AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Michel Jarrety (Directeur de publication)
ISBN : 2253067458
Éditeur : Le Livre de Poche (30/11/-1)

Note moyenne : 4.36/5 (sur 7 notes)
Résumé :

On trouvera dans cet ouvrage tout le vocabulaire courant de la poétique et de la rhétorique, du langage dramatique et de la critique, de la narratologie et de la stylistique, ainsi que les termes de linguistique et de l'analyse littéraire.Outre les écoles et mouvements, ce volume propose également des entrées qui relèvent plus largement de la vie littéraire, et parfois culturelle.Toutes les époques sont repr&#... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
colimasson
  29 juin 2014
Ça a l'air aussi monotone qu'un dictionnaire et plus rébarbatif qu'une méthode de grammaire : le Lexique des termes littéraires porte un titre qui ne fait pas honneur aux merveilles de sa conception pédagogique.
Les articles sont rédigés par un groupe de quelques professionnels francophiles dont les voix alternent afin d'éviter toute monotonie de style. Ils ne s'en tiennent jamais à des rudiments de définitions pour lecteurs pressés et s'ils parviennent malgré tout à la concision efficace, ils n'oublient jamais de ramener l'étude littéraire à ce qu'elle a de plus passionnant : ses applications concrètes :
- D'ordre étymologique, l'ancrage historique du français nous rappelle que les mots ne sont pas dénués de sens et nous relient à une communauté d'êtres humains aussi démunis que nous dans leur recherche de signification. On apprendra par exemple que le mot « symbole » vient du grec sumbolon, « signe de reconnaissance, objet coupé en deux dont on rapprochait les deux parties pour former le tout initial) ».
- D'ordre historique, les dénominations rébarbatives apprises par coeur à l'école trouveront une dimension nouvelle. En sciences, on se tourne souvent vers ses origines. Pourquoi ne ferait-on pas de même en littérature ? La question pourrait être aussi simple que la suivante : pourquoi l'alexandrin ? Réponse : « L‘alexandrin est employé pour la première fois au début du XIIe siècle, mais ce nom lui a été donné au XVe siècle d'après un poème en vers de douze syllabes sur Alexandre le Grand, composé à la fin du XIIe siècle. »
- D'ordre ludique, la littérature n'est pas seulement dévouée à la gloire des professeurs classiques. Derrière des termes aux sonorités barbares se cachent souvent des réserves potentielles d'humour destinées à ceux que seul l'étrange émoustille encore : « Kakemphaton (n. m. du grec kakemphatos, « malsonnant », d'où « inconvenant »). Suite de sons malencontreuse qui aboutit à une équivoque involontaire. Exemple du vers 42 de Polyeucte de Corneille : Et le désir s'accroît quand l'effet se recule »
- D'ordre ethnologique si d'autres paradigmes impliquent d'autres moeurs. La façon de vivre la littérature peut nous révéler d'étonnants aspects d'un peuple ou d'une époque. Pourrions-nous encore aujourd'hui interpréter le genre des « mystères » médiévaux ? « La représentation d'un mystère était une entreprise d'une très vaste envergure, qui pouvait s'étendre sur plusieurs jours en raison de la longueur des textes (62 000 vers pour le Mystère des Actes des Apôtres) et se présentait comme un spectacle total, avec des dizaines, voire des centaines de personnages. Elle a été définitivement interdite par le Parlement de Paris en 1548, en raison des troubles causés à l'ordre public. »

Et pour l'amusement, et pour le plaisir, et pour l'érudition, ce livre ne se contente pas de relater des termes littéraires dans une litanie désincarnée. Au contraire truffée de références vivantes et de citations pertinentes, ce Lexique permet de s'élever d'une progression alphabétique à un appétit de nouvelles lectures insoupçonnées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
colimassoncolimasson   26 mars 2015
Un texte est polyisotopique s’il […] permet plusieurs lectures à la fois. […] Le Journal d’un curé de campagne de Georges Bernanos est à la fois un récit naturaliste et un récit hagiographique : la vie d’un jeune curé qui sombre dans l’alcoolisme par atavisme se donne aussi à lire comme l’histoire d’un village qui accède au salut parce que, par sa déchéance, le prêtre prend sur lui le péché de ses ouailles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
colimassoncolimasson   06 juillet 2014
[A propos de la déconstruction]
« Il s’agit de mettre en évidence les tensions, les contradictions qui traversent les textes et empêchent qu’ils parviennent à une signification pleine, sans équivoque, totalement assumée. Toutes les analyses littéraires qui prétendent mettre en évidence le sens d’un texte procèdent dès lors d’un simple coup de force : au nom d’un sujet qui garantirait la cohérence générale du propos, on fait fi du détail du texte qui risque de gêner la construction d’une interprétation qui ignore les failles. Le projet déconstructionniste se veut donc « éthique » parce qu’il reconnaît l’altérité du texte, son statut d’artefact strictement verbal avant que d’être un objet idéologique ou esthétique. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
colimassoncolimasson   10 juillet 2014
Goliards : Clercs vaguants qui n’ont pas réussi à obtenir d’emploi après leurs études universitaires, et qui ne sont pas entrés dans la hiérarchie de l’Eglise. […] Leur poésie se présente comme une célébration des plaisirs temporels : vin, nourriture, sexualité (ainsi des Carmina burana), mêlée d’une verve satirique qui fustige les vices de la hiérarchie ecclésiastique. La poésie goliardique est souvent parodique et mêle au latin des bribes de langue vulgaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
colimassoncolimasson   30 mars 2015
Paralittérature : Terme qu’on préfèrera à celui de « littérature populaire » employé parfois. Forme de littérature de grande diffusion, destinée à la consommation. La paralittérature n’est pas intégrée dans le canon social de la littérature. Il s’agit du roman policier, du roman pornographique, du roman à l’eau de rose à la manière de Barbara Cartland ou de Delly. On peut ajouter le roman-feuilleton, le roman-photos et le théâtre de boulevard.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
colimassoncolimasson   14 juillet 2014
Grammatologie : […] La logique de production du sens doit donc se penser sur le mode de la « différance » : la signification n’est jamais atteinte, elle est toujours différée, parce que d’autres éléments signifiants viennent sans cesse la compléter, la modifier, la parasiter, etc.
Commenter  J’apprécie          100
Video de Michel Jarrety (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michel Jarrety
Michel Jarrety. Trois écrivains devant l'affaire Dreyfus.
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature : généralités>Dictionnaires, encyclopedies (11)
autres livres classés : littératureVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

La vie devant soi quizz facile

Dans quelle ville se passe cette histoire ?

Marseille
Lyon
Paris
Toulouse

10 questions
205 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur ce livre