AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2749934478
Éditeur : Michel Lafon (06/06/2019)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 9 notes)
Résumé :
" Tout a commencé par une énigme : le mystère d'un collier d'une valeur inestimable, égaré durant sept décennies. Les Larmes de Shiva. Il donna lieu à des vengeances terribles, à des amours interdites, et à d'étranges disparitions. "

Cet été, Javier, 15 ans, est envoyé dans la villa de sa tante. Là-bas, il y découvre l'histoire de son aïeule, Beatriz. Disparue soixante-dix ans auparavant, la veille de son mariage, elle a emporté avec elle les Larmes d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
saphoo
  10 juin 2019
Excellent ! Un grand merci à Babelio et aux éditions Michel Lafon pour ce partage et cette belle lecture.
Une très belle couverture et un titre qui interpelle, une 4ème couverture qui titille votre curiosité et voilà vous vous retrouvez avec le livre entre les mains sans pouvoir le lâcher. Vrai ! L'écriture est très agréable et stylée, et le récit vous emporte à la recherche de la vérité sur la disparition de la fameuse cousine Beatriz et le collier nommé "Les larmes de Shiva". Seulement, cette disparition remonte à 70 ans ça fait un peu long pour retrouver les indices de ce fait qui a engendré la ruine d'une famille. Ce mystère ne fut jamais élucidé mais ce n'est pas sans compter sur le cousin Javier, jeune homme de 15 ans. Javier, fut envoyé dans sa famille comptant quatre cousines rien que ça, et il sent un peu seul. Mais ce temps libre lui sera bénéfique pour résoudre ce mystère.
Tous les ingrédients sont rassemblés afin de passer un moment de lecture palpitant : mystère, le gamin parmi les cousines ça conte fleurette, un grenier qui recèle des vieilleries mais pas que, des phénomènes paranormaux, un oncle qui construit de drôles de machines, une cousine étrange ne disant mot mais ne vous lâche pas d'un oeil, une histoire de famille, une grande demeure avec le portrait de la fameuse Beatriz et son collier, des frissons ...
C'est un excellent roman pour jeunesse mais adulte aussi, on ne s'y ennuie aucunement, et j'ai trouvé l'intrigue bien menée et les personnages bien travaillés et attachants. Et on revit l'événement de 1969 : le premier pas sur la lune.
Encore un grand merci pour cette belle lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
Jangelis
  21 juin 2019
Un roman sympathique mais qui m'a paru un peu surprenant.
Un rythme lent, tendrement poétique. Une écriture agréablement recherchée, parfois un peu décalée dans la bouche d'un jeune garçon.
Il ne s'agit pas de dialogues mais d'un texte à la troisième personne, mais ça étonne quand même.
Il est vrai que ça se passe en 1969, mais quel enfant dirait :
"Les étoiles étaient un dais de chandelles accroché au-dessus de l'océan" ou
"le maillot de bain ajusté qu'elle portait alors révélait les courbes naissantes d'un corps à mi-chemin entre l'enfant qu'elle avait été et la femme splendide que, dans un futur assez proche, elle deviendrait" (évidemment, c'est plus agréable que de lire : Ouais, t'as vu la meuf ? ;-))
Voire "un homme [...] de complexion robuste."
L'emploi du passé simple est aussi un peu inattendu.
J'avoue que malgré mon grand âge (j'ai quelques années de plus que Javier !) je ne connaissais pas certains mots, le nard, le brai ou syntoniser.
(Pour nard, j'ai des remords de ne pas connaître ... et je viens juste de le retrouver ce matin dans mes mots croisés !! Les autres me paraissent vraiment rares).
J'ai retrouvé avec amusement une expression plus entendue depuis des lustres : "mêlant sans solution de continuité ..." Je me demande si quelqu'un la comprend encore !
Je m'attarde sur la forme, qui est originale, mais il est temps de vous parler du fonds.
Pour cause de maladie de son père, Javier doit quitter Madrid et ses amis pour passer les vacances à Santander, chez une tante qu'il connait mal.
Il y découvrira la mer, un bouquet de quatre cousines, un fantôme et des secrets de famille.
Et aussi une famille qu vit un peu hors du temps, d'où un rythme d'histoire assez lent et poétique.
Un bijou disparu, sa propriétaire qui lui apparaît parfois (ou pas ?), il mène l'enquête avec la cousine de son âge, et ce qu'ils apprennent sera assez inattendu.
Il est intéressant que le début pose le contexte de la période : 1969, pas d'ordinateurs ni de télé couleurs, un vent de liberté souffle sur le monde : contestation contre la guerre du Vietnam, hippies, révolutions, power flower ... mais en Espagne, c'est la dictature, la peur et le silence.
"Tandis que le monde était un bouillonnement de créativité et d'idées neuves, l'Espagne dormait encore d'une longue sieste de trente ans dont elle semblait ne jamais devoir s'éveiller."
J'ai aimé découvrir un brin d'Espagne, et retrouver une époque révolue que j'ai vécue.
Apprécié aussi la découverte par Javier d'une vie très différente de celle de sa maison, la comparaison entre les liens qu'il a avec son frère, et l'entente des quatre soeurs. Les personnages de ces cousines, si différentes, si bien campées et toutes intéressantes dans leur originalité.
J'ai trouvé agréable que, dans une maison un peu hors du temps, une aventure qui ramène notre héros au tout début du vingtième siècle voire au précédent, on suive en filigrane l'arrivée de l'homme sur la lune, comme pour nous ramener de la poésie à la science.
Avec les inquiétudes de plus en plus vives de Javier à mesure que la date approche, rater ce moment historique est impensable. Et une très amusante conclusion à cela !
Le personnage de Javier m'a cependant un peu agacée : pusillanime à l'extrême, pas très futé souvent ; pour un héros de roman, c'est agaçant !!
Et Violeta est tout de même sa cousine au premier degré, ça ne gêne personne ?
Question subsidiaire : on utilisait vraiment couramment du gel douche en 1969 en Espagne (pas chez moi en tout cas !!!)
Surtout, il me semble que ce roman, que j'ai aimé même si j'ai mis un peu de temps à y entrer, va être difficile à partager avec les jeunes lecteurs.
Un rythme très lent, un vocabulaire si soutenu qu'il peut en être parfois abscons pour eux. Il me semble que les enfants que j'ai autour de moi sont habitués à des romans qui entrent plus rapidement dans l'action, où il se passe plus de choses.
Au début, je me suis même demandée si on s'adressait plus à des adolescents, vu la conversation du grand frère. Mais l'histoire n'est clairement que pour les plus jeunes.
A part les bons lecteurs qui enrichiront leur vocabulaire, et apprécieront la poésie, la douceur et l'ambiance, je crains d'avoir du mal à transmettre ce sympathique roman.
Les côtés polar et fantastique m'ont paru un peu légers et lents.
Un bon roman donc, mais pour quel public ?
Je serais curieuse de savoir l'âge des 500 000 lecteurs annoncés sur le bandeau !!
J'attends vos avis, je pense qu'il va plaire ! (Je devrais être une fois de plus à contre-courant !!)
Oh, j'allais oublier de dire que j'avais bien apprécié les partages de livres entre les cousins, avec de nombreux titres, souvent connus, qui donnent des pistes d'autres lectures ! de Frankenstein à Kafka, d'Hemingway à La Guerre des mondes ...

Lien : https://livresjeunessejangel..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Ladybooksss
  16 juillet 2019
1969, Madrid. Javier est un jeune adolescent de 15 ans. Au début de l'année 1969, son père tombe gravement malade. le verdict tombe, il est atteint de la tuberculose. Il doit passer quelques mois dans un sanatorium. À l'approche de l'été, il peut enfin rentrer à la maison. Mais toujours contagieux, il est préférable d'éloigner ses deux fils. Alberto, le grand frère de Javier, reste à Madrid chez son oncle. le jeune garçon doit lui aller à Santander au nord de l'Espagne chez sa tante. le jeune homme se retrouve donc parachuté dans la Villa Caladeria de la famille Obregon.
Dégoûté de devoir quitter Madrid, Javier est très loin d'imaginer ce que cet été va lui réserver. Pour le rassurer et surtout pour piquer sa curiosité, sa mère lui raconte que son oncle est issu d'une famille très riche, qui a été ruinée pendant la guerre. En cause, une certaine Beatriz Obregon et Les Larmes de Shiva qui auraient causé la perte de sa famille au début du XXe siècle. Qui est cette Beatriz? Que sont ces larmes de Shiva? Que s'est-il passé dans cette famille? Javier part avec mille questions dans la tête retrouver ses quatre cousines.
Les personnages sont extrêmement passionnants. Et ces quatre jeunes filles toutes aussi sublimes les unes que les autres vont faire tourner la tête de leur cousin. Rosa, l'aînée, 19 ans, est la romantique de la famille. Margareta, 17 ans, est la révoltée, prônant les valeurs communistes sous le règne de Franco, Violeta a le même âge que Javier, et est un vrai garçon manqué. Enfin Acuzena, la benjamine, est la plus discrète. Et pour cause, la petite fille ne dit pas un mot! C'est la première fois que Javier se retrouve avec autant de filles. Un peu perdu, le jeune homme se rapproche de son oncle, rentier, qui passe ses journées dans son atelier à imaginer des inventions plus folles les unes que les autres! Mais la vie à la Villa Caladeria est paisible et oisive. Un peu trop pour Javier, qui a du mal à trouver sa place.

REPORT THIS AD
Beatriz, l'aïeule maudite, se rappelle au jeune homme quand il découvre un portrait de cette dernière dans la maison. Violeta lui explique alors que la jeune femme devait épouser un héritier Medebza, une famille puissante, mais qu'elle a fui la veille de son mariage, humiliant au passage son futur époux. Mais ce qui a surtout conduit à une véritable guerre entre les Obregon et les Medebza fut que Beatriz a gardé le somptueux collier orné d'émeraudes baptisé « Les Larmes de Shiva ». Enfin ça, c'est ce que tout le monde pense, le collier n'ayant jamais été retrouvé. Traitée de voleuse par son ex belle famille, Beatriz fut considérée comme une traîtresse et une paria par sa famille. Et si l'histoire de Beatriz n'était pas aussi simple? Javier est fasciné par cette histoire comme Violeta, surtout que les deux jeunes gens sont les seuls à voir une ombre et à sentir une odeur persistante de nard, le parfum préféré de Beatriz…
Le récit se tisse peu à peu, intriguant son lecteur, dévoilant des indices au fur et à mesure pour nous faire savourer cette histoire. Cette construction de l'intrigue est parfaitement dosée. Un peu de suspense mais pas trop, pour ne pas lasser le lecteur. J'ai totalement adhéré à ce récit. Je voulais savoir ce qui s'était passé avec Beatriz, ce qui lui était arrivé. Tout m'a captivé, que ce soit les personnages, cette vendetta, l'histoire familiale… J'avais un peu peur que le récit parte dans des digressions trop surnaturelles, ce qui n'a pas du tout été le cas. L'auteur a su doser toutes les composantes de cette histoire.
Seul petit bémol: le dénouement, que j'ai trouvé un peu trop simple. Sans trop vous en dire, je me suis attendue à quelque chose de plus complexe et de plus chaotique… Je ne dirai rien de plus, je vous laisse vous faire votre propre opinion!
Je conseille?
Absolument! Ce roman a été une très belle découverte. J'ai aimé cette écriture fluide, poétique, concise. Ce récit a été captivant, du début à la fin. J'ai aimé me plonger dans l'Histoire de l'Espagne des années 60, des premiers pas de l'Homme sur la Lune. Je suis entrée dans la tête d'un garçon de quinze ans qui va vivre un été qui va bousculer sa vie. Je me suis familiarisée avec ces cousines aux caractères bien trempées. « Les Larmes de Shiva » vous dépayseront à coup sur!
Lien : https://ladybookss.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Aelynah
  03 juillet 2019
Un collier inestimable,
Une malédiction hors du temps.
C'est par ces mots que l'éditeur accroche le lecteur.
Ce sont ces mots et la plume douce et poétique de César Mallorqui qui m'ont bercée ces derniers jours dans ma lecture commune avec mes copines Valou de la chaîne youtube Un temps pour elle et Marilyn du blog Summaries Books.
Point de grande enquête, d'action outrancière ici, ce roman a le charme suranné des vieux romans de notre enfance. Les bons vieux Fanny Deschamps, Pagnol ou Alain-Fournier. de ces romans où le temps défile à la vitesse d'une rivière d'eau claire.
Ici en suivant Javier nous allons à la fois pénétrer la villa Candelaria et ses secrets mais aussi dans cette année 1969 et son actualité mondiale. Nous allons vivre un été à la fois ordinaire fait de vacances, de cousins, de lecture et de balades mais aussi extraordinaire par certains signes surnaturels d'un mystère à résoudre.
Javier en venant passer ses vacances chez ses cousines ne s'attendait vraiment pas à cet été-là. Et le lecteur, partant dans ses valises au milieu de ses romans de science-fiction, voit comment d'un fil tranquille on peut emporter le lecteur dans un secret familial et l'Histoire.
J'ai beaucoup aimé cette lecture par ce qu'elle m'a apporté grâce à son contexte historique comme éléments réalistes du récit : romans d'époque classique ou science-fiction grâce au « duel » des cousins (l'auteur nous donne l'envie de découvrir certaines lectures au travers des ressenti de nos jeunes lecteurs et héros), faits historiques, ambiance particulière de cette Espagne encore sous la dictature de Franco.
Tout cela donne à l'histoire racontée par Javier un côté suranné et désuet. Cette sensation d'une lecture à la fois profonde et légère adaptée à nos vacances. Pas de gros éléments de surprise mais un événement passé qui porte toujours conséquence au présent. Deux familles ennemies. Une disparition. Un secret. Deux adolescents que tout oppose mais que la curiosité va réunir dans cette recherche d'une réponse.
Une lecture que j'ai donc aimée et qui s'adapte parfaitement au rythme de l'été. A lire au bord de l'eau, à l'ombre ou sur la plage elle vous emportera dans le temps et l'Histoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
AlouquaLecture
  09 juillet 2019
Voilà un résumé qui me donnait un peu trop envie pour que je passe à côté de ce livre ! Je ne connais absolument pas l'auteur, mais c'est une très belle découverte.
Javier, jeune garçon de quinze ans, ne s'attendait certainement pas à ce que son été 1969 se déroule de cette manière ! Lui qui va un peu à reculons chez sa tante et ses cousines, forcément vu qu'il est obligé de s'y rendre à cause des ennuis de santé de son père, mais s'il avait su ce qui l'attendait, aurait-il agi différemment ?
Le voilà donc bien loin de chez lui, chez cette fameuse tante et ses filles qu'il n'a pas vu depuis des années, les fillettes ont bien changé durant ce temps, elles ont grandis, ont pris quelques formes. Cela va d'ailleurs éveiller un peu ce jeune garçon qui jusque là se foutait un peu des filles qui, comme il le dit lui-même, ne jouent pas au foot, ne pisse pas debout, … C'est un peu un nouveau monde qu'il va devoir apprivoiser, même si ce sont des membres de sa propre famille, ils ne sont pas proches.
La manière d'écrire des auteurs a changé au fil des années qui passent, et ce livre m'a fait penser à ceux que je lisais étant plus jeune, dans la manière de parler, dans la narration, dans le déroulement de l'intrigue. C'est un peu déroutant au début, il a fallu que je me réapproprie ce genre de lecture, mais après quelques pages, je me suis réellement immergée dans le récit, et ce fut un véritable régal. J'ai d'ailleurs découvert des expressions que je n'entends plus depuis très longtemps, des expressions d'un autre temps tout simplement.
La seule chose qui m'a parfois un peu dérangée, c'est que malgré ses quinze ans, Javier m'a souvent donné l'impression d'en avoir beaucoup plus. Ok nous pouvons être plus mature que notre âge réel, mais il faut garder une certaine légèreté. J'ai trouvé que c'était parfois un peu trop, et cela m'a gênée. Si ce n'est ce détail, tout le reste n'est que positif, je me suis prise au jeu de l'intrigue et j'ai adoré cela. C'est vrai que je ne vous dévoile pas grand chose, mais ce livre est à découvrir sans hésiter, il fait, d'après moi, une excellente lecture d'été, de par son rythme « calme » tout en titillant le lecteur malgré tout.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
JangelisJangelis   21 juin 2019
- La télévision ne dit que des bêtises, mais elle hypnotise.
Commenter  J’apprécie          60
saphoosaphoo   10 juin 2019
Aimer est aussi excitant qu'être aimé.
Commenter  J’apprécie          102
JangelisJangelis   21 juin 2019
Par exemple, chez moi à Madrid, il n'y a pas de fantôme, ni chez mes amis. Les gens normaux n'ont pas l'habitude d'avoir des esprits dans leur chambre d'amis, tu sais ?
Commenter  J’apprécie          10
JangelisJangelis   21 juin 2019
Elle s'allume et émet des sons, mais comme elle n'a pas encore d'antenne, je n'ai capté que de la neige. Mais attends : une neige excellente.
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : mystèreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Littérature espagnole au cinéma

Qui est le fameux Capitan Alatriste d'Arturo Pérez-Reverte, dans un film d'Agustín Díaz Yanes sorti en 2006?

Vincent Perez
Olivier Martinez
Viggo Mortensen

10 questions
51 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , espagne , littérature espagnoleCréer un quiz sur ce livre