AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9791037504630
234 pages
Les Arènes (26/08/2021)
3.13/5   16 notes
Résumé :
« Je pourrais vous détruire. Un seul de mes regards pourrait vous briser. Pourtant, en dépit du danger, vous revenez. Nuit après nuit, tous autant que vous êtes, vous revenez écouter mes enseignements. J’ai apporté le Chaos comme une règle, la destruction comme un avenir valable. Comment pourriez-vous résister à la morsure de ma voix, vous, ombres pâles que le jour rejette sans cesse ? »

Ainsi parle Jacob, énigmatique prophète à la t... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
3,13

sur 16 notes
5
2 avis
4
4 avis
3
1 avis
2
2 avis
1
1 avis

JonathanHerbrecht
  08 septembre 2021
Une lecture hors norme. Une déflagration constante à chaque chapitre, mais aussi une explosion littéraire d'inventivité et d'une qualité rare. L'écriture est d'une finesse et d'une profondeur déconcertantes, mais ces phrases ciselés sont aussi un moyen de pouvoir supporter la violence totale et sans fard qui baigne la totalité du texte.
Il faut, donc, prendre le temps de bien saisir chaque métaphore et choix de langage, c'est aussi ici que se cache l'(in)humanité tout entière, chez Sylvain Kermici.
L'horreur tentaculaire qui traverse les pages comme elle traverse les couloirs labyrinthiques où se perdent les protagonistes est à l'image de la structure même de l'histoire, où les chapitres sont numérotés à l'envers, du plus grand vers le plus petit. Une très belle découverte, marquante et inoubliable.
Commenter  J’apprécie          310
LabiblideVal
  18 novembre 2021
Bienvenue au Leviathan, un cinéma établi sur au moins trois niveaux, dans lequel se retrouvent des sadiques, des prostituées, des mafieux, et les adeptes d'un gourou nommé Jacob. le vice est à chaque étage et les films porno projetés sont réservés à un public averti. Franck, Elsa et d'autres viennent chercher un « je ne sais quoi » de subversif dans ces lieux où la violence et l'immoralité s'éclatent.
« Qui oserait affirmer que la douceur et l'amour ont présidé à l'apparition de la vie ? Qui oserait affirmer que la vie et la violence sont deux choses distinctes ? » Jacob, le gourou, se la joue philosophe, assassin du complexe d'Oedipe et de tant d'autres troubles de l'enfance. Lecteur, accroche- toi.
« Les gens ont tort de se plaindre des sociétés capitalistes modernes. Elles sont l'image parfaite de la psyché humaine : brutales, cannibales, autoritaires, profondément injustes et inégales, malgré d'apparentes velléités, disons humanistes, auxquelles personne ne croit d'ailleurs. Elles sont d'autant plus fortes qu'elles demeurent instables. le Tout se nourrit du chaos de l'Un. » L'injustice, cette excuse universelle de vengeance, de violence, de rébellion et de chaos. Nous sommes ici au- delà. Mais le discours proposé n'est jamais analysé ni remis en question. Il est juste le prétexte, la justification de tout acte violent.
Au final, un livre que j'ai survolé, bien trop éthéré, bien trop fataliste et vain. Les phrases et les chapitres sont courts, alors les pages se tournent très vite, mais moi, je suis restée sur ma faim. J'aurais aimé trouver des analyses, un éclairage, aux propos souvent scandaleux, aux actes glauques. Mais non, la violence est ici gratuite, et cela juste « parce que » comme répondraient des gamins de sept ans. Dommage…
Merci néanmoins à Babelio pour la Masse critique et aux éditions "Les Arênes" pour l'envoi du livre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Killing79
  24 novembre 2021
Il y a des livres dont on ne sait rien mais dont le visuel nous attire. « Pandémonium » est de cette espèce et il m'a tout de suite intrigué. Je ne savais pas du tout à quoi m'attendre en débutant cette lecture et je n'ai pas plus de certitudes après l'avoir refermé.
Dès les premières lignes, j'ai pris conscience de la singularité du texte. L'histoire nous entraine dans une folle descente vers les abysses d'un monde lugubre. le décor est sombre, les lieux infréquentables, les personnages complètement dérangés, le tout contrôlé par un esprit omniscient qui règne en maître. L'atmosphère de cette aventure est posée.
L'enchaînement des chapitres jongle entre les protagonistes. On y croise des pervers, des tueurs, des tortionnaires, des âmes égarées, des sados, des masos. Ils se retrouvent au même endroit, au même moment, le carnage peut commencer. Des scènes brutales et malsaines, qui n'ont aucun lien entre elles si ce n'est leur désespérance, se succèdent dans une cacophonie scénaristique. Rien ne nous est épargné dans les descriptions et on se prend ces instincts bruts en pleine face. La narration est sans filtre et sans limite. Autant vous dire que vous ne trouverez pas la lumière au bout de ce profond tunnel.
Ce roman est une expérience tellement déconstruite et violente qui laissera peut-être des lecteurs au bord de la route. Pour ma part, à la sortie de cet univers, c'est la perplexité qui prédomine. J'ai du mal à définir ma lecture tant sur le contenu que sur mon ressenti. Je peux juste vous dire que les 200 pages à la plume incisive m'ont percuté de plein fouet et m'ont laissé groggy. Il ne vous reste plus qu'à tenter vous-mêmes ce voyage littéraire surréaliste. Je peux vous garantir avec certitude qu'il ne vous laissera pas de marbre !
Lien : https://leslivresdek79.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Aderu
  14 septembre 2021
Attention ça tache !
Dans ce livre, où ça bute, baise et se branle à tout-va, il faut avoir le coeur bien accroché pour s'aventurer au fil des pages dans les entrailles du Leviathan, cinéma-complexe à la gloire du sexe et de toutes ses manifestations. Mais aussi quartier-général d'une branche de l'Hydre, organisation criminelle de premier ordre, dirigée par un prophète du chaos : Jacob. Il délivre ses sentences cyniques, crues et incisives depuis un trou dans un coin de la gigantesque toile de la salle. L'on se presse pour venir entendre sa parole qui détonne, sans prêter attention aux corps, parfois déjà cadavres, qui vont et viennent de derrière la toile.
Dans ce roman où ça déglingue, dégomme et dégoupille à chaque page, il faut aimer l'action et les corps repoussés dans leurs retranchements. Que ce soit pour des raisons de plaisirs ou des objectifs de morts.
Le temps d'une nuit où tout doit basculer, la faune du Leviathan va se mouvoir sous vos yeux, entre tueurs et hommes de mains venus régler son compte à ce Jacob qui prend trop de place.
Sorte de série B (ou Z) mais écrite avec panache et talent, peuplée de personnages tout à faits mémorables et que l'on découvre au gré des pages, en suivant des fils narratifs inattendus, tour à tour amusants ou effrayants.
Cynique, nerveux et pétaradant, ça cingle, ça gicle, ça fuse. le verbe de Sylvain Kermici est jouissif et cette petite virée en enfer a tout du divertissement réussi, pour peu que l'on supporte les effusions de sang, de sueur et de sperme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
AnneCeCousinesdelectures
  11 novembre 2021
Chaque nuit, au sein du vieux cinéma qu'est le Léviathan, ils viennent écouter la parole de Jacob et assouvir leurs plus bas instincts.
L'histoire se déroule sur une seule nuit et offre une galerie de personnages, tous plus âbimés et désespérés les uns que les autres.
Vincent, Jeanne, Franck, Elsa et les autres, tous viennent comme hypnotisés et en transe au Léviathan chercher leur dose de quelque chose, leur shoot de Jacob, vivre la nuit ce que le jour leur refuse.
Jacob et ce statut de gourou mystique qui attire les convoitises, si bien qu'une attaque du cinéma s'organise pour déboulonner Jacob et prendre sa place derrière le rideau.
La violence, le sexe, les morts, rien ne m'a gênée dans cette histoire de pouvoir hallucinante et hallucinée.
Si je n'ai pas réussi à entrer dans l'univers de ce livre, nul doute qu'il trouvera ses lecteurs et qu'il faut saluer le style de l'auteur.
A réserver à des lecteurs avertis
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
AderuAderu   02 septembre 2021
Il vivait encore chez sa mère, une bigote d'une rigidité si vindicative qu'il était remarquable qu'une créature ait pu s'échapper d'entre ses jambes, et plus remarquable encore qu'une autre, neuf mois plus tôt, et quel que soit le degré d'alcool, ait éprouvé le désir d'y entrer. Elle avait beau rouiller sa mort dans le fauteuil télévisé, elle surgissant à tout moment dans sa chambre, dans l'espoir de surprendre quelque acte pervers qui aurait justifié le flot de ses imprécations. (23)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
AderuAderu   03 septembre 2021
Croyez-moi, on devient adulte par résignation et conformité à la règle, alors aue l'enfant, lui, est capable de boire votre sang en ricanant. Si le monde tournait rond, les prisons seraient remplies exclusivement de mineurs polymorphes dont le credo est de détruire et de jouir sans entrave. (60-61)
Commenter  J’apprécie          30
AderuAderu   02 septembre 2021
Alors j'ai levé le couteau. Trois coups ont suffi. Après le premier, plus de haine. Après le deuxième, la conscience de soi. Après le troisième, le début de la liberté. J'ai gagné ma liberté. Suivez mon exemple. Écoutez la voix du déchirement. Tuez vos parents avant qu'ils ne vous tuent. C'est la loi de la Nature... (16)
Commenter  J’apprécie          20
AderuAderu   09 septembre 2021
Quelques mois plus tard, vous vous retrouvez avec cette créature vagissante dans vos bras, d'une laideur affirmée, dotée d'une belle aptitude à la nuisance et au chaos, ce que je ne peux que saluer bien bas. L'image des anges est d'une justesse étonnante : ce sont les parfaits alliés de l'Apocalypse. (127)
Commenter  J’apprécie          20
LabiblideValLabiblideVal   18 novembre 2021
Les gens ont tort de se plaindre des sociétés capitalistes modernes. Elles sont l'image parfaite de la psyché humaine: brutales, cannibales, autoritaires, profondément injustes et inégales, malgré d'apparentes velléités, disons humanistes, auxquelles personne ne croit d'ailleurs. Elles sont d'autant plus fortes qu'elles demeurent instables. Le Tout se nourrit du chaos de l'Un.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Sylvain Kermici (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sylvain Kermici
« Nous avons tous un rapport névrotique au réel » (Sylvain Kermici) Découvrez Sylvain Kermici, l'auteur de « Hors la nuit », paru en octobre dernier dans la collection...
Attention Spoilers !
autres livres classés : chaosVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2418 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre