AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9789973580924
256 pages
Editions Elyzad (11/04/2017)
4.24/5   84 notes
Résumé :
Aux abords de Nawa, village de l'arrière-pays, le Don, apiculteur, mène une vie d'ascète auprès de ses abeilles, à l'écart de l'actualité. Pourtant, lorsqu'il découvre les corps mutilés de ses "filles", il doit se rendre à l'évidence : la marche du monde l'a rattrapé, le mettant face à un redoutable adversaire. Pour sauver ce qu'il a de plus cher, il lui faudra conduire son enquête dans une contrée quelque peu chamboulée par sa toute récente révolution, et aller che... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (29) Voir plus Ajouter une critique
4,24

sur 84 notes
5
16 avis
4
12 avis
3
0 avis
2
0 avis
1
0 avis

islamhsassi29
  30 décembre 2018
Je l'ai lu ça fait plus qu'une semaine mais je n'ai pas su quoi écrire... J'ai reporté la rédaction de ce review pour la fin de l'année :D
Un roman à la Saint-Exupéry
Après son premier roman, « La marche de l'incertitude », j'ai directement entamé la lecture de son dernier roman « L'amas ardent ».
Un titre curieux, une couverture éblouissante, un jaune très attirant, une « Chechia » à la tunisienne, rouge sang sur la tête d'un homme plongé à son tour dans le jaune, et une abeille,Oui ! C'est étrange mais oui, une abeille ! peut-être même la Reine des abeilles en personne vu sa taille :D Ce n'est pas très difficile à décrypter ! Un apiculteur, des abeilles, du miel et un contexte tunisien ;)
Et oui, c'était un apiculteur, qui s'appelle « Don ». Un apiculteur qui mène une vie paisible avec ses filles ‘' ses abeilles ‘', à la fois ses amies, et son gagne pain. Un matin, le choc était si dur pour Don. Des milliers de cadavres de ses filles bien aimées se trouvaient par terre, déchiquetés, suite à un massacre, dont l'origine était bizarrement inconnue.
Tout le village « NAWA », un village situé quelque part à quelques kilomètres des frontières, est désormais au courant et essayait de deviner la source sadique qui a engendré cette perte désolante à cet aimable apiculteur.
En même temps, et durant cette période, la vie à NAWA, ce village, marginalisé, oublié, dont les habitants mènent une vie quasiment primitive, était rythmée par les préparations pour les premières élections libres après une soi-disant révolution, jusqu'alors inconnue par les villageois dont l'unique source d'information était une télévision, qui remonte à l'ère de l'indépendance installée au Café du village et qui a cessé; depuis une belle lurette de fonctionner, convenablement.
L'inquiétude de Don n'a pas pris fin. Il a été hanté par l'identification de la cause de ce massacre. Il chérissait tant ses filles, ( ses abeilles ) et il voulait mettre fin à cet acte sadique avant qu'il ne se reproduise.. Après des quêtes dures, et des nuits pénibles passées à la forêt, mais heureusement, fructueuses, il a résolu le mystère et a dévoilé l'identité de cette créature menaçante : Des frelons noirs, jamais vus auparavant dans la région et qui s'attaquent aux abeilles par milliers.. Que faire pour protéger ses aimables filles si jamais une deuxième croisade aura lieu et fracassant ses reines et son âme ?
A son retour à Nawa, il ne s'attendait pas à trouver un autre village qui vient remplacer le sien. le parti de Dieu a gagné aux élections ! Un autre discours religieux a substitué l'ancien discours élogieux de l'ancien Président ( le beau comme le baptisait ironiquement l'auteur ). Un style vestimentaire étrange, vient supplanter les habits modestes et multicolores des dames d'autrefois. Certains imposteurs ont saisi l'occasion du changement de la scène politique, de la naïveté, la pauvreté et l'alphabétisme de certains jeunes chômeurs pour leur mettre dans la tête des idées extrémistes et cruelles…
Don ne reconnait plus Nawa, et ne se reconnait plus dans son village. Ces images lui rappelait son passé lointain dans l'un des pays de pétrodollars pendant les années soixante et ses souvenirs amers, suite à une expérience horrible qu'il a vécue là-bas..une expérience amère qui l'a gravement marquée..
Don, et les terroristes, nichés à l'instar des frelons au fond de la vallée… Que sera la suite des événements ? Et Que vient faire l'amas ardent, une technique de lutte biologique japonaise dans tout ce fracas ?
A vous de lire et de découvrir !
Quant à moi … ( Exusez moi pour cette hyperémotivité :D )
Ce roman est juste parfait. L'un des rares romans, qui évoquent la révolution et qui ne nous emmerdent pas en même temps ( je m'excuse pour le mot un peu vulgaire, mais bon ! On ne cesse de nous casser la tête et nous torturer avec les romans parlant de la révolution, de l'avenir glorieux, du passé asphyxiant, des partis politiques, des courants idéologiques et tout le reste du lexique ruminé qui me déclenche une crise de migraine atroce et une envie de foutre le camp... ).
Contrairement à cette vague de médiocrité croissante traitant de ce thème consommé par les médias et les auteurs, l'écrivain fait allusion à la révolution, en douceur, d'une manière très subtile, sans pour autant vous agacer. C'est vrai, le lecteur n'est pas si naif, si idiot pour ne pas deviner un certain penchant idéologique pour un courant quelconque. Ça saute au yeux je pense :D Sinon, son hostilité à l'égard de l'intrusion des idées extrémistes prêtes à porter venues de l'autre continent ou même de l'autre bout de la terre, est assez claire. Mise à part cette remarque, le roman est sublime, très très très magnifique. On ne s'ennuie pas. Yamen Manai, a un style ironique, poétique, tellement beau à lire. La storyline est juste parfaite. La symbiose entre l'écologique et le politique est merveilleuse. Un foisonnement irréaliste ? Non,non, plutôt très réaliste entre l'histoire d'un apiculteur dont les filles ont été massacrées par des créatures dévastatrices, et le village, imaginaire comme le laisse penser l'auteur qui vit au rythme des événements post-révolutionnaires, l'invasion du parti du Dieu et surtout l'infiltration d'une idéologie extrêmiste qui a ravagé les mentalités comme des "frelons humains" ..
Voilà ! Yamen Manai est désormais sur le podium des écrivains tunisiens que j'admire tant avec Chafik Tarki, Khaoula Hosni et Ali Bécheur.
Je ne sais pas quoi dire vraiment !
Un roman juste..
EXTRAORDINAIRE !
PLUS QUE PARFAIT !
Je vais juste rappeler que ce roman a remporté plusieurs prix, notamment : le Comar d'Or en 2017, le prix Maghreb de l'ADELF, le grand prix du roman Méis, et le prix des cinq continents de la francophonie ♥
Des prix bien mérités sans l'ombre d'un doute :D
5 ETOILES/ 5 ( et même plus )
A lire et à relire et à relire encore une fois
A masterpiece
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
MicheleP
  16 février 2018
Ce titre bizarre est le nom de la méthode de défense mise au point par les abeilles japonaises pour lutter contre les attaques meurtrières des frelons chinois. La question posée est : le peuple tunisien pourra-t-il, lui aussi, en se réunissant et en agitant les ailes pour produire de la chaleur, griller les indésirables, ces fanatiques religieux qui ont un jour surgi dans le pays ?
Le récit achevé, la question reste posée, avec, tout de même, une petite note d'espoir.
C'est dire qu'il s'agit là d'une fable, l'histoire d'un brave homme, apiculteur dans un douar isolé et pauvre (nommé Ouallou), dont les ruches sont un jour ravagées par ce frelon arrivé dans des frusques importées, distribuées à la population en échange d'un petit bulletin de vote. L'histoire est alertement menée, avec beaucoup d'humour : le peuple des campagnes, habitué à sa misère et à ses traditions, a vu placidement un dictateur (Le Beau) en remplacer un autre (Le Vieux), puis la nuée des fous de Dieu envahir le village – la scène du sermon de leur imam et des réactions des paysans est irrésistible. Les personnages sont bien esquissés, en général sympathiques, les malheurs récents de la Tunisie post-révolution du jasmin rappelés avec cocasserie et le style est plein de trouvailles, comme ces deux amis qui s'étaient perdus de vue et qui, se téléphonant d'un continent à l'autre « tombent dans la voix l'un de l'autre ».
Une très jolie lecture, très amusante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
sweetie
  20 septembre 2021
Que voilà un beau petit roman prenant sa forme du conte mais concrètement vissé à la réalité. Campé dans un des pays d'Afrique du Nord qu'on ne nomme jamais, le récit se déroule autour d'un homme (le Don) et de ses ruches peuplées de reines et d'abeilles qu'il appelle ses filles. Dans son village reculé, le vieil apiculteur savoure sa solitude et récolte un miel des plus doux et sucré. Jusqu'à ce qu'une attaque virulente d'un essaim de frelons géants bouleverse sa quiétude et celle de ses butineuses.
Yamen Manai parle aussi des suites de la révolution dite du printemps arabe, de la montée de l'islamisme radical, du pouvoir de la littérature et des effets néfastes de l'ignorance couplée à la dévotion dévorante d'une religion tyrannique.
Ne serait-ce que pour découvrir le sens du titre, il faut lire L'amas ardent, étonnant roman mariant le vol frénétique des abeilles aux parcours erratiques des hommes sur terre.
Commenter  J’apprécie          210
Dosamuse
  28 juillet 2017
Un énorme coup de coeur pour ce roman qui, sous forme de conte, dresse un portrait tellement juste de la Tunisie d'après 2011.
Un vieil apiculteur trouve ses ruches décimées et avec l'aide de ses proches et des habitants du village, il tente de trouver une solution à ce mal venu d'ailleurs pour perturber la quiétude de cette paisible contrée.
Une très belle métaphore des événements que subit la Tunisie, le mal venu d'ailleurs étant l'obscurantisme et l'intégrisme politique.
C'est drôle, cynique même, philosophique par moments, tendre, cruel.
Des clins d'oeil à l'actualité où les barbus et le Qatar en prennent pour leur grade.
A lire pour ceux qui veulent découvrir ou redécouvrir le 'printemps' tunisien de manière romancée.
Commenter  J’apprécie          221
Allily
  18 janvier 2021
Le Don élève ses abeilles, ses filles. Appréciant le calme et la quiétude de cette vie retirée dans un village d'un pays qui ressemble à s'y méprendre à la Tunisie.
Ce pays a eu à sa tête un Vieux, chassé par un Beau, lui-même expulsé du pouvoir par une révolution...toute ressemblance avec une situation ayant existé n'étant clairement pas fortuite.
Un jour, le Don observe un phénomène inquiétant : des milliers de ses filles sont mutilées par un ennemi inconnu de tous... S'ensuit une recherche effrénée pour trouver une solution, pour sauver les autres ruches d'une mort certaine.
Ce roman est un vrai coup de coeur, une oeuvre poétique et puissante.
L'on y parle d'abeilles, certes, mais de tellement d'autres choses. Cette lutte pour sauver ces insectes est une formidable allégorie, une image de la vie, menacée par l'obscurantisme.
Yamen Manai nous montre comment l'espoir d'une révolution populaire a laissé la place à des fanatiques.
Comment la pauvreté a facilité l'appropriation de la révolution par des hommes qui ont bien compris qu'un bulletin de vote peut s'acheter à coût de caisses de vivres ou de vêtements.
Comment les femmes ont été enfermées ou se sont enfermées volontairement dans un monde rigoriste.
Comment la culture et la connaissance cèdent le pas au consumérisme. À l'égoïsme forcené.
À l'inverse de cette obscurité, la lumière et la sagesse du Don, celle de la création face à la haine des autres résonne comme un oasis d'humilité et de bonté.
Si la tristesse se ressent à chaque page, face à ce gâchis venu et à venir, il n'en demeure pas moins qu'une grâce et une espérance sont également présentes.
Ce roman dont j'ai savouré chaque page est encore une très belle découverte aux éditions Elyzad que je vous invite à découvrir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130

Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
PickItUpPickItUp   31 décembre 2017
Couvertures, chaussures, sacs de vêtements, sacs de riz, cartons de conserves, cartons de savons cageots de viandes, cageots de légumes, paquets de gâteaux... Jamais de leur vie les Nawis n'avaient fait l'objet d'une telle sollicitude ; c'était pour eux comme si le Paradis leur ouvrait u. Instant ses portes. La ruée dura à peine une demi-heure et du stock il ne restait plus rien. [...]
-Mes frères, mes sœurs, c'est moi qui vous remercie du fond du cœur. Grâce à vous, aujourd'hui, la journée est belle et au Paradis, j'ai gagné une parcelle. Que peut- il arriver de mieux à un homme, que de préparer sa demeure éternelle en suivant sans sa vie profane le chemin de l'Eternel ? C'est la raison de ma présence parmi vous, de cette main tendue. Dieu est mon choix, Sa parole, la loi, alors quand viendra l'heure, faites comme moi, choisissez Dieu ! Quand viendra l'heure du vote, votez pour le parti de Dieu !
Puis, le ton de sa voix se fit plus pédagogue et un poil autoritaire tandis qu'il déployait sous leurs yeux un bulletin de vote aux multiples cases face à de multiples emblèmes :
- une fois dans l'isoloir, vous cochez ici, cochez le pigeon ! Expliqua-t-il.
Le pigeon était l'emblème du parti de Dieu.

La semaine qui précédait les élections fut douce au village. La nuit, les Nawis dormirent le centre plein, sous des couvertures chaudes, et au réveil, ils revetirent des tuniques neuves. Je joue dit, tous ceux qui étaient en âge de voter pointèrent à la première heure et cochèrent le pigeon.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
PickItUpPickItUp   31 décembre 2017
Certes, elle avait la foi au point de s'acquitter de ses prières quotidiennes et de planifier un pèlerinage à la Mecque, mais elle ne voyait pas d'un bon œil l'ascension au pouvoir du parti de Dieu. Au contraire, ses légions et ses discours lui donnaient froid dans le dos. Elle avait l'impression qu'ils vénéraient un Dieu de haine et de châtiments alors que le Sien n'etait qu'Amour et Clémence.
Commenter  J’apprécie          60
AllilyAllily   18 janvier 2021
Le royaume se transforma à mesure que le monde changeait et consacrait le pétrole comme énergie première. Et même si le baril était bradé pour les amis, la manne qu'il rapportait avait de quoi éradiquer la faim, explorer les abysses des océans et les fins fonds de l'espace. Il n'en fut rien. Le roi et sa descendance avaient pour cette rente des projets de moindre ampleur. Des palais avec toilettes ornées de pierres précieuses, des Ferrari montées sur des jantes en or, des concerts privés de stars du show-biz, et les machines à sous des casinos de Las Vegas.
Mais pour ne pas entacher leur réputation aux yeux des fidèles, les excès des auto-proclamés gardiens de la foi étaient des secrets bien gardés. Mieux encore, ils avaient réussi la prouesse de figer le temps, entretenant par-dessus l'Arabie une chape moyenâgeuse, n'autorisant qu'une modernité de façade faite de télévisions, de chips et de pots de mayonnaise...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
PickItUpPickItUp   31 décembre 2017
- Comment ça, les temps ont changé ?
- Désormais, vous pouvez choisir d'être gouvernés par untel ou untel
- Ici, à Nawa ?
- Ici, à Nawa, et même à l'échelle du pays !
Les villageois étaient tout chamboulés. Pour la plupart, ils n'avaient même pas choisi leur conjoint qu'il leur fallait aujourd'hui choisir par qui ils allaient être gouvernés. Il est vrai que trois mois auparavant, certains avaient entendu que quelque chose s'était passé là-haut, mais personne n'avait assez bien compris ce dont il s'agissait pour être en mesure de l'expliquer aux autres. Comme maints artefacts, la presse n'arrivait pas à Nawa, et quand bien même, la population était majoritairement illettrée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
DosamuseDosamuse   27 juillet 2017
Pendant presque trente ans, les journalistes n'actualisaient que les rubriques de sport et de culture. Pour ce qui relevait de la politique, le Beau leur avait préparé, dès le début de son règne, la marmite de soupe quotidienne qu'ils allaient devoir servir au peuple.
Commenter  J’apprécie          90

Videos de Yamen Manai (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Yamen Manai
A l'occasion du Festival Etonnants Voyageurs à Saint Malo, Yamen Manai vous présente son ouvrage "Bel abîme " aux éditions Elyzard.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2545399/yamen-manai-bel-abime
Note de musique : © mollat Sous-titres générés automatiquement en français par YouTube.
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Linkedin : https://www.linkedin.com/in/votre-libraire-mollat/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Vimeo : https://vimeo.com/mollat
+ Lire la suite
autres livres classés : littérature tunisienneVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura