AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2702442609
Éditeur : Le Masque (14/10/2015)

Note moyenne : 3.71/5 (sur 57 notes)
Résumé :
Benjamin Varenne, un beau gosse acteur raté ou plutôt qui n’a pas encore percé, enchaîne les castings foireux et les jobs alimentaires. Pendant la période des fêtes, il fait office de Père Noël au Printemps. Débarque une petite bombe aux longs cheveux, encadrée de deux gardes du corps. Elle minaude ouvertement et exige un selfie avec le Père Noël.
De fil en aiguille, le Père Noël se retrouve dans le lit de la belle, dans un luxueux appartement du XVIe, les ga... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (32) Voir plus Ajouter une critique
lyoko
  19 juin 2016
Ayant adoré la série le puits des mémoires, je me suis dit que j'allais voir ce que vallait cet auteur dans un autre registre : le polar.
Ben , trentenaire, mauvais comédien, vivote de petit boulot. Quand arrive la période de noel, il joue le rôle du père noel, jusqu'à ce qu'il rencontre Victoire la "femme de sa vie". Mais c'était sans compter sur le fait que Vic était la compagne d'un grand mafieux albanais.
Gabriel Katz écrit avec humour et parfois avec cynisme. Je me suis retrouvée plusieurs fois avec le sourire aux lèvres.
Néanmoins, Ben son personnage principal,semble parfois un peu niais, ce qui lui fait perdre en sympathie. J'avoue l'avoir trouvé un peu soulant (mais c'est peut être une volonté délibérée de l'auteur).
L'intrigue du roman se tient, même si ce n'est pas une révolution.
C'est un roman qui se lit vite, et que je qualifierais de polar de plage.
Je préfère nettement gabriel Katz dans le registre de la fantasy.
Commenter  J’apprécie          394
Aelinel
  18 janvier 2018
En attendant que le tome 2 de la part des ombres paraisse (sortie le 8 février prochain !), il fallait bien que je trompe mon impatience avec une petite friandise ! Étant donné que j'ai tout lu en Imaginaire du côté de chez Katz, je suis allée faire un tour vers ses thrillers/polars. J'avoue que je n'en attendais pas trop car mon amie du Club de lecture qui me l'a prêté, n'a pas vraiment accroché. Et pourtant le miracle Katz a fait son effet ! Si clairement, ce roman n'a pas été un coup de coeur et qu'il ne restera pas dans les annales de l'auteur pour moi, il n'en reste pas moins divertissant.
Benjamin Varenne est un looser. Lui qui rêvait à une carrière de comédien, le voilà à trente-cinq ans à jouer au père-noël, dans un grand magasin parisien. Pendant qu'il essaye tant bien que mal de divertir des mouflets mal éduqués, le miracle de Noël se produit : il tombe sous le charme de Victoire, une jeune femme de vingt-quatre ans, à la beauté vertigineuse. Sans réfléchir, il lâche son emploi et part à la poursuite de la belle. S'il se fait vite refroidir par le molosse qui assure la sécurité de sa patronne, il parvient tout de même à décrocher un rendez-vous. Or, il ignore encore que Victoire est la compagne d'un mafieux albanais et que les ennuis ne font que commencer…
Dès les premières pages, j'ai été happée par le roman éclipsant au passage mes premiers préjugés. Il faut dire que le style d'écriture de Gabriel Katz, caractérisé par un humour ravageur, a fait mouche ! Et évidemment, je ne résiste pas longtemps à une plume qui tourne en dérision des mouflets (je ne sais pas si j'ai déjà eu l'occasion d'en parler mais les enfants et moi, on n'est pas très copains). Les aventures rocambolesques de Benjamin se révèlent également palpitantes : l'action est simple, parfois les évènements sont à la limite du crédible mais cela fonctionne ! L'auteur a vraiment un don pour cela et il parvient même à nous faire voyager des grands boulevards parisiens à la campagne sinistre des Ardennes jusqu'aux plages paradisiaques thaïlandaises !
En revanche, là où le bât blesse, c'est au niveau des personnages dont les deux principaux. Heureusement, Benjamin est celui qui va le plus évoluer au cours du récit. Au départ, je ne l'ai pas vraiment trouvé sympathique (hormis le fait qu'il se moque des gamins !) car je ne supporte pas les hommes qui jouent aux beaux-gosses pensant impressionner la gent féminine pour les ramener dans leur lit. Puis, on se rend compte que c'est quelqu'un qui se remet en question et apprend de ses erreurs : de beau gosse niais, il passe alors à celui d'un type dépassé par les évènements, il en deviendrait presque touchant (presque, j'ai dit!).
En revanche, Victoire (je l'invoque sans ambages) est une sale C… ! Dans le récit, elle se plaint à plusieurs reprises que les femmes ne l'aiment pas. TU M'ÉTONNES ! N'y voyez pas là une simple jalousie féminine devant la concurrence. Oui Valentine est belle, oui elle a des courbes de rêve, oui elle a de l'argent à dépenser et gna gna gna ! Mais c'est une jolie carcasse vide! Non sérieusement, elle se révèle être capricieuse tout au long du récit, gâtée, égoïste, superficielle, voire à certains moments complètement stupide (et là on frise les Darwin Awards !). Elle n'évolue jamais et j'assénais à Benjamin à grands renforts de mantras mentales : « Putain, mais dégage-la et laisse-la se faire buter par son mec ! »
N'oublie pas mon petit soulier est une lecture-détente qui aura parfaitement rempli son office : un style littéraire fluide, une intrigue palpitante, en un mot, distrayant. En revanche, les deux personnages principaux sont à la limite du supportable et c'est bien dommage car cela ne permet pas de les rendre attachants. le lecteur ne s'implique pas vraiment et reste spectateur.
Lien : https://labibliothequedaelin..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          144
TheLovelyTeacherAddictions
  27 décembre 2015
Ce livre est le roman par excellence à lire en période de Noël car il vous fera passer un très bon moment de lecture dans une ambiance festive et délurée. Ce roman ne peut être classé dans un seul genre car il y a plusieurs ingrédients qui le rend savoureux : on a un zeste de romance, une bonne dose de comédie , une pincée de thriller et le tout saupoudré d'enquête policière. On ne sait pas démêler le vrai du faux et jusqu'à la toute dernière page , on ne parvient pas à déduire la résolution finale de l'intrigue.
Rien qu'en lisant le résumé , vous avez un très bon aperçu de ce super roman et je vous assure que vous allez passer un bon moment avec Benjamin Varenne dit Ben. On peut le dire Ben est un acteur raté qui accumule les refus lors de casting et qui pour subvenir à ses besoins et pour nourrir son chat doit impérativement tenir le rôle du père Noël en cette période de fêtes. Et qui dit Père Noël dit grands magasins parisiens et file d'attente pour prendre la traditionnelle photo avec ce cher Père Noël mais voilà Ben ne sait pas jouer la comédie et chassez le naturel il revient au galop. Ce n'est donc pas étonnant qu'il soit aussi désagréable et peu professionnel face aux enfants. La faiblesse de Ben et ce qui ne lui a apporté que des soucis tout au long de sa vie : les femmes ou les filles. Et on ne déroge pas à la règle avec Victoire, cette jeune pimbêche qui souhaite faire un selfie sur les genoux de Ben. Il risque bien de perdre la tête au sens propre comme au sens figuré. Ben est assez immature et fonce tête baissé dans les ennuis . Les situations rocambolesques vont s'enchaîner et Ben va devoir jouer le rôle de sa vie s'il veut s'en sortit vivant. La vie ne se déroule pas comme au cinéma et loin des films d'actions , Ben va devoir affronter de nombreuses situations s'il veut sauver sa peau. Lui qui s'ennuyait dans sa petite routine assez monotone et triste , le changement va être radical. le tourbillon Victoire va entrer dans sa vie et mettre un bazar sans nom . Entre la lutte contre la mafia albanaise, les courses poursuites contre de méchants criminels, les gardes à vues , les accords pour sauver sa peau, Benjamin sera t-il à la hauteur ? Y a t-il un James Bond ou un Mister Bean qui sommeille en lui? Comment va t-il se sortir de cette situation qui sort forcément de l'ordinaire?
Face à Benjamin, nous découvrons donc un personnage féminin assez caricatural en la personne de Victoire. Jeune femme de 24 ans, elle ne peut évoluer en dehors du monde de luxe dans lequel elle semble baigner depuis toujours. Rien ne peut résister au caprice de Victoire et on se demande si Ben n'en est pas un énième . Elle semble très superficielle, toujours accrochée à son portable et on se demande ce qu'elle trouve à Ben qui est tellement éloigné de son univers doré. Pourquoi est elle sans cesse entourée de deux gardes du corps? Pourquoi faire autant de mystères autour de sa famille ou de son lieu de résidence? Cette fille n'est absolument pas net et Ben va le découvrir à ses dépends. Ce qui est très surprenant , c'est qu'en dépit de son côté lisse et manipulateur, on a l'impression qu'elle tient un tout petit peu à Ben. Cause de nombreux troubles, elle ne cesse d'enfoncer les portes et de faire empirer les situations. Pourtant grâce à elle l'aspect comique prend le dessus et permet de donner au genre policier une touche novatrice. En général dans les enquêtes policières, l'ambiance est assez intense et tendue . Ici ce n'est pas le cas , et on n'arrive pas réellement à avoir peur de la Kanun, de cette vengeance albanaise et c'est très agréable de s'imaginer comment les choses vont se terminer pour nos protagonistes. Victoire échappera t-elle à son destin? Emmènera t-elle Ben dans sa chute ? Que se cache vraiment derrière cette fille si superficielle?
Quant aux personnages secondaires ils sont tout aussi loufoques et hilarants. D'un côté il y a Marco, le garde du corps de Victoire qui dès le début a mis en garde Ben. S'approcher de Victoire c'est comme secouer des bâtons de dynamite. On sait que ça va nous exploser à la figure mais on ne sait jamais quand. On doute de Marco , de ses intentions et on se demande sans cesse sur quel pied danser avec lui. Il apporte une touche d'ennui supplémentaire et sa "relation" avec Ben va bien nous faire rire. On le sent investi pleinement dans sa mission et il est vraiment attaché à sa petite Vic. Travaille t-il à la solde de Valon? Est il vraiment un ancien du RAID? Pourquoi en veut il autant à Ben? D'un autre côté il y a David, un policier qui va mettre Ben dans une situation encore plus délicate . Non seulement il lui fait de l'ombre au niveau des filles mais en plus il se fiche ouvertement de lui et de ses capacités. Il apporte lui aussi un touche d'humour et d'action non négligeable à l'intrigue.
Bref, si vous souhaitez passer un très bon moment de lecture , n'hésitez pas à découvrir cette histoire rocambolesque qui nous permet d'avoir un roman plein de suspense, d'humour, d'amour, de glamour et d'action. Gabriel Katz a réussi à nous emporter dans son monde avec des personnages hauts en couleurs qu'on n'est pas prêts d'oublier et qui vont vous faire rire . Un roman de Noël comme je les aime.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Tatooa
  28 décembre 2018
Léger et pas prise de tête, voilà une lecture parfaite pour Noël !
C'est bien écrit, amusant (même si Ben est un boulet), et les pages se tournent sans même y prendre garde, et pouf, c'est fini !
On est loin des romans à rallonge, l'action est ininterrompue, voire trop rapide par moments, mdr, on aura tout vu !
C'est un petit roman à la "Legardinier", pas aussi bon mais loin d'être mauvais (le retournement de situation quand Ben se trouve avec David, j'ai adoré), et j'ai vraiment apprécié le voyage, d'autant que les descriptions de Bangkok correspondent pas mal à celles que m'a fait l'homme quand il en est revenu !
Bref, c'est frais, c'est léger, ça se lit sans faim et sans soucis ! Il faut juste "oublier" l'auteur de fantasy derrière ce nouveau genre, moi j'aime les auteurs qui prennent des risques, bravo Gabriel (et merci pour le dessin (le motard, mdr !) et la dédicace, j'ai un ami en or à Brives, je sais ! ;) )
Commenter  J’apprécie          100
Lire-une-passion
  19 juillet 2016
Encore dans mon moment « lectures détentes », j'ai décidé de sortir ce livre de ma PAL, qui n'y est pas depuis longtemps. J'avais entendu de très bons retours, et il me faisait envie depuis longtemps (et pis en plus, j'ai un dragon de noël, dessus!). Et je dois dire que j'ai passé un très bon moment de lecture et Benjamin a un sacré karma de merde ! J'ai beaucoup ri, et c'était ce dont j'avais besoin !
Benjamin est un acteur qui n'arrive pas à décrocher de rôles, et donc qui n'a pas assez d'argent pour payer son loyer. Quand on lui propose de faire le père Noël à la période des fêtes, il accepte, mais sans grande conviction. Ce sera juste un dur moment à passer, en compagnie de garnement qu'il n'apprécie pas plus que cela. Mais il ne pensait pas que ce job lui ferait croiser le regard de Victoire, une belle jeune femme dont il tombe immédiatement sous le charme. Ce qu'il ne savait pas non plus en s'approchant d'elle, c'était qu'elle était mariée à un mafieux albanais, non, que dis-je, LE mafieux albanais ! Dès lors, sa vie bascule et il se retrouve dans un cercle vicieux, dont il va devoir en sortir... vivant ou mort.
J'ai été transportée dans ce roman dès les premières pages. On sent que ce livre est bourré d'humour et de sarcasme et que Benjamin s'est fichu dans une panade pas possible. Et c'est cela qu'on aime, parce que justement on veut savoir comment il va s'en sortir, et si cette rencontre fortuite peut mener à quelque chose. Benjamin est un peu le personnage badass que tout le monde prend en pitié. Il prend les choses comme elles viennent, joue de sarcasme et surtout, ne se prend pas au sérieux. Il sait – enfin il se doute – qu'il est un acteur raté, ce qui ne l'empêche cependant pas de tenter tous les castings qui se présentent à lui.
Victoire, elle, est aux antipodes de Benjamin. Elle a des sous, est mariée au plus mafieux des hommes, mais a soif de liberté. Elle trouve en Benjamin une sorte d'échappatoire et ne peut s'empêcher de se servir de lui pour s'en sortir. Même s'il n'est qu'un objet pour lui, il n'empêche qu'on ressent une certaine attirance. Malgré tout ce qu'elle montre, elle s'attache à lui, mais ne le montre pas de la bonne manière.
C'est un trhiller vraiment humoristique que nous propose l'auteur, et je ne compte pas le nombre de fois où j'ai gloussé sans m'en empêcher. Benjamin a vraiment un fichu karma, et l'auteur ne cesse de nous le prouver. Sa quête de liberté l'amène même en Thaïlande, où ses problèmes sont loin de s'arranger. Outre le fait que ce soit un thriller, l'auteur nous embarque dans son aventure et nous fait voyager dans un pays inconnu (du moins pour moi). Bon, il est vrai que les lieux qu'il nous présente ne donnent pas forcément envie, mais la plage, le soleil et la chaleur font malgré tout rêver.
Mais outre ces deux personnages, j'avoue que j'ai eu un attachement inattendu pour un autre : Marco. Bourru, violent et qui lance des éclairs dès que Benjamin se rapproche trop de Victoire, j'ai craqué pour sa psychologie et son humeur massacrante. N'allez pas chercher trop loin : j'adore les badboy, et pour moi, il en fait partie ! Mais derrière ce côté garde du corps bourru, se cache quelque chose d'autre, qu'il faut apprendre à décortiquer. Mais surtout, être patient, car il ne se dévoile pas tout de suite.
En résumé, c'est un roman que j'ai pris plaisir à découvrir, avec beaucoup d'humour et de dérision. Les pages se tournent toutes seules, et quand on arrive à la fin, on est déçu d'y être, parce qu'on aurait bien continué encore un peu. Bon, j'avoue que j'ai été frustrée du choix de l'auteur, mais nous n'avons pas voix au chapitre ! Néanmoins, le livre se termine parfaitement, car la dernière phrase m'a beaucoup fait rire et est en quelque sorte un très bon résumé de toutes ces aventures rocambolesques qui vit Benjamin en à peine quelques jours !
Justine P.
Lien : http://lireunepassion.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
aideraider   20 août 2017
Le kanun , donc , est l'équivalent albanais de la vendetta , qui ferait passer les siciliens pour des compagnons d'Emmaus. C'est le code de l'honneur puissance mille. Et c'est au nom de cette sympathique tradition que les albanais s'exécutent de père en fils , sur sept générations. En gros, si ton arrière -arrière -grand père a tué mon arrière -arrière -grand oncle en 1895 , même par accident, nos familles se flingueront jusqu'à la fin des temps. Tout le monde y passe , y compris les enfants , du moment qu'ils ont " la taille d'un fusil debout " . L'histoire ne précise pas s'il s'agit d'un grand ou d'un petit fusil, mais on ne va pas pinailler pour des mesquineries.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
zontazonta   16 septembre 2017
— Mais je t'ai demandé de me rapporter un flingue, pas une antiquité!
— Antiquité?
— Ça se voit, non? aboie-t-il en m'agitant le pistolet sous le nez. C'est une pièce de musée, ce truc. Une vieille mécanique qui marche quand elle veut, et qui s'enraye tous les trois coups.
— Le mec m'a dit que c'était un très bon prix pour un P38.
— mais c'est un bon prix! Sauf que ça s'expose sur une cheminée! Tu sais pourquoi ça s'appelle P38? Parce que c'est le modèle trente-huit. Mille neuf cent putain de trente-huit.
Ah oui, quand même. Si cette arme n'était pas notre seule chance face à dix tueurs albanais, je trouverais ça tordant.
— J'aurais dû prendre le Luger.
À ma grande surprise, Marco éclate de rire, un rire nerveux et communicatif, qui finit par me prendre aussi.
— C'est la caméra cachée, renifle-t-il en s'essuyant les yeux.
— Laisse-moi deviner : c'est aussi une vieillerie?
— Le Luger, c'est P08.
Mille neuf cent huit donc. Un peu plus, je lui rapportais un mousquet avec les initiales de d'Artagnan dessus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
SioSio   19 décembre 2015
Non, je n'ai pas de traîneau. Ni de rennes. Ni d'elfes, ni de lutins, et j'aimerais bien qu'on arrête de me demander où est mon atelier, parce que j'ai pas d'atelier. On pourrait croire, avec ce costume en feutrine rouge qui me fait suer comme un boeuf, mais non, je ne suis pas le Père Noël. Si j'étais le Père Noël, je serais sur un toit, dans le ciel ou en Finlande, n'importe où sauf ici.
- Bonjour ! Comment tu t'appelles ?
Silence. Encore un qui ne sait pas comment il s'appelle ou alors c'est le costume qui l'impressionne. Il se tortille, se met un doigt dans le nez, et c'est la mère qui me chuchote son nom à l'oreille.
- Est-ce que tu as été sage, gamin ?
Silence. A voir la tête de la mère, soit il n'a pas été sage, soit je n'ai pas compris son nom. Bien sûr. Personne ne s'appelle Gamin. Mais au rez-de-chaussée du Printemps, trois jours avant Noël, avec une file de vingt mioches qui couinent en attendant leur tour, ce n'est pas toujours facile de tendre l'oreille.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
TatooaTatooa   26 décembre 2018
- Pas de panique, dit-elle en paniquant. Planque-toi dans la salle de bains. Non, pas la salle de bains. Et puis non, habille-toi, attends ici, moi j'occupe la mamie et toi tu te faufiles dehors. Ok ?
(Victoire à Ben)
Commenter  J’apprécie          60
TatooaTatooa   27 décembre 2018
A cet instant j'aime tout et tout le monde, y compris ce temps de merde, et ma boite aux lettres que je devine pleine à craquer de relances du Trésor Public. Ce n'est qu'au moment de perdre les choses que tu comprends que non, tu n'es pas malheureux.
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Gabriel Katz (20) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gabriel Katz
Christophe Arleston vous présente les trois premiers titres de Drakoo, la maison d'édition de bandes dessinées dédiée aux genres de l'Imaginaire. Seconde partie : La Pierre du chaos, le récit de Dark Fantasy scénarisé par Gabriel Katz, dessiné par Stéphane Créty et colorisé par Leonardo Paciarotti Plus d'infos : bit.ly/PierreDuChaosBD
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Pièces de théâtre, poèmes et romans français du XIXième siècle !

Laquelle de ces pièces ne s'inscrit pas dans ce qu'on appelle vers la fin du XIXième comme "drame romantique" ?

Ruy Blas, Victor Hugo
La Dame aux Camélias, A. Dumas fils
Lorenzaccio, Musset
Ubu Roi, Alfred Jarry

10 questions
179 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature française , xix-xxè , romantismeCréer un quiz sur ce livre
.. ..