AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2203136898
Éditeur : Casterman (16/05/2018)

Note moyenne : 3.62/5 (sur 12 notes)
Résumé :
Rome, an 12 avant J.C. L’empereur Auguste est tout puissant. Alix a plus de 50 ans. Il est sénateur.
Murés dans le tombeau d’Auguste, Alix et Kephren attendent la mort. Le fils d’Enak aura tout perdu dans sa quête de la Cybèle d’orichalque. Ignorant leur sort, l’empereur a ordonné à sa sœur, Lidia, de détruire la terrible idole cachée en Italie. Nul ne devra jamais plus pouvoir s’en emparer. Mais qui pourrait résister à la promesse d’acquérir la puissance et... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
bibiouest
  25 mai 2018
Une question me taraude, qui peut résister à la puissance de l'éternité, c'est bien le thème de ce tome 7 qui clot ce diptyque.
Un monde de faux-semblants où l'hypocrisie règne en maitre et les luttes pour le pouvoir incessantes.
Un Alix plus crédible en sénateur Romain que dans la série créée par Jacques Martin. Des dessins classiques et des textes sérieux vont bien avec le drame qui se joue devant nos yeux.
Commenter  J’apprécie          400
Alfaric
  22 mai 2018
Ce tome 7 d'"Alix Senator" intitulé "La Puissance et l'éternité" semble clore un 2e cycle, et je ne peux pas m'empêcher de penser qu'il contient peu ou prou un tome de trop... Valérie Mangin qui nous a annoncé au mois de janvier 2018 au moins 11 tomes veut nous montrer un Alix plus humain mais aussi plus sombre (ça et les graphismes impeccables de Thierry Démarez) : le pari n'est pas loin d'être réussi car on retrouve bien le mélange aventure et tragédie si cher à Jacques Martin (du coup on retrouve l'ambiance tantôt douce amère tantôt délétère des albums les plus sombres de la saga), auquel elle ajoute les crevards qui ont sévi dans ses autres séries.
Livie qui détient Alix et Khephren qu'elle compte bien torturer le plus longtemps possible cherche à connaître le secret de la puissance et l'éternité, Lidia et Enak qui connaissent le secret de la puissance et de l'éternité cherchent à sauver Alix et Khephren et c'est vachement bien rendu visuellement. Il faut trouver un terrain d'entente, et à Cumes dans les entrailles piégées et piégeuses de la terre l'échange a lieu... Les fidèles de Cybèle alliés à Livie combattent le adorateurs d'Isis alliés à Auguste, et Khephren va au bout de sa folie en embrassant une statue d'orichalque aux allures de monstre lovecraftien (forcément avec les vestiges cyclopéens d'une civilisation antédiluvienne ^^).
L'identité de la mère de Titus est intéressante, et amène plein de thèmes intéressants pour la suite de la série : oh que je suis ravi de vous laisser tout le plaisir de la découverte, mais force est de constater que c'est amenée de manière un peu abrupte (j'ai dû relire ce tome et les précédent, tellement on nous annonce d'un coup un truc présenté comme évident). Un Alix plus sombre dans un univers plus sombre : autrefois il était l'électron libre entre César et Pompée, maintenant il est le pion du game of thrones entre Auguste et Livie... Depuis la fin des guerres civiles les aristocrates suprématistes romains s'ennuient, et s'ils ne peuvent pas tuer le Princeps héritier du divin César ce dernier ne peut pas les éliminer non plus car il besoin d'eux pour gouverner l'empire : on se regarde donc en chien de faïence en multipliant intrigues et complots pour déterminer qui est le puissant et le plus intelligent, bref qui a la plus grosse... Des gens souffrent et meurent à cause d'eux et de leurs petits jeux, mais et ils en rien strictement rien à secouer : toutes coïncidences avec le monde d'aujourd'hui ne sont évidemment aucunement fortuites ! Monde de Merde !!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
Fandol
  19 septembre 2018
Tout se dégrade de plus en plus dans l'histoire d'Alix Senator, avec ce tome 7 car Valérie Mangin (scénario) et Thierry Démarez (dessin) nous rapprochent des enfers, décortiquant bien les superstitions, les croyances de cette époque romaine (11 av. JC). Il faut dire que la Campanie recèle tout ce qu'il faut pour imaginer le feu éternel avec le Vésuve et les Champs Phlégréens comme cela est détaillé dans le dossier historique complétant bien cette édition Premium découverte toujours grâce à Vincent que je remercie.
La nouvelle de la mort d'Alix et de Khephren, en Égypte, est annoncée à Rome. Douleur et incompréhension dominent mais nous savons que ces deux héros sont aux mains de l'immonde Barbarus qui les a enfermés pour les laisser mourir de faim.
Livie, épouse d'Auguste complote toujours autant pour récupérer la fameuse statue d'orichalque de la déesse Cybèle : « Oui, celle qui promet la puissance et l'éternité. » L'attrait du pouvoir absolu est bien le principal moteur de tous les complots, de toutes les bassesses et les compromissions. L'empereur Auguste le sait bien et se méfie de sa femme.
Heureusement, Lidia, soeur de l'empereur, veille et emmène Titus en Campanie où elle doit se reposer. C'est là-bas, à Cumes, que tout ce monde se retrouve et la BD devient un véritable thriller avec des révélations et un maximum d'hypocrisie !
En l'absence de guerre, les puissants jouent avec les superstitions pour distraire leur ennui. le dessin est toujours aussi expressif, les couleurs rendent bien l'atmosphère glauque et morbide, la tension extrême sans oublier toutes les victimes collatérales des appétits sans limites pour le pouvoir. Heureusement, il reste la beauté et la sensibilité de quelques êtres très attachants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          153
tchouk-tchouk-nougat
  12 juillet 2018
Alix et Kephren se sont fait capturés et enfermés dans un tombeau. Leur temps est compté malgré qu'Enak, Lidia et Titus font leur possible pour les retrouver. Derrière le couple royal, Auguste et Livie se livrent une bataille sans merci pour la puissance et l'éternité!
Un tome qui conclut habilement l'histoire débutée. On a vraiment un coté sombre à cette histoire entre le basculement de Kephren dans sa folie et le déchirement des deux souverains en dépit des morts et des souffrances d'autrui. Alix est au milieu, avec ses fils, et il tente de garder sa place et de faire au mieux.
Nous avons enfin les réponses quant à la mère de Titus. Une révélation amenée peut être de manière un peu abrupte même si au final on aurait peut être pu s'en douter mais je m'attendais certainement à autre chose.
Le dessin de Demarez est toujours impeccable bien que parfois un peu figé.
Commenter  J’apprécie          150
MarquePage
  25 août 2018
Rien d'extraordinaire dans ce nouveau tome d'Alix Senator mais une lecture sympathique au niveau que les tomes précédents.
J'ai eu du mal à plonger dans l'histoire. Les enchainements et les résolutions sont un peu facile. C'est aussi un peu linéaire. Enfin c'est toujours plaisant de se promener dans cet univers, à travers l'Empire Romain, ses paysages et ses cultures. On en apprend un peu sur le passé d'Alix vis-à-vis de la mère de Titus. Ca donne un peu de profondeur. Tout repose sur la rivalité Auguste contre Livia
Niveau personnages, Titus est quasi absent. Kephren est toujours aussi agaçant mais reste cohérent. Alix a toujours figure de super héros. Sans trop en faire non plus.
Les dessins respectent le cahier des charges. Ils sont agréables, gardent l'ambiance et le style des vieux Alix avec un peu plus de modernité.
Commenter  J’apprécie          70
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
AlfaricAlfaric   20 mai 2018
Oui, Alix, tu es un héros, tu survis à toutes tes aventures, c'est bien connu. Tu as toujours tellement de chance ! Un Gaulois qui aide César et qui devient citoyen romain ! Tu aurais dû être exécuté pour cette trahison, mais non, tu es devenu un sénateur riche et respecté !
Commenter  J’apprécie          241
AlfaricAlfaric   11 janvier 2019
- Économise l'huile des lampes, et surtout profite bien de cette eau, c'est mon cadeau d'adieu.
- Comme ça, nous mettrons plus de temps à mourir... C'est un idée à toi, Barbarus, ou bien de ta maîtresse ?
- De moi. Mais elle l'a beaucoup appréciée. Pense à nous quand la fin te poussera à manger le corps de ton fils.
Commenter  J’apprécie          80
AlfaricAlfaric   28 août 2018
- Alors qu'est-ce que tu attends pour nous achever, préfet ?
- Moi ?! Je serais incapable de tuer un sénateur, tu me connais.
- Non, c'est vrai, tu te contentes de les torturer.
- Ha ! Ha ! Chacun ses plaisirs.
Commenter  J’apprécie          70
tchouk-tchouk-nougattchouk-tchouk-nougat   12 juillet 2018
Je suis toujours là où il faut, quand il faut. C'est cela la puissance et l'éternité.
Commenter  J’apprécie          120
AlfaricAlfaric   28 août 2018
- Quel est cet endroit ?
- Selon Agrippa et les ingénieurs de la légion, un ancien tunnel défensif grec.
- Et Selon le poète Virgile, l'antre de la sibylle qui a guidé Énée aux Enfers.
Commenter  J’apprécie          30
Lire un extrait
Videos de Valérie Mangin (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Valérie Mangin
Avec Kij Johnson, John Scalzi et Valérie Mangin
autres livres classés : empire romainVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1701 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre