AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2867469465
Éditeur : Liana Lévi (24/08/2017)

Note moyenne : 3.91/5 (sur 29 notes)
Résumé :
Paris, 1310, quartier du Marais. Au grand béguinage royal, elles sont des centaines de femmes à vivre, étudier ou travailler comme bon leur semble. Refusant le mariage comme le cloître, libérées de l'autorité des hommes, les béguines forment une communauté inclassable, mi-religieuse, mi-laïque. La vieille Ysabel, qui connaît tous les secrets des plantes et des âmes, veille sur les lieux. Mais l'arrivée d'une jeune inconnue trouble leur quiétude. Mutique, rebelle, Ma... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
Orzech
  08 octobre 2017
J'aime le Moyen-Âge et sans être une experte, c'est ma période préférée de l'histoire. C'est peut-être pour cette raison que ce roman a attiré mon attention parmi l'avalanche de nouveautés de la rentrée littéraire. J'ai eu la chance d'assister à une séance de dédicaces précédée d'une petite présentation du livre par l'auteure. Aline Kiner a parlé de son dernier roman avec beaucoup de passion et m'a donné encore plus envie de le découvrir.
Je suis assez sensible à tout ce qui touche à la liberté de la femme. Des béguines je ne savais pas grand chose, c'est donc avec beaucoup d'intérêt que je me suis plongée dans l'univers de cette communauté laïque créée par le roi Saint Louis qui lui accordait des libertés et des privilèges plutôt rares pour cette époque.
Aline Kiner construit son histoire autour de personnages fictifs et réels au moment où cette liberté est menacée par le pouvoir grandissant de l'Inquisition et des clercs qui "n'acceptent pas qu'il y ait parmi les béguines des personnalités cultivées, lesquelles s'emparent des écritures et de la prédication." C'est pour avoir écrit "Le miroir des âmes simples et anéantis" que Marguerite Porete, une des béguines, est brûlée vive sur la place de Grève à Paris en 1310, l'année où cette histoire débute. le béguinage parisien prospère plutôt bien, on fait connaissance avec nos héroïnes auxquelles forcément on s'attache. On aime Ysabel pour sa sagesse et son érudition d'herboriste, la dame Ade pour sa discrétion et sa délicatesse et enfin Maheut la Rousse pour sa fougue et son indépendance.
J'ai adoré cette promenade littéraire sur les traces des béguines parisiennes au temps de Philippe le Bel. L'intrigue est prenante, le contexte historique est très bien dépeint et l'écriture d'Aline Kiner est subtile et soignée. C'est plein de saveurs et de parfums de l'époque, on y trouve du raffinement et de la barbarie, du savoir et de l'obscurantisme. C'est un très beau roman sur la condition de la femme au Moyen-Âge et cette communauté libre. Il existe très peu de sources sur les béguines mais l'auteure a su très bien les exploiter pour écrire une histoire à la fois passionnante et enrichissante.
Lien : https://edytalectures.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
MelleFifi
  18 juillet 2017
A Paris, janvier 1310, Ysabel est veuve et a choisit de se retirer dans un béguinage parisien. Sa connaissance des plantes lui permet d'officier à l'hôpital du béguinage. Elle accueille, Maheut, une jeune fille aux abois. Elle tente de nouer un lien avec celle-ci. La jeune fille a pour particularité d'être rousse, ce qui, à l'époque, n'est pas de bon augure et un peu trop voyant et reconnaisssable. Peu à peu la confiance s'installe et la jeune fille reprend pied. Cependant, un lourd secret la contraint à rester cachée au béguinage. Elle s'est enfuit de chez elle et ne souhaite pas être retrouvée...
Le béguinage est une communauté de femmes qui vivent ensemble mais dont les membres ne forment pas de voeux. Elles travaillent et sont autonomes. Ce qui leur posera des problèmes au moment de l'inquisition. C'est ainsi que l'on assistera au procès de Marguerite Porète qui a ecrit "Le miroir des âmes simples", écrit totalement incompris des religieux de l'époque. le livre sera détruit à l'exception de quelques rares exemplaires. Elle est donc soupçonnée d'hérésie et brûlée vive.
C'est à cette occasion de le Franciscain Humbert croise le chemin de Maheut et de Ade... entre poursuite et fascination le destin est parfois surprenant.
Roman construit en trois parties, nous suivrons l'histoire de ces femmes pendant 5 années. Ce qui nous permet de découvrir Paris au 14e siècle et la liberté de ces femmes qui vivent ensemble en une communauté plutôt soudée, fondée sur l'entraide et la protection.
L'auteur nous plonge dans cet univers rude mais parfois aussi emprunt d'une douce sensualité...
Un très beau roman historique et une belle histoire. Une belle découverte de ce monde méconnu. Une belle écriture qui embarque le lecteur dès les premières lignes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
nathaliebullat
  08 octobre 2017
Résumé Nathalie Bullat 8 Octobre 2017
Tout d'abord je vous recommande cette maison d'Edition, Liana Levi. C est grâce à elle que j'ai découvert les romans de Iain Levison avec l'excellent «un petit boulot ». C'est aussi chez elle qu'a été traduit le célèbre mal de pierre de Milena Agus ( roman porté à l'écran).
Quel plaisir de découvrir avec la nuit des Béguines une écriture si délicate et si subtile sur un sujet difficile et peu connu !
Retournons à l'époque des »Rois Maudits» . Nous sommes à la fin du règne tourmenté de Philippe le Bel, ses litiges avec le pape, l'Inquisition, le procès des Templiers et leur exécution. Et parmi toutes ces violences on trouve au XIVème siècle les Béguinages, des lieux où douceur et beauté existent, où l'on sait écouter la nature, où l'on protège les femmes en détresse. Charité et spiritualité en constituent le fonctionnement.
Vous connaissez l'histoire des Béguinages ? Créés par Saint louis, ils permettaient aux femmes ni épouses, ni religieuses de vivre librement dans un Moyen-âge où la religion avait une place prépondérante.
Alice Kiner nous raconte l histoire de trois Béguines vivant dans le quartier du Marais de 1310 à 1315 : la vieille Ysabel, Ade, une jeune veuve et Maheut la rousse qui veut échapper à un mariage imposé. Leur vie se partage entre soins aux malades, étude des plantes, broderie, jardinage et prières. Elles sortent et reçoivent des amis. Vous longerez les rues étroites du Marais, vous croiserez les boutiques d'étoffes luxueuses des marchands lombards mais aussi d'autres ruelles surpeuplées et bruyantes. Vous découvrirez les recettes de cette époque où les champignons sont frits dans la graisse d'oie, et où cannelle et amandes se diluent dans le Verjus !!
Mais la liberté de ces femmes est menacée. Elles dérangent surtout depuis la parution d'un livre interdit écrit par Marguerite Porete. Celle-ci comme les Templiers finira sur le bucher.
Vous suivrez les destins de ces trois femmes dont le statut de Béguine risque fort d'être prohibé et condamné. Pour le Pape elles sont coupables d'un double refus d'obéissance : au prêtre et à l'époux !!!!
C'est un livre original très documenté qui vous plongera dans l' Histoire.
IL vous donnera envie de vous promener dans le vieux Paris rue de la Verrerie, rue du Temple, traverser le pont aux Changes, remonter la rue St-Jacques en imaginant ce Moyen-âge si mouvementé où déjà les étudiants de la Sorbonne luttaient contre l'obscurantisme et réclamaient une réforme de l'Eglise. Passionnant !!!!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Lesratsdebib
  29 septembre 2017
Pour cette rentrée littéraire 2017, je surveillais de très (très) près les publications des éditions Liana Lévi. L'an dernier, c'était grâce à eux que j'avais eu mon (gros) coup de coeur avec Désorientale de Négar Djavadi (si vous ne l'avez pas lu, je vous le conseille fortement, vivement, assurément, hautement!). A ma grande joie, je suis tombée sur La Nuit des Béguines, un roman historique qui plus est ( ça me change un peu ) ! le décor est planté dans le béguinage du quartier du Marais, à Paris, en 1310. On suit le destin de trois femmes : Ysabel qui recueille un soir une jeune fille à la chevelure flamboyante (par la suite, nous apprendrons que son doux petit nom est Maheut. Maheut la Rousse. Ah, on est dans l'originalité de l'époque!), blessée et traquée. Avec l'aide de la jolie béguine Ade, elles vont tout faire pour la cacher. Néanmoins, cette rencontre va chambouler leurs vies...
Je vous casse de suite votre suspense – pas de jets de pierres s'il vous plaît – je ne suis pas sur un même gros coup de coeur que l'an dernier -en même temps ce sont deux livres différents – MAIS – d'où le non jets de pierres, surtout que Pierre n'est peut-être pas d'accord d'être balancé ainsi – on est sur une bonne lecture historique (un peu) féminisme CAP-TI-VANTE !
Le contexte historique est passionnant, ne serait-ce qu'en apprendre sur le béguinage et tout ce qui s'est passé pendant plusieurs années, ses problématiques prises dans l'ensemble (trois rois successifs, l'évolution dans le rapport de pouvoir entre l'État (le roi) et l'Église (le pape), les moeurs de l'époque). Si vous aimez l'histoire et êtes intéressé(e) par cette époque, foncez !
Si vous êtes un peu féminisme dans l'âme, le fait de suivre en particulier trois destins de femmes, et en plus général les béguines, cette histoire va vous intriguer comme il se doit. Et oui, quand on y pense, elles avaient une place privilégiée dans la société (pas (re)mariées, ni nonnes), elles étaient autonomes et indépendantes, bien évidemment, cela a vite dérangé certains...
Par contre si vous cherchez du rebondissement comme dans les Piliers de la Terre de Ken Follett, vous risquez d'être déçus (comme moi...) Rien de catastrophique en ce qui me concerne, parce que j'étais captivée par ma lecture, c'était toujours agréable de me plonger dedans, cependant j'aurais bien aimé avoir ce petit piment d'intrigue, de rebondissements...non pas qu'il n'y en a pas mais on n'est pas sur un fort degré d'intensité (selon mon propre ressenti).
Étant en mode « chipoteuse », j'en profite aussi pour signaler que la fin...me laisse sur un étonnement du style « Ah c'est déjà fini ? Ça se termine ainsi ? Moi j'aurais bien continué encore un peu avec Ade, Ysabel, Maheut...on ne peut pas encore totalement me laisser comme ça...si ? Snif ! »
A part ces petits points, ce fut un vrai plaisir de lire ce livre ! Et une belle découverte !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Zarps
  13 juillet 2017
Le roman historique est un art bien difficile qui a pour maître-étalon Alexandre Dumas. Donc, j'en lis peu pour ne pas être déçu, et j'attends que l'on me conseille ceux qui valent le détour.
La nuit des béguines vaut le détour. Le style est fluide, les images sont jolies, sans pour autant brosser un Moyen Age idéal.
C'est une époque rude où tout manquement à la loi de l'Eglise peut vous envoyer (au choix) au piloris, en prison, sur le bûcher. Où une mèche rousse dépassant d'un foulard inspire la crainte. Où une femme n'est bonne qu'à se marier, avec ou sans son consentement.
Et pourtant, les personnages principaux sont des femmes libres : des béguines. Ni épouses, ni moniales, elles vivent dans une certaine autonomie, entre elles, se portent assistance, travaillent.
Nous suivons tout au long du texte, Maheut, Ade et Ysabel qui vivent la nuit des béguines, les dernières années d'un ordre progressiste, le dernier souffle de liberté.
L'histoire est assez classique, mais la thématique ne l'étant pas, ce roman se lit d'une traite et avec grand plaisir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

Les critiques presse (2)
LaCroix   29 septembre 2017
Si cet ouvrage a la forme d’un roman historique classique, tant par sa narration que par la manière dont l’auteure mène l’intrigue en alliant le suspense, les émotions et les retournements, le lecteur ne manquera pas de distinguer en sous-texte une seconde trame.
Lire la critique sur le site : LaCroix
Actualitte   05 septembre 2017
Passionnant, divertissant, très documenté, d’un intérêt historique, culturel et social incontestable, le roman d’Aline Kiner offre au lecteur une plongée saisissante et assez inédite dans le Moyen-Age.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations & extraits (5) Ajouter une citation
BouquineriesBouquineries   10 octobre 2017
"En comptable attentive des causalités et des contingences, Ysabel sait cela : quelle que soit la petitesse de chacune de nos vies, elles relèvent toutes d'un vaste ensemble, les mouvements et les troubles de l'âme dépendent de ceux du monde, la violence ne s'arrête pas à ceux qu'elle vise, elle rebondit comme un caillou sur l'eau dure et frappe, frappe encore, les peurs collectives des bassesses individuelles, les grandes ambitions se conjuguent aux plus médiocres. Juliotte est morte, enterrée, l'enquête n'a rien donné. A-t'elle été choisie parce qu'elle été béguine, ou simplement parce qu'elle était femme ? Peu importe. son destin s'inscrit dans tout ce qui a précédé et dans tout ce qui suivra. "
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
OrzechOrzech   08 octobre 2017
...quelle que soit la petitesse de chacune de nos vies, elles relèvent toutes d'un vaste ensemble, les mouvements et les troubles de l'âme dépendent de ceux du monde, la violence ne s'arrête pas à ceux qu'elle vise, elle rebondit comme un caillou sur l'eau dure et frappe, frappe encore, les peurs collectives s'amplifient des bassesses individuelles, les grandes ambitions se conjuguent aux plus médiocres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          91
amontionamontion   07 octobre 2017
De même que l'éloignement que, par prudence, ils se sont imposé et dont on connait le pouvoir : chaque détail se voit convoqué sans cesse par l'esprit qui manque de quoi se nourrir, chaque geste et chaque regard déformé comme sous un lentille, chaque mot chargé de ceux qui n'ont pas été prononcés.
Commenter  J’apprécie          10
MelleFifiMelleFifi   02 juillet 2017
Les valets de chambre du roi découpèrent alors le cadavre de leur maître membre par membre et le firent cuire si longtemps dans un mélange de vin et d'eau que les os tombèrent blancs et nets de chair sans qu'ils eussent besoin, pour les nettoyer, d'employer la force.
Commenter  J’apprécie          30
laurannslauranns   30 août 2017
«La rose blanche pour purifier les passions, l'armoise pour chasser les mauvaises pensées, la sauge qui guérit tout, panacée des panacées.»
L'oraison silencieuse dont elle accompagne chacun de ses soins. Pas vraiment une prière, mais Dieu sait ce qu'il en est. Sa grand-mère Leonor faisait de même pour renforcer le pouvoir des plantes.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Aline Kiner (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Aline Kiner
La nuit des béguines, d'Aline Kiner
autres livres classés : BéguinesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle






Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1018 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre
. .