AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782764405161
Québec Amérique (28/06/2006)
3.5/5   6 notes
Résumé :
Que reste-t-il du passé ? Comment l'écrire ? Peut-on écrire comme la mémoire, par flashs ? Les souvenirs ne sont-ils que des clichés ? Sont-ils réels, réels mais passés, ou inventés ? Faut-il pardonner aux gens ? Et comment alors les aimer ?

Pour son premier ouvrage, Sophie Létourneau nous offre quarante polaroïds, réminiscences d'un passé façonné pour la caméra. Quarante moments croqués sur le vif, remplis de douleurs et de joies qui n'apparaîtront j... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Lali
  07 août 2013
La vie, quand on y pense, c'est peut-être un série d'instantanés qui nous viennent en tête quand il nous arrive d'entrer aux pays de nos souvenirs afin que s'en détachent les événements marquants que d'aucuns pourront juger banals s'ils ne sont pas les leurs ou magiques parce qu'ils ont quelque chose de magique, de tendre, d'émouvant.
Sophie Létourneau, avec Polaroïds, un recueil de récits publié en 2006, réunit quelques-uns de ces instantanés qui restent inoubliables parce qu'ils lui ont apporté un bonheur intense ou été source d'une douleur profonde.
Du Lévis de son enfance et de son adolescence au Montréal de ses études, avec quelques escales au Québec, Sophie Létourneau nous dessine des lieux, des personnages, des moments, où certains y verront peut-être de la nostalgie, alors qu'il s'agit à mes yeux d'un bel exercice qui donne l'occasion à la jeune écrivaine d'exprimer en peu de mots l'émotion qui se dégage des situations de tout genre qui ont jalonné sa vie.
Peu importe la part de vérité qui sous-tend chacun de ces 40 récits, là n'est pas le but de ceux-ci. C'est dans sa simplicité, la brièveté des textes, leur pouvoir d'évocation de ceux-ci, que ce recueil trouve sa raison d'être. En évitant de nous fournir nombre de détails inutiles pour le genre, Sophie Létourneau réussit là où d'autres échouent dans leur volonté de n'oublier aucun détail.
Or, c'est pourtant bien connu : qui trop embrasse mal étreint.
Sophie Létourneau a éliminé le superflu, conservé l'essentiel. le choix est heureux, malgré cinq ou six textes un peu moins forts sur les quarante proposés.
Puisse Chanson française, son premier roman, lequel vint tout juste de paraître, être aussi captivant que ses récits. Je ne devrais pas tarder à vous en donner des nouvelles.
Lien : http://lalitoutsimplement.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Cocotte8017
  13 février 2015
Sophie Létourneau nous offre dans ce récit 40 moments de vie tirés de ces souvenirs. 40 instants d'enfance ou d'adolescence qui n'ont l'air de rien, mais qui pourtant façonnent une personnalité, une identité. En refermant le livre, je me suis sentie très proche de Sophie Létourneau comme si je la connaissais. En ayant le même¸ âge qu'elle, je me suis souvent reconnue dans ces anecdotes, ce qui m'a parfois fait rire, parfois touchée. Avec une plume simple, mais vivante, l'auteure sait à merveille traduire les petits malaises, les grandes déceptions, les joies de l'enfance et l'adolescence.
Quelle lecture agréable! J'ai beaucoup aimé! Un récit tout à fait rafraîchissant!
Commenter  J’apprécie          10
Carolire
  13 décembre 2007
D'une écriture vivante, Sophie Létourneau, nous offre quarante polaroïds de petits bonheurs et grands malheurs de cet entre-deux si difficile à traverser qu'est l'adolescence.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
CarolireCarolire   13 décembre 2007
« Je la haïssais. Je n'ai jamais détesté quelqu'un comme je la détestais, elle. Pour dire vrai, je n'ai de ma vie détesté personne sauf elle. Mais je ne le montrais pas. Je ne faisais que lui opposer une indifférente dignité. L'impassivité d'une poupée de porcelaine. » (p. 33)
Commenter  J’apprécie          00
CarolireCarolire   13 décembre 2007
« Je la haïssais. Je n'ai jamais détesté quelqu'un comme je la détestais, elle. Pour dire vrai, je n'ai de ma vie détesté personne sauf elle. Mais je ne le montrais pas. Je ne faisais que lui opposer une indifférente dignité. L'impassivité d'une poupée de porcelaine. » (p. 33)
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : mémoireVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Littérature québécoise

Quel est le titre du premier roman canadien-français?

Les anciens canadiens
La terre paternelle
Les rapaillages
L'influence d'un livre
Maria Chapdelaine

18 questions
189 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature québécoise , québec , québécoisCréer un quiz sur ce livre