AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Marie de Prémonville (Traducteur)Darrel Anderson (Illustrateur)
EAN : 9782290332474
524 pages
Éditeur : J'ai Lu (07/03/2007)

Note moyenne : 4.2/5 (sur 400 notes)
Résumé :
La vallée de La Calla désormais apaisée, Roland et ses amis doivent reprendre leur quête. Susannah manquant à l'appel, c'est tout le ka-tet qui est en danger, suspendu entre fiction et réalité.

Accompagnés du Père Callahan, les pistoleros n'ont d'autre choix que de franchir à nouveau la porte de la Grotte des Voix. Leur but : Arracher la rose aux mains des suppôts du Roi Cramoisi... et sauver leur sœur d'armes, possédée par la démoniaque Mia et encei... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (28) Voir plus Ajouter une critique
LiliGalipette
  06 mars 2013
Ce sixième volume s'ouvre immédiatement après la victoire des pistoleros sur les Loups. La Calla a retrouvé sa sérénité sans perdre ses enfants. Mais Susannah/Mia a disparu pour mettre au monde le monstre qu'elle porte depuis des mois. En traversant la porte, elle a emporté la Treizième Noire. Alors que ce qui reste du ka-tet se prépare à partir à sa poursuite, un des Rayons qui soutient la Tour sombre lâche sous l'effet du sinistre travail des Briseurs. Si l'urgence est de retrouver Susannah et de la sauver de l'emprise de Mia, Roland sait également qu'il ne doit plus tarder s'il veut rejoindre la Tour avant qu'elle ne s'effondre.
Susannah/Mia se retrouve à New York en 1999, soit plus de 30 ans après que Susannah en ait été arrachée par Roland. La femme d'Eddie sait lutter contre l'emprise de Detta Walker, mais difficilement contre celle de Mia. La femme est avant tout une mère et elle fera tout pour sauver et garder son p'tit gars. « L'usurpation de Mia avait gagné toutes les facettes de la personnalité de Susannah, semblait-il, et si Detta Walker était de retour, tellement remontée et prête à en découvre, c'était en grande partie dû à l'intervention de cette inconnue indésirable. » (p. 107) Mais d'où vient cet enfant ? Qui en est le père ? Pourquoi Susannah abrite-t-elle à la fois la mère et l'enfant ? Et qui est Mia ?
Pendant ce temps, croyant suivre Susannah, Roland et Eddie retournent en juillet 1977. « Chacun doit suivre la voie sur laquelle l'engage le ka. » (p. 299) Leur voyage leur permet de retrouver Clavin Tower et de préserver enfin la rose, lumineux pendant de la Tour sombre. Et dans la suite de leur périple vers Susannah, ils rencontrent un étrange écrivain du nom de Stephen King. « Stephen King est-il le Roi Cramoisi de ce monde ? » (p. 212) Roland reconnaît celui qui a écrit son histoire, mais l'auteur démiurge dit n'avoir jamais écrit après le premier volume. C'est donc toute une intrigue qui semble sortie de nulle part puisque l'auteur avoue son impuissance face à la rédaction du roman. « Ça devait être mon ‘Seigneur des anneaux' à moi, ma grande saga, mon ce-que-vous-voudrez. Un des avantages quand on a vingt-deux ans, c'est qu'on ne manque pas d'ambition. Mais il ne m'a pas fallu longtemps pour voir que c'était tout simplement trop gros pour mon petit cerveau. Trop… je ne sais pas… outrancier ? On peut dire ça, oui. Et puis, […], j'ai perdu le plan. » (p. 351) Et si Stephen King, comme toute chose, servait le Rayon ? Voire s'il était manipulé par le Roi Cramoisi ?
Quant à Jake, le père Callahan (lui-même sorti du roman Salem de Stephen King) et Ote, ils sont sur les traces de Susannah/Mia et espèrent la retrouver avant qu'elle n'accouche de sa monstrueuse progéniture.
Le volume s'achève sur le journal de l'auteur. Réel ou non, il montre comment, entre 1977 et 1999, Stephen King a rechigné, puis s'est investi à plume perdue dans l'écriture de la Tour sombre. Peu à peu, on comprend pourquoi il a laissé tant de temps entre chaque volume. Pour ma part, je suis ravie d'avoir commencé la lecture de ce cycle alors qu'il est achevé, ou presque. Attendre 15 ans entre deux volumes, voilà qui m'aurait rendue folle, d'autant plus que je n'arrive pas à laisser passer 3 jours entre deux tomes… Avec brio, l'auteur interroge le lecteur sur la consistance des personnages : les héros sont-ils des êtres fictifs ou des êtres réels ? Et il se garde bien de donner une réponse.
J'ai beaucoup apprécié ce sixième volume. La délivrance de Susannah/Mia est pleine de rebondissements à venir. Et j'aime voir le personnage de Roland s'assombrir : le pistolero est un héros au sens classique du terme, mais il chevauche en laissant derrière lui des cadavres et en écartant ce qui le détourne de sa voie vers le Rayon. « Il porte autour du cou la culpabilité des mondes comme un cadavre en putréfaction. » (p. 136) Contrairement aux autres volumes, le chant de Susannah est découpé en couplets. Et la longue mélopée qui entraîne le lecteur a les accents ancestraux des complaintes des femmes en travail. Au terme du volume, comme Susannah/Mia, l'auteur donne le jour à son monstre. Advienne que pourra dans le volume 7 !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          142
basileusa
  24 janvier 2019
On s'approche de la fin et ça fait drôle ! J'ai commencé cette série ado et je me sens triste à l'idée de la terminer . J'ai donc savouré ce tome , qui reprend après la bataille de la Calla, alors que Suzannah a disparu vers notre monde pour y accomplir sa tâche (sans rien dévoiler pour ceux qui n'y sont pas encore). le Ka-tet va se séparer dans ce tome et on va suivre les personnages tour à tour (mais pas sombrement). Il faut le dire la tension monte car on se rapproche de la tour ! C'est toujours aussi bien, bourré de références et l'apparition de Stephen King comme personnage est juste la petite cerise sur le gâteau ! Et ça donne aussi envie de relire ses anciens romans !
J'ai quand même hâte de lire la conclusion tout en espérant qu'elle sera à la hauteur !
Challenge Mauvais genre 2019
Multi-défis 2019
Challenge séries 2019
Challenge pavé 2019
Commenter  J’apprécie          250
Arakasi
  01 septembre 2014
Le tome précédent, « Les loups de la Calla », se terminait par le triomphe sanglant de nos pistoleros, mais cette victoire a rapidement pris un goût de cendres. Outre les morts à enterrer, la belle Susannah Dean a disparu, enfuie dans notre monde pour y accoucher de la créature qu'elle porte dans son ventre. Nul ne sait d'où vient et ce qu'est exactement le monstrueux nourrisson, mais sa naissance entraînera sans aucun doute la mort de Susannah. Ses compagnons sont donc forcés de se diviser en deux groupes, chacun avec sa mission spécifique. Jack et le Père Callahan franchiront le portail de la Grotte des Murmures pour poursuivre Susannah dans le New York de 1999 et la débarrasser de son embarrassant fardeau avant qu'il ne soit trop tard, tandis que Roland et Eddy emprunteront le même chemin pour se rendre dans le Maine des années 70. Là, ils devront convaincre un petit libraire de leur vendre un terrain newyorkais abritant, contrairement à toutes les apparences, un fabuleux et trop fragile trésor.
Le problème, c'est que Roland et Eddy ignorent un petit détail, un tout tout petit détail mais pourtant d'une importance cruciale… Leur libraire a un voisin et ce voisin est écrivain. Pas un écrivain très connu, remarquez. Il n'a écrit que deux romans et pas même de la vraie littérature, des romans d'horreur, pensez-vous ! Vous le connaissez peut-être ? Faut reconnaître qu'il a un nom que l'on oublie difficilement : il s'appelle Stephen King.
Un romancier doit savoir se faire plaisir et pour cet avant-dernier tome de « La Tour Sombre », Stephen King s'offre le trip absolu (ou cauchemar absolu, au choix) de tout écrivain qui se respecte, à savoir, voir frapper ses personnages à sa porte pour lui demander d'écrire la suite et fissa ou ça va chier des bulles. Un poil narcissique, le King ? Bah, probablement, mais on aurait bien du mal à lui en vouloir tant ce nouvel opus est habilement mené et ce petit tour de passe-passe littéraire, loin d'être artificiel ou grotesque, ne fait que rehausser l'excitation du lecteur et son désir de savoir la suite. On en bave littéralement d'impatience. Et puis King nous sort tout de même l'excuse la plus désopilante que j'ai jamais lue pour justifier des années de stagnation entre la sortie de chacun de ses tomes : « C'est pas ma faute, c'est les forces du Mal qui voulaient m'en empêcher ! » Prends-en de la graine, GRR Martin !
Prochaine à droite, la Tour Sombre…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          183
odin062
  17 septembre 2013
Ce sixième tome du cycle de la Tour Sombre est un ovni dans la saga. En général, on avait pour habitude de suivre tout le ka-tet dans une aventure qui se situer dans un lieu précis. Ici, l'auteur a complétement dénaturé cette équipe et nous offre un voyage vers d'autres où et d'autres quand. Un voyage qui d'ailleurs ne se termine pas vraiment, on reste sur notre faim (fin) et c'est peut-être là la seule faiblesse de ce roman !
Comme toujours, ce livre peine à rester fermé. Au bout de quelques minutes à ne rien faire, celui-ci apparait devant nous, comme par magie, comme si le ka nous obligeait à approcher de cette Tour qui nous menace au milieu de ce champ de rose. Ca ne s'arrête jamais, surtout dans ce livre qui est de loin le plus agité des tomes de la saga.
On reprend l'histoire exactement après la bataille de la Calla, exactement dans le même flou dimensionnel vis-à-vis de la fiction et de la réalité. Ce roman nous en apprendra plus jusqu'à rencontrer même l'auteur de toute cette folie qui nous emporte !
Si fait, c'est avec un grand bonheur que l'on suit d'un côté Roland et Eddie et de l'autre Susannah/Mia, Jake et Callahan. Deux endroits différents, deux buts différents, deux actions différentes pour deux fois plus de plaisir. Tout cela nous mène à une scène finale, une scène cauchemardesque au-delà même de toute imagination qui malheureusement, ne se terminera pas vraiment.
Au-delà même du récit, j'apprécie ces illustrations offertes dans le livre. Illustrations d'une grande qualité bien que cette fois-ci, je les ai trouvées plus abstraites que dans les autres romans.
Je vais attendre avant de me lancer dans le dernier tome. Je vais attendre de le rencontrer enfin, rencontrer dieu ce 16 novembre, peut être croiser des « Entrants » au Grand Rex qui sait ? Me rapprocher dans la réalité de la tour avant de l'atteindre en tournant les quelques 900 pages qui me reste.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          102
boubously
  17 septembre 2012
Dans la continuité du 5ème tome, style fluide, moins de bla bla et de descriptions pour laisser place à plus d'actions et surtout plus de réponses. Il se divise pour moi en 3 parties distinctes:
- Susannah s'est enfuit par la porte de la grotte grâce à la maléfique boule de cristal noire en compagnie de "Mia "sa nouvelle personnalité. Elle atterrit à New York en 1999 enceinte et pas loin d'accoucher. On apprendra par la suite de qui elle attends son bébé ( impossible à deviner croyez moi ! ) et de l'importance de sa futur progéniture.
- Eddie et Roland arrivent dans le Maine par la magie des " manni " de la Calla en 1977 et vont essayer de retrouver cet étrange écrivain qui serait leur créateur et donc dans un sens leur " Dieu ". Evidemment ce n'est autre que S.King lui-même ( Bachman )comme on le devine déjà à moitié dans le 5ème. La rencontre est très sympathique et cocasse.
- Jake, Callahan et Ote ont eux atterrit à New York en 1999 et se retrouvent donc à la poursuite de Susannah-Mia afin de la sauver des griffes de la " Sombra corporation " dirigé par le " Roi Cramoisi ".
De nombreuses réponses apparaissent dans ce récit comme, de qui est l'enfant de Susannah et quel est son but, le fonctionnement de l'équilibre qui maintient la Vie et donc de l'importance de la Tour Sombre, la Rose, les Rayons, le Roi Cramoisi etc...
Cet avant dernier opus se dévore littérallement parlant et enfin pourrait-on dire, on perçoit de plus en plus ou S.king veut nous emmener. On prends toujours autant de plaisir à suivre les aventures de ce " ka-têt " même si cette fois ils devront affronter les dangers séparemment.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Citations et extraits (39) Voir plus Ajouter une citation
basileusabasileusa   24 janvier 2019
Vous voulez entendre la première phrase de la Tour sombre ?

-Bien sûr, si vous vous en souvenez, répondit le jeune homme.

Roland ne dit rien, mais ses yeux brillaient , sous ses sourcils maintenant parsemés de blanc.

-Oh, ça, pour m'en souvenir. C'est sans doute la meilleure phrase que j'ai écrite.

King repousse sa bière , puis leva les deux mains, le pouce et l'index courbés, comme s'il dessinait des guillemets dans l'air :

-"L'homme en noir fuyait à travers le désert, et le pistolero le suivait." Le reste, c'était peut-être de la poudre aux yeux , mais, mon vieux, ça c'était bon.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
raynald66raynald66   28 août 2017
Mais il y a bien longtemps, tout n'était que Discordia, et de là, s'élevant fièrement et s'unissant en un seul et même point, naquirent six rayons.
Pour les tenir debout pour l'éternité, il y avait la magie, mais quand la magie
a disparu, il n'est plus resté que la Tour Sombre comme dernier bastion,
cette Tour que certains appellent Can Calyx, le Hall du Retour Eternel
Commenter  J’apprécie          70
grm-uzikgrm-uzik   04 juillet 2017
- "Soliste :
Comme-à-Commala, hé !
Voici un jeune homme armé d'un pistolet
Le jeune homme de ses yeux a perdu la prunelle
Quand sa chérie s'est fait la belle.

Chœur :
Commala, et un !
Sa chérie s'est fait la belle, tiens !
Elle a laissé son bébé tout seul,
Mais il n'est pas encore dans le linceul.

Soliste :
Commala-ça-alors
Le vent t'enverra dans le décor.
Il faudra aller là où le vent t'enverra
Rien d'autre à faire que ça.

Chœur :
Commala-un-deux !
Rien d'autre, mon vieux !
Faudra aller là où t'enverra le vent du ka
Rien d'autre à faire que ça.

Soliste :
Commala-la-clé
Peux-tu me dire ce que tu vois ?
Des fantômes, ou seulement ce miroir devant toi ?
Qui te fait fuir, dis-le-moi.

Chœur :
Commala-deux-trois !
Je te prie, dis-le-moi !
Les fantômes, ou les ténèbres en toi ?
Qui te fait fuir, dis-le-moi.

Soliste :
Commala-toc-toc
Qu'est-c'tu fais donc à ma po'te ?
Si tu m'le dis pas illico
J't'étale pa'te'e comme i'faut.

Chœur :
Commala-trois-quat'e !
J'peux t'étaler à quat' pattes !
Des comm' toi j'en ai maté des tas,
Et de belle'façon, c'ois-moi.

Soliste :
Commala-quatre-cinq
Quel délice d'être vivant, n'est-ce pas ?
Pour chercher Discordia
Quand la Lune du Démon paraîtra.

Chœur :
Commala-quatre-cinq !
Même quand se lèvent les ombres !
Voir et parcourir le monde
Nous rend heureux de belle façon.

Soliste :
Commala-kif-kif
Te voilà dans un sale pétrin !
Si dans son gant le traître te tend la main
Dans la tienne elle deviendra brindilles

Chœur :
Commala-cinq-six !
Rien que les épines et les brindilles !
Quand dans le gant du traître tu sens ta main
Tu es vraiment dans un sale pétrin.

Soliste :
Commala-pain au levain-belle michette
Ils vont au paradis ou en enfer !
Quand les armes ont tiré et que le feu brûle l'air
Il faudra bien au four les mettre.

Chœur :
Commala-six-sept !
Du sel pour les michettes !
Réchauffez-les, assommez-les
Pour qu'au four roussissent les michettes.

Soliste :
Commala-ka-cata
Te voilà entre les mains du destin.
Que tu sois réel ou pas
Le temps n'attendra pas demain.

Chœur :
Commala-sept-huit !
Le temps n'attendra pas demain !
Que ton ombre soit courte ou longue, pfuit !
Te voilà entre les mains du destin.

Soliste :
Commala-à moi-à-moi
Pas question de s'écarter du chemin.
Quand on reçoit enfin ce dont on a besoin
On se sent tellement bien.

Chœur :
Commala-huit-neuf !
On se sent tellement bien !
Mais si on veut recevoir ce dont on a besoin
Pas question de s'écarter du chemin.

Soliste :
Commala-int'huit !
C'est encore l'autre qui revient par ici.
Tu peux connaître son nom et son visage joli
Ça ne fera pas d'elle ton amie.

Chœur :
Commala-neuf-dix !
Sache qu'elle n'est pas ton amie !
Si tu la laisses, près de toi elle se glisse
Et à nouveau il faut craindre pour ta vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
raynald66raynald66   27 août 2017
C'est toujours comme ça avec l'odeur de la mort.
Demande à ton ami pistolero, le vrai Pistolero.
Il le sait bien, par ce qu'il en a eu sa part.
Il a une lourde responsabilité, Susannah de New York.
Il porte autour du cou la culpabilité des mondes comme un cadavre
en putréfaction. Pourtant il est allé assez loin, avec sa robustesse et sa
détermination aride, pour attirer sur lui les regards des grands.
Il sera détruit, si fait, lui et tout ceux qui l'accompagnent.
Je porte cette malédiction dans mon propre ventre
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
basileusabasileusa   22 janvier 2019
-Votre exemplaire de Salem n'est pas signé.
-Non, parce que cet auteur en particulier est très jeune et peu connu. Peut-être qu'un jour il vaudra quelque chose, ou peut-être pas.
Commenter  J’apprécie          70
Videos de Stephen King (150) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stephen King
Si tu laisses la porte entrebâillée, les murmures viendront se glisser…
Un écrivain veuf, Tom, et son fils de 8 ans, Jake, emménagent dans une nouvelle ville.
Featherbank. Si charmante et calme en apparence.
Où vingt ans plus tôt, un serial killer a été arrêté après avoir tué plusieurs enfants.
On l'appelait l'Homme aux murmures.
Des murmures que Jake a entendus. A la porte de sa maison.
Et si tout recommençait ?
Alex North est né et vit à Leeds. "L'Homme aux murmures" est son premier roman.
« Brillant ! Pour tous les lecteurs de Thomas Harris et de Stephen King.» Booklist
« Poignant et terrifiant.» Entertainment Weekly
Traduit de l'anglais par Brigitte Remy-Hébert
Retrouvez les informations sur notre site internet : http://bit.ly/2whEiRK
Suivez-nous sur : Facebook : https://www.facebook.com/editions.seuil/ Twitter : https://twitter.com/EditionsduSeuil Instagram : https://www.instagram.com/editionsduseuil/
+ Lire la suite
autres livres classés : fantastiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox