AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2072728843
Éditeur : Gallimard (23/08/2018)

Note moyenne : 4.11/5 (sur 32 notes)
Résumé :
Au début du XIe siècle, la jeune Vigdis, issue d'une puissante famille de Rouen, se convertit au judaïsme par amour pour David, le fils du grand rabbin de Narbonne. Le couple se réfugie à Monieux où il a trois enfants et mène une vie paisible. Mais les croisés font halte dans le bourg, tuent David et enlèvent les deux aînés. Vigdis, restée seule avec son bébé, part à la recherche de ses enfants.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (23) Voir plus Ajouter une critique
Pancrace
  29 juillet 2018
Encore l'amour, toujours l'amour… Avec David tu t'enfuiras exquise Vigdis, jeune femme de 1090.
« Passe ton chemin, choisis un autre homme, échappe à ce sort, fuis ce qui t'attire. »
Oublie ce juif, petite catholique, reste en Normandie où ta famille veille sur toi.
Impossible idylle. Où que tu ailles, ils te trouveront.
Quant à nous, le narrateur et moi suivrons leurs traces de Rouen à Narbonne en apnée dans les courants troubles du haut moyen-âge et dans les profondeurs des sentiments partageant leurs émois rayonnants, leurs combats titanesques et leurs déboires ahurissants.
Étrange impression par instant d'être ramené brutalement à la surface contemporaine par une courte phrase acérée glissée dans la mosaïque des chapitres érudits, crevant une bulle de satisfaction de mille ans d'âge.
La description des paysages est fluide et figée à la fois, un peu comme les champs ondulants de van Gogh avec l'impression que les perles de peinture, comme les mots tourbillonnent immobiles.
Cette sobriété littéraire élégante est également empreinte de finesse et de charme pareillement au « Festin de Babette » où l'on se régale en le dissimulant.
La sensibilité et le sérieux l'emportent sur le grandiloquent, de même que la romance aussi scrupuleuse soit-elle laisse place parfois aux investigations de Stefan Hertmans.
Narbonne. « Ici, la fille chrétienne d'un viking devient la belle-fille séfarade de Todros grand rabbin de la France méridionale. »
Le coeur converti, Vigdis deviendra Hamoutal. le corps arrondi, Hamoutal est enceinte.
La menace grossit, nouvelle fuite du couple vers Monieux, Vaucluse.
Le rythme est soutenu, le narrateur et moi sommes rivés à l'époque d'Hamoutal heureux d'imaginer toucher dans des cryptes séculaires ce que ses doigts auraient pu effleurer. L'immersion est totale.
La vie s'est organisée, plus paisible. Trois enfants entourent le couple maintenant.
Fracture. 1096, Urbain II lance la première croisade. Libérer Jérusalem pour les croisés, s'en prendre aux juifs pour le peuple, cible plus proche et plus aisée.
« La haine au sein de la société se contracte comme un muscle. »
Horreur totale, le pogrom de Monieux gorgé de violence, saturé de rancoeur, arrache les vies ou pour le mieux les bouleverse. « On continue de respirer donc, on ne meurt pas. »
Cette fois, l'intervention du narrateur ressurgissant du présent agit comme un baume calmant partiellement l'angoisse éprouvée lors de ce massacre et de ses tristes répercussions…
Ces trois petits points recèlent la suite d'un récit intime et violent, abrupt et très touchant.
Ce roman et ses personnages vous conduiront loin de chez vous, très loin de votre époque moelleuse. Quelle vie ! « Elle irrite le coeur à éponger les pleurs jusqu'à l'infini. »
Récompense, l'auteur a su lier à sa trame romanesque dominante une myriade d'informations historiques captivantes toutes périodes confondues. Un vrai régal.
Merveilleuse machine à remonter le temps où le curseur est sur le coeur.
Merci infiniment à Babelio et aux éditions Gallimard de m'avoir permis de découvrir ce roman. Merci également de leur confiance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4712
kateginger63
  02 septembre 2018
J'entrouve tout doucement, avec délicatesse ce joli livre qui m'attire déjà par la couverture.
Un roman historique ? Oh, je vais me régaler. Alors ce recueil n'est pas vraiment un roman, ni tout à fait un témoignage, ni une chronique, ni un essai, ni un traité d'archéologie. Mais un petit peu tout cela à la fois.
*
Nous plongeons directement mille ans en arrière, à l'ère des croisades, à la fin du XIe siècle plus précisément. Puis simultanément dans le monde d'aujourd'hui à travers les différentes traces laissées là comme un témoignage inconscient.
*
Le résumé raconte l'histoire d'une jeune Rouennaise amoureuse d'un jeune homme juif de Narbonne. Qui abandonnera sa famille aisée pour suivre son futur mari aux confins de la Provence.
Ils trouveront refuge à Monieux.
Monieux ? Justement je venais de passer quelques jours cet été dans cet endroit magnifique. Mon lieu de villégiature. J'ai mis mes pas dans ceux de Hamoutal et David. Sans le savoir... N'est-ce pas une bien étrange coïncidence ? Une merveilleuse entrée en matière ?
*
Nous suivrons ce couple traverser la France du nord au sud, au péril de leur vie. En ce temps-là, la révolte gronde, la communauté juive est en danger. La jeune femme changera de religion par amour pour David et quittera tout pour lui : aisance financière, sécurité, famille, et honneur. La maternité cimente le couple.
Le pape Urbain II lance un appel pour les croisades, direction Jérusalem. le gigantesque convoi s'arrête dans la vallée fertile. Puis le chaos. La souffrance. le désarroi. le peuple juif est exsangue.
« On continue de respirer, donc on ne meurt pas. » La vie continue. Hamoutal va devoir fuir.
*
L'auteur, de nationalité belge flamande, résidant à Monieux, s'est intéressé de très près à l'histoire d'Hamoutal. Il a découvert un manuscrit, des ruines d'un quartier juif dans le village. Avec un sérieux et une grande délicatesse, il a poursuivi ses recherches jusqu'au Caire et Cambridge. Toujours dans les traces fantomatiques d'Hamoutal.
*
Le récit alterne le passé et le présent. Des rappels de présent voulus par l'auteur pour comprendre son investigation qui déstabilisent quelquefois. Puis, la surprise passée, l'histoire coule comme une source claire, abreuvée d'informations historiques captivantes telles les relations houleuses entre Juifs et Chrétiens, la genizah du Caire, l'appel du pape à Clermont à Notre-Dame du Port.
La plume d'Hertmans est majestueuse, empreinte de lyrisme alliant le romanesque au sérieux des faits réels. Je me suis laissée envoûter par cette histoire.
*
Je remercie l'auteur pour son superbe travail effectué au cours de 22 années de recherches. On sent tout l'amour et la passion qu'il a mis dans ce roman. Il immerge le lecteur avec des descriptions si vives que c'en est presque tangible. Combien de fois ai-je senti le thym, entendu chanter une cigale, goûté à l'huile d'olive ? Mais aussi parfois serré les dents, déposé quelques larmes, forci mon poing de rage. Des émotions à fleur de peau qui m'ont laissée comme vide et surtout triste et mélancolique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          402
Dixie39
  17 août 2018
Il y a presque mille ans, un parchemin était jeté dans la Guenizah du Caire, ce "trou sombre" situé dans la synagogue, où l'on jetait tout texte invoquant le nom de Dieu, car "Iahvé doit aussi le reprendre ; un être humain ne peut détruire le nom de Dieu. La lettre voltige pour rejoindre le reste, parmi les gravats et la poussière".
De nos jours, Stefan Hertmans vit à Monieux, un petit village de province où une légende court sur un trésor caché, depuis bientôt mille ans.
Ces deux évènements ont en commun un destin hors norme : celui de Vigdis, devenue Hamoutal suite à sa conversion au judaïsme par amour pour David. C'est le destin terrible de cette jeune femme que nous conte Stefan Hertmans dans le coeur converti.
Il y a deux récits dans ce livre : celui de Vigdis, dans tout ce qu'il a de romanesque et tragique à la fois - un portrait de femme comme on aimerait lire plus souvent - ; et celui de Stefan Hertmans, écrivain curieux de percer le secret du Trésor de Monieux, qui va peu à peu se trouver obséder par le destin d'Hamoutal : Démêler son histoire, en découvrir les traces, tracer et reprendre son parcours de Rouen à Monieux, en passant par Narbonne, Alexandrie, et le Caire.
"Cela paraît insensé, mais j'ai envie de voir le paysage de mes propres yeux, de m'imprégner des détails, des panoramas possibles. Je veux découvrir ce qui peut encore être visible après un millénaire. Presque rien en fait".
Envoûté par cette femme, c'est une véritable quête qu'il va entreprendre, afin de faire sortir Vigdis de l'oubli dans lequel l'a plongée le temps.
L'auteur mêle ses réflexions et l'avancée de ses recherches au déroulement de la vie d'Hamoutal. Un peu comme s'il était derrière notre épaule, guidant notre lecture, précisant au fur et à mesure la genèse de son histoire et ses choix d'écriture.
Merci aux éditions Gallimard et à Babelio pour l'envoi de ce livre : une belle découverte !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
Aela
  19 septembre 2018
L'excellent livre "Le coeur converti" de l'écrivain belge néerlandophone Stefan Hertmans nous entraîne dans la France médiévale des années 1070/ 1090, au moment où le pape Urbain II s'apprête à lancer son appel à la première croisade en 1095 à Clermont.
De fait les questions religieuses vont avoir un rôle important dans ce livre, puisqu'il va s'agir d'une histoire d'amour très délicate à l'époque, unissant une jeune femme chrétienne, descendante de Normands Vikings par son père, avec un jeune homme juif, fils du grand rabbin de Narbonne et qui étudiait à l'époque dans la yeshiva de Rouen.
La jeune femme, tombée amoureuse en dehors de son cercle, doit fuir pour éviter les représailles et va traverser la France, depuis Rouen jusqu'à Narbonne avant de devoir fuir plus loin...En effet des chevaliers, payés par le père de la jeune femme, sont lancés à sa poursuite et le couple "transgressif" risque beaucoup.
A travers cette histoire d'amour difficile l'auteur nous fait revivre toute une époque et on découvre un Moyen-Age très "réaliste" qui s'éloigne des images toute faites; des moyens de communication difficiles (il fallait un mois et demi pour traverser la France entre Rouen et Narbonne!!), mais une économie déjà relativement prospère: les cultures sont déjà diversifiées selon les régions (seigle, épeautre...), la viticulture est déjà bien développée (les vignes de Ménetou-Salon sont déjà là!)
Une époque intéressante donc, que restitue très bien l'auteur, mais une époque marquée aussi malheureusement par la violence, comme en témoignent les exactions des Croisés dans le Sud de la France lors du déclenchement de la première croisade.
L'originalité et l'attrait de ce livre c'est de montrer, en parallèle avec le déroulement de cette histoire d'amour tragique le point de vue de l'historien: à chaque étape, l'auteur nous rend compte de ses recherches historiques.
Il adopte dès le départ le point de vue d'un historien puisque c'est la découverte qu'à Monieux, petit village provençal où réside l'écrivain, un pogrom a eu lieu il y a mille ans, qui va guider ses pas.
Les héros de l'histoire ont réellement existé et Stefan Hertmans va aller lui-même sur place dans les différents lieux de l'itinéraire qu'a emprunté ce couple.
L'auteur va consulter des documents de la collection de manuscrits de l'université de Cambridge mondialement connue sous le nom de Cairo Genizah Collection (Genizah: ce lieu dans la synagogue Ben Ezra où l'on jetait tout le rebut hébraïque et les écrits qu'on ne pouvait détruire car le nom de Dieu ne pouvait l'être).
Notamment un document va faire état d'une certaine Vigdis ("déesse du combat" en langage norrois) et d'un certain David. Et un document important sera une lettre de recommandation faite par le beau-père de Vigdis rebaptisée Sarah, lettre écrite par le rabbin de Narbonne donc, pour aider notre héroïne dans ses pérégrinations.
Un très beau livre, qui se lit d'une traite, l'alternance récit/ point de vue de l'historien rehausse notre intérêt à chaque page. Un Moyen-Age troublant qui défile sous nos yeux de lecteur...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          233
mfrance
  08 août 2018
Non, ceci n'est pas vraiment un roman, ni une biographie, pas un essai, non plus qu'un témoignage et pas davantage une chronique. Alors qu'est-ce ?
C'est un objet littéraire très curieux qui nous fait plonger directement mille ans en arrière, très exactement à la fin du onzième siècle, à partir de 1091, et en même temps nous promène dans le monde d'aujourd'hui à travers les paysages et les lieux scrutés avec méthode par l'auteur dans une recherche obstinée des éventuelles traces laissées par ce lointain passé !
Il nous fait suivre les tribulations de la jeune Vigdis Adelaïs, fille privilégiée d'une famille patricienne de Rouen, qui abandonnera tout, y compris sa religion, devenant la juive Hamoutal, pour l'amour de David, étudiant à la yeshiva de Rouen et fils du grand Rabbin de Narbonne. Elle le suivra de Rouen à Narbonne "les yeux remplis de lumière et d'enchantement", faisant fi des dangers qu'elle encourt.
David et Hamoutal viendront s'installer à Monieux, au Sud du Mont Ventoux, et y vivront le meilleur de leur existence, ce que Stefan Hertmans s'emploie à nous restituer au travers d'une évocation lyrique de cette Haute-Provence pour laquelle on le sent éprouver un amour ardent. Il évoque avec tendresse cette jeune femme courageuse, prise dans les tourments de l'histoire et des bouleversements survenus en cette lointaine époque.
Car, en effet, nous voici au moment où le pape Urbain "à Clermont, prie dans la crypte de la Basilique Notre-Dame du Port, et engage le lendemain, le 27 novembre 1095, la guerre sainte en lançant son fameux appel à la première croisade" déclenchant ainsi aux cris de "Dieu le veut" poussés par la foule, des événements d'une violence qu'il n'avait pas imaginée et certainement pas souhaitée.
Ce qui s'ensuit est tout bonnement horrible.
Jeunesse heureuse foudroyée d'un coup de lance et bonheur sombrant dans le sang, Hamoutal et sa famille vont hélas se trouver au devant de la scène.
Grâce à la horde des croisés qui se livrent à un pogrom sanglant dans son refuge du Vaucluse, la jeune femme va tout perdre et se verra dans l'obligation de quitter ce havre irrémédiablement souillé et détruit par la férocité de brutes avinées et haineuses.
Elle deviendra alors cette fugitive de terre et de mer, entreprenant un périple erratique qui va l'amener de Marseille au Caire en passant par la Sicile, obstinément suivie par l'auteur qui, maniaquement, entend marcher dans ses traces et raviver le fantôme de la fuyarde.
Il n'est pas évident de se plonger dès le départ dans la fiction ordonnée autour de Hamoutal, car l'auteur par ses incessants rappels du présent, la relation de son enquête sur les lieux où la jeune femme a vécu empêche le lecteur de mille ans plus tard de s'immerger dans ce Moyen-Age si bien ranimé ! Et c'est dommage.
Cependant, on finit par apprécier ces coupures, qui forment une respiration parfois bienvenue, pour rompre le cours d'événements insupportables, et à partir de là on se laisse embarquer et on accepte, comme évident, le rythme imposé par Stefan Hertmans.
Et alors le récit de couler comme une source désaltérante qui abreuve le lecteur d'une mine d'informations précieuses pour la compréhension de cette époque, les relations entre juifs et chrétiens, le début des croisades... Tout cela nous est savamment et magnifiquement conté... et la genizah du Caire, que l'on peut comparer à un puits des souvenirs, découverte en 1864, restituera ses secrets qui vont aider l'auteur dans sa quête et lui permettre de nous rendre si présent et émouvant le destin de Hamoutal.
Shabbat shalom.
Je remercie vivement les éditions Gallimard et Babelio de m'avoir adressé en avant-première ce surprenant ouvrage à la lecture duquel j'ai pris un vif intérêt.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
Olivia-AOlivia-A   14 août 2018
Il existe encore ici de ces après-midi oniriques au cours desquels les lents nuages blancs évoquent de gigantesques dieux grecs assoupis qui, flottant à travers l'Elysée, nous donnent un aperçu du paradis. Je ressens de plus en plus le désir d'être enterré ici dans ce sol dur quand le moment sera venu. J'imagine qu'il me reste quelques années de répit puis je m'allongerais pour écouter le temps se déplacer, le bourdonnement des cyprès, le tintement de la cloche de l'église, le cri de la chouette et le gazouillis des guêpiers planant, extatiques, au-dessus de ma tombe, avec ce bleu intangible au-dessus de mes yeux devenus aveugles.
Le monde tourne, mais quand on retient un instant sa respiration, il s'immobilise.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
AelaAela   19 septembre 2018
Elle va prier le matin dans la petite chapelle et demande au dieu des Chrétiens de lui pardonner d'appartenir à présent au dieu juif. Mais elle sait qu'elle implore toujours le même dieu: cette voix désespérée, secrète, au plus profond d'elle- même.
Commenter  J’apprécie          150
Olivia-AOlivia-A   14 août 2018
Marseille est inondée d'un soleil éblouissant. Je me promène parmi des jeunes branchés aux vilains tatouages et des Ethiopiens vendant de fausses Ray-Ban. Je traverse le marché arabe bigarré avec ses poulets vivants et une odeur prégnante de marihuana, de menthe, de morue, d'olives et de cannelle. L'eau coule sur les vieux pavés dans l'ombre bleue, les platanes amassent la poussière. J'ai envie d'un café fort et la tentation de recommencer à fumer me brûle la gorge. Je pense aux ports de l'autre côté, on ne peut pas faire autrement ici. J'ai envie de monter dans un bateau et de disparaître de ma propre vie. Dans mon journal du matin, je lis le énième article à propos de dizaines de noyés devant les côtes de la Grèce.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
mfrancemfrance   08 août 2018
Dans la fumée des foyers allumés pour brûler les ordures, je sens de l'encens et de la myrrhe, le feu du monde ancien. J'éprouve la curieuse envie de traîner ici, d'entrer quelque part, de m'asseoir pour ne plus me lever ; puis je me rends compte que je suis indiscret et dois poursuivre ma route. Mais ces quelques centaines de mètres à travers ce quartier très ancien me marqueront à jamais comme un voyage court, intense, à travers le temps, pendant lequel j'ai respiré, senti et vécu quelque chose qui m'a fait atterrir dans l'histoire après laquelle j'ai couru pendant tout ce temps.
Page 281/282
(Promenade de l'auteur au Caire à la recherche de l'ancienne synagogue)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   29 août 2018
Elle a beau faire de son mieux pour s’intégrer à la petite communauté, avoir un mot gentil pour chaque personne qu’elle croise sur son chemin, elle n’obtient pratiquement pas de réactions, la plupart des villageois passent à côté d’elle avec indifférence. La jeune Normande de haut rang n’y a jamais été accoutumée, pas plus que la juive privilégiée qu’elle était à Narbonne.
À mesure qu’elle prend conscience qu’elle n’appartiendra jamais à cette communauté, elle cesse d’essayer de se montrer aimable. À partir de ce moment-là, on l’accepte plus ou moins en silence, car elle a adopté son rôle d’étrangère.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Stefan Hertmans (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stefan Hertmans
Le coeur converti, de Stefan Hertmans
autres livres classés : croisadesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox






Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1412 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre
.. ..