AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782378800628
265 pages
Éditeur : L' Iconoclaste (03/04/2019)

Note moyenne : 3.55/5 (sur 86 notes)
Résumé :
Il y a ce moment où vous vous faites arrêter pour presque rien. Celui où l’on vous met en prison sans que vous puissiez savoir quand vous en ressortirez. Il y a cette petite fille qui vous attend avec votre femme. Et toutes ces lettres entre vous.
Celle qui attend est le roman bouleversant d’une famille soudain entre parenthèses et de ce père confronté à la réalité carcérale – la promiscuité, l’ennui, le manque. Et de ce que les hommes imaginent dans les sit... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (33) Voir plus Ajouter une critique
diablotin0
  01 octobre 2019
Je suis déçue par ce roman que je trouve tristement banal. Certes, "celle qui attend" est tiré d'une histoire vraie, mais cela ne suffit pas pour en faire un roman qui sort du lot. L'univers carcéral a déjà été maintes fois décrit donc de ce côté-là rien de nouveau. Des erreurs qui proviennent de l'administration et pénalisent les détenus ne sont là encore malheureusement pas un scoop. Donc rien de véritablement nouveau. L'écriture n'est pas déplaisante mais l'histoire de cet Alexandre séparé de sa femme et sa fille durant presque 1 ans puisque emprisonné à Fleury-Mérogis n'apporte rien de particulier. Il n'y a ni originalité ni réflexion ou analyse en faisant un roman qui marquera les esprits en tout cas le mien. Désolée Camille Zabka, je n'ai pas su apprécier votre roman.
Commenter  J’apprécie          482
Ziliz
  28 décembre 2019
Alexandre + Pénélope + Pamina
= un papa en prison à Fleury + sa compagne & leur fille de trois ans en Allemagne.
Entre eux, des lettres, par voie postale. En continu, et certaines se croisent.
Alexandre y raconte son quotidien, en version édulcorée pour Pénélope (celle qui attend, ici comme dans l'Odyssée). Il parle surtout de leur avenir commun, quand il sera enfin sorti de là. Il faut qu'elle tienne bon. Trois mois, c'est long.
Pour l'enfant : des mots gentils, des mots d'amour, des explications simples et acceptables (« Papa est au coin »), des recommandations pour être sage avec maman. Et des dessins qu'il trace, recopie, décalque, pour qu'elle les colorie : « Pamina ma princesse ma chérie. Tu trouveras avec ma lettre un petit dessin. C'est maman et papa qui tiennent Pamina par la main et c'est à colorier en vanille chocolat et caramel. Papa rentre bientôt. Ecoute bien maman. »
Entre les lettres, le lecteur découvre une réalité sans filtre : la jeunesse d'Alexandre (enfant adopté, trop souvent victime de délit de faciès par les 'autorités'), son parcours, sa force de caractère (qui peut se retourner contre lui), ses conditions de détention et la façon dont la justice suit - mal - son cours.
La violence de codétenus, de certains matons et autres membres du personnel sadiques ; les éclats de colère et leurs représailles ; le sentiment d'impuissance. Mais aussi l'amitié et les évasions possibles (travail, sport, lecture, courrier...).
Emue et captivée dès les premières pages, j'ai dévoré ce récit, tremblant pour l'issue.
Je venais de lire un roman feel good qui ne m'avait pas convaincue - pire : agacée.
On peut trouver 'Celle qui attend' plein de bons sentiments.
Je ne sais pas pourquoi moi, il m'a touchée et bouleversée à ce point. Question de justesse et de sobriété du ton ?
Ce texte est inspiré d'une histoire vraie.
Je le conseille et vais l'offrir.
• sélection prix Cezam 2020 •
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          373
Sando
  29 septembre 2019
Parce qu'il ne s'est jamais présenté devant le juge d'application des peines, parce qu'il a commis un délit de fuite et parce qu'il a eu le malheur de se faire contrôler alors qu'il roulait sans permis, Alexandre va devoir payer son manquement à la loi en passant tout droit par la case prison, sans passer par la case maison, laissant dans l'attente sa femme, Pénélope, et sa petite fille de 3 ans, Pamina, obligées de partir s'installer en Allemagne sans lui... Dès lors, c'est comme si la vie s'était arrêtée. L'ennui s'installe, la colère aussi, le rejet de cet univers carcéral étriqué, dangereux, codifié…
Pour Alexandre, la seule issue dans cet environnement sinistre se manifeste par l'écriture. Chaque jour, il écrit à sa femme et à sa fille des lettres, de plus en plus longues et détaillées, dans lesquelles il dépeint son univers, son désir de les retrouver et, chaque jour, il guette la réponse de Pénélope. Pendant plus de trois mois, le couple va ainsi tenter de maintenir un semblant de lien, mais pas facile de garder la tête haute et les épaules solides quand tout autour de nous essaye de nous briser…
Que le titre me semble réducteur ! Je n'ai pas eu l'impression de lire le roman de « Celle qui attend » mais plutôt de « ceux qui attendent », car ils sont nombreux ceux dont les vies sont restées en suspens après que l'un des membres de la famille ait été incarcéré ! Et que l'on soit du bon côté des barreaux ou du mauvais, et bien l'attente est tout aussi longue ! Tout le talent de Camille Zabka réside dans cette délicatesse de l'écriture, cette justesse à cerner et dépeindre les tourments et les états d'âme de ses personnages et plus particulièrement ceux d'Alexandre.
En lisant la quatrième de couverture, je m'attendais à découvrir un roman sombre, violent sur « la réalité carcérale » pourtant ce n'est pas ça qui frappe à la lecture… La force de caractère d'Alexandre, son humour, sa nonchalance, son caractère provocateur et rebelle rendent au contraire le texte lumineux et touchant. Plus que la violence, c'est l'entraide qui ressort. La tension qui éclate à certains moments se manifeste davantage à travers les espoirs déçus, les injustices des matons et surtout par cette interminable attente qui rendrait fou n'importe qui... Un texte d'autant plus poignant qu'il est inspiré d'une histoire vraie ! Bref, Camille Zabka nous offre là un joli premier roman et surtout un bon moment de lecture.
Un grand merci à Babelio et aux éditions L'Iconoclaste pour ce partenariat Masse Critique réussi !
Challenge ABC
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
Juin
  22 mars 2020
le bandeau sur la couverture m'avait fait bouder ce livre. Trop accrocheur sans doute. Finalement ce livre n'est pas bouleversant mais il touche quand même, et largement. Car cet homme ce n'est pas seulement l'univers carcéral, injuste et violent qu'il dépeint mais aussi toutes les injustice qu'il a subies. Noir et cible de la police il est devenu peu à peu assez incontrôlable, un noir est toujours coupable de à leurs yeux...
Ajouter à cela une famille adoptive défaillante, avec un père alcoolique et violent il a poussé un peu de travers cet Alexandre. Mais il est drôle, déroutant et généreux. Les quelques mois en prison ( pour une faute pas si grave) montrent les failles de la justice. C'est assez consternant.
Heureusement Alexandre aura sa Pénélope qui saura l'attendre et l'épauler.
Celle qui attend c'est la fillette du prisonnier. Celle qui lui donnera la force pendant la détention.
J'avais lu premier roman et je me disais que cela sentait tellement le vécu ... Et c'est bien l'histoire de cette famille que nous raconte l'auteur en complément des lettres et des dessins.
Témoignage fort et utile on lit ce livre rapidement mais avec émotion et colère devant l'humiliation de cet univers carcéral. Quand je lis ( souvent ) que les prisonniers sont mieux traités dans les centres pénitentiaires qu'en
EHPAD.... ( sans commentaire mais cela m'agace cette comparaison, colportée par des gens sans jugeotes)
Un roman que je conseille vivement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Apikrus
  31 décembre 2019
Alexandre a fait l'objet d'une condamnation suite à un délit stupide. Il se retrouve en maison d'arrêt.
Il n'y était pas préparé, et le changement de vie est brutal pour lui. La vie se complique aussi pour le reste de sa petite famille - son épouse et leur fille de deux ans et demi. En prison, Alexandre côtoie des personnes ayant commis des infractions graves, et/ou à la santé mentale perturbée. Il supporte difficilement certains codétenus, estime être injustement enfermé, et doit aussi se faire respecter (ce qui, dans ce milieu, passe souvent par la force). Alexandre réagit donc parfois violemment.
Au fil des pages, l'heure de la libération devrait approcher, mais le lecteur se demande souvent si Alexandre ne va pas commettre une bévue qui remettrait en cause ces espoirs de sortie.
Les conditions de vie en prison sont bien restituées, de même que les difficultés pour les proches qui attendent une libération dont la date demeure incertaine.
L'ouvrage manque cependant un peu d'originalité, malgré des échanges épistolaires avec l'extérieur plutôt touchants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170

Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
ZilizZiliz   29 décembre 2019
[ en prison ]
- C'est moi qui vais te montrer. C'est l'atelier Post-it. Il faut coller des blocs de Post-it sur une base en carton et les mettre dans des pochettes plastiques. Tu restes debout. Tu commences la matinée en faisant trois tas, comme ça : les Post-it, les supports, les pochettes. Après tu fais des paquets de Post-it par tas de cent, et en fin de session, le contremaître passe pour les compter et tout récupérer. T'as compris ?
Alexandre hoche la tête.
- C'est payé 2 centimes le carnet. Il faut être rapide. Moi, j'en fais parfois plus de 600 par jour.*
Alexandre commence le travail. Il faut être minutieux et avec ses grandes mains, ce n'est pas simple.

[ * 2 x 600 = 1 200 centimes, soit 12 euros par jour ]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
ZilizZiliz   25 décembre 2019
Le 9 janvier.
Pénélope, Pamina,
Vous me manquez. Je vais bientôt avoir mon audience. Ils ne devraient pas me garder trop longtemps. Je ne veux pas que vous vous embêtiez avec les démarches du parloir. Deux mois trois au pire sans se voir ça va être long mais c'est mieux de ne pas amener Pamina ici.
(...)
[Pénélope,] dis de belles choses à Pamina sur son papa. Essaie de bien vivre. Tu sais que je peux m'adapter à toutes les situations. Je t'embrasse je vais revenir bientôt.
- Alexandre.
PS : Pamina ma princesse ma chérie. Tu trouveras avec ma lettre un petit dessin. C'est maman et papa qui tiennent Pamina par la main et c'est à colorier en vanille chocolat et caramel. Papa rentre bientôt. Ecoute bien maman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
ZilizZiliz   25 décembre 2019
La sculpture - si on pouvait appeler ça une sculpture - dégageait une odeur bizarre. Elle sentait le ragoût, ou le restaurant indien. A une immense toile souple suspendue au plafond étaient accrochés des sortes de collants couleur chair remplis d'épices, qui pendaient à quelques centimètres du sol. Certains visiteurs déambulaient entre les grappes odorantes.
- Tu viens ? lui a dit Pénélope.
- On dirait des burnes. Avoue que c'est chelou.
- J'avoue.
Elle riait. Il parlait fort.
- Il est connu, l'artiste ?
- Un peu, oui, c'est Ernesto Neto.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
ZilizZiliz   29 décembre 2019
- Attendez, j'ai pas bien compris, vous voulez que je vous aide à écrire des lettres ? Vous voulez qu'un mec comme moi qui a eu, attention, 4 sur 20 de moyenne au bac français, et à qui vous avez voulu faire la peau parce qu'il écrivait, devienne le scribe officiel de Fleury ?
Commenter  J’apprécie          120
ZilizZiliz   30 décembre 2019
Je ne veux pas lui montrer l'exemple d'une maman qui attend fébrilement le retour de son homme. Nous, nous ne sommes pas prisonnières. Alors, on ne doit pas s'enfermer dans la seule attente de ton retour. Je ne veux pas que, plus tard, ma fille soit celle qui attend un type.
Même si, comme toi, c'est un type bien.
Commenter  J’apprécie          91

Videos de Camille Zabka (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Camille Zabka
Les libraires Decitre vous guident dans cette rentrée littéraire Hiver 2021 : Manon nous partage son coup de coeur pour "Ne crains pas l'ombre ni les chiens errants" de Camille Zabka (Editions de l'Iconoclaste)
Un roman à découvrir ici : https://www.decitre.fr/livres/ne-crains-pas-l-ombre-ni-les-chiens-errants-9782378801786.html ______________________________________________________________ Depuis 1907, Decitre a développé un réseau de 10 librairies en Rhône-Alpes. Ses libraires sont reconnus pour leur expertise et leur passion des livres, dans les domaines de la connaissance comme du loisir.
Permettre à chaque lecteur de trouver ses livres et à chaque livre de trouver ses lecteurs est l'objectif quotidien de chacun de ses 400 collaborateurs.
Retrouvez nous sur : http://www.decitre.fr/ Les librairies Decitre près de chez vous : http://www.decitre.fr/nos-librairies
Facebook : https://www.facebook.com/Decitre/?fref=ts Twitter : https://twitter.com/Decitre?lang=fr Instagram : https://www.instagram.com/librairiedecitre/ Pinterest : https://fr.pinterest.com/decitre/
Bonnes lectures !
+ Lire la suite
autres livres classés : prisonsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2497 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre

.. ..