AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782754803793
120 pages
Éditeur : Futuropolis (06/05/2011)

Note moyenne : 3.73/5 (sur 11 notes)
Résumé :
Avec son écriture précise et imagée, Loo Hui Phang signe un récit intimiste et sensible, basé sur sa propre histoire, où le secret familial se vit comme un héritage tragique. Michaël Sterckeman, qui l'accompagne au dessin avec justesse et finesse, donne corps aux non-dits, et aux indicibles angoisses intimes et profondes d'un jeune enfant. Un album tout en émotions.

Louis a huit ans. Il vit avec sa mère, Laurence, dans une morne banlieue normande, au ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
trust_me
  29 février 2012
Louis, 8 ans, est un enfant taciturne et solitaire. Il vit seul avec sa maman dans une petite ville normande. Il ne sait rien de son père, en dehors de ses origines asiatiques. Sa mère, française, ne lui en a jamais parlé. A l'école, Louis l'eurasien est habitué au racisme ordinaire de ses petits camarades qui le traitent de « fils de Bruce Lee ». Il n'a pas d'ami et cela lui convient très bien. Un jour, ne supportant plus de le voir tout le temps seul, sa mère lui offre un canari. Ce nouveau compagnon va devenir le confident de l'enfant jusqu'à l'arrivée d'une famille de réfugiés cambodgiens. Ces gens ont connu son père. Peu à peu, les coins du voile vont se lever et sa mère va devoir lui révéler la vérité...
Un terrible secret de famille, un enfant en souffrance, les stigmates d'une guerre épouvantable... tous les ingrédients sont réunis pour faire de ce récit intimiste un concentré d'émotion. Avec beaucoup de pudeur, les auteurs dressent le portrait touchant d'un jeune garçon en quête d'identité. L'analyse de ses réactions est fine et sonne juste et la progression du récit, très lente, est d'une grande délicatesse. Si j'avais un reproche à faire, il concernerait les personnages secondaires : pourquoi une voisine acariâtre dont le mari sort de prison pour la terroriser ? Pourquoi un camarade de classe dont le père s'est suicidé ? Pourquoi une grand-mère mourante ? Il y a là comme une volonté d'en rajouter dans le pathos. Comme si absolument tous les protagonistes devaient être en souffrance pour se mettre au diapason de Louis. Il me semble au contraire qu'il aurait été plus judicieux d'équilibrer les choses en offrant ici ou là quelques « respirations » positives.
Graphiquement, Michaël Sterckeman navigue entre un découpage classique en gaufrier plus ou moins régulier et une mise scène onirique qui retranscrit à merveille les angoisses de Louis. L'utilisation d'une bichromie de noir et de gris colle à l'aspect terne et triste de l'existence des différents personnages. Les visages sont peut-être un peu trop figés et manquent d'expressivité mais le dessin reste dans l'ensemble très efficace et accompagne sobrement le récit.
Une belle histoire qui sombre néanmoins par moments un peu trop facilement dans la dramaturgie pure et dure. Mais le personnage de Louis est tellement attachant que mon impression concernant ce premier tome reste largement positive. J'attends donc la conclusion de ce diptyque avec une certaine impatience.
Lien : http://litterature-a-blog.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
chocobogirl
  25 octobre 2011
Louis est un petit garçon de 8 ans, d'origine asiatique. Il vit seul dans une banlieue normande en compagnie de sa mère et ignore qui est son père. Malgré les nombreuses questions sur ses origines, sa mère refuse de lui répondre. Louis, que sa différence de peau éloigne de ses camarades peu tolérants, est un solitaire. Aussi c'est l'oiseau que lui a confié sa mère, fort absente à cause de son métier d'infirmière, pour tromper son ennui qui lui sert de confident. L'animal silencieux, réceptacle de ses peurs, de ses questions et bientôt de ses folles suppositions sur son paternel, devient dès lors, même à travers sa mort, un compagnon mystérieux au pouvoir intriguant qui détiendrait la vérité cachée.
Voilà un très bel album qui se penche sur les secrets de famille et surtout sur le rapport filial d'un enfant à son père.
L'album s'inspire d'une partie de l'histoire familiale de la scénariste Loo Hui Phang. Découvrant sur un tard la disparition et par là-même l'existence d'un oncle, de tantes et de cousins qui subirent le régime sanglant des Khmers rouges, l'auteur revient de manière détournée sur ce sujet.
L'album raconte l'enfance de ce petit garçon qui grandit sans père. Mais au-delà du manque, c'est surtout l'ignorance qui blesse avant tout Louis. Démuni devant ses camarades de classe qui se moque de lui ( et le prennent pour le fils de Bruce Lee), démuni devant sa mère qui évite à tout prix le sujet et semble très affectée à tout évocation, Louis n'a d'autres choix que de s'inventer un père. Il l'imagine héros et construit des histoires à travers une photo qu'il a trouvé. Bientôt, l'arrivée d'amis cambodgiens bouleverse un peu plus la famille. Alors que le racisme ordinaire s'accentue un peu plus dans la population, Louis découvre des bribes du passé de sa mère, sa vie au Cambodge avant qu'il naisse, sa capacité à parler la langue khmer et même des traces de son père qui serait prisonnier au pays. le voile qui se lève peu à peu sur les origines de Louis ne manquera pas de s'épanouir pleinement dans un deuxième tome attendu.
Cent mille journée de prières, c'est le parcours d"un enfant à la recherche de ses origines, de sa vérité et de sa propre identité. Qui est-il ? D'où vient-il ? Son père est-il un héros ou un criminel ? Un chemin qu'il parcourt seul aidé par son oiseau fantôme et des indices semés ça et là par des adultes incapables de faire face à leur détresse, trop empêtrés dans leur propre souffrance. le récit est extrêmement poignant et on ne peut rester insensible face à ce petit garçon qui souffre en silence et tente de grandir et de se construire sur une absence et des secrets qui ne lui sont pas accessibles.
Le dessin de Sterckerman est dépouillé et s'épanouit dans un noir et blanc qui renforce l'aspect intimiste du récit. le dessinateur réussit à transcrire en quelques traits l'angoisse du petit garçon et développe avec succès une partie plus onirique liée à l'oiseau.
Voilà donc un album très fort qui fait la part belle aux sentiments et à la souffrance d'un enfant quelque perdu sans tomber dans un pathos voyeuriste. Les auteurs montrent avec beaucoup de pudeur l'importance des relations filiales et la vérité sur les origines qui aident chacun à se construire personnellement, d'autant plus lorsque l'on est un enfant "différent" qui peine à s'identifier physiquement à ses proches. Un album sensible donc qui semble se diriger un peu plus dans le deuxième opus vers l'histoire dramatique du Cambodge et ses millions de disparus et de prisonniers. On attend la suite !
Lien : http://legrenierdechoco.over..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
alouett
  26 mai 2011
Louis est un petit garçon solitaire. Pas d'amis, pas de frère ni de soeur, il vit seul avec sa mère. Son père ? Il ne sait rien de lui alors il l'imagine et lui donne le visage de ses idoles. Sa mère est infirmière, généralement absente à la maison en raison de ses horaires de travail.
Un jour, elle se rend compte de l'isolement de son fils et décide de lui offrir un compagnon du quotidien. Elle lui achète un canari, l'oiseau meurt rapidement mais un lien fort avait déjà commencé à se tisser entre l'enfant et l'oiseau. Louis fait croire qu'il a enterré l'animal alors qu'il garde en secret son cadavre. Il le sort quand il est seul dans la maison et lui parle. L'oiseau est omniprésent dans sa solitude et dans ses rêves, il rempli ce vide laissé par ce père absent. Qui est-il ? Où vit-il ? Pourquoi n'est-il pas en France avec eux ?
Découverte de deux auteurs pour commencer qui ont ici fait le choix d'un récit intimiste pour raconter cette tranche de vie. On remarquera rapidement la similitude entre le prénom de la scénariste, Loo Hui, et le prénom de l'enfant. D'ailleurs, elle explique en préface que ce récit contient des éléments biographiques. Elle dédie ce livres à ses proches qu'elle n'a jamais connu et qui sont morts suite au génocide cambodgien.
" D'une manière abrupte et inattendue, mon père m'apprit que son frère cadet et trois de ses soeurs, ainsi que leurs familles, comptaient parmi les victimes de la tragédie cambodgienne. En quelques minutes, j'ai vu surgir puis disparaitre une partie de ma famille. Ces morts n'avaient jamais été un tabou. Mon père ne les évoquait pas parce que je ne posais pas les bonnes questions. (…) Mes oncles, mes tantes, mes cousins sont morts sans sépulture, enterrés sans cérémonie. Ce livre est pour eux ".
Cet ouvrage est un bel objet. du visuel de couverture incitatif et intriguant, au titre parfumé de nostalgie et la vision de cet enfant, enfin, lové sur un immense oiseau. de même, j'ai pris plaisir à toucher le papier de cet album, un Munken Pur 130g. doux, mat et agréable qui met en valeur les dessins de Michaël Sterckeman. le trait est minimaliste, parfois grossier, assez lisse en apparence. Totalement au service du scénario, j'en ai réellement apprécié la discrétion, l'émotion et la pudeur qu'il dégage.
Quant aux mots de Loo Hui Phang, ils ont une portée impressionnante. A plusieurs reprises, j'ai eu peur que le récit ne devienne morbide et pathétique, mais la souffrance de cet enfant face à l'inconnu est sincère et formulée avec justesse. Un enfant en quête de lui-même, à la recherche de ses origines. Il est démuni face à la souffrance de sa mère qui pleure lorsqu'il la questionne sur son père. Elle élude, elle évite… elle fuit les réponses qu'elle doit lui donner. Pourquoi ? L'intrigue est ménagée et il faudra attendre le second tome de ce diptyque pour avoir les clés de compréhension. Un récit qui donne lieu à de nombreux monologues de Louis dans lesquels l'oiseau est son unique interlocuteur et des scènes de dialogues montrent l'enfant fuyant face à l'Autre mais, peu à peu, Louis va changer.
" Je préfère être seul. En groupe, je me sens stupide ".
Un petit garçon touchant qui ne se connait pas et ne se reconnait pas dans l'autre. Une narration qui oscille en permanence entre le monde onirique de Louis et sa réalité qui le dépasse.
Touchée par cet album. le ton est juste, le témoignage sincère, l'auteure se dévoile avec pudeur et crée un personnage-enfant très présent, mature. Une suite de diptyque que j'attends déjà…

Lien : http://chezmo.wordpress.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
CyrielF
  19 avril 2012
Cent mille journées de prières est un album très touchant et profond. On découvre le quotidien de Louis, ce jeune garçon dont l'identité asiatique lui cause problème à l'école. Il est le seul Eurasien et se promène souvent au son des railleries de ses camarades, qui lui assènent sans cesse le fameux "hey ! t'es le fils de Bruce Lee ?!". Sa vie à la maison n'en est pas plus gaie : sa mère Laurence pleure souvent le soir, mais Louis ne sait pas pourquoi et n'ose pas lui demander. Sans amis à qui se confier, Louis reporte toute son affection sur un oiseau qui vit en cage dans sa chambre. La relation que le petit garçon vit avec son oiseau m'a vraiment touchée : ils se protègent mutuellement et se comprennent, bien que n'appartenant pas à la même catégorie d'êtres vivants.
Cent mille journées de prières explore des sujets sensibles : la question identitaire au stade de l'enfance, la vie d'une famille monoparentale, l'absence pesante d'un père et les lourds secrets familiaux. Les illustrations de Michaël Sterckeman traduisent parfaitement ce sentiment d'insécurité constante qu'a Louis, aussi bien à la maison qu'à l'école, ainsi que sa souffrance de ne pas savoir qui est son père ni ce qu'il fait. J'ai été ravie de pouvoir en apprendre un peu plus sur l'histoire du Cambodge et des Khmers rouges qui est amorcée vers la fin de l'album et de voir cette partie de l'histoire à travers des yeux d'enfants. Cent mille journées de prières est aussi une belle leçon de courage et de tolérance, surtout dans le milieu scolaire. J'ai beaucoup apprécié cette BD, et j'attend avec impatience la sortie du deuxième tome !
Lien : http://tetedelitote.canalblo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
svecs
  13 janvier 2015
a tragédie cambodgienne approchée par Loo Hui Phang, à travers l'histoire de Louis, enfant eurasien à qui sa mère dissimule la vérité sur son père, nourrissant tous les fantasmes d'un enfant en souffrance. Lorsque sa mère lui offre un canari, ce dernier devient son confident, d'autant qu'il s'imagine que l'oiseau est le témoin privilégié de tout ce qui se passe dans la maison, et devient détenteur de la vérité sur son père... Un récit onirique et sensible sur la mémoire et les conséquences du génocide khmer sur ceux qui l'ont vécu, et ceux qui, sans l'avoir vécu, sans même avoir conscience de son existence, en subissent malgré tout les effets. Fin et intelligent.
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (1)
BDGest   14 juillet 2011
La mise en images très sobre de Michaël Sterckeman conforte le ton intimiste du récit. Un dessin noir et blanc assez minimaliste qui s’inscrit totalement au service du scénario. L’ancrage historique cambodgien n’étant qu’effleuré lors de cette mise en bouche, la conclusion de cette saga est donc attendue avec grand intérêt
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
alouettalouett   26 mai 2011
Tu n’es pas obligé de me croire, mais je suis le premier de la classe. Maman n’a pas à se plaindre de moi. Avoir de bonnes notes, c’est comme être absent. On ne fait pas d’histoires. On est sage et silencieux. Il n’y a rien à ajouter
Commenter  J’apprécie          20
alouettalouett   26 mai 2011
- Je sais, c’est pas terrible. Mais quand j’invente l’histoire de papa, j’ai l’impression de mieux le connaitre.
- Ça reste de l’invention.
- Les souvenirs et l’imagination, ça devient la même chose.
- Quand je n’ai plus de graines et que je m’imagine en train d’en manger, ça ne résout rien. J’ai toujours aussi faim
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Loo Hui Phang (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Loo Hui Phang
Le 26 août, Loo Hui Phang et Hugues Micol nous entraînent à Hollywood. Hollywoodland, plus précisément, en 1932, pour suivre la vie de Maximus Wyld, un acteur métis, un pionnier à l'époque, dans les coulisses d'une industrie où il tente malgré tout de se construire une place. Une réflexion brûlante d'actualité.
autres livres classés : séparationVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3764 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre