AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean-Michel Vernochet (Éditeur scientifique)
ISBN : 2268044335
Éditeur : Les Editions du Rocher (26/06/2003)

Note moyenne : 4.75/5 (sur 2 notes)
Résumé :

« Comment juger-vous Saddam Hussein ? « CARLOS : Il a commis des erreurs stratégiques terribles. Néanmoins, il reste le dernier "Chevalier arabe". Je serais fier de me battre sous ses ordres, comme un simple fantassin, contre les Etats-Unis et Israël. » - France-Soir « En élevant constamment le seuil de (a violence hégémonique, l'Amérique doit s'attendre à une réplique proportionnelle. » ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
enkidu_enkidu_   18 mars 2017
Aujourd’hui, l’exemple des moudjahidin est lumineux. Et Cheikh Oussama, en raison de son immense charisme, est certainement un cas unique dans l’histoire récente. Je trouve personnellement admirable, et je ne suis pas le seul – c’est une opinion partagée par quelques centaines de millions de croyants, des rives de la Tamise aux vallées du Xinjiang – que l’un des très riches héritiers du plus proche associé commercial de feu le roi Abdel Aziz ibn Séoud, ayant fait lui-même fortune très tôt, se porte volontaire à l’âge de vingt-trois ans pour le Jihad en Afghanistan (…) cette capacité de renoncement, qui est celle des moines et des saints, est évidemment vilipendée, moquée, tournée en dérision.
(…)
Faire de Cheikh Oussama un fils de famille illuminé et fanatique, c’est raisonner sur des bases fausses, puériles. La rancœur impuissante est un signe qui ne trompe pas. Elle obère le jugement de ses adversaires, elle trahit leur suffisance et leur peur ! Au contraire des gouvernements fantoches qui font le lit de l’impérialisme, Cheikh Oussama incarne une foi, un idéal qui les surpasse de très loin. Son combat va très au-delà de sa personne, il incarne une révolution en marche…

Les Ben Laden sont originaires du Wadi Hadramaout dans le grand sud du Yémen où la population est majoritairement sunnite chaféite à l’instar des Palestiniens. Nos chemins se sont croisés au début des années 1970. Le jeune Oussama passait ses vacances au Liban, avec d’autres jeunes gens, des Saoudiens que nous observions de près, le prince Faycal al-Chummari, qui plus tard devait assassiner son oncle, le roi Faycal Ibn Abdel Aziz se trouvait alors exilé à Beyrouth.

Cheikh Oussama Ben Laden, en tenant tête aux impérialistes yankees, est devenu le héros de tous les opprimés, qu’ils soient musulmans ou non. Il ne représente pas, ce serait une erreur que de le penser, une tendance millénariste ou messianique de l’Islam tel le mahdisme soudanais. Il n’a pas vocation à l’être l’« Envoyé », c’est un jihadiste, un combattant oummamiste, c’est donc un rassembleur, il œuvre à faire se joindre les énergies des membres et des groupes épars, dispersés et désunis de l’Oumma. Autrement dit, c’est un internationaliste panislamiste.
(…)
Les dirigeants américains se trompent en pensant que s’ils assassinent Ben Laden, ils mettraient fin à la résistance : celle-ci n’est qu’une réaction à la politique provocatrice, injuste et hostile des États-Unis vis-à-vis de l’Islam. Cette politique a éveillé la colère du peuple de Dieu, les Américains pourront abattre des centaines d’Oussama Ben Laden, mais ils ne pourront pas éteindre le feu de la résistance qu’ils ont eux-mêmes allumé. Nous appuyons tous les mouvements qui militent pour l’assomption de l’Islam, qui s’organisent et s’unissent pour asseoir sur terre la paix de Dieu… (pp. 97-100)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
enkidu_enkidu_   18 mars 2017
L’Islam, qui est l’achèvement de la révélation divine a été dès l’origine une « révolution » en soi, la Révolution des révolution. Cela va d’ailleurs se manifester immédiatement par des bouleversements géopolitiques et géoculturels sans précédent historique. En moins de deux siècles, l’aire de diffusion de l’Islam va en effet s’étendre de l’Afrique à l’Asie centrale et du sous-continent indien à l’Atlantique. L’expansion explosive de la Foi islamique témoigne de la puissance du Message, de sa capacité à embraser l’esprit et le cœur des hommes, à les jeter dans la bataille pour la vérité et la justice de l’ordre divin…

Les derniers Européens, par là les hommes et les femmes qui ont gardé la fierté de leurs origines, ceux qui sont encore fidèles à l’héritage de leurs pères, en viendront à embrasser l’islam, pour eux, seul moyen de sauvegarder leurs valeurs, le patrimoine spirituel hérité d’une longue histoire pour ceux qui auront sur garder le respect d’eux-mêmes, dont le refus de s’avilir au contact du fétichisme matérialiste.

De ce point de vue, la guerre que l’Islam doit conduire contre l’impérialisme n’est pas, répétons-le, un combat contre un peuple, une nation, un État. Nous combattons un système et ce système conduit insensiblement mais inexorablement l’homme à la corruption puis à la mort ontologique. Non seulement il l’aliène, au sens marxiste, il l’empêche de devenir lui-même, d’actualiser ses potentialités, de s’accomplir en un mot, mais pire il le dénature, et ce dévoiement lui barre la route du devenir de l’Humain. Le capitalisme est une impasse. La planète est épuisée par une économie de prédation malgré les cris d’alarme. Mais personne ne veut chercher les causes là où elles sont. Et la seule issue est une révolution spirituelle de l’humanité, quand le cercle de fer de la logique capitaliste aura été brisé…

C’est le refus de l’avilissement de l’humain qui fera accepter la vraie Foi islamique aux Occidentaux qui se situent encore dans le prolongement de leurs traditions et de leur histoire. Cela est aussi vrai pour d’innombrables fils et filles de musulmans qui ont cédé aux mirages de la « modernité ». Ce qui veut dire que l’effort est aussi à porter à l’intérieur même de l’Oumma toujours encline à se convertir au culte du Veau d’or, à abjurer la foi en épousant toutes les idolâtries modernes, l’hédonisme, l’individualisme, la soif des plaisirs artificiels et de puissance éphémère. Le monde que vous appelez moderne a éloigné l'homme de lui-même, les mœurs sont sans pudeur et sans retenue. (pp. 63-64)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
enkidu_enkidu_   18 mars 2017
La puissance de l’Amérique se nourrit des cadavres du champ de bataille. L’Amérique est une exception dans l’histoire humaine, elle a réalisé l’alliage inédit du puritanisme religieux le plus rigide avec les mœurs des hors-la-loi qui ont colonisé l’Ouest américain. Les mœurs politiques de ses classes dirigeantes sont, sauf exceptions, l’exact produit d’une hybridation entre le joueur de poker, le valet de ferme et le parrain de la Casa Nostra (…) l’Amérique n’a développé sa puissance que comme État mercenaire en monnayant ses services ou en se comportant en prédateur cynique (…) en 1917 elle vole au secours de la victoire après avoir créé le prétexte de son intervention en favorisant le torpillage du paquebot Lusitania. La note qu’elle présente à ses « alliés » est si écrasante qu’à elle seule elle suffit à expliquer les conditions léonines auxquelles l’Allemagne sera soumise par le traité de Versailles, d’où sortira de facto la Seconde Guerre mondiale. Voulez-vous me dire pourquoi cet aspect des choses n’est jamais évoqué ? Pourquoi aucun historien n’a publié d’étude sur cette question de gros sous pourtant essentielle à la genèse et à la compréhension des conflits du XXe siècle ?
(…)
Il existe une trilogie conceptuelle que n’aurait certainement pas désavouée le Balte Keyserling qui avait tracé autrefois les grandes lignes d’une « psychanalyse de l’Amérique ». Trois traits me semblent caractériser ou cerner la psychologie de l’Amérique des sphères dirigeantes : gangstérisme, peut-être d’ailleurs faudrait-il parler de banksters, association de malfaiteurs ou crime organisé et institutionnalisé ; racket, lequel consiste à offrir une protection contre « taxation » ou versement d’un tribut ; bluff, la passion du mensonge et de la tromperie inhérente au poker. Référons-nous au succès du grand écran : les vedettes sont invariablement des figures du grand banditisme, des psychopathes et autres serial killers. Tous sont des « héros » modernes d’une Amérique désaxée, frénétique, obèse et psychotique. L’Amérique des bas-fonds a imposé son modèle pervers et toute l’épistémologie de sa science politique tient en ces trois « signifiants maîtres » : racket et chantage, désinformation éhontée et globale, gangstérisme international. Elle les illustre dans le hold-up monté contre l’Irak ! Ses lettres de noblesse sont celles de la mafia, ses romans de chevalerie sont les tristes exploits des good fellows de Scorcese. L’Amérique triche, bluffe, joue au poker menteur avec le sort des peuples et le destin de la planète. (pp. 226-229)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
enkidu_enkidu_   18 mars 2017
Comprenez bien, l’Islam véritable est radicalement incompatible avec les normes de la consommation inhérentes au monothéisme du marché. L’Islam est un verrou qu’il faut faire sauter parce qu’il freine l’expansion de la pseudo-religion des droits de l’homme, ce cache-sexe de l’idolâtrie marchande.

De la même façon, le christianisme a été en grande partie détruit. Pensez que, dans les sondages d’opinion, la « famille » est classée systématiquement parmi les positions « conservatrices » pour ne pas dire réactionnaires. Je vous laisse apprécier la signification et les implications d’une telle dérive dans les mœurs. Ce qui fonde l’humain, appelez ça comme vous voudrez, loi naturelle, commandement divin, est devenu quelque chose de suspect, de contraire au « progrès » ! Car ce qui est « conservateur » est connoté de l’idée restrictive et péjorative de contrainte, elle s’oppose par définition à ce qui est moderne, « progressiste », synonyme de « libéré », de liberté. La famille et la morale familiale sont ainsi des valeurs négatives, des modèles dépassés. L’Église catholique a vu ses fondements ruinés sans réagir, en y participant même, mais ce n’est pas le cas de l’Islam qui ne se laissera pas facilement détruire et qui représente la dernière force spirituelle susceptible de s’opposer avec succès à l’idolâtrie marchande. (p. 105)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
enkidu_enkidu_   18 mars 2017
Je note que le Tigre américain a des mâchoires terribles mais qu’elles claquent dans le vide. Eh oui ! L’armée américaine a détruit l’ordre fragile établi par le régime taleb, pourquoi ? Leur premier objectif – enfin celui qui était affiché – était bien de s’emparer de Cheikh Oussama et du Mollah Omar, n’est-ce pas ? Et alors ? Alors rien, nada ! Ils n’ont laissé derrière eux qu’un champ de ruines… Les Yankees ont détruit ce pays, ils y ont semé la famine et la mort pour rien. Mieux, ils ont rétabli l’anarchie préexistante, la loi du plus fort, les rapines et la violence des chefs de guerre. Tout ce qu’avaient supprimé les talibans. Je me permets de vous rappeler que les ruines de Kaboul ce sont Massoud, Hekmatyar, Dostom qui en sont les responsables, pas les talibans qui ont été accueillis en libérateurs dans la capitale afghane pour avoir mis fin aux viols et aux querelles sanglantes des petits chefs tribaux soutenus, armés, équipés et encouragés de l’extérieur.

Depuis que l’émirat afghan est tombé – et c’est là l’une des plus belles réussites de la politique occidentale – la production et le trafic d’opium et d’héroïne qui avaient été interdits par le pouvoir taleb, ont été décuplés : l’émirat avait réussi à ramener la production à 180 tonnes d’opium par an. Douze mois après la libération américaine, ce sont douze cents tonnes qui sont produites, raffinées et exportées. Quand on sait que le marché afghan alimente en priorité l’Europe, je trouve que les Américains vous ont fait un beau cadeau. La « victoire » américaine sur quelques milliers de montagnards en guenilles armés de kalachnikovs, est un véritable succès. D’ailleurs de quelle victoire parlons-nous ? Que tiennent les Américains et leurs supplétifs ? Kaboul, Kandahar ? Mais le reste ! L’Afghanistan est un pays où l’on entre facilement mais d’où l’on ne ressort pas. Les Anglais en savent quelque chose, eux qui y sont fait régulièrement décimer au XIXe siècle au cours de trois campagnes qui ont vite tourné au désastre. Les Anglais n’ont jamais réussi au fond que leurs opérations de représailles, en brûlant Kaboul par exemple, comme les Américains ne savent faire qu’une chose : bombarder massivement et surtout ne pas occuper un terrain intenable. L’Union soviétique en fit pour sa part l’amère expérience… (pp. 180-181)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
>Histoire, géographie, sciences auxiliaires de l'histoire>Biographie générale et généalogie>Biographie générale et généalogique (557)
autres livres classés : orient et occidentVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1153 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre