30
AluminiumAluminium   06 juillet 2021
On nomme "solastalgie" la souffrance psychique qui fait suite à la prise de conscience des blessures infligées à la Terre. Parfois accompagnée d'un sentiment d'impuissance devant l'immensité des enjeux, de colère, d'anxiété ou de tristesse, voire tout cela à la fois, elle est de plus en plus partagée par nos contemporains. Elle se heurte souvent au déni et à l'optimisme forcené d'une société basée sur le crédit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
AluminiumAluminium   06 juillet 2021
Ce que je croyais immuable a disparu le temps d'une absence. Aucun territoire, même le plus reculé, n'échappe à la blessure de l'homme. Pendant 30 an de rencontres et d découvertes sans relâche, pendant 30 ans de noces avec la planète, j'ai eu ce sentiment, à la fois de tristesse et d'émerveillement, d'arriver juste à temps pour observer des reliques.
Commenter  J’apprécie          10
AluminiumAluminium   06 juillet 2021
La lucidité engendre de la douleur, mais aussi de la culpabilité parce que notre mode de vie, et toutes nos habitudes se retrouvent sur le banc des accusés. Ce ressenti intérieur n'est pas de la responsabilité des lanceurs d'alerte qui ne font que témoigner de l'état du monde, il est inhérent à la prise de conscience.
Commenter  J’apprécie          10
AluminiumAluminium   06 juillet 2021
Souvent, on me disait "T'es content, on a fait ce que tu as demandé ?" mais moi, ce n'est pas ça que j'avais envie d'entendre ! J'avais pas envie d'entendre qu'on faisait les choses pour me faire plaisir ! J'avais envie d'entendre qu'on faisait les choses parce qu'on avait compris la gravité de la situation.
Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
Videos de Nicolas Hulot (30) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nicolas Hulot
Nicolas Hulot - un modèle incompatible avec l’urgence climatique ?
autres livres classés : écologieVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

L'écologiste mystère

Quel mot concerne à la fois le métro, le papier, les arbres et les galères ?

voile
branche
rame
bois

11 questions
184 lecteurs ont répondu
Thèmes : écologie , developpement durable , Consommation durable , protection de la nature , protection animale , protection de l'environnement , pédagogie , mers et océansCréer un quiz sur ce livre