AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782378800260
L' Iconoclaste (05/09/2018)
3.86/5   40 notes
Résumé :
« Je voudrais que l’on dise ce que vivent les gens, que l’on raconte les quartiers, les immeubles, l’argent qui manque, l’absence de reconnaissance. Je voudrais oser les mots ghetto, stigmatisation, relégation. Je voudrais appeler à la clémence, au doute. Je voudrais que l’on se soucie des abandonnés. »

Il est avocat pénaliste depuis trente ans. Enfant des cités, sa vocation est née de son histoire. Et parce que la misère côtoyée par le passé est cell... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (24) Voir plus Ajouter une critique
3,86

sur 40 notes
5
12 avis
4
7 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis

Calimero29
  03 octobre 2018
Thierry Illouz, avocat pénaliste depuis trente ans, tente de répondre à la question qui lui a été si souvent posée : « vous défendez tout le monde, même les monstres ? »
A travers son histoire personnelle de fils de rapatrié, parqué dans un HLM en banlieue après la guerre d'Algérie, juif, stigmatisé, abandonné par le pouvoir et celle d'un de ses camarades de classe, devenu le meurtrier de six personnes, il veut démontrer que les circonstances de la vie ont fait de son copain un meurtrier mais pas un monstre et de lui un avocat.
Pour lui on ne naît pas meurtrier, on le devient pour paraphraser une célèbre citation ; il n'y a pas de monstre inné mais des hommes qu'un contexte social et familial défavorable et un élément déclencheur ont conduit au meurtre.
Cet essai n'est pas l'exposé d'une théorie philosophique mais l'expression brute d'un ressenti qu'une écriture simple, directe et rapide nous fait partager. Il est émaillé d'exemples précis et concis et Thierry Illouz n'hésite pas à faire appel à des souvenirs personnels ce qui en rend la lecture facile et attrayante, le propos de l'auteur atteignant ainsi son objectif par la proximité qu'il établit avec le lecteur .
Ce plaidoyer pour ceux qui sont qualifiés de monstre par la presse, la partie civile mais que l'auteur voit comme des hommes perdus, à la dérive, hors d'eux, qu'il faut prendre le temps d'écouter, fait plus pour s'interroger que tous les articles et discours politiques ou d'experts sur ce sujet éminemment sensible.
Ce texte est pétri de sincérité, d'une conviction profonde et même si l'on peut ne pas partager toutes les idées de l'auteur, il fait mouche ; une fois le livre refermé, il continue à faire son oeuvre de réflexion et de questionnement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
LecturesGourmandes
  20 septembre 2018
L'auteur, Thierry Illouz, nous plonge au coeur d'une réflexion personnelle concernant la justice mais surtout cette question qu'on lui a tant de fois poser (et que l'on se pose également lorsque l'on pense à la profession d'avocat) : « Vous défendez tout le monde, même les monstres ??!! ». Pour lui, il n'y a pas de « monstres », juste des hommes, des vies, des histoires différentes, et malheureusement de la misère sociale, bien réelle et omniprésente. Il ne défend pas les crimes commis mais les personnes.
Voilà pourquoi se trouve en exergue la citation de Victor Hugo : « Démontez-moi cette vieille échelle boiteuse des crimes et des peines, et refaites-la. Refaites votre pénalité, refaites vos codes, refaites vos prisons, refaites vos juges. »

Cet essai m'a globalement beaucoup plu même si, je dois l'avouer, quelques affirmations m'ont fait titiller, notamment certains points quant à l'avis de l'auteur concernant les qualifications de « monstre » et « monstruosité »…

En partant de ce coeur, du terme « monstre », Thierry Illouz en vient à se dévoiler lui-même. Il nous parle de son histoire personnelle, de son métier, du comment et pourquoi il en est venu à porter l'habit d'avocat, à représenter la justice. Pour ce faire, il nous rend compte de certaines affaires qui l'ont plus ou moins marqué, lui permettant ainsi d'illustrer ses propos et de rendre la compréhension de son ouvrage encore plus abordable que ne le fait son écriture claire, précise et concise.
Mais ce que j'ai principalement apprécié est le fait qu'il ne s'arrête pas là mais aborde également la vie dans les tribunaux, les jurés (leurs expériences etc…), les prisons (les conditions de vie etc…) et aussi la lecture, oui, oui !
Cela se lit relativement très vite et n'est en aucun cas théorique. C'est du concret, c'est rapide et efficace !
Lien : https://lecturesgourmandeswe..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Hayatte_B
  27 février 2019
Thierry ILLOUZ signe ici un document social poignant.
Il revient - à coeur ouvert - sur le choix qu'a été le sien d'être avocat. Un avocat qui a décidé de ne s'asseoir que sur le banc des accusés, des coupables. de ceux que l'on appelle « Les Monstres ».
L'auteur nous explique son choix de les défendre. Ces monstres, il les comprend, les connaît depuis l'enfance parfois. Eux et lui viennent du même milieu, de la même misère sociale où se mélange tous les maux : racisme, pauvreté, alcoolisme, maltraitance, …
Il nous rappelle que derrière chaque « monstre » se cache un Homme construit à partir de son milieu social, de son passé, son histoire, ses blessures. Il nous rappelle qu'il ne faut pas juger mais qu'il faut comprendre avant tout. Et, surtout, il nous rappelle que les monstres n'existent pas - ou du moins - uniquement dans les contes pour enfants.
Ecrit avec finesse et sensibilité, j'ai adoré la lecture de ce document qui interpelle le lecteur et duquel il ne sortira pas indemne.
Composé d'une centaine de pages, celui-ci se lit très vite et très facilement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Marti94
  20 novembre 2021
Je me souviens d'un désir de porter la robe d'avocate par soucis de justice, projet abandonné après une année de droit au bénéfice du voyage et de la géographie dans le but d'oeuvrer dans les pays les plus pauvres. Je suis donc sensible aux propos de Thierry Illouz qui témoigne de son expérience d'avocat pénaliste. Cet essai est aussi un récit autobiographique qui montre la vocation de celui qui a choisi de défendre "Même les monstres".
Pourquoi ? Parce que pour lui il n'y a pas de monstres, c'est une représentation qui permet de déshumaniser des personnes par ceux qui veulent se rassurer, se convaincre qu'elles ne nous ressemblent pas. Pour autant, il y a des actes terribles, des criminels dont il comprend la faiblesse. Elle fait écho à la misère qu'il a également connu enfant dans les cités ghettos.
Je trouve qu'il faut une sacrée dose de compassion pour choisir d'écouter et de se mettre à la place des accusés quelque soient leurs actes. Pour lui c'est la seule façon d'ôter au mal toute chance d'être le mal c'est-à-dire une idée réfractaire à toute compréhension, toute histoire.
Thierry Illouz a usé sa robe d'avocat et aujourd'hui il a plus envie d'écrire que de parler tout en continuant de se soucier du sort des prisonniers et de travailler à cette vérité de l'humanité des hommes qui est son credo. C'est pour cette raison qu'il a enfilé l'habit d'écrivain.

Challenge Riquiqui 2021
Challenge ABC 2021-2022
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
mademoisellechristelle
  13 janvier 2019
Monstre (n.m.) : personne qui suscite l'horreur par sa cruauté, sa perversité, par quelque vice énorme. (Larousse)
Ce sont ces « monstres » que Thierry Illouz, avocat pénaliste depuis 30 ans, a choisi de défendre. Et dans son livre, il nous explique pourquoi et cela passe par son histoire familiale. Thierry Illouz a grandi dans la région d'Amiens, dans une cité où l'on regroupe les pieds noirs qui viennent d'arriver en France, comme ses parents. Thierry Illouz aime son quartier et la diversité qui le compose. Mais surtout, Thierry Illouz aime les gens et croit profondément en l'être humain.
C'est sans doute ce côté altruiste qui lui fera se tourner vers la profession d'avocat. Et lorsqu'il revêt sa robe, c'est pour défendre ceux que le grand public a condamné avant même qu'ils n'aient été jugés : des violeurs, des pédophiles, des hommes violents, des meurtriers.
Thierry Illouz refuse de croire que les hommes sont divisés en deux catégories (les bons et les mauvais). Pour lui, derrière ces actes (indéfendables, certes) se cache un être humain avec une histoire de vie (défendable, elle). Il nous invite à la tolérance et à l'ouverture d'esprit : nous ne pouvons pas nous faire juge à la place du juge lui-même. « Mêmes les monstres » part du postulat que les monstres n'existent pas (sauf dans les contes de fées), seuls les hommes existent.
« Défendre, c'est comprendre ce qui se trouve derrière les gestes, derrière les comportements ; où cela commence un geste ? Dans quelles circonstances, par quel enchaînement ? Comment toute la vie de quelqu'un prépare patiemment le moment terrible du passage à l'acte ? »
J'ai adoré cette lecture et la vision profondément humaniste de Thierry Illouz. Je suis également d'avis qu'il ne faut pas regarder les accusés comme des monstres, mais comme des hommes dans leur globalité. D'ailleurs, si j'avais choisi de faire du droit pénal, je pense que j'aurais pu moi aussi défendre celui qui est assis dans le box des accusés. (En ce qui me concerne, j'ai choisi le droit du travail et la défense des employeurs : d'autres monstres ?)
Au-delà d'une simple réflexion sur les violeurs ou les pédophiles, l'auteur nous fait nous interroger sur l'efficacité de notre système judiciaire. Les peines prononcées sont-elles vraiment adaptées ? Ne devrions-nous pas nous pencher sur l'origine du Mal pour mieux le soigner et agir à titre préventif ? Ne pourrait-on pas éviter au lieu de sanctionner les comportements déviants ?
Il est clair que cette question dérange. Aussi, pour animer vos soirées, je vous propose d'aborder le sujet dans les dîners de famille : alors là, c'est grands débats garantis !

Lien : http://mademoisellechristell..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80


critiques presse (1)
Lexpress   12 novembre 2018
C'est un petit livre qui pèse lourd. L'un de ces credo qui font réfléchir longtemps sur la nature humaine et la société.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
patatarte2001patatarte2001   12 janvier 2020
Quand j'ai commencé à travailler comme avocat, j'assurais ce que l'on appelle les audiences "de comparution immédiate" après avoir été appelées " de flagrants délits". Il s'agissait d'examiner un dossier à toute allure, et de le plaider dans la foulée, à la chaîne. Il paraît que la justice est trop lente, on s'en plaint, on vitupère, mais dans ces moments-là, j'ai rêvé de lenteur...Je voyais défiler les prévenus sans avoir le temps d'échanger suffisamment avec eux, de chercher dans leurs récits, dans leur voix et dans leurs yeux les indices qui pourraient m'aider à les défendre. Je devais le faire pourtant...Et parcourir le dossier, le décrypter dans la forme et dans le fond, en recenser les éventuels vices de procédure et les contradictions. Chacun connaît l'expression " au bénéfice du doute", c'est un réel principe de droit, on ne peut en théorie condamner quelqu'un dans le doute. Alors, je me suis efforcé de me demander dans chaque affaire s'il subsistait le moindre doute, à défaut d'aveu, ou même parfois en présence d'aveu. Un doute, quelque grain de sable qui contrarierait l'évidence. Cette théorie du doute devient une religion quand on défend et, contrairement à ce que l'on dit souvent, c'est un bienfait, une chance pour la démocratie. La condamnation est une porte fermée, une réclusion dans tous les sens du terme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
patatarte2001patatarte2001   19 janvier 2020
La justice est un spectacle, elle est une chose publique, cette exhibition me gêne.....aucune affaire importante sans voir accourir au tribunal des hordes de caméras. Je la comprends bien cette envie de savoir, cette envie de voir, de se mêler au roman des gens. Mais j'ai peur de la surface des choses. Un procès est toujours complexe. Défendre, c'est comprendre ce qui se trouve derrière les gestes, derrière les comportements ; où cela commence un geste ? Dans quelles circonstances, par quel enchaînement ? Comment toute la vie de quelqu'un prépare patiemment le moment terrible du passage à l'acte ? Il faudrait du temps, du calme, et pas seulement ce bruit et cette fureur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
patatarte2001patatarte2001   16 janvier 2020
A l'audience correctionnelle me vient le souvenir de cette femme trahie par son oreille et sa voix devant le président qui l'interroge :
"Vous avez eu des dégâts ?"
- Non, monsieur le président, je n'ai eu que des filles."
Elle avait entendu " des gars". Chez elle, on disait "des gars" et, dans sa maladresse, elle disait une chose forte : elle espérait qu'on lui parlerait ici comme on lui parlait chez elle. Il s'en est suivi un rire général dont je ne sais pas ce qu'il faudrait dire ou écrire, si ce n'est que je l'ai partagé et que j'en éprouve encore une honte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
patatarte2001patatarte2001   17 janvier 2020
J'ai appris le monde de mille manières, mais les plus fortes, les plus définitives restent les livres et les procès.
Commenter  J’apprécie          40
Hayatte_BHayatte_B   27 février 2019
« Même les monstres ? me demande-t-on alors. Cette question, je l’entends sans cesse. Il paraît que j’ai croisé des monstres et que je pourrais moi aussi venir de là, du pays des monstres, dire à quoi ça ressemble, comment s’est fait peut-être. »
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Thierry Illouz (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Thierry Illouz
- "Même les monstres", Thierry Illouz, l'Iconoclaste. https://www.librest.com/tous-les-livres/meme-les-monstres-9782378800260.html
Jeudi 27 septembre 2018 à 20H Rencontre avec Thierry Illouz est avocat, romancier, auteur de pie?ces de the?a?tre dont plusieurs ont e?te? joue?es au the?a?tre du Rond-Point, il nous présentera son nouveau récit Même les monstres aux éditions Iconoclaste.
Comment pouvez-vous de?fendre tous ces crimes ? lui demande- t-on souvent. A? cela il re?pond que jamais il ne de?fend des crimes, mais des hommes. DE LA CITE? A? LA COUR D?ASSISES Sa robe d?avocat est pose?e sur le dossier d?une chaise. Il la regarde du coin de l??il. Lorsqu?il l?enfile, il n?est plus le me?me. Sa voix ne tremble pas. Il ne doute jamais. Lui, l?enfant d?un quartier de?laisse?, le fils de rapatrie?s d?Alge?rie. Il se souvient de ses grands-parents ravage?s par leur de?part et leur installation dans une cite? picarde. Lorsque c?e?taient eux que l?on de?signait comme diffe?rents, et donc monstrueux. C?est cette histoire intime qu?il convoque lorsqu?il est confronte? a? ses clients. Des criminels. Des monstres, comme on les appelle. Parce que de?fendre, ce n?est pas excuser, mais chercher a? comprendre. UN GRAND RE?CIT SOCIAL Comment pouvez-vous de?fendre tous ces crimes ? lui demande- t-on souvent. A? cela il re?pond que jamais il ne de?fend des crimes, mais des hommes. Seulement des hommes. Ils ont des visages, des histoires, des luttes, des blessures. Et parce qu?il a co?toye? la mise?re sociale, il le sait, le comprend. De?fendre ces gens-la?, se « coller a? leur souffrance », c?est aussi et surtout de?fendre l?humanite? en chacun. Et gue?rir ses propres failles. UNE VIBRANTE PLAIDOIRIE D?une e?criture a? l?oralite? saisissante, Thierry Illouz livre un re?cit intime. Il retrace un parcours, une vocation. Et nous exhorte a? regarder l?autre. Celui qui nous effraie. Celui que l?on condamne.
+ Lire la suite
autres livres classés : justiceVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1321 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre