AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782072700248
136 pages
Éditeur : Gallimard (02/03/2017)

Note moyenne : 3/5 (sur 7 notes)
Résumé :
« Un livre autour de la mort du père. Mais aussi de l’amour porté à certains hommes et du refuge que ces aventures poursuivent. Autant de variations sur le thème d’une chasse éternelle. Cerf, cerf, ouvre-moi, ou le chasseur me tuera... Comment les disparus orientent-ils nos vies, comment leur répondons-nous ? Sujet intime autant qu’universel, qui aborde la place du père, de la mort dans nos sociétés et la puissance de l’art.»
Caroline Lamarche.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Kukba65
  10 mars 2019
Caroline Lamarche décrit sa relation aux hommes aimés : le père décédé , le compagnon qui l'a quittée , puis l'ami décédé. Une déambulation affective avec ces trois hommes et un fil conducteur, Saint Hubert, patron de Liège où commence le récit puis la galerie éponyme de Bruxelles, endroit sublime de la capitale. On y retrouve sa belle plume et ses thèmes favoris, les hommes, l'amour, la littérature. On y apprend aussi sur les Fournisseurs officiels de la Cour de Belgique, et contrairement à ce que pense Caroline Lamarche, il y a bien un libraire qui est fournisseur de la Cour et ce n'est pas la libraire de la galerie Saint Hubert, pourtant la plus belle librairie du Royaume.
Commenter  J’apprécie          10
arttle
  03 septembre 2017
Elle perd son père.
Elle perd son amant.
Elle perd son meilleur ami.
Mais que dire de plus de ce livre!?
Pour moi l'auteure doit faire ses preuves dans un prochain livre plus abouti.
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (2)
LaCroix   21 avril 2017
Caroline Lamarche nous plonge dans le cœur humain où se mêlent aspiration à l’amour et désir de mort.
Lire la critique sur le site : LaCroix
LeMonde   07 avril 2017
Ce livre bref puise le réconfort dans l’illustration d’un goût de la destruction et de la sauvagerie, dont la narratrice prend sa part.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
SZRAMOWOSZRAMOWO   12 avril 2017
Ma mère parlait, mes frères et sœur, mes cousins, tantes ou oncles s’il y en avait parlaient. Je me taisais, le battement irrité de mon sang dans mes oreilles rendant plus confus le brouhaha général. Il me semble que mes oreilles sifflaient déjà, comme aujourd’hui, qu’elles ont toujours sifflé. Je sais pourtant qu’il n’en est rien puisque je dois ce sifflement, a conclu le spécialiste en l’absence de tout autre indice relatif à une surexposition au bruit, à un choc émotionnel, que je suis parvenue à dater d’un soir d’été avec M où la chaleur était forte et la rivière fraîche. Mais pour l’heure il s’agit d’un repas de famille. À ma gauche – j’étais la fille aînée et ma place était à sa droite – mon père proférait, pour lui seul semblait-il, quelque chose, les yeux baissés sur un blanc de poulet ou une pomme de terre qu’il massacrait à gestes lents, distraits, mon père racontait une histoire, interminable et murmurée, les yeux dans son assiette, indifférent à l’indifférence familiale, il avait l’habitude que l’on ne s’intéresse pas à ses digressions, qui prenaient la forme de méditations sur l’Histoire ou la généalogie ou le patrimoine monumental de notre région. Je l’écoutais vaguement, par politesse, ou désespoir, je l’écoutais n’ayant rien d’autre à écouter – c’était ma place, à sa droite – que la voix de mon père, cette onde discrète qui, sans interruption, rayait imperceptiblement la conversation générale, une voix marmonnée et tenace, tirant le fil d’une méditation sur l’Histoire, ou la généalogie ou le patrimoine monumental, un fil ténu, constamment mis à l’épreuve par l’envahissement familial, et qui eût pu se distendre, se briser à tout moment, mais qui, pourtant, se tissait comme celui de l’araignée, un fil sorti du ventre, ou peut-être du cœur, du poumon, j’ignore l’organisation interne de l’araignée, ce qui y remue et bat, mon inculture est aussi éclatante que l’érudition de mon père, (…)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Lire un extrait
Videos de Caroline Lamarche (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Caroline Lamarche
22 mars 2010
Mot de l'éditeur : Un pays où la guerre fait rage. Dans une ville préservée, la Barbière rase les hommes. Mira, la narratrice, lassiste dans cette tâche délicate. Car les lames effilées servent aussi à un étrange rituel. Linquiétant capitaine Dragon, passionnément épris de la Barbière, en fera la singulière expérience Un récit étincelant et noir, né de la rencontre entre Caroline Lamarche et Charlotte Mollet, passée avec audace de lillustration jeunesse à lérotisme onirique de ce conte pour adultes.
autres livres classés : chasseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3823 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre