AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253098477
Éditeur : Le Livre de Poche (05/09/2018)

Note moyenne : 3.38/5 (sur 17 notes)
Résumé :
Le plus fou des romans...
Par l'auteur de L'Extravagant Voyage du jeune et prodigieux T. S. Spivet

L'histoire est un cercle, et la vie un spectacle de marionnettes... Au commencement, Radar. Il naît dans le New Jersey en 1975 alors qu'une panne d'électricité plonge l'hôpital dans le noir. Le petit garçon vient au monde avec une peau d'un « noir d'aubergine » tandis que ses parents, Charlene et Kermin, sont blancs et que Charlene est une femme f... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
TheFunkyFreshLibrary
  23 août 2016
Physiquement parlant, « Je m'appelle Radar » est une brique aussi large qu'épaisse (ou presque) avec une 1ere et une 4eme de couverture à thématique indo-africaine et un titre bizarre.
Je ne l'aurais pas acheté, pas d'attirance particulière (ça ne s'explique pas!).
Sauf qu'on me l'a chaleureusement recommandé et finalement offert. Sauf que l'auteur est aussi celui d'un roman adapté dernièrement par JP Jeunet : « l'extravagant voyage du jeune et prodigieux T.S. Spivet ». Que je lirai/verrai très vite, promesse à moi-même.
Car je ne vous cache pas que « Je m'appelle Radar » est une découverte merveilleuse, un bijou de roman bizarre.
Voilà pour ce que vous raconte la 4ème de couverture :
« L'histoire est un cercle, et la vie un spectacle de marionnettes... Au commencement, Radar. Il naît dans le New Jersey en 1975 alors qu'une panne d'électricité plonge l'hôpital dans le noir. le petit garçon vient au monde avec une peau d'un " noir d'aubergine " tandis que ses parents, Charlene et Kermin, sont blancs et que Charlene est une femme fidèle. Déboussolée, elle le soumet à une batterie de tests. Après des années de vaine quête auprès de différents médecins, Charlene et Kermin tentent un ultime essai : ils acceptent la bizarre invitation de Kirkenesferda, un groupe d'artistes-scientifiques du Grand Nord norvégien... »
Cette affaire de couleur de peau n'est que le point de départ du roman, il ne faut pas s'y tromper. Parce que l'histoire racontée, elle, a plusieurs débuts, qui vont s'échelonner au fil de la lecture. Un autre de ces commencements se situe en Serbie, un autre encore au Cambodge. Ainsi, le lecteur est immergé dans des contextes très différents, des vies et des personnalités multiples, des situations historiques aussi variées que le siège de Sarajevo et le régime des khmers rouges. le tout compose l'histoire, sans pour autant laisser le lecteur dans l'ignorance des liens qui unissent ces destinées : on ne se perd pas, mais on s'immerge alternativement dans ces ambiances. On remonte le fleuve Congo, comme si on y était, on assiste aux horreurs des conflits dans la jungle indochinoise, on s'interroge sur le sens de l'art, on s'initie au froid et à la faim à Belgrade. Et toujours, toujours, on sait pourquoi l'auteur nous raconte cela, on comprend où il nous emmène. Il sait alterner avec brio le récit d'aventure, le roman initiatique, le texte introspectif, l'épopée historique et la saga familiale. Certains passages sont dignes de grands thriller, d'autres très chargés d'humour. Et la poésie prend le dessus, pour finir.
S'ajoute que l'auteur s'est amusé à semer une multitude de parallèles insignifiants mais jouissifs, que le lecteur notera, ou pas : deux hommes, dans deux aéroports différents et à deux époques distinctes, « passent la serpillière sur un sol déjà propre ». Trois personnages racontent le même rêve ou vivent la même expérience métaphysique. Des objets, aussi, se baladent d'une époque à l'autre, d'un lieu à l'autre. « L'histoire est un cercle » : c'est peut-être là le propos principal de ce grand roman. Je l'ai vu aussi qualifié de « roman-kaléidoscope », à quoi s'ajoutait « foisonnant, jubilatoire, culotté et mordant » et je crois qu'avec ça, tout est dit !
Je conseille vivement sa lecture, et ne trouve pas de reproche à lui faire. Si ce n'est, peut-être, celui de nous abandonner après le point final.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          32
LeaTouchBook
  16 mai 2016
Reif Larsen est l'auteur d'un des romans les plus uniques et émouvants de ces dernières années : L'extravagant voyage du jeune et prodigieux T.S. Spivet; avec Je m'appelle Radar cet auteur nous emmène à nouveau dans une aventure inoubliable !
Si j'ai préféré son prédécesseur il n'en reste pas moins que ce fût un plaisir de retrouver la plume de cet auteur : un style original, très original même... Certains ingrédients sont repris notamment les multiples illustrations intégrées au récit ou encore la rencontre avec des protagonistes étonnants, à la marge, sortis tout droit d'une imagination débordante ? Dans tous les cas cet écrivain sait manier la fiction et nous livre une histoire extraordinaire !
Vous l'aurez remarqué si vous l'avez croisé en librairie, ce livre est un sacré beau pavé : plus de 700 pages, écrit tout petit : il faut donc attraper le lecteur et ne pas le lâcher, pari réussi ? Pour moi oui, malgré une construction assez complexe et une flopée de protagonistes, je suis restée attentive et fascinée jusqu'au bout. Certes il y a des longueurs, certaines descriptions ou certains approfondissements paraissaient inutiles pour le coeur de l'intrigue mais on ne perd pas la substantifique moelle de ce roman.
Vous allez ainsi suivre de nombreux périples, de multiples existences, vous verrez des histoires s'arrêter pour recommencer 100 pages plus loin mais entre temps vous aurez découvert d'autres personnages avec une vie aussi passionnante : c'est une véritable expérience littéraire que nous propose Reif Larsen, il faut aimer la différence, la réflexion sous-jacente pour se plonger corps perdu mais je peux vous dire que cela vaut la peine de se perdre dans ce labyrinthe d'idées !
En définitive, une bonne lecture qui démontre encore une fois tout le talent de Reif Larsen pour mélanger la réalité et la fiction dans des histoires incroyables !
Lien : http://leatouchbook.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
AliceFee
  24 mai 2017
Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Radar ?
"J'avais été très intrigués par L'Extravagant Voyage du jeune et prodigieux T.S. Spivet mais je n'avais pas eu l'occasion de le lire, je me suis donc dit que j'allais tenter l'aventure avec le nouvel opus du même auteur."
Dites-nous en un peu plus sur son histoire...
"En 1975, un jeune couple blanc met au monde un enfant noir comme le charbon. Sa mère n'aura alors de cesse de trouver ce qui "cloche" chez son fils et l'emmènera chez tous les médecins du pays. Jusqu'au jour où une troupe de théâtre scientifique installée dans le Grand Nord norvégien lui dit qu'elle peut le guérir..."
Mais que s'est-il exactement passé entre vous?
"J'aimerais vous parler des aspects positifs de ma lecture mais en toute honnêteté, même s'ils existent, ils sont noyés sous le négatif. Ce livre est sans fin, absurde, part dans tous les sens, vous raconte la vie de plusieurs personnages différents en remontant à chaque fois aussi loin que possible dans son arbre généalogique. Vous me connaissez, j'ai fini par sauter des pans entiers de l'histoire sans jamais en ressentir le manque mais tout en gardant mon inébranlable optimisme. J'attendez donc avec impatience l'apothéose, le moment où tous ces destins se croiseraient pour cheminer ensemble et nous offrir leur histoire pleine de poésie. Mais il arrive trop tard et n'apporte rien de plus, tout reste absurde et toutes les questions que vous vous posez restent en suspens. Et si vous vous êtes pris d'affection pour certains personnages, ce qui franchement n'est pas gagné, tant pis pour vous, vous ne saurez rien de leur destin."
Et comment cela s'est-il fini?
"Après avoir lu 719 pages d'absurdités, c'est le summum de la déception et de la frustration. Aucune fin, aucune réponse. Alors, je sais, certains me diront que je n'ai pas compris la beauté du concept défendu dans le livre et dont il est la représentation vivante mais je vous rassure, j'ai saisi, c'est juste que ça ne m'atteint pas ou que je suis complètement passée à côté selon le point de vue. En tous cas, en refermant ce livre, je soupire sur les heures que je lui ai consacré et qui ne me seront jamais rendues."
Lien : http://booksaremywonderland...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
mamouska
  21 décembre 2016
Pour passer des heures agréables et surtout remplies d'informations sur la sciences et la politique, c'est le livre à lire. Surtout qu'au final c'est aussi une histoire d'amour, de filiation et de théâtre. Une lecture enrichissante à tous les points de vue
Commenter  J’apprécie          00
decloitrecynthiaz
  19 février 2019
Un livre beaucoup trop dense pour en parler. Un conte très joli et très long.
Commenter  J’apprécie          00

critiques presse (1)
LeJournaldeQuebec   22 août 2016
L'écrivain propose un nouveau roman foisonnant, absolument captivant, truffé de cartes, d’illustrations et de documents plus ou moins farfelus.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   26 décembre 2016
Dans le monde qu’il avait quitté, les divisions qui poussaient les hommes à se mépriser, à se tuer, à se déclarer la guerre, reposaient souvent sur des différences invisibles. La religion, les traditions politiques, l’origine ethnique de chacun, tout cela n’avait rien d’évident jusqu’à ce qu’un nom, un accent ou un lieu de naissance soit révélé. Et si les soldats, pendant la guerre, portaient des uniformes permettant de distinguer parmi eux les Partisans des Tchetniks ou des Oustachis, dans le reste de la population, en revanche, on pouvait à sa guise se présenter comme ceci ou cela, en fonction de qui frappait à la porte. Ce flottement des identités faisait que, dans la Yougoslavie d’avant Tito, les liens familiaux primaient sur tout le reste : chacun se souciait d’abord des siens, essentiellement parce que nul ne savait qui étaient vraiment ses voisins. Kermin n’avait passé là-bas que les dix premières années de sa vie, mais cela lui avait suffi pour apprendre qui il devait protéger et qui il devait rejeter, et ces leçons-là ne s’oublient jamais. À sa manière calme et discrète, il aima d’emblée son fils de tout son être.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
fannyvincentfannyvincent   18 mars 2016
Il était un peu plus de minuit dans la salle de naissance 4C et l'obstétricien qui présidait à l'accouchement, le moustachu docteur Sherman, transpirant légèrement dans son slip en coton, se préparait, les mains tendues comme un mendiant, à la sortie imminente du crâne.
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   26 décembre 2016
Si les gens avaient pu voir Radar de près, ils auraient compris, dès le début, qu’une simple infidélité ne pouvait être à l’origine d’un basculement aussi radical du plus blanc des blancs vers « le plus noir des noirs ». Mais les gens ne pouvaient pas le voir, car aucune photo de lui n’avait été diffusée, à l’exception d’une vue (supposée) de sa couveuse, prise d’assez loin.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   26 décembre 2016
Comment nommer un être qui n’existait qu’en théorie ? À plus forte raison s’il s’agissait d’un garçon : on ne nommait pas simplement l’enfant, on nommait l’homme
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   26 décembre 2016
Les bibliothèques ne sont pas des cathédrales culturelles, ce ne sont que des entrepôts qui n’auront bientôt plus lieu d’être.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Reif Larsen (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Reif Larsen
"L'Extravagant voyage de T.S. Spivet" de Reif Larsen (Alchimie d'un Roman, épisode 5)
autres livres classés : saga familialeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1049 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre