AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253099902
Éditeur : Le Livre de Poche (03/06/2015)

Note moyenne : 3.19/5 (sur 44 notes)
Résumé :
« Cette journée du 1er janvier, la première de la dernière année du monde, il s’est passé quelque chose de spécial entre nous, les élus. C’était comme au printemps, quand on devient joyeux sans comprendre pourquoi. C’est la dernière année de souffrance, a dit papa. Bientôt, on sera libérés. »

Les saisons se succèdent et les croyants se préparent à la fin des temps. Parmi eux, une jeune fille de 13 ans contemple la condition humaine dans ses c... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (33) Voir plus Ajouter une critique
Crossroads
  19 août 2015
Vivement l'année prochaine !
Alors que tout le monde n'aspirera qu'à lister une énième déclinaison de promesses non tenues, nous, les élus, seront enfin débarrassés de tous les incroyants.
Vivement l'année prochaine !
Vivement la fin du monde !
12 ans et la vie devant elle serait-on tenté de penser. Que nenni, si jeune et si fragile. Déjà embrigadée dans une mouvance sectaire. Déjà conditionnée et préparée au pire.
Difficile d'appréhender un tel bouquin narré par une si jeune personne.
On oscille entre et rire et désolation face à l'énormité de telles croyances.
Le sujet interpelle et pourtant, j'ai éprouvé les pires difficultés à prendre le triste quotidien de cette adorable adolescente au sérieux. Son jeune âge et son phrasé innocent y étant pour beaucoup.
Labastie, elle-même aux prises avec l'extrémisme religieux dès son plus jeune âge, y aura certainement mis pas mal de son vécu mais cela n'aura pas suffi à me sentir concerné par une telle problématique.
M'en vais visionner un p'tit Tom Cruise, moi, besoin de légèreté en ce moment...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          400
saphoo
  19 août 2016
Court roman intéressant pour le sujet, une enfant nous conte son quotidien dans une famille complètement aveuglée par la religion qui croit dur comme fer à la fin du monde annoncée. Bizarrement, ils se font une joie de cette fin, le père prépare un abri, la mère tout sourire, ne cesse de remplir de réserves ce refuge, aux anges, elle trouve normal aussi de subir la colère de dieu mais elle s'en contrefiche puisque eux sont avertis et pourront se protéger. Un peu bizarre comme raisonnement, mais quand on lit, on ressent bien par le regard de l'enfant par son innocence et son besoin de savoir, de comprendre. Elle pose le doigt sur les mots, tente de faire des rapprochements avec le monde réel, n'y parvient pas toujours bien.
Ce qui est intéressant, c'est comment ces êtres sont manipulés simplement par la parole, un bourrage de crâne, la peur du rejet d'un groupe, bref une vraie secte même si ce n'est pas le mot qui est employé, ça y ressemble tout à fait.
Le deuxième point intéressant, c'est la souffrance de cette enfant qui ne peut vivre comme ses camarades, ne reçoit jamais de cadeaux emballés par exemple, on la prive de son anniversaire, de toutes les fêtes aussi bénignes soient elles. pas de plaisir, c'est un sacrilège ! honte à ses parents qui aveuglés par un soi-disant Dieu, font souffrir leurs enfants mais n'en ont même pas conscience. Ce n'est pas Dieu qui dicte tout cela, ils ne sont même pas assez maître de leur pensée pour le comprendre mais toute une ribambelle d'allumés du ciboulot qui dicte "ces lois" qui interprète également à leur façon, comme ça les arrange en somme. Au passage, ne pas oublier de contribuer aux frais de la communauté hein ! Ce n'est pas gratuit tout ça. S'appauvrir pour un Dieu dont l'existence reste à prouver, mais on enrichit ses apôtres grassement au détriment d'une enfant qui demande juste d'être simplement comme tout le monde. Fêter son anniversaire par exemple.
Une vie sans saveur, juste la prière comme miel, la communauté pour vous soutenir ou vous rejeter, un temple comme salle des fêtes, et ma fois, ça ne regarde qu'eux.
Mais, car il y a un mais, un beau jour, toute cette petite croyance finit par s'écrouler, finalement, les sages ne sont pas si sages que cela, quand ils abusent de leur fille. Ah là on ouvre les yeux ! On finit par comprendre que le diable habite aussi ces croyants qu'on croyait tout blancs !
Quelle pitié ! Je n'ai rien contre la religion mais par contre j'ai un gros problème pour ces gens qui exploitent leurs semblables, les formatent à leur guise, et en font leurs joujoux, les saignent, les réduits à rien. Ce n'est pas humain et encore moins chrétien ou autre nom dans ce goût là.
un livre à mettre dans toutes les mains des gens qui passent leur temps à servir quelqu'un dont on ignore son existence plutôt que de servir leur famille et leur propre existence. Sont pitoyables quand ils viennent frapper à nos portes avec leurs belles paroles. du vent rien que du vent mais eux, le pire c'est qu'ils sont en plein de dedans, et la pauvre fille qui raconte cette histoire, elle voit bien le regard moqueur de ses camarades de classe, elle aimerait être ailleurs, loin de cette honte qu'elle porte comme un fardeau. Car c'est un fardeau, qui l'accable et on ressent bien cette souffrance, et ce besoin de s'échapper de cette prison mentale.
A lire pour mieux comprendre l'inconscience de ces gens endoctrinés, on peut mieux aussi comprendre ce qui se passe avec nos jeunes qui partent vers ce pays de malheur et reviennent prêts à tout, même à se faire sauter la cervelle.
Manipulation pure et simple, loin très loin de la réelle et simple religion qui est pourtant la carotte au bout du bâton pour les faire avancer sur ce chemin de destruction.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
liredelivre
  03 juin 2014
Honnêtement, je ne savais pas trop sur quel pied danser avec ce roman avant d'en commencer la lecture. Une jeune fille de 13 ans pour narratrice, ça peut mettre sur ses gardes. le style sera-t-il trop enfantin ? Mais cette adolescente n'est pas seulement jeune, elle est aussi une élue, parmi des croyants. Je tique parfois sur des romans en rapport avec la religion. Est-ce que ce sera la même ici ? Les premières lignes ont immédiatement dissipé mes doutes et mes questions. Une fois ma lecture entamée, j'étais dans un autre monde, j'avais d'autres croyances. Les papillons rêvent-ils d'éternité ? Je me pose encore la question, même si je pense que ce roman a apporté un début de réponse...
Nous ne connaissons pas son prénom, nous sommes étrangers à sa vie et sa communauté, mais elle nous livre son histoire, en toute innocente, dans toutes ses vérités. du haut de ses 12, puis 13 ans, notre jeune narratrice nous raconte sa dernière année sur Terre, puisque la fin du monde est pour bientôt. Avec ses frères et ses soeurs, elle fait partie des élus, ceux que Dieu sauvera après l'Apocalypse. Chaque journée passe dans l'attente de cette fin, sous les humiliations et les moqueries de ceux qui ne comprennent pas, ceux qui ne croient pas. Mais l'héroïne est à un âge où les questions se multiplient, où le regard évolue...
Le roman est découpé en quatre parties, qui correspondent chacune aux saisons qu'il reste avant la fin du monde. L'hiver. le printemps. L'été. L'automne. La fin. Chaque saison se succède amène son lot de secrets, de découvertes, de réponses, de questions, au sujet de notre narratrice, de sa famille, de sa communauté.
Sandra Labastie, à travers son personnage, revient sur le culte et ses dérives, ses limites aussi. Avec les yeux d'une enfant, avec cette voix innocente et fluette, elle nous montre la zone floue où foi et folie se mêlent, où chaque mot a plus d'un sens et une langue plusieurs facettes. L'auteure [l'enfant ?] a cette plume délicate, fragile, mais en même temps si réelle. J'ai très vite été prise par les mots, les tournures employées. A aucun moment les réflexions sur les croyances ne m'ont dérangée. J'étais avide d'en savoir plus, d'en lire plus. Je voulais voir jusqu'où la foi pouvait conduire ces individus, et jusqu'où ils la laisseraient guider leur vie.
Tout du long, le lecteur est dans la tête d'une jeune narratrice. Tout est écrit à la première personne, notre narratrice n'est jamais nommée. L'effet était si prenant, et facilité par l'écriture, que je n'ai eu aucun mal à rentrer dans le récit, à me sentir liée à cette jeune fille. La forme y est sûrement aussi pour quelque chose. L'on pourrait se croire face à une sorte de journal intime, sans les us qui vont avec, le seul marqueur de temps étant la découpe du roman. Je tournais les pages sans les voir, captivée, confondant parfois l'histoire à ma vie. C'est simple, le temps de la lecture, quelque soit notre religion, on l'oublie... pour se mettre à la place de la narratrice.
Notre héroïne est donc une jeune fille, treize années à peine, au regard neuf et intelligent. C'est la plus jeune de sa communauté, elle peine à se faire des amis puisque les incroyants se moquent d'elle, puisqu'on la voit comme une enfant parmi ses frères et soeurs. Et c'est à nous qu'elle va se confier. Comme tout à chacun, elle se pose des questions sur ce qui l'entoure, cherche à comprendre le monde et à se comprendre. Selon la communauté, toutes ses réponses sont dans la Bible. Mais, faute d'y trouver ce qu'elle veut, elle regarde ailleurs, s'interroge davantage. Elle doute, elle expérimente. Lentement, elle s'éloigne des préceptes de sa communauté, et on la découvre, oscillante, dans un entre-deux : elle est à la fois croyante et incroyante, ses secrets la rapprochant du Diable, sa culpabilité la reconduisant dans les bras de Dieu.
Elle m'a beaucoup touchée, cette jeune fille. Perdue au sein de sa communauté, perdue aux yeux des incroyants, elle se cherche sans se reconnaître nulle part. Elle a soif de vérités, rien de plus, mais les réponses de ses parents ne conviennent pas, ni celles de sa religion. C'est ainsi qu'on la voit grandir, plus vite qu'une fille de son âge, confrontée aux regards des autres, privée de liberté et ployant sous le poids des responsabilités de la foi. Elle ne peut rêver d'avenir, il n'y en aura pas. Elle ne peut faire ce qu'il lui plaît, Dieu pourrait ne pas l'accepter. Elle ne peut faire comme les autres, ce serait rejoindre le Diable. Que lui reste-t-il, à part vouer sa dernière année à ce qu'Il veut, à ce que souhaitent ses frères et soeurs ? Enfermée dans ce carcan, on la regarde, tantôt admiratif, tantôt impuissant, mûrir trop vite et quitter l'innocence qui caractérise son âge.
Lien : http://liredelivres.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          61
EnjoyBooks
  05 juin 2014
Les papillons rêvent-ils d'éternité ? de Sandra Labastie. (Genre : Contemporain, Religion).
Editions : Michel Lafon
Prix : 14,95€ (Partenariat)
Année de parution originale : 2014
.Résumé : Les saisons se succèdent et les croyants se préparent à la fin des temps. Parmi eux, une jeune fille de 13 ans contemple la condition humaine dans ses craintes et ses obsessions, dans sa surprenante capacité d'imagination pour triompher d'une vie sans espérance.
.Mon avis : Comment vous dire… cette chronique va être difficile à faire parce que ce livre est vraiment particulier. J'avais juste lu le résumé mais il en dit trop peu pour savoir dans quoi on va se lancer. J'étais intrigué et intéressé de le découvrir. La couverture reflète vraiment l'histoire en elle-même, tout comme le titre du livre une fois réflexion faite. J'ai apprécié cette lecture qui change de mes genres de prédilections mais quelques points m'ont quand même dérangé.
.Dès le début j'ai été capté par l'écriture de Sandra Labastie. Je ne saurais vous dire pourquoi ou comment, mais ses mots m'ont habité avec une très grande facilité. Les descriptions du début, des croyances et de la vie de notre personnage principal. Et puis on se rend compte très vite du thème abordé et donc cela m'a rendu curieux de continuer même si la religion n'est pas ma tasse de thé.
.Parce que oui, la religion est le point d'ancrage du roman. C'est à travers les croyances d'une jeune fille de 12-13 ans que l'auteure va exprimer des questionnements. Comment aborder sa vie en étant bercé par la religion ? Pourquoi ne pas enfreindre les règles qu'on nous a dictées ? Pourquoi ne pas s'intégrer aux autres ? Pourquoi Dieu nous a-t-il choisis ? Ce sont autant de questions qui vont se retrouver dans le roman et qui sont bien exploitées. On va se placer du côté religieux et pas du côté profane. On aborde les choses de leur point de vue et savoir comment ils perçoivent les gens non touchés pas la grâce est assez troublant. J'ai aimé découvrir cela, comment leurs croyances dictent leur vie, leur comportement et leurs pensées. C'est un roman ancré sur les différences, sur l'union religieuse. Mais c'est surtout un roman sur une préadolescente qui ne sait pas sur quel pied danser.
.Le point important du roman est aussi son point faible. Ce qui m'a vraiment étonné c'est qu'on ne connaît absolument pas le prénom de la jeune fille. J'ai trouvé ça déroutant et vraiment dommage parce que ce facteur m'a empêché de m'attacher à elle. Pourtant, j'ai aimé ses réflexions, son évolution spectaculaire et sa manière de voir les choses. Je suis resté bête sur sa façon de penser, de voir le monde, d'être à ce point imaginatif et mature pour une personne de son âge (13 ans). Cette jeune fille m'a plu et en même temps elle a eu ce côté distant du à son contexte familial qui m'a dérangé. En tout cas, c'est un personnage intéressant et profond qui est parfois gamine et parfois totalement adulte. Les personnages secondaires quant à eux m'ont paru assez fades et vraiment distants pour le coup. Certes ils sont dans l'histoire mais ils ne sont pas approfondis plus que ça.
.Le rythme de l'histoire est cependant bon. Tout se lit très vite et je suis vraiment rentré dans le livre très facilement. le roman est divisé en quatre parties qui retracent l'évolution de la jeune fille. Même s'il est court, un rythme est installé notamment à travers l'avancement du temps qui va vite. C'est un roman qui vous confine au coeur de l'histoire et qui m'a limite rendu dingue. Mais j'ai cependant noté, un manque de description important. Peut-être pas des lieux mais des personnages. Plusieurs fois je me suis fait la réflexion en me disant « je ne sais pas à quoi il ressemble ! » C'est surement futile pour certains mais pour ma part, c'est important.
.Enfin, la plume de l'auteure est agréable, spéciale et recherché. Je l'ai trouvé profonde et totalement sincère dans ce qu'elle nous racontait. Je pense que ce livre a dû lui demander des recherches et un temps considérable pour traiter un sujet sensible. Ce n'est pas un roman avec une intrigue de dingue, c'est plus une histoire sur une évolution, sur les bons et les mauvais côtés des être humains… qu'ils soient croyants ou non bien sur. La fin m'a beaucoup plu et on se rend compte vraiment de certaines choses sur notre propre vie. Sandra Labastie nous fait réfléchir et j'apprécie !
.C'est un roman que je vous recommande de lire. Ne vous attendez pas à une intrigue de dingue avec de l'action et des retournements de situations de fous ! C'est un roman sur la réflexion, limite psychologique, sur le monde qui nous entoure avec la cruauté de l'Homme et ses bonnes actions. Un roman qui vous fera rencontrer une héroïne qui évolue fortement et qui deviendra extrêmement mature. le thème de la religion est sensible mais ce livre vous ouvrira les yeux, j'en suis certain !
Lien : http://enjoybooksaddict.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
argali
  20 juin 2014
Voilà un roman qui m'a posé question dès les premières lignes et que j'ai eu du mal à terminer. D'abord, et pour la troisième fois en quelques semaines, je redis que je n'aime pas quand le narrateur est un enfant au langage enfantin car cela sonne faux la plupart du temps. Ici, la jeune narratrice à treize ans et s'exprime comme une enfant de 9. Elle emploie des mots comme concupiscence, omniscience, supplicié... mais « elle »pronominalise peu et rédige des phrases à la construction basique sujet-verbe-complément. C'est idiot mais cela m'a vraiment gênée.
Ensuite, je me suis interrogée sur le but de l'auteur. Sans jamais les nommer, elle nous décrit un groupe religieux rigoriste dont les membres se pensent élus et attendent la fin du monde pour le 31 décembre de l'année en cours. (Les Témoins de Jéhovah) Elle décrit leurs pratiques, leurs croyances, leur mode de vie avec tant de justesse qu'on ne peut s'empêcher de penser qu'elle en a été proche. Pourquoi cette ambiguïté entre dénonciation et silence ? En restant volontairement vague, l'auteur prend le risque – ou cherche à ce– que l'on imagine tous les croyants aussi sectaires, fermés, intolérants que ces extrémistes. J'aurais souhaité une prise de position plus claire.
Bien sûr on ne peut que bondir devant la narration que fait cette enfant de son quotidien, de ses interdits, des questions qu'elle se pose sans y trouver de réponses franches ou rassurantes, de cette enfance volée, cette vie traumatisante. Et pourtant, jamais je ne me suis sentie émue. Agacée, oui, touchée, non. Quelque chose manque que je ne peux identifier. Ou alors, ce sont certains clichés.
J'ai lu des avis dithyrambiques sur ce roman. J'en suis loin. Même si je lui reconnais des qualités. Comme celle d'éviter autant que possible les jugements manichéens. Finalement, c'est peut-être déjà beaucoup.

Lien : http://argali.eklablog.fr/le..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
CallieroseCallierose   05 mai 2014
J'aime beaucoup les mots. Il y en a qui font mal mais il y en a qui soignent, parfois ce sont les mêmes, ça dépend comment on s'en sert. C'est un peu comme quand le poison sert à faire des médicaments.
Commenter  J’apprécie          90
emi13emi13   15 décembre 2014
« Que veux-tu, il vit sa vie », dit Blanche, comme pour s’excuser. Le fils rit. « Et j’espère qu’elle vivra la sienne. »
Cette phrase me poignarde. Je suis envahie par une immense tristesse. Comme si j’étais condamnée au fond d’un puits.
Commenter  J’apprécie          70
liredelivreliredelivre   03 juin 2014
Sur le haut du carton, il y a un grand livre fascinant avec une image sexuelle, Les Positions du Kama Sutra. Heureusement, c'est un dessin. Blanche a vu que j'avais vu. Elle me regarde, un peu gênée.
« Que veux-tu, il vit sa vie », dit Blanche, comme pour s’excuser. Le fils rit. « Et j’espère qu’elle vivra la sienne. »
Cette phrase me poignarde. Je suis envahie par une immense tristesse. Comme si j’étais condamnée au fond d’un puits.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Pixie-GirlPixie-Girl   04 septembre 2015
Abigaïl et Abel sont jumeaux. Ils sont ronds et portent les mêmes lunettes grasses et embuées. Quand ils se promènent en ville, on croirait des boules de billard lancées sur une piste pour tout renverser sur leur passage.
Commenter  J’apprécie          50
MaliaeMaliae   08 août 2016
La personnalité chrétienne, ça vous aplatit. Avoir des secrets, c’est une sensation merveilleuse, c’est comme si on avait une épaisseur à l’intérieur, quelque chose qui n’appartient qu’à soi.On se sent exister.
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : sectesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il Juif ?

Oui
Non
il était Zen
Catholique

10 questions
1073 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre