AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2378800266
Éditeur : L' Iconoclaste (05/09/2018)

Note moyenne : 4.28/5 (sur 16 notes)
Résumé :
« Je voudrais que l’on dise ce que vivent les gens, que l’on raconte les quartiers, les immeubles, l’argent qui manque, l’absence de reconnaissance. Je voudrais oser les mots ghetto, stigmatisation, relégation. Je voudrais appeler à la clémence, au doute. Je voudrais que l’on se soucie des abandonnés. »

Il est avocat pénaliste depuis trente ans. Enfant des cités, sa vocation est née de son histoire. Et parce que la misère côtoyée par le passé est cell... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
LecturesGourmandes
  20 septembre 2018
L'auteur, Thierry Illouz, nous plonge au coeur d'une réflexion personnelle concernant la justice mais surtout cette question qu'on lui a tant de fois poser (et que l'on se pose également lorsque l'on pense à la profession d'avocat) : « Vous défendez tout le monde, même les monstres ??!! ». Pour lui, il n'y a pas de « monstres », juste des hommes, des vies, des histoires différentes, et malheureusement de la misère sociale, bien réelle et omniprésente. Il ne défend pas les crimes commis mais les personnes.
Voilà pourquoi se trouve en exergue la citation de Victor Hugo : « Démontez-moi cette vieille échelle boiteuse des crimes et des peines, et refaites-la. Refaites votre pénalité, refaites vos codes, refaites vos prisons, refaites vos juges. »

Cet essai m'a globalement beaucoup plu même si, je dois l'avouer, quelques affirmations m'ont fait titiller, notamment certains points quant à l'avis de l'auteur concernant les qualifications de « monstre » et « monstruosité »…

En partant de ce coeur, du terme « monstre », Thierry Illouz en vient à se dévoiler lui-même. Il nous parle de son histoire personnelle, de son métier, du comment et pourquoi il en est venu à porter l'habit d'avocat, à représenter la justice. Pour ce faire, il nous rend compte de certaines affaires qui l'ont plus ou moins marqué, lui permettant ainsi d'illustrer ses propos et de rendre la compréhension de son ouvrage encore plus abordable que ne le fait son écriture claire, précise et concise.
Mais ce que j'ai principalement apprécié est le fait qu'il ne s'arrête pas là mais aborde également la vie dans les tribunaux, les jurés (leurs expériences etc…), les prisons (les conditions de vie etc…) et aussi la lecture, oui, oui !
Cela se lit relativement très vite et n'est en aucun cas théorique. C'est du concret, c'est rapide et efficace !
Lien : https://lecturesgourmandeswe..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Calimero29
  03 octobre 2018
Thierry Illouz, avocat pénaliste depuis trente ans, tente de répondre à la question qui lui a été si souvent posée : « vous défendez tout le monde, même les monstres ? »
A travers son histoire personnelle de fils de rapatrié, parqué dans un HLM en banlieue après la guerre d'Algérie, juif, stigmatisé, abandonné par le pouvoir et celle d'un de ses camarades de classe, devenu le meurtrier de six personnes, il veut démontrer que les circonstances de la vie ont fait de son copain un meurtrier mais pas un monstre et de lui un avocat.
Pour lui on ne naît pas meurtrier, on le devient pour paraphraser une célèbre citation ; il n'y a pas de monstre inné mais des hommes qu'un contexte social et familial défavorable et un élément déclencheur ont conduit au meurtre.
Cet essai n'est pas l'exposé d'une théorie philosophique mais l'expression brute d'un ressenti qu'une écriture simple, directe et rapide nous fait partager. Il est émaillé d'exemples précis et concis et Thierry Illouz n'hésite pas à faire appel à des souvenirs personnels ce qui en rend la lecture facile et attrayante, le propos de l'auteur atteignant ainsi son objectif par la proximité qu'il établit avec le lecteur .
Ce plaidoyer pour ceux qui sont qualifiés de monstre par la presse, la partie civile mais que l'auteur voit comme des hommes perdus, à la dérive, hors d'eux, qu'il faut prendre le temps d'écouter, fait plus pour s'interroger que tous les articles et discours politiques ou d'experts sur ce sujet éminemment sensible.
Ce texte est pétri de sincérité, d'une conviction profonde et même si l'on peut ne pas partager toutes les idées de l'auteur, il fait mouche ; une fois le livre refermé, il continue à faire son oeuvre de réflexion et de questionnement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
mademoisellechristelle
  13 janvier 2019
Monstre (n.m.) : personne qui suscite l'horreur par sa cruauté, sa perversité, par quelque vice énorme. (Larousse)
Ce sont ces « monstres » que Thierry Illouz, avocat pénaliste depuis 30 ans, a choisi de défendre. Et dans son livre, il nous explique pourquoi et cela passe par son histoire familiale. Thierry Illouz a grandi dans la région d'Amiens, dans une cité où l'on regroupe les pieds noirs qui viennent d'arriver en France, comme ses parents. Thierry Illouz aime son quartier et la diversité qui le compose. Mais surtout, Thierry Illouz aime les gens et croit profondément en l'être humain.
C'est sans doute ce côté altruiste qui lui fera se tourner vers la profession d'avocat. Et lorsqu'il revêt sa robe, c'est pour défendre ceux que le grand public a condamné avant même qu'ils n'aient été jugés : des violeurs, des pédophiles, des hommes violents, des meurtriers.
Thierry Illouz refuse de croire que les hommes sont divisés en deux catégories (les bons et les mauvais). Pour lui, derrière ces actes (indéfendables, certes) se cache un être humain avec une histoire de vie (défendable, elle). Il nous invite à la tolérance et à l'ouverture d'esprit : nous ne pouvons pas nous faire juge à la place du juge lui-même. « Mêmes les monstres » part du postulat que les monstres n'existent pas (sauf dans les contes de fées), seuls les hommes existent.
« Défendre, c'est comprendre ce qui se trouve derrière les gestes, derrière les comportements ; où cela commence un geste ? Dans quelles circonstances, par quel enchaînement ? Comment toute la vie de quelqu'un prépare patiemment le moment terrible du passage à l'acte ? »
J'ai adoré cette lecture et la vision profondément humaniste de Thierry Illouz. Je suis également d'avis qu'il ne faut pas regarder les accusés comme des monstres, mais comme des hommes dans leur globalité. D'ailleurs, si j'avais choisi de faire du droit pénal, je pense que j'aurais pu moi aussi défendre celui qui est assis dans le box des accusés. (En ce qui me concerne, j'ai choisi le droit du travail et la défense des employeurs : d'autres monstres ?)
Au-delà d'une simple réflexion sur les violeurs ou les pédophiles, l'auteur nous fait nous interroger sur l'efficacité de notre système judiciaire. Les peines prononcées sont-elles vraiment adaptées ? Ne devrions-nous pas nous pencher sur l'origine du Mal pour mieux le soigner et agir à titre préventif ? Ne pourrait-on pas éviter au lieu de sanctionner les comportements déviants ?
Il est clair que cette question dérange. Aussi, pour animer vos soirées, je vous propose d'aborder le sujet dans les dîners de famille : alors là, c'est grands débats garantis !

Lien : http://mademoisellechristell..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
JeanPierreV
  07 janvier 2019
"Un crime monstrueux....", "Le monstre a tué..."que de fois ce poncif nous a été asséné par les médias. Que de fois avons-nous eu de telles pensées à la lecture de comptes-rendus de procès?
Quand à l'avocat, c'est souvent aussi qu'on lui pose cette question "Vous défendez même les monstres?". L'avocat Thierry Illouz, s'en défend, il défend uniquement des hommes, des criminels. Il réfute le mot de monstre, et dans ce court livre d'une centaine de pages, presque une plaidoirie, l'avocat, l'homme Thierry Illouz, nous parle de lui, né en Algérie puis de la France, où il arriva, à un an, en 1962 dans le flot des pieds noirs.
Et aussi, et surtout, de cette vocation, de ce métier difficile qu'est celui d'avocat : "Il ne faut pas être d'accord avec le monde pour choisir le métier fou et désespéré de défendre."
Oui, seul contre tous, seul contre la foule qui hurle, seul contre les médias, il doit défendre, ce que tous appellent l'indéfendable, et "croire en l'humanité des hommes" que sont les jurés et les juges. Position inconfortable, mais nécessaire pour repousser toute tentation totalitaire.
Qui sont les accusés : des pervers construits à l'envers des gens normaux, des êtres vivant et agissant au gré de leurs pulsions, ou des êtres fragilisés mentalement, et moralement par des événements de la vie, par la précarité, par une enfance difficile, par des parents violents? Pourquoi d'un instant à l'autre sont-ils devenus des déviants, des criminels.
Cela fait plus de vingt ans, qu'il défend ces pédophiles, ces criminels que tous rejettent. Pourquoi a-t-il choisi ce sacerdoce ? Peut-être pour tenter de comprendre la nature humaine ou s'opposer à son père, dont il était le fils unique? Un père flic aux idées beaucoup plus manichéennes, résumant le monde au bien et au mal.
Ce plaidoyer pour la justice, contre les injustices, est dense et parfois déstabilisant; il permet à chacun, je pense, de s'interroger sur sa propre vision de la justice, de remettre en cause certaines positions que chacun de nous a pu soutenir lors de procès.
Impossible de rester indifférent face à cette remise en cause de nos certitudes.

Lien : https://mesbelleslectures.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Hayatte_B
  27 février 2019
Thierry ILLOUZ signe ici un document social poignant.
Il revient - à coeur ouvert - sur le choix qu'a été le sien d'être avocat. Un avocat qui a décidé de ne s'asseoir que sur le banc des accusés, des coupables. de ceux que l'on appelle « Les Monstres ».
L'auteur nous explique son choix de les défendre. Ces monstres, il les comprend, les connaît depuis l'enfance parfois. Eux et lui viennent du même milieu, de la même misère sociale où se mélange tous les maux : racisme, pauvreté, alcoolisme, maltraitance, …
Il nous rappelle que derrière chaque « monstre » se cache un Homme construit à partir de son milieu social, de son passé, son histoire, ses blessures. Il nous rappelle qu'il ne faut pas juger mais qu'il faut comprendre avant tout. Et, surtout, il nous rappelle que les monstres n'existent pas - ou du moins - uniquement dans les contes pour enfants.
Ecrit avec finesse et sensibilité, j'ai adoré la lecture de ce document qui interpelle le lecteur et duquel il ne sortira pas indemne.
Composé d'une centaine de pages, celui-ci se lit très vite et très facilement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

critiques presse (1)
Lexpress   12 novembre 2018
C'est un petit livre qui pèse lourd. L'un de ces credo qui font réfléchir longtemps sur la nature humaine et la société.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Hayatte_BHayatte_B   27 février 2019
« Même les monstres ? me demande-t-on alors. Cette question, je l’entends sans cesse. Il paraît que j’ai croisé des monstres et que je pourrais moi aussi venir de là, du pays des monstres, dire à quoi ça ressemble, comment s’est fait peut-être. »
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Thierry Illouz (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Thierry Illouz
#legenreurbain #ChroniqueRadio Pour cette rentrée littéraire, Lea vous livre ses conseils en toute décontraction. Bonne lecture ! (avec lalibrairie.com et Franceinfo) - "Lèvres de pierre", Nancy Huston, Actes Sud. https://www.librest.com/tous-les-livres/levres-de-pierre--nouvelles-classes-de-litterature-9782330108670.html - "Roissy", Tiffany Tavernier, Sabine Wespieser éditeur. https://www.librest.com/tous-les-livres/roissy-9782848053035.html - "Même les monstres", Thierry Illouz, Éditions de L'Iconoclaste. https://www.librest.com/tous-les-livres/meme-les-monstres-9782378800260.html
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
731 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre