AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782072873652
Éditeur : Gallimard (13/02/2020)

Note moyenne : 3.79/5 (sur 185 notes)
Résumé :
A la fin du XIe siècle, la jeune Vigdis, issue d'une puissante famille de Rouen, se convertit au judaïsme par amour pour David, le fils du grand rabbin de Narbonne. Le couple se réfugie à Monieux où il a trois enfants et mène une vie paisible. Mais les croisés font halte dans le bourg, tuent David et enlèvent les deux aînés. Vigdis, restée seule avec son bébé, part à la recherche de ses enfants.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (76) Voir plus Ajouter une critique
Annette55
  13 novembre 2018
Une magnifique histoire d'amour tragique !
Voici un conte doublé d'un roman historique , original, passionnant de bout en bout qui nous transporte au coeur du haut moyen-âge. L'auteur nous associe à ses recherches et fait revivre les petits villages médiévaux--------que l'on ne n'observera pas avec le même oeil lors de nos randonnées touristiques ...-
À partir de fragments historiques jouxtés à la reconstitution minutieuse et grandiose des années 1088, 1099, 1100 ...il part d'une lettre de recommandation découverte dans une synagogue du Caire...
Celle -ci le met sur la trace d'une jeune noble , la belle Vigdis, blonde aux yeux bleus, tombée amoureuse de David , étudiant à la yeshiva de Rouen en l'année 1088.
Elle le suit au péril de sa vie, elle est jeune , a envie de liberté, d'un monde autre que celui d'une existence bourgeoise et du mariage qui l'attend..
Nous suivons le voyage de David et Viglis , ils sont arrivés à Narbonne en l'an 1090 : neuf - cents kilomètres à travers la France de l'époque, se heurtant sur le chemin à d'innombrables obstacles et dangers .
Ils ont dû mettre au moins un mois et demi.
Combien de cours d'eau doivent -ils traverser durant cet interminable trajet, chaque fois qu'ils veulent éviter de faire un détour ?
De Rouen à Narbonne , il y en a une cinquantaine , en comptant tous les petits , les ponts présentent des risques.
Les Chevaliers du pére puissant de Viglis les ont poursuivis jusqu'à Narbonne .
La jeune Viglis devenue Hamoutal suite à sa conversion au judaïsme par amour pour David, en exil, aurait trouvé refuge à Monieux , je n'en dirai pas plus...
L'auteur avec un talent narratif indéniable démêle l'histoire et entreprend le même voyage en nous y associant , curieux de percer le trésor de Monieux ?
Il tisse des réflexions grâce à sa spectaculaire imagination au fur et à mesure de sa quête.
C'est un ouvrage merveilleux , le fruit de recherches passionnées approfondies jointes à une belle empathie créative !
Le style est séduisant , élégant. Il distille et restitue les émotions, les craintes , la force, la volonté de fer , les convictions de cette héroïne intemporelle .
Il alterne points de vue du récit / pérégrinations du couple / errance / courage / .
C'est une enquête / quête / émouvante , romanesque , moderne , haletante, qui nous tient en haleine , enrichissante( points de vue historiques, croisades sur le chemin de Jérusalem , mort , destruction.....modes de vie au onzième siècle et bien d'autres choses ...) et un inoubliable portrait de femme..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          767
palamede
  22 avril 2019
L'histoire est racontée par un habitant du village de Monieux (l'auteur himself, propriétaire d'une résidence secondaire) qui y découvrant les vestiges d'une communauté juive au moyen âge décide d'enquêter. Il tombe alors sur un document très court mentionnant une jeune catholique, Vigdis, qui s'est enfuie de Rouen en 1088 avec le fils du grand rabbin de Narbonne. La jeune fille, convertie au judaïsme par amour, est tombée enceinte pendant le long périple entre Rouen, Narbonne puis Monieux (Vaucluse). Ensuite... non, je vous laisse découvrir la suite assez... rocambolesque.
Ce jeune couple est charmant qui coure parmi les petites fleurs, les ruisseaux et les oiseaux chantant. Mais leur traversée d'une France imaginée au moyen âge par Stefan Hertmans est fort longue et pour tout dire assez fastidieuse. D'autant que l'auteur se met en scène et alterne son propre périple à la recherche d'indices avec celui des deux amoureux poursuivis par les chevaliers du père de Vigdis. Que dire de la suite où les croisés se mêlent à l'affaire et poussent la jeune mère à partir à la recherche de ses enfants kidnappés.
Je dois avoir un problème avec les romans historiques se passant au moyen âge. Le Coeur converti pas plus qu'en son temps Du domaine des murmures ne m'ont vraiment convaincue. Ici trop d'invraisemblances, trop de suppositions, trop de baguenaudages dans la campagne ont eu raison de mon intérêt. Mais au vu des critiques très positives je pense que je n'ai pas su saisir la substantifique moelle de ce roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          787
Pancrace
  29 juillet 2018
Encore l'amour, toujours l'amour… Avec David tu t'enfuiras exquise Vigdis, jeune femme de 1090.
« Passe ton chemin, choisis un autre homme, échappe à ce sort, fuis ce qui t'attire. »
Oublie ce juif, petite catholique, reste en Normandie où ta famille veille sur toi.
Impossible idylle. Où que tu ailles, ils te trouveront.
Quant à nous, le narrateur et moi suivrons leurs traces de Rouen à Narbonne en apnée dans les courants troubles du haut moyen-âge et dans les profondeurs des sentiments partageant leurs émois rayonnants, leurs combats titanesques et leurs déboires ahurissants.
Étrange impression par instant d'être ramené brutalement à la surface contemporaine par une courte phrase acérée glissée dans la mosaïque des chapitres érudits, crevant une bulle de satisfaction de mille ans d'âge.
La description des paysages est fluide et figée à la fois, un peu comme les champs ondulants de van Gogh avec l'impression que les perles de peinture, comme les mots tourbillonnent immobiles.
Cette sobriété littéraire élégante est également empreinte de finesse et de charme pareillement au « Festin de Babette » où l'on se régale en le dissimulant.
La sensibilité et le sérieux l'emportent sur le grandiloquent, de même que la romance aussi scrupuleuse soit-elle laisse place parfois aux investigations de Stefan Hertmans.
Narbonne. « Ici, la fille chrétienne d'un viking devient la belle-fille séfarade de Todros grand rabbin de la France méridionale. »
Le coeur converti, Vigdis deviendra Hamoutal. le corps arrondi, Hamoutal est enceinte.
La menace grossit, nouvelle fuite du couple vers Monieux, Vaucluse.
Le rythme est soutenu, le narrateur et moi sommes rivés à l'époque d'Hamoutal heureux d'imaginer toucher dans des cryptes séculaires ce que ses doigts auraient pu effleurer. L'immersion est totale.
La vie s'est organisée, plus paisible. Trois enfants entourent le couple maintenant.
Fracture. 1096, Urbain II lance la première croisade. Libérer Jérusalem pour les croisés, s'en prendre aux juifs pour le peuple, cible plus proche et plus aisée.
« La haine au sein de la société se contracte comme un muscle. »
Horreur totale, le pogrom de Monieux gorgé de violence, saturé de rancoeur, arrache les vies ou pour le mieux les bouleverse. « On continue de respirer donc, on ne meurt pas. »
Cette fois, l'intervention du narrateur ressurgissant du présent agit comme un baume calmant partiellement l'angoisse éprouvée lors de ce massacre et de ses tristes répercussions…
Ces trois petits points recèlent la suite d'un récit intime et violent, abrupt et très touchant.
Ce roman et ses personnages vous conduiront loin de chez vous, très loin de votre époque moelleuse. Quelle vie ! « Elle irrite le coeur à éponger les pleurs jusqu'à l'infini. »
Récompense, l'auteur a su lier à sa trame romanesque dominante une myriade d'informations historiques captivantes toutes périodes confondues. Un vrai régal.
Merveilleuse machine à remonter le temps où le curseur est sur le coeur.
Merci infiniment à Babelio et aux éditions Gallimard de m'avoir permis de découvrir ce roman. Merci également de leur confiance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6412
kateginger63
  02 septembre 2018
J'entrouve tout doucement, avec délicatesse ce joli livre qui m'attire déjà par la couverture.
Un roman historique ? Oh, je vais me régaler. Alors ce recueil n'est pas vraiment un roman, ni tout à fait un témoignage, ni une chronique, ni un essai, ni un traité d'archéologie. Mais un petit peu tout cela à la fois.
*
Nous plongeons directement mille ans en arrière, à l'ère des croisades, à la fin du XIe siècle plus précisément. Puis simultanément dans le monde d'aujourd'hui à travers les différentes traces laissées là comme un témoignage inconscient.
*
Le résumé raconte l'histoire d'une jeune Rouennaise amoureuse d'un jeune homme juif de Narbonne. Qui abandonnera sa famille aisée pour suivre son futur mari aux confins de la Provence.
Ils trouveront refuge à Monieux.
Monieux ? Justement je venais de passer quelques jours cet été dans cet endroit magnifique. Mon lieu de villégiature. J'ai mis mes pas dans ceux de Hamoutal et David. Sans le savoir... N'est-ce pas une bien étrange coïncidence ? Une merveilleuse entrée en matière ?
*
Nous suivrons ce couple traverser la France du nord au sud, au péril de leur vie. En ce temps-là, la révolte gronde, la communauté juive est en danger. La jeune femme changera de religion par amour pour David et quittera tout pour lui : aisance financière, sécurité, famille, et honneur. La maternité cimente le couple.
Le pape Urbain II lance un appel pour les croisades, direction Jérusalem. le gigantesque convoi s'arrête dans la vallée fertile. Puis le chaos. La souffrance. le désarroi. le peuple juif est exsangue.
« On continue de respirer, donc on ne meurt pas. » La vie continue. Hamoutal va devoir fuir.
*
L'auteur, de nationalité belge flamande, résidant à Monieux, s'est intéressé de très près à l'histoire d'Hamoutal. Il a découvert un manuscrit, des ruines d'un quartier juif dans le village. Avec un sérieux et une grande délicatesse, il a poursuivi ses recherches jusqu'au Caire et Cambridge. Toujours dans les traces fantomatiques d'Hamoutal.
*
Le récit alterne le passé et le présent. Des rappels de présent voulus par l'auteur pour comprendre son investigation qui déstabilisent quelquefois. Puis, la surprise passée, l'histoire coule comme une source claire, abreuvée d'informations historiques captivantes telles les relations houleuses entre Juifs et Chrétiens, la genizah du Caire, l'appel du pape à Clermont à Notre-Dame du Port.
La plume d'Hertmans est majestueuse, empreinte de lyrisme alliant le romanesque au sérieux des faits réels. Je me suis laissée envoûter par cette histoire.
*
Je remercie l'auteur pour son superbe travail effectué au cours de 22 années de recherches. On sent tout l'amour et la passion qu'il a mis dans ce roman. Il immerge le lecteur avec des descriptions si vives que c'en est presque tangible. Combien de fois ai-je senti le thym, entendu chanter une cigale, goûté à l'huile d'olive ? Mais aussi parfois serré les dents, déposé quelques larmes, forci mon poing de rage. Des émotions à fleur de peau qui m'ont laissée comme vide et surtout triste et mélancolique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          649
krzysvanco
  25 mars 2019
Stefan Hertmans, qui réside dans le village de Monieux, nous conte le destin d'une jeune fille normande qui mille ans auparavant, avait trouvé refuge pendant quelque temps en ce lieu.
Vigdis, fille d'un chevalier normand tombe amoureuse à Rouen d'un jeune juif, fils du grand rabbin de Narbonne. Cette relation entre une chrétienne et un juif est sacrilège, les amants prennent la fuite et traversent toute la France; ils sont prudents car ils sont recherchés.
Mille ans plus tard, Stefan Hertmans suit le même parcours et nous décrit les lieux où ils sont passés, ce qu'ils sont aujourd'hui et ce qu'ils devaient être à l'époque.
L'intérêt de ce livre est multiple :
* historique car nous voilà plonges au onzième siècle à l'époque des croisades et des premiers pogroms. J'ai été frappé par l'intense recherche à laquelle s'est livré l'auteur, consultation de documents anciens, rencontre avec des spécialistes de cette période. C'est extremement bien documenté
* intéret géographique également; à de nombreuses reprises, la description minutieuse des lieux traversés à suscité mon désir de les découvrir (je pense notamment à Clermont-Ferrand)
* intérêt littéraire évidemment ! La construction du roman, alternant les deux parcours, celui de la jeune femme et celui de l'auteur, la précision et la beauté des descriptions, la richesse du vocabulaire m'ont plu
* intérêt romanesque enfin. J'ai éprouvé beaucoup d'empathie pour les personnages de ce magnifique livre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          544


critiques presse (2)
Liberation   10 décembre 2018
Aussi discrètement érudit, méticuleux et mélancolique que Guerre et Térébenthine, le Cœur converti n’est pas le portrait d’un couple, mais un tableau inquiet et superbe des mouvements de populations du haut Moyen Age.
Lire la critique sur le site : Liberation
LePoint   28 novembre 2018
Une belle histoire au cœur de l'Histoire, qui mêle trois religions, un monde en évolution, l'espoir, l'amour et la haine.
Lire la critique sur le site : LePoint
Citations et extraits (50) Voir plus Ajouter une citation
kuroinekokuroineko   01 novembre 2018
Cette cathédrale a tant fasciné Claude Monet qu'il l'a peinte près d'une trentaine de fois, à chaque reprise dans de nouvelles teintes, selon la lumière passagère qu'il cherchait à saisir - une passion touchante, car la lumière sur les vieux monuments n'est pas stable un seul instant. Pas plus que notre regard sur le passé.
Commenter  J’apprécie          261
cecilitcecilit   30 mai 2020
On appelait autrefois cette ville (Le Caire) le grand pressoir de l'amour, car il y vivait quantité d'éphèbes et de vierges orientales, d'aventuriers, d'amants enflammés au sang chaud, de riches célibataires et de détenteurs du pouvoir obsédés par la perfection des jeunes corps, d'amants clandestins indolents, ralentis par le vin et le hasch, qui faisaient l'amour entrelacés pendant des heures, écoutant le déferlement des vagues et le vent qui semblait renifler les cimes des platanes comme l'aurait fait un chien en y fourrant son museau.
Telle est la représentation exotique, le rêve orientaliste dont Edward Saïd a dit qu'il correspondait à un monde de faux-semblants de l'élite culturelle coloniale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
michdesolmichdesol   07 février 2019
Ses conversations avec le jeune intellectuel juif lui font peu à peu prendre conscience qu'il existe une alternative religieuse à l'agitation et à la violence du monde chrétien. Ce changement de perspective considérable perturbe son équilibre et la fascine. Elle entrevoit un autre monde, une autre histoire qui ne commence pas par un martyre et une crucifixion. Une notion du temps qui n'est pas hantée par des croyances comme l'Apocalypse et par la crainte du millénaire, le retour de la Bête redoutée, l'enfer et le diable, le tourment et la chute, mais qui correspond à une ère bien plus ancienne commençant par un acte créateur, le début de la vie même : le moment où Yahvé a conçu le monde. Cette pensée l'apaise, il n'y a plus de rupture dans l'histoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Annette55Annette55   13 novembre 2018
"Le Nil est une fleur de lotus , disaient les anciens; la vallée au sud est sa tige, le delta au nord sa fleur galbée, et la plaine de Fayoum est comme un bouton de fleur fermé sur la grande tige.
Hérodote considérait l'Egypte comme rien de moins qu'un cadeau du Nil. :mais ce lotus géant , qui avait insufflé la vie à L'Egypte, était aussi un organisme violent, mortel ....."
Commenter  J’apprécie          190
cecilitcecilit   27 mai 2020
Durant la première moitié du onzième siècle, de grands progrès sont réalisés dans l'agriculture. Le climat est plus favorable et les récoltes sont plus abondantes ; le bétail plus sain, engraisse, la famine chronique appartient au passé, l'alimentation est plus variée. Après des décennies vécues dans l'angoisse du changement de millénaire et des invasions, les pillages s'arrêtent peu à peu, la société semble retrouver un équilibre. En l'espace d'un siècle, les femmes grandissent de quelques centimètres. Vigdis peut espérer vivre un peu longtemps que ses ancêtres. Rien ne laisse présager les catastrophes qui catactériseront la fin du siècle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80

Videos de Stefan Hertmans (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stefan Hertmans
Payot - Marque Page - Stefan Hertmans - le coeur converti
autres livres classés : pogromsVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2079 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

.. ..