AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782841421619
221 pages
Éditeur : Ombres (28/04/2006)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 12 notes)
Résumé :
" Le masque, c'est la face trouble et troublante de l'inconnu, c'est le sourire du mensonge, c'est l'âme même de la perversité qui sait corrompre en terrifiant ; c'est la luxure pimentée de la peur, l'angoissant et délicieux aléa de ce défi jeté à la curiosité des sens : "Est-elle laide ? est-il beau ? est-il jeune ? est-elle vieille ?" C'est la galanterie assaisonnée de macabre et relevée, qui sait ? d'une pointe d'ignoble et d'un goût de sang ; car où finira l'ave... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
5Arabella
  20 juillet 2016
Des nouvelles avec, en principe, le thème commun du masque. La couverture avec une reproduction d'Ensor n'est pas là par hasard, Jean Lorrain admirait beaucoup le peintre. Je vais laisser la parole au préfacier de l'édition originale, Gustave Coquiot :
"Mais encore, un jour, rappelez-vous, l'écrivain de ces histoires déclara qu'il admirait James Ensor, le jeune maître d'Ostende, qui a exécuté lui aussi, là-bas, une série merveilleuse de masques aux mufles d'hippocampes ou aux faces de batraciens. Et, en effet, en lisant Histoires de Masques, vous retrouverez le frénétique amant de toute bizarrerie, le glorieux Ensor, embusqué derrière toutes les pages. Il vous semblera même que l'écrivain a eu à coeur de ménager à l'artiste des illustrations parfaites, des ressources dans l'épouvante et dans l'horrible."
Et comment Jean Lorrain lui-même envisage-t-il ces masques :
"Le mystère attirant et répulsif du masque, qui pourra jamais en donner la technique, en expliquer les motifs et démontrer logiquement l'impérieux besoin auquel cèdent, à des jours déterminés, certains êtres, de se grimer, de se déguiser, de changer leur identité, de cesser d'être ce qu'ils sont ; en un mot de s'évader d'eux-mêmes ?
Quels instincts, quels appétits, quelles espérances, quelles convoitises, quelles maladies d'âme sous le cartonnage grossièrement colorié des faux mentons et de faux nez, sous le crin des fausses barbes, le satin miroitant des loups ou le drap blanc des cagoules ? A quelle ivresse de haschisch ou de morphine, quel oubli d'eux-mêmes, à quelle équivoque et mauvaise aventure se précipitent, les jours de bals masqués, ces lamentables et grotesques défilés de dominos et de pénitents ?
Ils sont bruyants, débordants de mouvements et de gestes, ces masques, et pourtant leur gaieté est triste ; ce sont moins des vivants que des spectres. Comme les fantômes, ils marchent pour la plupart enveloppés dans des étoffes à longs plis, et, comme les fantômes, on ne voit pas leur visage. "
Cet extrait résume assez bien les récits sur les masques du recueil. Des masques tristes, se fuyant eux-mêmes, dans une atmosphère mélancolique, et un climat de fin de fête. le rire lorsqu'il se produit, a un côté forcé. Jean Lorrain dépeint à merveille ces atmosphères, avec le mot juste, l'adjectif précis. Ces textes sont des sortes de tableaux, plus que des histoires à proprement parlé. Des tableaux somptueux, à la limite de la surcharge. A la limite aussi de la peur, du fantastique. Les choses pourraient déraper, plonger dans l'angoisse. Parfois cela arrive un peu. Mais ne va pas jusqu'à l'horreur. Tout au moins pour le narrateur, le personnage principal, qui reste un spectateur des masques plus qu'un masque lui-même. Les masques qu'il voit, sont une possibilité, une évolution possible, mais le pas n'est pas encore franchi. Même si on peut imaginer que cela arrive, et que là les choses pourraient devenir beaucoup plus périlleuses.

Il y a aussi des histoires plus liées à l'enfance, à la province. Et elles sont peut être encore plus réussies. le climat de nostalgie est présent, et il se mène aussi à une peur, à quelque chose qui pourrait être menaçant. Sans là non plus franchir une certaine limite. On se remémore des choses qui faisaient un peu peur, mais qui attiraient aussi. Peut être parce qu'elles faisaient peur. Une peur délicieuse, une angoisse délectable. Peut être que les masques finalement permettent plus tard de retrouver le même genre de sensations.
Et encore un mot, l'écriture est à se damner, cet homme sait mettre le mot juste, le rythme de phrase idoine, la formule qui en quelques mots donne une image précise, nous fait toucher du doigt. Avec une élégance raffinée incomparable. Je comprends que des gens aient pu vouloir le tuer, parce qu'avec une telle maîtrise de la langue, il pouvait être un critique redoutable. Mais pas seulement.
Une vraie découverte en tous les cas, que cet auteur, relativement oublié, et qui mériterait de l'être un peu moins.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
desmonia
  04 mai 2018
J'aime le faire masquée. Ces histoires dont belles et venimeuses. Et cette petite bibliothèque est jolie à croquer. Je fonds.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Josepha_AnhJosepha_Anh   26 décembre 2013
La terreur, c'est surtout de l'imprévu ; et si la nervosité des peureux s'exaspère dans l'obscurité, c'est que cette nuit aveugle est peuplée pour eux de fantômes, auxquels ils ne peuvent donner de formes. Si, de tous temps, les enfants et les servantes ont craint de se hasarder, le soir, hors des chambres éclairées et closes, c'est que l'ombre impénétrable, l'ombre silencieuse et hostile recule tout l'infini dans le mystère et toute l'épouvante dans l'inconnu... Oh ! les grands arbres bruissants des fonds de parcs d'automne humides et solitaires, les interminables corridors des vieux logis de province à demi abandonnés, les greniers hauts comme des cathédrales, où s'entassent des vieilleries, des paperasses et des malles velues, immobiles depuis des années, et qui ne voyageront jamais plus, les chambres inhabitées des maisons de campagne des grands-parents aujourd'hui morts, la chambre qu'on n'ouvrait jamais parce qu'il s'y était passé quelque chose...
Oh ! tous ces châteaux d'épouvante effrités aujourd'hui dans nos âmes sceptiques, mais qui tenaient jadis une si formidable place dans notre enfance effarée et inquiète, de quelle atmosphère frissonnante et glacée ils s'emplissaient pour nous à la tombée de la nuit, surtout au retour de l'automne, dans ces mois brumeux et pourris d'incessantes ondées, de torrentielles pluies.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
DaffrosaDaffrosa   09 décembre 2012
- Je supprime la folie?...Enchanté de l'apprendre, encore un rare et nouveau mérite...
- Vous la supprimez, oui et non...Mais enfin vous l'analysez, vous l'expliquez, la déterminez, la localisez, ... Vous la guérissez au besoin, et par quels moyens !
par l'électricité et la thérapeutique. Vous avez tué le Fantastique, monsieur.

Commenter  J’apprécie          50
Lire un extrait
Videos de Jean Lorrain (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean Lorrain
Jean LORRAIN– Un Crime Inconnu
autres livres classés : fin-de-siècleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2302 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre