AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782253039693
254 pages
Le Livre de Poche (01/10/1986)
3.63/5   197 notes
Résumé :
Les plus grands cerveaux scientifiques de notre temps sont soudain victimes de crises de folie meurtrière, aveugles et terrifiantes. Hasard ? Stress ? Loi des séries ? Le monde entier s'interroge. Seuls trois hommes dotés d'un savoir hors du commun sont capables de découvrir la vérité.
La guerre des cerveaux a commencé. Mais qui la dirige : un pays, une société secrète, un individu isolé ?
Un formidable combat s'engage à travers le monde, de New York à... >Voir plus
Que lire après La Guerre des cerveauxVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
3,63

sur 197 notes
5
0 avis
4
2 avis
3
6 avis
2
1 avis
1
0 avis
Des savants, spécialistes dans leur domaine de recherche, tuent leurs proches avant de se suicider. le point commun entre tous ces morts : il ne reste rien des cerveaux, les têtes sont explosées, les cerveaux rendus à l'état de bouillie.
Quel est le lien entre ces "cerveaux" ? Pourquoi basculent-ils dans la folie brutalement ? Un homme cherche à comprendre.
J'ai trouvé brouillon le début du roman, puis l'ayant lu quasiment d'une traite, je me suis dit qu'il n'était finalement pas si mal ficelé que mon premier ressenti le laissait présagé. Il a cependant un petit goût de "passé", mais cela ne m'a pas vraiment gêné. En le refermant, je repensais à l'ambiance de la série télévisée "Le prisonnier", l'homme perdu dans un monde clos, dominé par des éléments qu'il ne maîtrise pas et orchestré par une société secrète. J'ai trouvé qu'il y avait un peu de ça dans ce roman.
Commenter  J’apprécie          200
Quelle déception !
Et pourtant, j'avais un superbe souvenir de cet auteur et là, patatras, c'est la cata !
Répétitions après répétitions, on arrive finalement au bout du roman et l'on se dit, tout ça juste pour ça !
Car si l'idée de base est originale, la forme laisse à désirer et les personnages sont peu convaincants et deviennent vite énervants. Qui plus est, le côté thriller est tellement simpliste qu'on découvre rapidement le nom du grand méchant sans vraiment comprendre les motivations profondes qui l'ont emmené à ce lavage de cerveaux systématique.
Et ce n'est pas le fond un peu vieillot, genre guerre froide, qui m'a déplu, plutôt cette impression d'ensemble d'un manque de consistance. J'ai eu l'impression de lire un roman facile, à ficelles, sur un sujet qui pourtant ne manque pas d'intérêt.
Bon, vu la chaleur caniculaire de ces derniers jours, je suis peut-être passée à côté du sens profond de cet ouvrage ;-)
Commenter  J’apprécie          100
Les plus grands cerveaux scientifiques de notre temps sont soudain victimes de crises de folie meurtrières, aveugles et terrifiantes.
Le monde entier s'interroge.
Seuls trois hommes, dotés d'un savoir hors du commun, sont capables de découvrir la vérité. Un formidable combat s'engage, alors, à travers le monde...
Avec un suspens haletant, ce roman vous emmène dans la spirale sans fin de l'intelligence.
Bernard Lenteric retrouve ici pour notre plus grand plaisir le ton de "la nuit des enfants rois".
Commenter  J’apprécie          100
Un neuro-physicien réputé, Prix Nobel et en pleine possession de ses moyens décide, un soir, de droguer puis d'exécuter toute sa famille avant de se suicider. Un véritable massacre. A part le sang, il ne laisse derrière lui qu'un dessin saisissant. Celui d'un cerveau humain transpercé d'une flèche.

Peu de temps après, un neurochirurgien américain et un savant français sont frappés de la même folie, commettent le même bain de sang. Si les méthodes divergent, il n'en reste pas moins un dénominateur commun. La mise en scène est identique. Un cerveau humain est transpercé par quelque chose.

La police fait chou blanc et conclue à de simples suicides. Seul un homme enquête discrètement. Il s'agit d'Arnold Wellman, lui-même scientifique reconnu. Mais enquête-t-il pour les bonnes raisons ? Quels sont ses liens avec un mystérieux triumvirat ?
William Ashby, dandy décadent et élitiste, jusqu'à quel point ?
Jessy Flanagan, séductrice collectionnant les mémoires, obtenues de quelle façon ?
Victor Pevsner, homme intelligent aux méthodes douteuses.

Sont-ils coupables ? Y a-t-il d'autres acteurs en jeu ? S'il y a une raison à tout cela, quelle est-elle ? La guerre des cerveaux a commencé. Mais qui la dirige ?


Une fois de plus, Bernard Lenteric fleurte avec le fantastique. Ce livre est à mis chemin entre le polar et la science-fiction. On y croise des meurtriers, des fanatiques, des intelligences supérieures, différentes personnalités toutes persuadées de détenir LA vérité. Ecrit en 1985, le livre reflète également l'inquiétude de l'époque face aux progrès de l'informatique, à ses possibles débordements, à une possible domination de l'homme par la machine.

Par le biais de ses personnages, Lenteric nous appâte, nous laisse des indices. La lecture est plaisante. Si l'on devine le dénouement un peu avant la fin, il faut cependant attendre les dernières lignes pour en découvrir tous les tenants et les aboutissants.
En conclusion, il s'agit d'un très bon roman, dans la même lignée que La nuit des enfants rois.
Commenter  J’apprécie          00
La guerre des cerveaux aura encombré le mien plus longtemps que prévu. Un gros « bof » pour ce roman qui date un peu (1985) pour traiter d'un tel sujet. Mais le problème ne vient pas de là mais surtout des informations trop techniques qui sont sans intérêt et m'ont franchement barbé.

Autant Robin Cook ça passe au niveau des infos médicales autant ici ça m'a ennuyé. Exemple page 183 je cite : « Il s'agissait d'une idéographie du débit sanguin cérébral obtenue par le biais d'un isotope radioactif, du xénon 133 très certainement, et filmé par une caméra à positrons ».
Et des citations comme celle-là, ça n'arrête pas.

L'idée du fonctionnement et de la manipulation des cerveaux est très bonne mais gâchée ici par une profusion d'informations techniques non à la portée du lecteur lambda. L'histoire ne décolle pas et dure plus de 300 pages dont seulement une cinquantaine accrochent un peu le lecteur.

Je n'ai pas envie de retenter l'expérience avec cet auteur.
Commenter  J’apprécie          41

Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
Parvenu à ce stade, Arnold Wellman jugea qu'il avait établi les principaux éléments de son équation. Il prit une chaise et s'installa en face du tableau, décidé à se laisser aller à cette faculté propre aux enfants et aux grands créateurs : la perception syncrétique. Son bout de craie entre les doigts, les yeux à demi fermés, il s'appliqua à effacer de son esprit toute trace de raisonnement logique jusqu'à parvenir à ce état de demi-conscience où la vision analytique s'estompe au profit d'une imprécise rêverie. Les minutes passèrent, tandis qu'au-dehors la tempête redoublait encore de violence. Arnold Wellman oublia son tableau noir, il se laissa emporter par la fureur tourbillonnante de la tempête, il survola le parc et ses arbres agités par le vent, il survola l'océan et son écume, perçut le choc cinglant des lames contre les récifs de Gay Head, il s'endormit peut-être, rêva probablement, mais resta droit sur sa chaise, sans bouger.
Commenter  J’apprécie          20
Vladimir Rojnov se considérait comme un savant et un chercheur investi d'une mission qu'il résumait par une formulation toute scientifique. Il 'dirigeait' les émotions du malade afin de l'aider à combattre les instincts pathogènes qui le mettaient en conflit avec la société.
Commenter  J’apprécie          40
Vous vous méfiez de la génétique, la logique qu’elle propose vous inquiète, ma chère Jessy, mais que faites-vous dans votre laboratoire de Stanford, sinon appliquer votre propre logique lorsque vous sélectionnez les meilleurs cerveaux avant de les presser comme des citrons pour les mettre en mémoire dans vos machines ! Tout nous oblige à la sélection, que vous le vouliez ou non c’est une règle à laquelle nous sommes condamnés si nous voulons avancer.
Commenter  J’apprécie          20
Le cerveau est le siège de l’intelligence. Il se compose de deux parties ou hémisphères, reliées par un corps central appelé corps calleux. Le cerveau est un organe fragile protégé par l’os du crâne, et en relation avec le reste du corps par le système nerveux. C’est le cerveau qui commande nos actes et dicte notre comportement.
Commenter  J’apprécie          20
La vie n'est pas un phénomène instantané, elle est, à condition d'être dans la durée. Un peuple n'est pas un ensemble cohérents dans le présent, hommes et institutions tendent vers la durée. Si l'on induit un peuple à des actes qui ne servent que l'utilité immédiate, à une politique au jour le jour, à une consommation sans investissement et à une libération sans contrôle, ce peuple n'est plus un peuple mais une foule en train de se détruire, résidu d'un peuple assassiné ou suicidé. p. 159
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Bernard Lenteric (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bernard Lenteric
Adaptation #2 : La nuit des enfants rois
autres livres classés : intelligenceVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (568) Voir plus



Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
5008 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..