AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782377030279
Éditeur : Kaya (05/04/2018)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Une dette de sang. Un amour interdit. La Salvatrucha les laissera-t-elle vivre ? #Gangs #Liberté #AdriánEtAmaya #Choix #YoungAdult #Danger" N'attire jamais l'attention, ma chérie. Sois toujours aussi discrète qu'un caméléon. " Les paroles de son père hantent encore Amaya quand elle débarque au Salvador après l'assassinat de ses parents, commandité par la Mara Salvatrucha, gang le plus puissant au monde : le père d'Amaya, ancien policier, a autrefois fait empri... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Lixia
  14 avril 2018
Nous retrouvons nos chers amis Amaya et Adrián. Ils s'attirent comme des aimants, il est prêt à se jeter à l'eau mais il doit lutter pour la convaincre que leurs sentiments passent avant la mara et son nom de famille.
Mais l'étau se resserre, les sections de la Salvatrucha ne sont plus soudées entre elles, certaines veulent apprendre à vivre normalement sous la direction d'Apocalipsis et d'El diablito de Berlín et d'autres attendent le retour de leur chef pour reprendre les anciennes règles. À ça se rajoute une cible de plus en plus grosse dans le dos d'Amaya car l'exemple doit être donné, effectivement le chef est en prison à cause de son père.
Ils vont de difficultés en difficultés mais leur lien, indescriptible et pur se renforce plus que jamais face aux problèmes qui s'enchaînent.
Amaya baisse enfin les armes et leurs couples suscitent autant de joie et d'intérêt que de jalousies. Ils sont beaux à voir évoluer et essayer de vivre comme des ados amoureux sans contraintes ni responsabilités, eux qui ont dû grandir trop vite.
Tous les soutiennent, en commençant par Adelina et Apocalipsis dont la bénédiction est primordial au vu de la situation, Amaya n'entrera jamais dans la mara mais Adrián n'a pas dis son dernier mot, puis Octavia et Javi qui sont d'une loyauté sans faille.
L'auteure maintien une tension lourde et palpable tout au long de son récit nous faisant sursauter à chaque coup de feu, nous faisant nous ronger les sangs à chaque difficulté, nous faisant sourire à chaque rapprochement.
Des montagnes russes émotionnelles que l'on vit à mille à l'heure et qui nous plongent en plein coeur du Salvador, de sa guerre des gangs et de ses amours impossibles.
Nous allons de rues en rues, de surprises en surprises, de difficultés en solutions. Un final explosif qui nous plonge dans l'horreur et la tristesse mais heureusement les épilogues existent !!!
Un énorme coup de coeur pour moi du début de la saison 1 à la fin de cette saison 2. J'ai ri beaucoup, j'ai souri souvent, j'ai été en colère tout le temps mais ma lecture s'est achevée sans que je ne m'en rende compte tellement j'étais prise dedans.
Merci à toi Céline Jeanne pour cette histoire sublime pleine d'espoir, d'amour et de secondes chances pour ceux qui s'en donnent les moyens.
Le seul petit point que je soulignerai et que j'aurai souhaité une fin plus longue, correspondant à la tension présente tout au long de ces lignes (écritent d'une plume aussi dure qu'émouvante, d'une délicatesse et d'une précision extrême à laquelle j'ai succombé), plus de peur et d'attente, pour moi cela se déroule un peu vite avant l'épilogue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
AmeliaVarin
  30 juin 2018
Une suite…
Après de longs mois d'attente, j'ai enfin acheter la suite de Mi vida es mia, et c'est avec une grande joie que j'ai retrouvé Amaya et Adrián. En relisant mon avis sur la première saison, je me rends compte que je n'ai pas réussi à vous exposer véritablement tout ce qui fait de ce roman une pépite. Parce qu'on n'est pas dans une histoire d'amour ordinaire comme on en trouve beaucoup. Vous savez, ces romans sans saveurs, dans lesquels on retrouve éternellement les mêmes codes, les mêmes cheminements… Ici, nous sommes loin de ces romans commerciaux, mais bien dans un récit vif, profond et réel. Et si d'ordinaire j'ai tendance à trouver les suites moins bonnes, Céline Jeanne me trompe totalement, en offrant à son lecteur une histoire encore plus aboutie, nous prouvant que la première saison, si intense fut-elle, n'était finalement qu'une simple mise en bouche.
En plein coeur des maras…
Dans cette deuxième saison, l'auteur nous entraîne encore plus profondément au sein de cet univers latino des maras. Des gangs, des cliques, une Famille… Nous en apprenons davantage sur le fonctionnement de ce monde, sur leurs codes, leurs façons de voir les choses. Et tout cela accolé au passif de la belle Amaya rend ce récit à la fois addictif par l'action, et bouleversant par les événements. Plus encore, Céline Jeanne nous expose la vie des uns et des autres, nous montrant, sans timidité, la réalité de ce milieu. Tournée vers les personnages et leur passif, mais encore davantage vers leur avenir, cette saison 2 nous offre un panorama vivace et réaliste du Salvador pour nous immerger pleinement dans cet univers si détonant. Et si je ne vous parle que de l'enrobage, c'est bien parce que celui-ci prend une place très importante dans la romance. Sans lui, elle n'aurait plus la même saveur. Epicée et dangereuse, la relation entre Amaya et Adrián termine de nous achever… pour nous faire rêver à mille et unes nouvelles histoires. Alors que dans la première saison, ils se cherchaient, faisant palpiter de manière relativement chaste notre petit coeur, dans cette deuxième saison, nous passons un cran au-dessus, pour, de façon élégante, nous faire monter légèrement le rouge aux joues.
Des thématiques fortes…
Une romance palpitante, perdue dans les méandres d'un milieu dangereux et destructeur… Mi vida es mia, en plus de m'avoir fait pleurer à la fin, a le mérite d'exposer des thématiques fortes comme la pauvreté, la solitude… Comment s'en sortir lorsqu'on est seul, sans argent dans un monde régit par les maras ? Et c'est bien ça qui m'a tapée dans l'oeil, en plus de cette relation explosive entre nos deux protagonistes évidemment. Dans cette deuxième saison, on nous parle de la famille, de l'amitié, de l'amour, de l'orphelinat… Dans cette deuxième saison, on nous expose des réalités difficiles, mais des réalités quand même. Et c'est terriblement bouleversant ! Alors oui, je le dis et le redis, Mi vida es mia n'est pas qu'une romance, c'est l'histoire d'une émancipation, l'histoire d'un rêve qui devient réalité, l'histoire d'un nouveau tournant, celui qui changera toute une vie. Celui qui transformera une existence passée à survivre, en un avenir brillant et radieux.
Lien : https://leshistoiresdameliae..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
lesetoileesdesbibliotheques
  15 avril 2018
Pendant que les tensions couvent entre les mareros de la Salvatrucha et leurs ennemis qui veulent s'accaparer leur territoire ou accomplir une énième vengeance, Adrián et Amaya essaient de vivre leurs premiers émois amoureux loin de cette violence . Mais dur de rester dans leur bulle quand le danger les cerne de toutes parts et qu'il faut rester sur le qui – vive 24/24 !
Adrián est le petit frère du chef, et son engagement dans la Famille n'est pas au goût de la jeune gringuita . À n'importe quel moment, cela pourrait déraper . Et retour à la case départ pour Amaya qui n'arrive toujours pas à oublier le film de l'exécution de ses parents . Ses cauchemars quotidiens en sont la preuve . Et les poches noirs sous ses yeux sont les témoins de ses insomnies .
Mais le pire reste à venir . Quand elle saura ce qu'on lui cache, Amaya comprendra que son séjour au Salvador, n'était pas juste une folie comme elle le pensait, mais aussi un périple mortel . Sa vie ne lui appartient plus . Et pour cause, le commanditaire de l'atroce liquidation de ses parents sort bientôt de prison. Ce fou dangereux n'attend qu'une occasion : Lui faire payer la dette du sang qui l'entache . Et il sera sans pitié . Fini la tolérance du chef des mareros, Apocalipsis, les bras sécurisants de Berlin (Adrián) . L'acceptation, même relative, du gang . Uppercut est retour pour semer le chaos dans le quartier . Sa brutalité sanguinaire fera régner la terreur de nouveau pour mieux faire respecter ses règles .
Quel avenir attend ces jeunes ados qui aspirent à une vie meilleure ? L'amour suffira t-il pour bâtir un futur au milieu de cette violence extrême et cette guerre destructrice ?
Mi vida es mia, est un final que j'attendais depuis Février . Normal, le premier était tellement prometteur, que j'avais hâte de connaitre ce que l'auteur a prévu pour la suite.
Et c'est avec appréhension, que j'ai commencé ma lecture . Eh oui la peur d'être déçue .
Après un début hésitant, Céline a pris les règnes de mon imagination et m'a plongée dans un cauchemar éveillé mais auréolé d'une douceur bienveillante qu'est l'amour .
La tension était à son paroxysme entre les membres des gangs . Et du coup, j'ai été contaminée moi aussi . Etre sur les nerfs en lisant, est mon passe-temps favori . (Je t'en remercie ou pas LOL ) . L'auteur, une fois lancée, n'a permis ni temps mort, ni ennui . Les événements s'enchaînaient sans me laisser reprendre mon souffle .
Ce final me confirme le talent de cette jeune auteur . Elle a réussi le challenge de mêler fiction et réalité alternant entre suspense et une douce romance . Alors chapeau .
Un embarquement garanti dans l'univers terrifiant de la Salvatrucha !
Mya
Lien : https://lesetoilesdesbibliot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
FollowtheReader
  11 avril 2018
Chronique de Lindsay :
La première saison de Mi vida es mia m'avait laissée dans l'attente de la suite. Eh bien je peux vous dire que celle-ci ne pas le moins du monde déçue.
Nous retrouvons Amalya, Adriàn et leurs amis pris dans une situation toujours plus inextricable, en effet la trêve entre les maras ne tient qu'à un fil et le danger rode plus que jamais autour d'eux. La sortie annoncée comme imminente du chef déchu de la Salvatrucha n'est pas non plus pour faciliter le quotidien et l'idylle naissante entre Amaya et Adriàn.
C'est dans cet environnement sous haute-tension que l'auteure nous embarque encore une fois sans jamais nous laisser reprendre notre souffle. Aucune fausse note dans ce texte qui réussit le pari d'allier une romance aux airs de Roméo et Juliette à la réalité sordide de la vie des Maras.
Usant de sa plume fluide et simple, Céline Jeanne nous en apprend toujours plus sur le fonctionnement des Maras en nous faisant plonger de l'autre côté du miroir. Nous suivons en effet ces micro-sociétés de l'intérieur apprenant tour à tour leurs règles et leurs codes. Nous apprenons aussi qu'avec les Maras tout n'est pas noir ou blanc. Notre regard évolue page après page à mesure que notre compréhension se fait et ce pour notre plus grand plaisir.
En bref, une belle conclusion à cette histoire de Céline Jeanne. Ce final gorgé d'espoir et de rebondissements nous laisse satisfaits, mais un peu dépités tout de même d'abandonner ces personnages que l'on aime tant. Un livre que je vous recommande chaudement, sa justesse étant de celle qui ouvre les consciences face aux réalités du monde qui ne sont pas les nôtres.
Lien : https://followthereader2016...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
blueindigoauteur
  04 mai 2018
J'avais beaucoup aimé le premier tome. le deuxième ne démérite pas. L'histoire se pose, l'héroïne doit faire ses choix et les assumer. Une très belle fin pour cette histoire prenante.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   22 août 2018
Les gens avaient fui la guerre civile qui faisait rage ici et s’étaient réfugiés en Californie. Ils avaient du mal à s’intégrer, ils ne parlaient pas anglais, ne trouvaient pas de travail alors ils ont créé des communautés ; c’était plus facile pour survivre dans un pays inconnu. C’est comme ça que les clans sont nés. Ils se réunissaient, d’abord le soir, comme ça, autour d’un repas, puis, pour certains, ça a pris une autre dimension. La Salvatrucha venait de voir le jour. Quand il y a eu des vagues massives de déportations parce qu’ils n’avaient pas de papiers, les expulsés l’ont ramenée ici. Elle est revenue vers ses racines.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
AmeliaVarinAmeliaVarin   30 juin 2018
Encore le silence. Avant, j’aimais le silence. Adolescente, j’avais l’impression qu’il n’y avait que le silence qui savait qui j’étais vraiment, que le silence qui aurait pu répondre à mes questions.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   22 août 2018
La présence d’un cartel sur le territoire n’était pas anodine. Il existait des accords tacites entre les différentes entités criminelles dont faisaient partie les maras. « Je ne viens pas sur ton territoire sans y être invité, et toi tu ne viens pas sur mon territoire sans que je t’y aie invité. Et après on voit pour faire du business ensemble ». Ces accords répondaient à une sorte de code d’honneur. S’introduire dans la gare de bus contrôlée par la clique d’Apocalipsis signifiait remettre en question ce fameux code.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   22 août 2018
Il plongea son regard dans le mien et j’avalai toute velléité de répondre. Ses doigts suivirent le tracé de mes bras jusqu’à atteindre ma taille. Doucement, il me ramena contre lui et commença à nous faire onduler au rythme de la musique. Je ne savais pas où poser les mains, je ne savais pas où poser les yeux, alors je me contentai de garder mes mains le long de mon corps et mes yeux fermés. Ses pouces s’enfoncèrent davantage dans ma taille, comme s’il luttait contre quelque chose, comme s’il se retenait de faire quelque chose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   22 août 2018
Quand j’entrai dans le cours d’anglais avec mon billet de retard à la main, son sourire me percuta de plein fouet et me fit trébucher. Ça devrait être interdit d’être aussi beau. Il sourit davantage, sans doute conscient de l’effet qu’il avait sur moi. Le Diable était équipé d’antennes sensorielles qui lui permettaient de savoir ce que je pensais, j’en étais sûre. Je l’imaginai torse nu pour voir, et son sourire s’étira encore. Bingo ! Ou peut-être était-ce parce que je n’arrivais pas à détourner mon regard du sien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : gangsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Titres gruyère (1)

" Les Hauts de ...... " d' Émily Brontë

Manderley
Hurle-Vent
Tara

18 questions
365 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature , titres , motsCréer un quiz sur ce livre