AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2715232810
Éditeur : Mercure de France (14/02/2013)

Note moyenne : 3/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Le goût du rouge
Textes choisis et présentés par Pascale Lismonde
Collection Le Petit Mercure, Mercure de France
Parution : 14-02-2013

Dans plusieurs langues on utilise le même mot pour dire «rouge» et «coloré». Couleur par excellence, le rouge est toujours ambivalent. C'est la couleur de la vie, car c'est celle du sang, mais le verser entraîne la mort. C'est la couleur de l'érotisme et de l'amour, mais qui conduit parfois à la pa... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Lismonde
  04 février 2014
Grand travail de plusieurs années sur les couleurs, notamment par une série d'émissions à France Culture
ces deux livres sont le début de mes publications sur le sujet

Lien : http://www.mercuredefrance.f..
Commenter  J’apprécie          31
Dedikaas
  31 août 2017
Le rouge aussi inspiré moulte peintres, écrivains ou autre dramaturges. Pascale Lismonde a réuni dans "Le goût du rouge" une sélection des plus belles évocations de la couleur dans le domaine des arts et lettres. Rufin, Baudelaire, Rimbaud, Tacite, Shakespeare, Poe, Stendhal, Leonard de Vinci, Matisse, Proust, Kessel et bien d'autres...sont au rendez-vous de ce voyage coloré.
Lien : http://wp.me/p8E8NY-KY
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
LismondeLismonde   26 février 2014
« A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu : Voyelles,
Je dirai quelque jour vos naissances latentes »…
(…….).
Dans Alchimie du verbe, Rimbaud précise: « J’inventai la couleur des voyelles. Je réglai la forme et le mouvement de chaque consonne et avec des rythmes instinctifs, je me flattai d’inventer un verbe poètique accessible un jour ou l’autre à tous les sens… J’écrivais des silences, des nuits, je notais l’inexprimable. Je fixais des vertiges . »

I rouge, comme incandescence. Le poète fait voir. Rimbaud associe à chaque voyelle une couleur différente. Les couleurs donnent vie à la matière ; de même, les voyelles ne sont-elles pas la chair et le sang dans l’ossature des mots ? Elles les font vivre, permettent les prononcer. Alchimie du verbe titre Rimbaud. Son association « voyelle-couleur » fait figure de stade ultime du processus alchimique, l’œuvre au rouge – rubedo – où se forme la pierre philosophale, qui pourrait transmuter les métaux du langage en or poétique et transporter le poète au ciel de l’immortalité.

I rouge, comme imaginaire. En 1991, cherchant un hommage insolite pour le centenaire de la disparition de Rimbaud, j’ai retenu ces étranges Voyelles colorées pour une première série d’émissions sur France Culture -sans soupçonner que soulever le voile des couleurs me ferait entrer dans un univers éblouissant, inépuisable. Commença alors tout un travail d’exploration systématique et de diffusion audiovisuelle qui trouve dans ces ouvrages une nouvelle expression éditoriale.

• I – Rouge comme Illumination
Au commencement, la lumière. Dans l’éclair de lumière originelle surgit le Rouge, primum inter pares, couleur première.

Au début du XIXème siècle, dans son Traité des couleurs, Goethe reprend les travaux de Newton sur la décomposition de la lumière blanche par le prisme (1672) et il explore la formation physiologique des couleurs. « Si, dans une chambre obscure, on projette un rayon de lumière sur une feuille de papier blanc et qu’on le regarde ensuite vers l’endroit le plus obscur de la pièce, devant nos yeux flotte alors une image ronde dont le centre reste clair mais le bord apparait aussitôt pourpre et peu à peu le pourpre envahit tout le disque éclairé. Puis le bord bleuit jusqu’à envahir tout le disque. A la fin tout devient gris et puis noir ». Et Goethe constate en extérieur la même prévalence du rouge car au moment de son lever et de son couche, les phénomènes de brume font rougir le soleil.
On se souvient ? « Le ciel est rouge, demain il fera beau » chantait le Père Duval.

Au commencement, la lumière, et le Verbe, et à la suite, la vie, le feu, l’homme et la femme, l’Amour, et la poésie, première langue.
Rouge est la couleur de l’amour divin, dans la Bible, puis chez les Chrétiens, ce sont les langues de feu du Saint Esprit reçues à la Pentecôte, ou le sang rédempteur du Christ .
(...)
Début de mon introduction / (Pascale Lismonde)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Pascale Lismonde (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pascale Lismonde
Extraits issus de « Jacqueline de Romilly, professeur dans l'âme »
autres livres classés : rougeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

De Grandes Espérances - Dickens

Le prénom de l'auteur ?

Robert
William
Charles
Gus

10 questions
76 lecteurs ont répondu
Thème : De grandes espérances de Charles DickensCréer un quiz sur ce livre