AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782070325139
328 pages
Gallimard (13/04/1989)
3.58/5   99 notes
Résumé :

Les démocraties contemporaines, marquées par le dépérissement des grands projets collectifs, seraient entrées dans l'ère du vide. Cependant, ce vide idéologique n'est pas nécessairement un mal mais constitue aussi une chance. Chacun peut désormais se consacrer tout entier à lui-même et mener une vie "à la carte". Gilles Lipovetsky, évitant l'écueil de la déploration, analyse sans les juger les formes actuelles de l'individualisme. Sans ignorer les effets per... >Voir plus
Que lire après L'ère du vide : Essais sur l'individualisme contemporainVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
3,58

sur 99 notes
5
2 avis
4
5 avis
3
2 avis
2
1 avis
1
1 avis
« La culture du narcissisme », livre du sociologue américain Christopher Lasch, publié en 1979, avait radicalement changé ma vision de la société moderne. « L'ère du vide », du sociologue français Gilles Lipovetsky, publié 4 ans plus tard, le complète parfaitement.

Le sujet du livre est l'individualisme post-moderne et le narcissisme contemporain, le même que Lasch. D'ailleurs, Lipovetsky cite maintes fois son collègue américain dans l'essai intitulé « Narcisse ou la stratégie du vide ». Tandis que Lasch abordait cette thématique à travers le prisme de la famille, du sport ou de la thérapie par exemple, Lipovetsky étend encore l'analyse. Il formule le concept de « séduction », qui peut se définir comme la possibilité d'un choix à la carte de l'existence individuelle, conduisant à une atomisation des individus au sein de la société. Il s'intéresse aux thématiques de l'humour et du comique, de l'art, de la violence, de l'honneur, de la révolution et même de la musique. Cette étude large du phénomène individualiste post-moderne permet de mieux saisir ses enjeux, ses manifestations concrètes.

Mais on en vient ici à ce qui constitue ici le défaut de la thèse de Lipovetsky, selon moi. Ce défaut, c'est la fatalité extrême de l'émergence de la personnalité narcissique chez les individus post-modernes. Je le rappelle, selon Lipovetsky, le système contemporain est un système de séduction, qui propose un maximum de choix et de possibilités aux individus, leur permettant de fabriquer leur existence à leur convenance. Mais le corollaire de cette définition est que tous les choix de vie, dès lors qu'ils sont compris dans le cadre temporel de la post-modernité, plongent leurs racines dans un individualisme et un narcissisme excessifs. Ainsi, peu importe les phénomènes sociaux et les projets idéologiques, tous peuvent être expliqué par la volonté égocentrique des individus qui les portent.

Vous êtes ultra-connectés et vous ne pouvez plus vous passer de votre smartphone ? Vous êtes donc individualiste car vous vous renfermez sur vous-même et cherchez à vous couper du monde. A l'inverse, vous avez abandonné votre smartphone et cherchez à vous ouvrir aux autres et au monde ? Vous êtes également individualiste et narcissique car votre choix est marginal et à contre-courant, vous psychologisez vos relations à autrui et cherchez à améliorer votre petite existence par la rencontre et l'expérience ; vous recherchez la sensation, ou le sens de VOTRE vie.

La thèse de l'auteur ne laisse donc aucune issue : dès l'instant où vous faites un choix de vie, quel qu'il soit, vous devenez un produit de la société post-moderne individualiste. Comme plus aucun grand système de sens, aucune grande institution, aucune grande valeur ne guident le groupe, chaque individu est livré à lui-même et condamné à être libre, et donc narcissico-égocentrique. Fatalisme pessimiste ou Réalisme glaçant ?

De plus, il m'a semblé que beaucoup de traits considérés par l'auteur comme propres au narcissisme post-moderne étaient en réalité beaucoup plus anciens voire intemporels : philosophie moniste, culte du corps, rapport de domination dans les relations interpersonnelles, volonté de détachement passionnel et d'invulnérabilité émotionnelle, refuge dans une citadelle intérieure… Cela peut faire penser aux stoïciens, à Montaigne ou à Spinoza, non ? J'en déduis donc que les individus ne sont narcissiques que parce que leur époque l'est, et qu'ils n'ont donc aucun moyen de ne pas l'être…

Le texte est parfois ardu, l'auteur utilise un vocabulaire de niche, des concepts et des néologismes rares, parfois des phrases à rallonge. Mais dans l'ensemble, le propos est limpide et le message clair, et on trouve au fil des pages quelques paragraphes brillants.

Il faut aussi saluer le talent visionnaire exceptionnel de l'auteur, qui refuse les poncifs absurdes ou les constats obsolètes, comme par exemple : « Olalala la société de consommation nous pousse à acheter et à nous définir uniquement à travers ce que nous possédons, elle détruit les codes traditionnels pour créer un consommateur uniformisé et standardisé tel un robot… ». Non, au contraire, Lipovetsky va beaucoup plus loin, il comprend que la consommation purement matérialiste ne dépasse pas les années 60, et que la logique de la séduction s'immisce beaucoup plus profondément dans la personnalité. A ce sujet, il écrit : « c'est le « matérialisme » exacerbé des sociétés d'abondance qui, paradoxalement, a rendu possible l'éclosion d'une culture centrée sur l'expansion subjective, non par réaction ou « supplément d'âme », mais par isolation à la carte. La vague du « potentiel humain » psychique et corporel n'est que l'ultime moment d'une société s'arrachant à l'ordre disciplinaire et parachevant la privatisation systématique déjà opérée par l'âge de la consommation. ». C'est quand même bien plus poussé !
Commenter  J’apprécie          70
L'auteur présente en tout début d'ouvrage la caractéristique de ce qu'il nomme les sociétés post modernes, à savoir l'émancipation du plus grand nombre d'individus des règles uniformes prévalant jusqu'à lors et qui s'imposaient à la masse. le libre déploiement de la personnalité, la jouissance assumée sont les caractéristiques de ces sociétés qui mettent en avant l'hédonisme sinon le narcissisme.
Ainsi, l'auteur entrevoit il le post-modernisme, également marqué par un désintéressement de masse qui touche tous les domaines : travail (absentéisme et pré-retraite), famille (expansion des divorces et de la monoparentalité), engagement public (syndicalisme en crise, abstentionnisme électoral), de manière sombre. Pour avoir été écrit en 1983, l'ouvrage avait d'ores et déjà analysé et prédit cette orientation.
Commenter  J’apprécie          172
J'ai été attiré par le titre de ce recueil d'essais parus dans des revues entre 1979 et 1982 et retravaillés. Je ne m'attendais pas vraiment à ça mais, malgré une grande complexité, j'ai trouvé cependant certaines réflexions fort intéressantes. J'ai d'abord cru que l'auteur déplorait une certaine nostalgie du passé qui n'a peut être jamais existé mais au final le style est assez neutre, constat d'un changement dans la société en comparaison du passé.
On y présente le concept de post-modernisme et "de procès de personnalisation". le ton est quelque peu pompeux et parfois on se perd un peu dans la succession de termes érudits. de plus en plus on assiste à l'effondrement de l'autoritarisme au profit de la séduction. On ne veut plus contraindre l'individu mais plutôt l'envouter en agitant la récompense de la société de consommation. Tout est fait pour s'adapter au mieux aux gouts de chacun dans une multitudes de loisirs, pensées, castes à la carte. L'individu prime sur la masse. C'est à cause de ce manque d'idéaux communs que la société sombrerait dans l'ère du vide. La grande époque du Narcissisme est là.
La société ne croit plus en la patrie, famille, armée, église, travail. Ces grands dieux ne déchainent plus les consciences, pourtant elles tirent encore les rennes dans l'ombre. Chacun se fait son petit syncrétisme perso à la cool.
Je me suis demandé à certains moments si le penseur était un vieux con ou un visionnaire extralucide!
Une partie est consacrée à l'histoire de l'art moderne et post-moderne où à force de vouloir innover, on finit par se mordre la queue.
L'humour? On a jamais si peu ri que depuis que l'humour est partout, on a jamais compté autant de dépressifs depuis qu'on a un aussi large panel de loisirs.
Un autre grand chapitre sur l'évolution de la violence au cours du temps raconte que la vengeance et l'honneur dans les sociétés holistes, ont laissé place aujourd'hui à une horreur de la souffrance d'autrui parallèlement à un individualisme profond. On a désormais besoin de l'Etat pour gérer la justice et se sentir protégé vu qu'on ne peut plus compter sur une communauté forte pour gérer les conflits. Un grand dualisme anime désormais nos vies: d'un coté un mélange de valeurs où chacun décide quelle chaussure lui sied le plus et le retour d'intégrisme rigoureux qui séduit certaines minorités.
Ce n'est livre n'est pas des plus accessibles mais m'a fait un peu penser au plus récent "Civilisation du cocon" de Vincent Cocquebert lu précédemment. C'est d'ailleurs je pense, la raison pour laquelle j'ai découvert Gilles Lipovetsky.
Commenter  J’apprécie          60
Ce livre date de 1983...L'auteur faisait déjà référence à cette époque à ce que la future société allait engendrer, à savoir l'individualisme roi, la perte du sens commun, la concurrence à tout prix..Il gardait cependant espoir en évoquant non un écroulement des valeurs morales, mais une sorte de transfert vers l'humanitaire notamment...une sorte de refuge pour l'homme, pour ne pas sombrer dans une société dépourvue d'humanité où seul le marché aurait droit de cité...En 1983 on aurait pu douter des transforamtions qu'il annoçait, même la perte des équilibres, où du moins d'une espérance dans une solution alternative y est décrite, à savoir l'écroulement du bloc de l'Est...a relire donc....
Commenter  J’apprécie          144
Une écriture prétentieuse, à la limite de l'intelligibilité, qui s'apparente plus à une démonstration d'érudition par un assemblage de mots rares et brillants qu'à un discours structuré, porteur de sens et conçu pour être compris. Il suffit de lire le pénible avant-propos pour s'en convaincre. Dommage pour une matière qui pourrait être si intéressante!
Commenter  J’apprécie          142

Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
Rien n’est plus étrange en ce temps planétaire que ce qu’on désigne par « retour du sacré » : succès des sagesses et religions orientales (zen, taoïsme, bouddhisme), des ésotérismes et traditions européennes (kabbale, pythagoricisme, théosophie, alchimie), étude intensive du Talmud et de la Torah dans les Yéchivot, multiplication des sectes ; incontestablement, il s’agit là d’un phénomène très post-moderne en rupture déclarée avec les Lumières, avec le culte de la raison et du progrès. Crise du modernisme pris de doute sur lui-même, Incapable de résoudre les problèmes fondamentaux de l’existence, incapable de respecter la diversité des cultures et d’apporter la paix et le bien-être de tous ? Résurrection du refoulé occidental au moment où celui-ci n’a plus aucun sens à offrir ? Résistance des individus et groupes devant l’uniformisation planétaire ? Alternative à la terreur de la mobilité en revalorisant les croyances du passé ? Reconnaissons que nous ne sommes pas convaincus par ce type d’analyses.

Il convient avant tout de remettre à sa juste place l’engouement actuel dont jouissent les multiples formes de sacralité. Le procès de personnalisation a pour effet une désertion sans précédent de la sphère sacrée, l’individualisme contemporain ne cesse de saper les fondements du divin : en France, en 1967, 81 % des jeunes de quinze à trente ans déclaraient croire en Dieu ; en 1977 ils n’étaient plus que 62 %, en 1979, 45,5 % seulement des étudiants déclaraient croire en Dieu. Qui plus est, la religion elle-même est emportée par le procès de personnalisation : on est croyant, mais à la carte, on garde tel dogme, on élimine tel autre, on mêle les Évangiles avec le Coran, le zen ou le bouddhisme, la spiritualité s’est mise à l’âge kaléidoscopique du supermarché et du libre-service. Le « turn over », la déstabilisation a investi le sacré au même titre que le travail ou la mode : quelque temps chrétien, quelques mois bouddhiste, quelques années disciple de Krishna ou de Maharaj Ji.

Le renouveau spirituel ne vient pas d’une absence tragique de sens, n’est pas une résistance à la domination technocratique, il est porté par l’individualisme post-moderne en en reproduisant la logique flottante. L’attraction du religieux est inséparable de la désubstantialisation narcissique, de l’individu flexible en quête de lui-même, sans balisage ni certitude – fût-ce dans la puissance de la science –, elle n’est pas d’un autre ordre que les engouements éphémères mais néanmoins puissants pour telle ou telle technique relationnelle, diététique ou sportive. Besoin de se retrouver soi-même ou de s’annihiler en tant que sujet, exaltation des rapports interpersonnels ou de la méditation personnelle, extrême tolérance et fragilité pouvant consentir aux impératifs les plus drastiques, le néo-mysticisme participe de la gadgétisation personnalisée du sens et de la vérité, du narcissisme psy, quelle que soit la référence à l’Absolu qui le sous-tend. Loin d’être antinomique avec la logique majeure de notre temps, la résurgence des spiritualités et ésotérismes de tout genre ne fait que l’accomplir en augmentant l’éventail des choix et possibles de la vie privée, en permettant un cocktail individualiste du sens conforme au procès de personnalisation. (pp. 169-171)
Commenter  J’apprécie          50
...,c'est à un détachement émotionnel qu'aspireraient de plus en plus les individus,en raison des risques d'instabilité que connaissent de nos jours les relations personnelles.Avoir des relations interindividuelles sans attachement profond,ne pas se sentir vulnérable,développer son indépendance affective,vivre seul,tel serait le profil de Narcisse.
Commenter  J’apprécie          150
La séduction renvoie à notre univers de gammes optionnelles, de rayons exotiques, d’environnement psy, musical et informationnel où chacun a loisir de composer à la carte les éléments de son existence. « L’indépendance, c’est un trait de caractère, c’est aussi une façon de voyager à son rythme, selon vos désirs ; construisez « votre » voyage. Les itinéraires proposés dans nos Globe-Trotters ne sont que des suggestions qui peuvent être combinées, mais aussi modifiées en tenant compte de vos souhaits. » Cette publicité dit la vérité de la société post-moderne, société ouverte, plurielle, prenant en compte les désirs des individus et accroissant leur liberté combinatoire. La vie sans impératif catégorique, la vie kit modulée en fonction des motivations individuelles, la vie flexible à l’âge des combinés, des options, des formules indépendantes rendus possibles par une offre infinie, ainsi opère la séduction
Commenter  J’apprécie          20
Communiquer pour communiquer, s'exprimer sans autre but que de s'exprimer et d'être enregistré par un micropublic, le narcissisme révèle ici comme ailleurs sa connivence avec la désubstantialisation post-moderne, avec la logique du vide.
Commenter  J’apprécie          100
Au fur et à mesure que la pollution sonore gagne la ville, le rire s'éteint, le silence envahit l'espace humain, seuls les enfants semblent échapper, pour un temps encore, à cette étonnante discrétion. (...) nous sommes entrés dans une phase de paupérisation du rire, allant de pair avec l'avènement du néonarcissisme.
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Gilles Lipovetsky (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gilles Lipovetsky
Comment définir le kitsch ? Qui décide de ce qui est de mauvais goût ? Pour en parler, le Book Club de Nicolas Herbeaux invite le philosophe Gilles Lipovetsky et l'auteur Nicolas d'Estienne d'Orves.
#kitsch #esthetique #bookclubculture
__________ Venez participer au Book club, on vous attend par ici https://www.instagram.com/bookclubculture_ Et sur les réseaux sociaux avec le hashtag #bookclubculture
Retrouvez votre rendez-vous littéraire quotidien https://youtube.com/playlist?list=PLKpTasoeXDrqL4fBA4UoUgqvApxm5Vrqv ou sur le site https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/bienvenue-au-book-club-part-2
Suivez France Culture sur : Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture TikTok : https://www.tiktok.com/@franceculture Twitch : https://www.twitch.tv/franceculture
+ Lire la suite
autres livres classés : individualismeVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (367) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
875 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre

{* *}