AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782924898550
216 pages
La Peuplade (05/03/2020)
3.26/5   23 notes
Résumé :
Il y a toujours eu cette idée qu’avec le prochain amoureux viendrait le prochain livre. En 2008, Sophie Létourneau consulte une cartomancienne qui lui prédit que, grâce à un livre, elle rencontrera l’homme de sa vie. Mais avant cela, il lui faudra déménager à Paris, s’amouracher d’un petit Français et se rendre en Asie.



Sous la forme d’un collier de fragments, Chasse à l’homme présente l’histoire vraie des coïncidences fastes qui ont ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
bilodoh
  19 octobre 2020
Une autofiction, plutôt comme une collection de pensées, d'entrées disparates d'un journal intime de plusieurs années.

Un récit de vie amoureuse, des hommes que lui avait prédits une voyante, un petit Français dont les copines avaient dessiné les contours, des rencontres et des voyages avant de retrouver l'Homme.

Un livre court, une forme éclatée, poétique, avec des paragraphes qui flottent sur les pages et beaucoup d'espaces blancs que le lecteur peut aménager de son propre imaginaire.

Une écriture moderne, une saveur originale à découvrir.
Commenter  J’apprécie          180
cathulu
  07 mars 2020
Même si Sophie Calle l'a devancée en se lançant à la poursuite d'un homme sur les conseils d'une voyante,  ce qui était son projet initial, Sophie Létourneau ne se décourage pas et réécrit plusieurs fois ce qui deviendra cette Chasse à l'homme.
Récit, jeu d''écriture performative, ce texte force le réel , interroge l'autofiction et brosse le portrait d'une jeune femme à Paris, à Montréal, mais aussi dans le monde littéraire . "Des escortes, c'est ce qu'ils voient en nous. et tous ces autres que j'oublie. Parce que c'est bien cela ,le pire : ils sont si nombreux, si communs, qu'à force on oublie."
Et le temps passant, l'autrice dresse un constat alarmant : "Aujourd'hui, j'ai trente-neuf ans, je suis professeure, j'ai publié des livres, je suis en position d'autorité et je ne ais toujours pas comment ne pas laisser le champ libre-le champ littéraire, le champ universitaire, qui sont les deux champs que je connais- à ceux qui font de nos carrières des champs de mines."
Un projet et un texte passionnants pour tous les amoureux de l'écriture et des contraintes littéraires, qui permettent d' envisager le réel d'une nouvelle manière.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
soeurcierelitteraire
  30 août 2021
« Chasse à l'homme » est un roman d'amour, l'autrice ne s'en cache pas. le titre fait référence à la « drague à la française » (le titre est extrait de « Comment devenir une vraie Parisienne »). Une quête d'amour provoquée par une consultation chez une voyante, qui prédit à Sophie Létourneau la rencontre avec l'homme de sa vie. Mais pour y arriver, elle devra partir à Paris et à Tokyo puis revenir au Canada. Sophie fait des choix qui déterminent sa vie en fonction des prédictions de la voyante, et qui déterminent également le livre qu'elle est en train d'écrire.
Je vais être honnête avec vous, l'aspect romantique du livre m'a lassée. Par contre, j'ai trouvé dans ce livre beaucoup de réflexions très pertinentes sur la littérature, ses biais sexistes et la manière dont elle se construit. Tous•tes les écrivain•e•s s'inspirent-ielles de leurs vies ? Pourquoi l'autofiction est-elle regardée avec condescendance si c'est le cas ? Comme se le demande Pierre Bayard, la littérature s'inspire-t-elle toujours de ce qui la précède ? Pourquoi ne pourrait-elle pas s'inspirer de ce qui la suit ?
Je suis une grande amatrice d'écriture fragmentée et j'ai trouvé qu'elle se prêtait parfaitement à cette déconstruction du roman d'amour, à ce jeu métafictionnel, entre présent et futur, entre Montréal, Paris, Tokyo et Québec.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Lololido
  08 mars 2021
Je n'affectionne pas particulièrement l'auto-fiction, alors ma critique est à prendre avec un grain de sel. D'abord, je repproche à ce roman son absence de structure ou de rythme. Il s'agit d'une préférence personnelle, mais j'aime que mes histoires aient un squelette, que la manière d'amener et de disposer ses différents éléments ait été réfléchie. Ici, le seul fil conducteur, ce sont les prédictions de la voyante, et disons qu'il m'en fallait un peu plus. Ce n'est pas une mauvaise chose en général, peut-être que d'avoir un récit structuré est une tâche difficilement réalisable quand on écrit de l'auto fiction, mais bon, c'est une mauvaise chose pour moi. Toutefois, ce qui aurait pu racheter ce livre, soit la beauté de l'écriture, n'était pas non plus au rendez-vous. Il y a quelques jolies images par-ci par là, mais c'est tout, rien qui chavire. En bref, on dirait quelques extraits du journal intime de l'autrice relatant en peu de mots (et sans profondeur) des histoires d'amour. La différence entre ce roman et le journal qu'aurait rédigé n'importe quel quidam correspond aux nombreuses références littéraires qu'il contient. le bon: c'est court. Et j'ai beaucoup aimé la phrase qui disait quelque chose comme «la première chose que je ferais si j'avais été violée, c'est de me convaincre qu'il ne s'agissait pas d'un viol» (ce n'est pas la citation exacte, je ne trouve plus le livre).
Lien : https://www.babelio.com/livr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
unbrindesyboulette
  07 mai 2020
Décidément les auteurs québécois savent m'emmener dans leurs mots emplis de poésie! Et Sophie Létourneau ne déroge pas à cela. L'auteure nous raconte la genèse de ce livre et emmène son lecteur dans la rédaction de celui-ci par le biais de sa quête d'un amoureux. « Chasse à l'homme » a eu des précédents titres, des ébauches jusqu'à ce que Sophie livre ce récit là. Elle se dévoile dans son livre. Elle parle de son envie d'être amoureuse. Elle parle de cette quête qui peut paraître un peu folle: en effet, suivre les prédilections d'une cartomancienne à la lettre et agir selon ce qu'a dit les cartes, c'est un peu dingue quand même!! Avec ses mots, sa poésie, sa légère insouciance, Sophie m'a captée, m'a envoutée, m'a emmenée avec elle dans ses aventures, à l'assaut de Paris puis Tokyo, à la rencontre des autres, de l'autre, du bon ou pas. Dans « Chasse à l'homme », l'auteure s'adresse à nous les femmes, elle le fait comme si elle parlait à une amie, elle se confie, se raconte. C'est un peu comme si nous lisions son journal intime. Et pour ce côté intime, Sophie Létourneau s'est appuyée sur une autre artiste qui est Sophie Calle. Artiste que je ne connaissais pas et que j'ai découvert grâce à l'auteure. Sophie Calle fait de sa vie son oeuvre: elle suit les gens, les photographie, va jusqu'à les suivre à Venise. Et quand on apprend à connaître Sophie Calle, on comprend encore mieux la démarche de Sophie Létourneau et son récit « Chasse à l'homme ». D'ailleurs, ce titre colle tellement bien au livre: l'auteure part littéralement à la chasse à l'homme, à l'homme de sa vie et cela m'a fascinée jusqu'à peut-être même l'envier!!
En résumé, « Chasse à l'homme » doit être lu par ceux qui ont une jolie sensibilité aux mots, à la poésie, à l'amour, à l'inconnu. À ceux un peu craintifs. À ceux qui aiment lire un beau récit d'une auteure à la plume envoutante et enchanteresse!
Lien : https://unbrindesyboulette.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (2)
LActualite   17 mai 2021
Le roman Chasse à l’homme, de Sophie Létourneau, est en lice pour les Prix littéraires du Gouverneur général 2020 dans la catégorie Romans et nouvelles.
Lire la critique sur le site : LActualite
LeJournaldeQuebec   14 décembre 2020
C'est un roman qui donne envie d'écrire, de lire et de provoquer le destin amoureux qu'elle a lancé une semaine avant le premier confinement.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
bilodohbilodoh   19 octobre 2020
A-t-on jamais reproché à un homme, comme on le reproche à certaines femmes, de trop vouloir ? N’est-ce pas la définition même du héros que de vouloir trop ?

(La Peuplade, p.147)
Commenter  J’apprécie          90
bilodohbilodoh   19 octobre 2020
Moi qui savais à peine tracer les lettres de mon prénom, j’avais résolu d’écrire des livres. À cinq ans, je connaissais le pouvoir qu’avaient les mots de rendre le monde plus beau.

(La Peuplade, p.161)
Commenter  J’apprécie          10
CarjoCarjo   01 mai 2022
La différence entre les hommes et les femmes, c’est que les hommes s’étonnent quand on ne les aime pas. p. 28
Commenter  J’apprécie          00
antoinegervaisantoinegervais   19 avril 2022
Le réel est un gibier qui charge plutôt que de se laisser capturer.
Commenter  J’apprécie          00
antoinegervaisantoinegervais   19 avril 2022
Un livre peut-il donner forme à une vie?
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : visionVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Littérature québécoise

Quel est le titre du premier roman canadien-français?

Les anciens canadiens
La terre paternelle
Les rapaillages
L'influence d'un livre
Maria Chapdelaine

18 questions
188 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature québécoise , québec , québécoisCréer un quiz sur ce livre