AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782012789647
351 pages
Éditeur : Hachette Littératures (30/11/-1)

Note moyenne : 3.45/5 (sur 11 notes)
Résumé :

Une exigence accrue de responsabilité personnelle est au coeur de l'individualisme contemporain. Enjoint de décider et d'agir en permanence dans sa vie privée comme professionnelle, l'individu conquérant, analysé dans Le Culte de la performance, est en même temps un fardeau pour lui-même. Tendu entre conquête et souffrance, l'individualisme présente ainsi un double visage. C'est cette culture nouvelle de la sou... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
arthurmary
  08 août 2012
On retiendra une des grandes thèses d'Alain Erhenberg : ce n'est pas parce que les choses sont plus individuelles qu'elles sont moins sociales. Autrement dit, l'individualisme de nos sociétés est bien un bien un phénomène de socialisation.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
Jeanmarc30Jeanmarc30   09 novembre 2019
L'alcool est un moteur de parole, une dynamo de la communication. Il est le support d'une imagerie désordonnée de la sociabilité parce qu'il est assimilé à la fois aux classes populaires et au débit de boissons qui est leur chez-soi. Cette sociabilité s'oppose à celle de l'apéritif bourgeois dans l'espace domestique, définissant ainsi deux manières du bien boire selon l'appartenance sociale, le mal-boire est l'alcool pris chez soi et seul, le bien-boire se déroule au café, in désinhibe l'individu et favorise la sociabilité. C'est également boire au travail, car il y a une diététique populaire de l'alcool : la stimulation, le coup de fouet pour se donner le courage et l'énergie au travail.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Jeanmarc30Jeanmarc30   09 novembre 2019
Au XIXème siècle, la drogue n'a jamais suscité les inquiétudes, voire les paniques, de ces trois grands fléaux sociaux que sont l'alcoolisme, la tuberculose et la syphilis (.).
La naissance du problème de la drogue est en effet associée à l'émergence et à la diffusion du sentiment de l'individualité sous la forme d'une double ambivalence qui perdure encore aujourd'hui : une conscience de soi, qui s'éprouve comme une division de soi, et une indépendance nouvelle à l'égard des règles sociales, qui se paie de l'asservissement à un produit? Le problème de la drogue s'est façonné dans cette alliance contradictoire entre l'émancipation à l'égard du dehors et l'assujettissement à l'égard du dedans.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Jeanmarc30Jeanmarc30   09 novembre 2019
L'humanité améliorée artificiellement par des médicaments psychotropes permettant d'apaiser l'angoisse, de stimuler l'humeur, de renforcer la mémoire ou l'imagination est en passe de devenir notre quotidien. Les débats sur les médicaments psychotropes, initiés sur les tranquillisants et les somnifères dans les années 80, se poursuivent aujourd'hui sur les antidépresseurs, tandis que l'amélioration artificielle de la mémoire et des capacités cognitives de chacun sera bientôt à l'ordre du jour via les recherches sur la maladie d'Alzheimer. Si l'on peut modifier les perceptions mentales sans danger pour soi et pour autrui, nos sociétés seront-elles composées d'individus "normaux" et assistés en permanence par des produits psychiques ? Le mythe de la drogue parfaite est une question sociologique et politique d'actualité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Jeanmarc30Jeanmarc30   09 novembre 2019
La drogue est certes un esclavage pour une partie de ses consommateurs, pourtant, les drogues, les produits psychotropes (drogues illicites, alcool, médicaments psychotropes) participent de climats existentiels propres à nos sociétés d'individus que la figure du toxicomane radicalise. Il constitue la partie émergée de l'iceberg.
Commenter  J’apprécie          40
Jeanmarc30Jeanmarc30   09 novembre 2019
Si, pour l'alcool, les sociétés occidentales ont traité des limites du droit à disposer de soi en termes de seuil, la drogue est devenue progressivement un problème de société en se construisant historiquement comme négativité pure, comme la part maudite des techniques de multiplication de l'individualité. S'il doit y avoir des limites à la libre disposition de soi, limites sans lesquelles il n'y aurait qu'une société privée, c'est-à-dire également privée d'espace public, d'espace vivable, pourquoi l'usage de drogues pose-t-il en soi problème, alors que, pour l'alcool, seul l'abus en est un ? Pourquoi la consommation de n'importe quelle drogue est-elle assimilée à une manie, alors que ce n'est pas le cas pour l'alcool ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
Videos de Alain Ehrenberg (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alain Ehrenberg
Antonio Casilli // Quelle humanité pour les générations à venir ?
Atelier des rencontres philophiques de Monaco le 17 Janvier 2018. Quelle humanité pour les générations à venir ? Avec Monique Canto-Sperber, Antonio Casilli, Alain Ehrenberg Modérateur : Raphael Zagury-Orly
>Sciences sociales : généralités>Interaction sociale>Relations Individu/Société (34)
autres livres classés : individualismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Ecrivain et malade

Marcel Proust écrivit les derniers volumes de La Recherche dans une chambre obscurcie, tapissée de liège, au milieu des fumigations. Il souffrait

d'agoraphobie
de calculs dans le cosinus
d'asthme
de rhumatismes

10 questions
204 lecteurs ont répondu
Thèmes : maladie , écriture , santéCréer un quiz sur ce livre