AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Dominique Haas (Traducteur)
EAN : 9782266066679
252 pages
Pocket (30/11/-1)
3.2/5   22 notes
Résumé :

Lors de sa promenade matinale dans le jardin, tante Fanny se perd. Tous les chemins ont changé, il fait nuit noire et les statues de marbre sont chaudes. Lorsqu'elle réussit enfin à sortir du labyrinthe de verdure, une étrange rencontre l'attend devant le cadran solaire. Son père, mort depuis des années, est venu lui délivrer un terrible message : un grand danger menace le monde. Il y aura du feu noir et de l'eau rouge, ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Woland
  06 juin 2008
The Sundial
Traduction : Dominique Haas
Paru un an avant "Maison Hantée", "Le Cadran Solaire" risque de perturber le lecteur avide d'horreur pure. A moins qu'il ne songe à une histoire de hantise imaginée par Ionesco.
"Le Cadran solaire" reprend un thème cher à Jackson et qu'elle exploitera encore, par exemple, dans "Nous avons toujours habité le château", son dernier roman. Il s'agit de la famille, une famille dont les membres sont soit désagréables, soit un peu (ou complètement) excentiques, parfois les deux, et qui, par la vision paranoïaque qu'ils ont de l'extérieur, finissent par basculer dans la folie et par vivre en autarcie.
C'est ce qui va arriver peu à peu à la famille Halloran, retour des obsèques de son chef, Lionel, fils d'Orianna et de Richard. Selon son épouse, Maryjane, ce serait sa propre mère, Orianna, qui aurait poussé le malheureux dans l'escalier afin d'hériter de la maison et de la fortune. Pourtant, ainsi qu'elle le rappelle à sa petite fille, Fancy, en bonne logique, c'est à elles seules que la maison doit revenir. Et le lecteur sent d'ores et déjà que Mrs Halloran Senior se place au-dessus des lois.
Comme Hill House dans "Maison Hantée", la maison Halloran a été construite à la fin du XIXème siècle par un premier Mr Halloran, soucieux d'y amener sa jeune épouse. Et, comme dans "Maison Hantée", la jeune femme y est morte très vite. L'arrière-grand-père Halloran s'est donc remarié et, de ce second mariage, il a eu Richard, actuellement cloué dans un fauteuil roulant par la maladie.
Depuis de longues années, les Halloran vivent entre eux. Frances, la fille du premier mariage, est devenue, au fil des ans, "tante Fanny", bien qu'elle n'ait, quand début l'histoire, que quarante-huit ans. Vieille fille refoulée et un peu folle, elle redoute de devoir quitter la maison, maintenant qu'Orianna, sa belle-soeur, détient tous les pouvoirs.
Et elle n'a pas tort d'avoir peur car Mrs Halloran annonce sa décision d'habiter désormais la maison, seul à seule avec son mari.
Sous le choc, Tante Fanny se réfugie dans le vaste parc, dans le labyrinthe édifié autour du cadran solaire, et est assaillie par une vision : celle de son père défunt qui lui annonce, ni plus ni moins, que la fin du monde est proche et que seuls les Halloran seront sauvés pourvu qu'ils prennent la peine de se regrouper tous dans la maison et de s'y barricader ...
A partir de là, la folie s'installe crescendo, faisant alterner scènes de malaise (la poupée piquée d'épingles, la fuite avortée de Julia ...) et scènes satiriques (Tante Fanny rameutant des espèces de témoins de Jéhovah persuadés eux aussi de la fin de l'univers, les plaisanteries d'Essex, etc, etc ...)
Quant à la fin ... Eh ! bien, elle soulève beaucoup de questions, ce qui est souvent le cas dans les nouvelles et les romans de Jackson.
Menés tambour battant, les dialogues recèlent de véritables morceaux d'anthologie, dignes des meilleurs humoristes anglo-saxons. Moins noire - en apparence tout au moins - que celle de "Maison Hantée" ou de "La Loterie", l'intrigue évoque surtout, pour les connaisseurs, "Les Gens de l'Eté", qu'écrivit également Jackson, mais en moins glauque et en plus acerbe, en plus ironique. Un roman curieux, déroutant, qui tient plus de la pathologie mentale que de l'horreur classique et qui est superbement construit. A réserver peut-être aux inconditionnels de la romancière. ;o)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
VFanel
  02 janvier 2013
Le Cadran Solaire de Jackson est un peu différent des autres livres que j'ai lu de l'auteur. Je l'ai trouvé moins sombre et surtout beaucoup plus humoristique. Certains passages m'ont beaucoup fait rire, notamment les dialogues entre Essex et les différents membres de la maisonnée. Ses répliques sont assez sarcastiques et accompagnées d'une pointe de nonsens, ce qui m'a beaucoup fait penser à l'humour britannique.
Bien que les livres de Shirley soient étranges, celui là est le plus curieux à lire car il alterne des passages humoristiques avec des passages horrifiques. J'ai par exemple beaucoup rigolé lors de la séance de spiritisme, avec les espèces de Témoins de Jehova qui s'invitent au Château et leurs stratégies permettant de bouter hors du château les extraterrestres sensés arriver lors de l'apocalypse !! Par contre certains passages font froids dans le dos (comme la fuite de Julia dans un taxi miteux, ou celle du labyrinthe dans lequel tante Fanny se perd).
Le cadre de l'histoire est assez semblable à celui de "Nous avons toujours habité le château" : il y a une affaire d'assassinat qui plane dans le château, ses habitants sont également coupés du monde…
Même si j'ai bien aimé lire ce roman, je dois dire que je reste encore assez décontenancée par l'histoire. J'ai du mal à comprendre le rôle du cadran solaire dans tout ça et Mrs Halloran m'a fait une drôle d'impression notamment lorsque Gloria annonce qu'elle ne l'a jamais vu dans le miroir (lors des séances divinatoires). Je pense qu'il va me falloir une deuxième lecture pour bien comprendre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
sophie7169
  07 octobre 2015
Il s'agit d'un huis clos qui donne très vite l'impression d'assister à une pièce de théatre.. du côté de l'absurde, le théatre de Ionesco mais sans l'intensité, sans la consistance des personnages qui sont indispensables à ce genre. Ici une famille se perd dans un délire commun, on ne comprend pas grand chose, on s'ennuie à la lecture... Malgré mon admiration pour l'auteur dont j'ai adoré le recueil La loterie, je n'ai pas du tout accroché à ce roman.
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
LeFarandoleurLeFarandoleur   06 mai 2016
- Les statistiques crèvent les yeux, reprit Essex. Quand j'ai eu vingt ans et que je ne voyais pas le temps passer, j'avais une chance sur cent douze de mourir d'une maladie de coeur. Quand j'ai eu vingt-cinq ans et que je me suis pour la première fois fourvoyé dans une passion mal inspirée, j'avais une chance sur soixante-dix-huit de mourir d'un cancer. Quand j'ai eu trente ans et que les jours et les heures ont commencé à se précipiter, j'avais une chance sur cinquante trois de finir dans un accident. Maintenant, j'ai trente-deux ans, le chemin se rétrécit constamment et j'ai cent chances sur cent de mourir de quelque chose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
LeFarandoleurLeFarandoleur   06 mai 2016
- Tante Fanny ?
- Aide-moi, s'il te plaît. Viens, je t'en prie ! Dépêche-toi, je t'en supplie.
- Je suis dans la maison.
- Viens vite !
- J'arrive. J'ai la main tendue. Tout va bien, tante Fanny, je suis là.
Tante Fanny se retourna, prit la main de Fancy, et elle était de marbre chaud. Au loin, elle entendit le rire moqueur de Fancy, la voix de Fancy qui chantait.
Commenter  J’apprécie          30
VFanelVFanel   07 avril 2012
(Gloria)Attendez... il y a quelqu'un qui vient, en haut de la colline. Essex, on dirait que c'est vous, sauf que vous ne portez rien... Vous n'avez pas de...
Gloria devient écarlate, se plaqua les mains sur les joues mais ne recula pas.
[...]
-Vous êtes... On dirait que vous êtes en train de chasser !
-Chasser quoi, au nom du ciel ? Objecta Mrs. Halloran.
-Le maillot de bain, sans doute, répondit Essex. Ne pourrais-je me tapir derrière un buisson s'il vous plait ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
VFanelVFanel   29 janvier 2012
Ne saurait-elle jamais ce que c'était que de courir affolée, désespérée, dans ce labyrinthe dément ?
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Shirley Jackson (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Shirley Jackson
The Haunting (1999) Theatrical Trailer
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Ce film d'horreur et d'épouvante est (aussi) un roman

Jack Torrance, gardien d'un hôtel fermé l'hiver, sa femme et son fils Danny s'apprêtent à vivre de longs mois de solitude. Ce film réalisé en 1980 par Stanley Kubrick avec Jack NIcholson et Shelley Duvall est adapté d'un roman de Stephen King publié en 1977

Le silence des agneaux
Psychose
Shinning
La nuit du chasseur
Les diaboliques
Rosemary's Baby
Frankenstein
The thing
La mouche
Les Yeux sans visage

10 questions
777 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , horreur , epouvanteCréer un quiz sur ce livre