AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Mimi Perrin (Traducteur)Isabelle Perrin (Traducteur)
ISBN : 2020799081
Éditeur : Seuil (08/04/2005)

Note moyenne : 3.56/5 (sur 79 notes)
Résumé :
Au lendemain de la guerre en Irak, l'Anglais Edward "Ted" Mundy, fils d'un major de l'armée des Indes, écrivain raté reconverti en guide touristique en Bavière, voit resurgir son passé en la personne de Sasha, l'Allemand de l'Est militant qu'il a rencontré à la fin des années 60 dans un Berlin en proie à l'agitation révolutionnaire et revu durant la Guerre froide pour le montage d'une longue opération d'agent double.
Mais aujourd'hui les temps ont changé, et ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
morin
  04 septembre 2018
Avant ce roman je n'avais lu de John le Carre qu'un seul livre : "La Constance du Jardinier". J'avais bien aimé.
Quant à "Une Amitié Absolue", honnêtement j'ai eu des difficultés à le lire et à le comprendre. J'ai même envisagé de l'abandonner alors que je n'étais pas encore page 100. Je me suis accrochée. Certains passages m'ont intéressée comme les sorties en vélos de Mundy et Sasha, leurs longues discussions, ou amusée comme le voyage en car psychédélique. En fait je dois être totalement hermétique aux activités des services secrets auxquelles je ne comprends rien.
La conclusion du roman m'a paru plutôt inquiétante.
Mais satisfaite de l'avoir lu jusqu'au bout !

Commenter  J’apprécie          70
Melcleon
  29 avril 2015
Ted Mundy et Sasha se sont connus à Berlin, à la charnière des années 60 et 70, jeunes militants de l'extrême gauche activiste mais non violente, sauf à l'endroit de la police éventuellement. Si leurs idées les rapprochent, on ne peut pas en dire autant de leur apparence ni de leur parcours. Ted est un grand échalas anglais à qui son prof d'allemand à l'université a conseillé de parfaire à Berlin à la fois sa pratique de la langue et son apprentissage d'une philosophie politique résolument à gauche. Sasha, lui, est allemand, chétif, boiteux mais doté d'un QI bien au-dessus de la moyenne. Au cours d'une manif qui tourne mal, Ted, qui a sauvé Sasha des griffes de la police, est capturé par celle-ci mais les occupants britanniques de Berlin-Ouest parviennent à lui éviter la prison ; il est rapatrié au Royaume Uni. En réalité, il a été pris en charge par les services de renseignement anglais qui ont découvert en lui des potentialités intéressantes pour en faire a priori un très bon espion en RDA et dans l'ensemble du bloc de l'Est. C'est ainsi que Ted va retrouver, pas vraiment par hasard, son ami Sasha qui comme lui est devenu agent secret. Après la chute du Mur, ils se perdent de vue à nouveau. Ted, quasiment retraité, est devenu guide touristique au château de Linderhof, et son discours s'égare souvent – mais quoi de plus naturel dans un endroit où a vécu Louis II de Bavière ? –, en particulier dans la critique du ralliement britannique à l'intervention américaine en Irak. C'est là qu'il revoit Sasha pour la dernière fois.
De par leur nature même, les romans d'espionnage sont souvent complexes ; ceux de John le Carré ne faillissent pas à la règle, mais son style est inimitable, et la traduction, je pense, parfaite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Nursus
  02 août 2017
Je l'attendais depuis longtemps, mais voici enfin mon premier John le Carré. Dévoré en 2 jours, j'ai été emballé. J'ai aimé le côté noir et réaliste, l'intelligence et l'humour des dialogues et la narration. Au passage, très intéressant d'aborder la partition de l' Inde, sujet que je me promets d'étudier de plus près (avis aux recommandations...).
Moins aimé la fin du roman, mais ça n'entame en rien mon enthousiasme.
Il fait chaud, très chaud en ce moment, je m'en vais fureter dans sa biblio, si je ne peux pas trouver une aventure plus fraiche voir sibérienne!
Commenter  J’apprécie          00
Wilena
  02 octobre 2015
Une très belle écriture, très imagée, ne mâchant pas ses mots, pour décrire le monde durant la guerre froide et après la chute du mur de Berlin, jusqu'aux attentats du 11 septembre.
Un bon roman d'espionnage où on ne sait jamais qui tire vraiment les ficelles.
J'ai été un peu déroutée au début entre les allers / retours entre le présent et le passé mais on est vite pris dans l'intrigue, jusqu'à ne plus savoir si on est dans le passé ou le présent. Je ne connaissais pas cet auteur et ce livre m'a donné envie de découvrir sa bibliographie.
Commenter  J’apprécie          00
Groucho
  26 décembre 2014
Un John le Carré, plus cynique et noir qu'à l'accoutumé. Pas le meilleur, donc non recommandé à ceux qui découvrirait l'auteur avec ce livre.
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
GrouchoGroucho   25 décembre 2014
Seule la France, avec sa truculence habituelle, refusa de se laisser émouvoir par le spectacle de l'autoflagellation de sa voisine. Un porte-parole anonyme du Renseignement français déclara que la liste d'universitaires français de gauche prétendument liés à "l'école d'euroterrorisme de Heidelberg" était un fantasme anglo-saxon.
L'intégrité des célèbres intellectuels et universitaires français restait immaculée. Un communiqué de la porte-parole du président français déclarant que "toute cette affaire sentait la manipulation médiatique d'un amateurisme extrême" fut jugée scandaleusement arrogant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   25 décembre 2015
Monsieur Mundy, la musique n’est pas votre refuge. Peut-être le deviendra-t-elle le jour où vous aurez ressenti les émotions qu’elle exprime, mais rien ne nous l’assure. Alors peut-être serait-il préférable de vous réfugier pour l’instant dans la langue. Comme l’a dit Charlemagne, posséder une autre langue, c’est posséder une autre âme. L’allemand est cette langue. Une fois que vous l’avez en tête, vous pouvez y pénétrer à loisir et fermer la porte, c’est votre refuge.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
frankgthfrankgth   27 août 2011
Le jour où son destin le rattrapa, Ted Mundy, perché sur une caisse à savon dans l'un des châteaux bavarois du roi Ludwig le fou, arborait un chapeau melon. Pas un melon classique, mais façon Laurel et Hardy plutôt que Savile Row. Pas un chapeau anglais, malgré le drapeau britannique brodé en soie orientale sur la poche-poitrine de son antique veste en tweed. La griffe graisseuse à l'intérieur de la calotte en attribuait la paternité à MM. Steinmatsky et fils, Vienne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
morinmorin   04 septembre 2018
Mundy attend.
Et après avoir attendu, il attend encore.
Pendant son attente, rien n'arrive en même temps, tout est linéaire. Il attend à Linderhof et chez lui. Il attend l'enveloppe portant les pattes de mouche familière de Sasha, il attend la voix rauque de Sasha au téléphone.
Commenter  J’apprécie          20
the_billthe_bill   21 février 2019
M. Blair s'est déclaré convaincu que la découverte des armes de destruction massive irakiennes est imminente. Selon Donald Rumsfeld, secrétaire américain à la Défense, les Irakiens auraient bien pu les détruire avant le début de la guerre.
" Vous pourriez pas vous mettre d'accord, bande d'abrutis ? " s'irrite Mundy.

[p.9]
Commenter  J’apprécie          10
Videos de John Le Carré (30) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de John Le Carré
Bande annonce de la série The Little Drummer Girl, Adaptation du roman La Petite Fille au tambour de John Le Carré.
autres livres classés : espionnageVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

L'espion qui venait du froid

"L'espion qui venait du froid" est un roman d'espionnage signé...

Frederick Forsyth
Jack Higgins
Graham Greene
John le Carré

10 questions
51 lecteurs ont répondu
Thème : L'espion qui venait du froid de John Le CarréCréer un quiz sur ce livre